Ebdo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ebdo
Image illustrative de l’article Ebdo

Pays Drapeau de la France France
Zone de diffusion France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Format Papier
Genre Généraliste
Prix au numéro 3,50 euros
Date de fondation
Date du dernier numéro
Éditeur Rollin Publications

Directeur de publication Thierry Mandon
Directeur de la rédaction Patrick de Saint-Exupéry,
Constance Poniatowski
Rédacteur en chef Nicolas Delesalle,
Gaelle Macke,
Anne-Sophie Jacques (adjointe, relation aux lecteurs)
Site web ebdo-lejournal.com

Ebdo est un hebdomadaire papier français publié du au par la société Rollin Publications.

La rédaction était dirigée par Patrick de Saint-Exupéry et Constance Poniatowski[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

En avril 2017, Rollin Publications (éditeur du trimestriel XXI et de 6 Mois) annonce le lancement en 2018 d'un nouvel hebdomadaire papier et payant, mais sans publicité. Une campagne de pré-abonnement est lancée en juillet 2017[3]. En septembre 2017, une campagne de financement participatif est lancée et récolte 75 000 euros en 24 heures. À son terme, elle récolte 409 091€ grâce à la contribution de 5960 personnes. C'est alors la deuxième plus importante campagne de financement réussie sur la plateforme KissKissBankBank, après celle du film Demain. Le budget annuel du magazine s'élève à 15 millions d'euros[4]. De septembre 2017 à juillet 2018, un bus itinérant doit traverser la France pour rencontrer les futurs lecteurs du journal[5].

La première édition du magazine paraît le . Un documentaire de 26 minutes, réalisé par Anouk Rapaport retraçant la tournée du magazine sort également à l'occasion de la sortie du numéro 1[6]. À son lancement, Ebdo compte 8 300 pré-abonnés et a levé plus de 400 000 euros via sa campagne de financement participatif[7],[1].

Le nom Ebdo sans « H » a été suggéré par un futur lecteur du journal[5]. Ce « H » absent du titre est caché dans un article du magazine et il est proposé aux lecteurs de participer chaque semaine à un concours en le trouvant[8].

Affaires et polémiques[modifier | modifier le code]

En novembre 2017, le numéro zéro du journal titre sur les « 13 morts du Lévothyrox », repris par Le Figaro puis suivi par l'ensemble des médias, avec une éthique journalistique dénoncée par le Journal International de Médecine : statistiquement, c'est un nombre attendu de morts naturelles parmi les personnes prenant du Lévothyrox, mais le titre et une grande partie de l'article attribue sans précautions ces morts au médicament[9]. Dans l'article cité (visible sur le compte Twitter d'Ebdo), l'article précise que le lien de cause à effet n'est pas justifié : « Bien sûr, beaucoup de ces patients prenaient d'autres traitements en plus du Levothyrox. Bien sûr, tous n'ont pas eu d'autopsie. Bien sûr, pour chacun d'entre eux, le lien de cause à effet entre la prise du médicament et le décès reste à établir formellement », mais ni le titre du tweet ni le reste de l'article qui était sur le mode du scandale sanitaire ne tenait clairement compte de cette réserve[9].

Peu après son lancement, dans son no 5, le journal est au centre d'une polémique[10] en révélant l'existence d'une plainte pour viol contre le ministre Nicolas Hulot ayant fait l'objet d'un classement sans suite pour prescription. L'enquête elle-même est controversée et soulève des débats sur l'éthique journalistique[11]. L'article faisait allusion à Pascale Mitterrand, dont le nom a été dévoilé par Le Parisien[12], et une plainte pour viol déposée en 2008 contre Nicolas Hulot. Ce dernier décide de porter plainte contre le journal pour diffamation[13]. Il retirera finalement sa plainte le mercredi 26 décembre 2018[14].

Dépôt de bilan[modifier | modifier le code]

À la suite de cette affaire, l'un des investisseurs se retire du journal — qui, en mars 2018, ne compte que 8 000 abonnés et dont les ventes s'effritent constamment[15] — provoquant l’annulation d'une augmentation de capital de 2 millions d’euros et de crédits bancaires s'élevant à plusieurs millions[16],[17].

