Château de Vigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Vigny
Image illustrative de l’article Château de Vigny
Façade principale nord du château.
Période ou style Renaissance, style troubadour
Architecte Charles Cazot
Début construction 1504
Fin construction vers 1880
Propriétaire initial Georges d'Amboise
Destination initiale Habitation
Destination actuelle Habitation
Protection  Inscrit MH (1984)
Coordonnées 49° 04′ 36″ nord, 1° 55′ 34″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Commune Vigny

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Château de Vigny

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Vigny

Le château de Vigny est un château français, située sur la commune de Vigny (Val-d'Oise). Il a été édifié à partir de 1504 et reconstruit à partir de 1867 dans le style troubadour. Le château est inscrit monument historique depuis un arrêté du 28 décembre 1984[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château de Vigny se situe en France, dans le département du Val-d'Oise et le Vexin français, sur la commune de Vigny, rue Beaudoin / place Rohan, en face de la mairie.

Historique[modifier | modifier le code]

Au moyen-âge, la seigneurie de Vigny appartint à la famille de Marbury, qui le conserve jusqu'en 1501 et la vend alors à Louis de Hédouville, sieur de Sandricourt, et Françoise de Rouvroy de Saint Simon, son épouse.

Devenue veuve, cette dernière revend Vigny en 1504 au cardinal Georges d'Amboise , archevêque de Rouen, qui ordonne l'édification d'un nouveau château à l'emplacement de l'ancien manoir seigneurial. Après la mort du cardinal en 1510, son neveu et successeur Georges II d'Amboise, aussi archevêque de Rouen, continue son œuvre. Il séjourne fréquemment à Vigny, où il meurt en 1550.

Cerné par des douves transformées en pièce d’eau plus large au XIXe siècle, le château présente une façade nord d’une composition remarquable avec son pavillon d’entrée cantonné par deux tours flanquantes répondant elles-mêmes à deux autres tours d’angle. Les courtines reliant ces tours sont largement ouvertes par des baies à meneaux. Des mâchicoulis ceinturent le tout et viennent en support des toitures en tabatière et croupes. Ce souci de symétrie et d’ordonnancement est typique de la première Renaissance française.

En 1555, le puissant connétable Anne de Montmorency achète à la famille d'Amboise la seigneurie et le château. Au-dessus d'un portail en tiers-point flanqué de deux tours, son blason et la devise des Montmorency, Aplanos, demeure visible.

A sa mort, en 1567, la propriété se transmet à sa veuve, Madeleine de Savoie, morte en 1586, puis à leur fils, Charles de Montmorency-Damville, mort sans postérité en 1612. Vigny passe alors à son neveu Henri II de Montmorency, gouverneur du Languedoc, mort en 1632, aussi sans enfant, puis à sa soeur Marguerite de Montmorency, veuve d'Anne de Lévis, 2è duc de Ventadour. A sa mort en 1660, celle-ci a pour successeur à Vigny son petit-fils, Louis Charles de Lévis, 5è duc de Ventadour, mort en 1717, puis la veuve de celui-ci, Charlotte de La Mothe Houdancourt, morte en 1744.

Leur successeur à Vigny est leur petit-fils, Charles de Rohan, duc de Rohan-Rohan, duc de Ventadour, prince de Soubise, maréchal de France, mort en 1787.

La Maison, de Rohan conserve le château de Vigny jusqu'en 1822, mais il est racheté en 1829 à Monsieur Declerq par un petit-fils du maréchal de Soubise, Louis Victor Mériadec de Rohan, duc de Montbazon, qui le revend en 1844 à Madame Caffin veuve Legrand, de Pontoise [3]. Passé à Victoire Legrand épouse Touchard, il est vendu en 1855 à Paul Le Poittevin, puis revendu le 8 novembre 1867 au comte Philippe Spiridion Vitali, Prince de Sant'Eusebio.

