Chaussy (Val-d'Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaussy.
Chaussy
Vue générale du village.
Vue générale du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Vauréal
Intercommunalité Communauté de communes Vexin - Val de Seine
Maire
Mandat
Claude Vidal
2014-2020
Code postal 95710
Code commune 95150
Démographie
Gentilé Calcédoniens, Calcédoniennes
Population
municipale
608 hab. (2014)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 07′ 00″ nord, 1° 41′ 00″ est
Altitude 128 m (min. : 45 m) (max. : 202 m)
Superficie 14,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise

Voir sur la carte administrative du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Chaussy

Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise

Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Chaussy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chaussy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chaussy
Liens
Site web chaussy95.fr

Chaussy est une commune française située dans le département du Val-d'Oise, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Calcédoniens et les Calcédoniennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chaussy[1]
Bray-et-Lû Ambleville Omerville
Amenucourt Chaussy[1] Genainville
Chérence Villers-en-Arthies

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Calciacum [2] et Calciatum en 854, Calciacus en 690 [3], Chauci en 1249[4].

La ville tiendrait son nom de calciata, pour route pavée de chaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Georges Bigot[5]    
mars 2014[6] en cours
(au 29 avril 2014)
M. Claude Vidal    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 608 habitants, en diminution de -4,85 % par rapport à 2009 (Val-d'Oise : 3,04 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
810 820 810 879 969 956 905 897 905
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
858 857 898 823 818 821 747 700 682
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
645 580 629 543 575 571 619 587 607
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
617 534 456 460 462 602 647 627 608
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Communs du domaine de Villarceaux.
L'église de Chaussy.
La chapelle ruinée de Méré.
Le château du Couvent.

Chaussy compte quatre monuments historiques sur son territoire.