Le 20 mars, BuzzFeed annonce le dépôt de bilan du journal[18]. L'information est immédiatement démentie par la direction de Rollin Publications qui affirme que plusieurs options sont envisagées, le dépôt de bilan en étant une parmi d'autres[19]. Le 22 mars, cependant, le compte Twitter de l'hebdomadaire révèle finalement que le numéro à paraître le lendemain, le numéro 11, sera le dernier[20], l'éditeur se déclarant en cessation de paiement[21]. Les deux associés majoritaires Laurent Beccaria et Patrick de Saint-Exupéry émettent un communiqué de presse où ils reconnaissent un échec commercial tout en déclarant « Notre projet se voulait à contre-courant de la fatalité et du déclin de la presse : un hebdomadaire papier, indépendant, sans publicité, généraliste et accessible au plus grand nombre. »[22].

En mai 2018, La Revue dessinée, associée à l’éditeur Le Seuil annonce qu'elle reprend Rollin Publications, qui publie les revues XXI et 6 Mois[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Thierry Mandon sur le lancement de "l'Ebdo" : "La presse hebdomadaire meurt de ne s'adresser qu'aux Parisiens très cultivés et très informés" », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  2. Nicolas Pierret, « L’Ebdo, un vent nouveau sur le journalisme », Info Medias,‎ (lire en ligne).
  3. Jérôme Lefilliâtre, « Après «XXI» et «6 Mois», Rollin lancera un hebdo en 2018 », Libération,‎ (lire en ligne).
  4. Jérôme Lefilliâtre, « «Ebdo», le mystérieux magazine aux 15 millions de budget des fondateurs de «XXI» », Libération,‎ (lire en ligne).
  5. a et b Richard Sénéjoux, « Le magazine Ebdo se lance, sans “h” mais avec une grosse ambition », Télérama,‎ (lire en ligne).
  6. YouTube.
  7. Aude Carasco, « Le magazine « ebdo » fait le pari du papier », La Croix,‎ (lire en ligne).
  8. « J'ai trouvé le "h" caché dans le journal », sur aide.ebdo-lejournal.com (consulté le ).
  9. a et b « Ebdo et le Lévothyrox : la fabrique de la rumeur », sur Science et Pseudo-Science.
  10. « Récap’. Hulot, PSG et “Baron noir” : une semaine en France vue de l’étranger », Courrier international,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Plainte pour viol visant Nicolas Hulot : pourquoi les révélations du magazine "Ebdo" sont critiquées », France info,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Plainte contre Hulot : Pascale Mitterrand «n’a jamais souhaité médiatiser l’affaire» », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Nicolat Hulot a décidé de porter plainte contre Ebdo pour "diffamation" », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Nicolas Hulot a retiré sa plainte pour diffamation contre le magazine « Ebdo » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. Le journal « Ebdo » s’arrête : un sentiment « d’amateurisme » et de « gâchis », Le Monde, .
  16. Jérôme Lefilliâtre, « «Ebdo», déjà en lutte pour sa survie financière », Libération, .
  17. AFP et rédaction 20 minutes, « Le magazine Ebdo en crise, seulement trois mois après son lancement », 20 minutes, .
  18. « Deux mois après son lancement, le magazine «Ebdo» dépose le bilan », BuzzFeed,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Dépôt de bilan en vue pour "Ebdo"? », sur Le Figaro, (consulté le ).
  20. Ebdolejournal, « Demain sortira notre dernier numéro », sur Twitter, (consulté le ).
  21. « Le journal Ebdo s’arrête après trois mois d’existence », Sud Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Le journal « Ebdo » s’arrête : un sentiment « d’amateurisme » et de « gâchis » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. Le Monde et AFP, « Les revues « XXI » et « 6 Mois » rachetées par Le Seuil et « La Revue Dessinée » », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]