Ce dernier achète une demeure en mauvais état, qu'il entreprend de faire restaurer à partir de 1888 par l'architecte Charles Henri Cazaux, dans le style néo-gothique idéalisant de Viollet-le-Duc. La façade septentrionale orientée vers le village évoque depuis un pastiche architectural. Le comte Vitali fait également agrandir l'aile sud, construire le gros donjon carré et la chapelle, toujours par l'architecte Charles Henri Cazaux [4],[5],[6].

Dans son état issu de cette campagne de travaux, le château comporte principalement deux corps de bâtiment disposés en "L", L'une des branches de ce "L" est prolongée par une chapelle, sur la droite de l'entrée, l'autre, à l'opposé, par une grosse tour carrée. L'ensemble est bâti sur un terre-plein entouré de douves en eaux, au sein d'un parc paysager.

En 1922, le château de Vigny est acheté par le comte Robert Le Coat de Kerveguen, dont la famille le vend en 1992 à M. et Mme Dewavrin. Il est revendu en 2001 à une société japonaise.

Protection[modifier | modifier le code]

Le château est inscrit aux monument historique depuis un arrêté du 28 décembre 1984. Cette inscription porte sur l'ensemble des bâtiments du domaine du château, à savoir le château proprement dit ; les deux ponts sur les douves ; les deux pavillons d'entrée face au village ; pavillons d'entrée sud-est et nord-ouest ; le manoir dit La Comté ; la ferme du château ; les communs ; les écuries ; l'orangerie ; et deux serres[2]. Une partie de ces bâtiments est visible depuis le domaine public. Les communs et les écuries ainsi que les autres bâtiments près de la rue Beaudoin au nord menacent aujourd'hui ruine, et la restauration du manoir de la Comté s'est interrompue il y a de nombreuses années. Le parc du château n'est plus entretenu qu'aux abords immédiats du château ; les allées visibles depuis les différentes grilles d'accès sont en voie de disparaître sous la végétation. Seuls le château et la ferme (à l'extérieur du domaine) bénéficient d'un entretien régulier.

Après une dizaine d'années d'abandon et atteint par la mérule, le château de Vigny est acheté en 2016 par la SCI Château de Vigny, gérée par Fabrice Levesque, en vue de son aménagement en hôtel de luxe. Il fait partie des édifices à la restauration duquel le Loto du Patrimoine doit contribuer financièrement en 2018 .

Cinéma / Télévision / Musique[modifier | modifier le code]

Le château est notamment célèbre pour avoir servi de décor pour le clip de Rihanna, Te Amo, en compagnie de Laetitia Casta. Mais le château est surtout connu des cinéphiles amateurs de polars parodiques « à la française », car dans les années 1960, la plupart des scènes intérieures et extérieures du film Les Barbouzes (avec Lino Ventura, Mireille Darc, Francis Blanche et Jesse Hahn) y ont été tournées. Autres films comportant des scènes au château : On a retrouvé la septième compagnie (1975) et Versailles (2015).

Description[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail et Google Maps
  2. a et b Notice no PA00080229, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Georges Martin, Histoire et généalogie de la Maison de Rohan, Lyon, l'auteur, , 256 p., p. 77
  4. Madeleine Arnold Têtard, Le château de Vigny, 11 p., url (lire en ligne).
  5. Jacques Sirat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : vigny », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 1014-1015 (ISBN 2-84234-056-6).
  6. Claude Danis, Châteaux et manoirs en Val-d'Oise, Éditions du Valhermeil, , 167 p. (ISBN 9782913328327), p. 88-89.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Tubeuf, Domaine de Vigny (Val d'Oise) appartenant au comte Philippe Vitali, Monographie du château et de l'église, Recherches de A. Maire, 1902, Paris, Fanchon, 94 p. 7 planches
  • Claude Danis, Châteaux et manoirs en Val d'Oise, 2002, Editions du Valhermeil, Saint Ouen l'aumône, 168 p., p. 88-89

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]