Article détaillé : Domaine de Villarceaux.
  • Domaine de Villarceaux (classé monument historique par arrêté du 10 septembre 1941[11])
  • Église Saint-Crépin-et-Saint-Crépinien (inscrite monument historique par arrêté du 10 décembre 1927[12]) : la première église de Chaussy est mentionnée dès 690 et fut dédiée à saint Martin. De la seconde église, composée d'une nef-grange voûtée en bois, d'un clocher central et d'un chœur, ne subsistent que le la base et le premier étage du clocher. Le reste du bâtiment date de la fin du XVIe siècle. Le plan de l'église actuelle est irrégulier et très inhabituel, ce qui ne s'aperçoit toutefois pas en regardant l'édifice depuis le sud. Il se compose d'une nef sans traces anciennes ni décoration, recouverte par une voûte en berceau de plâtre ; d'une travée sous le clocher ; d'une tourelle d'escalier devant l'angle nord-est du clocher ; d'un chœur barlong au chevet plat ; d'une chapelle latérale carrée au nord du chœur ; et d'une seconde chapelle plus grande au nord du clocher. Hormis la nef, les autres parties de l'église sont voûtées d'ogives, dont la dernière chapelle de deux voûtes de largeur inégale, les deux très étroites. Cette chapelle au nord du chœur est séparée de la travée sous le clocher par une étroite galerie non voutée, se terminant à l'est devant la tourelle d'escalier. Seulement la travée méridionale de la chapelle communique avec la chapelle latérale du chœur. Cette configuration particulière empêche toute visibilité sur le chœur. La travée sous le clocher assure la communication entre nef et chœur par deux arcades en tiers-point, dont les chapiteaux de feuillages des colonnes sont couverts d'enduit. Une partie des colonnettes recevant les nervures de la voûte a été abattue en dessous des chapiteaux. Un troisième arc en tiers-point a été ménagée dans le mur nord du clocher afin d'assurer la liaison avec la galerie et la curieuse chapelle. Les voûtes des deux chapelles se ressemblent et retombent sur de simples consoles. Les fenêtres de la chapelle latérale du chœur présentent un remplage Renaissance. L'autre chapelle est encore de style gothique à l'extérieur, et elle est éclairée par quatre fenêtres en tiers-point. Celles du nord et de l'est se terminent par une rose. Quant au premier étage roman du clocher, il est percé de deux baies abat-son en tiers-point par face, mais seulement celles du nord et du sud sont cantonnées de colonnettes et surmontées de gros boudins dans le prolongement de ces dernières, avec un cordon de grosses billettes au-dessus. Le second étage du clocher, ajouté à l'époque moderne, est ajouré par deux baies plein cintre par face, sans décoration. À l'intérieur, l'église conserve une stèle funéraire de François de La Garenne, écuyer de Louis XIII et Louis XIV, mort en 1676. Les fonts baptismaux du début du XVIe siècle sont de style Renaissance[13],[14].
  • Ruines de la chapelle Saint-Laurent de Méré, au hameau du même nom (inscrite monument historique par arrêté du 5 janvier 1950[15]) : c'est l'un des derniers vestiges du domaine du manoir de Méré. Un incendie criminel a détruit la toiture et l'aménagement intérieur de la chapelle, le . Ne subsistent que les murs extérieurs, avec quelques ouvertures de fenêtres et le portail occidental. Ce dernier, en anse de panier, conserve ses moulures sculptées dans la pierre. Quelques ossements dépassent du mur[14].
  • Tour de Méré (inscrite monument historique par arrêté du 24 octobre 1927[16]) : cette tour ronde de quatre niveaux, avec son toit en poivrière, est flanquée d'une tourelle d'escalier également ronde. Elle conserve son escalier d'origine et une partie de sa courtine, témoin de la fonction défensive de cet ensemble de la fin du XVe siècle. Il constituait une dépendance du domaine de Villarceaux tout proche. Les murs ont une épaisseur de 90 cm à 95 cm. La ferme attenante à la tour n'est pas concernée par l'inscription au titre des monuments historiques. Un colombier cylindrique à un étage, daté de 1415, est accolé au mur de la propriété[14].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • La fontaine Saint-Ansbert, chemin du Passage : C'est une fontaine-abreuvoir avec une grande cuve taillée dans un bloc de pierre monolithique. Elle serait d'origine préceltique et se situe sur l'emprise de l'ancien cimetière. Saint Ansbert est censé protéger contre les démons. Cette vertu est également attribuée à la fontaine des Dours, sur la même commune[14].
  • Stèle à la mémoire d'aviateurs alliés, près de la fontaine : elle commémore ces aviateurs tombés dans les environs pendant la Seconde Guerre mondiale[14].
  • Le lavoir municipal, sente du Lavoir : le bassin est alimenté en eau courante par la fontaine dite « à Paulin », l'une des nombreuses sources qui affleurent sur le territoire de Chaussy. Des deux côtés, l'espace dédié aux lavandières le long du bassin est protégé par des toits en appentis couverts de tuiles. Leur charpente s'appuie sur les murs extérieurs, et des poutres en bois placées autour du bassin. Les vestiges de deux autres lavoirs subsistent à Chaussy, sur le ru de la Fontaine-des-Dours et sur le ru de Chaussy, qui prend sa source dans l'ancien prieuré des bénédictines[14].
  • La croix pattée, au château du Moulin : cette croix monolithe est indiqué pour la première fois sur un plan de 1475, et est semblable à la croix de justice de la commune de Courcelles-sur-Viosne à proximité[14].
  • Le monument aux morts : il ne se présente pas sous sa forme la plus conventionnelle d'un petit obélisque, mais d'une haute plaque en pierre claire encadrée par des pierres de taille. Sous l'inscription « Vos aînés sont morts pour sauver la France. Enfants ne l'oubliez jamais », suivent les noms des soldats morts pendant les deux guerres mondiales, puis un bas-relief représentant une épouse en deuil s'agenouillant devant la tombe de son mari (non représenté)[14].
  • Château Le Couvent, au sud du domaine de Villarceaux, sur le golf de Villarceaux : ce château est issu de la transformation du prieuré des bénédictines, fondé par Saint-Louis en 1160, détruit par les Anglais en 1432 puis entièrement reconstruit par le seigneur de Villarceaux en 1524. Le prieuré est supprimé à la Révolution et vendu comme bien national. Le complexe est alors acquis par le conventionnel Joseph Lakanal, qui y résidera entre 1797 et 1815. Il fait démolir une partie des bâtiments, mais conserve le principal corps de logis. Ses deux tourelles au toit en poivrière proviennent effectivement de l'ancien prieuré[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Chaussy au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste de films tournés à Chaussy.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Welvert, « Lakanal à Villarceaux », Mémoires de la Société historique et archéologique de l'arrondissement de Pontoise et du Vexin, Montdidier, Imprimerie Bellin, vol. 32,‎ , p. 86-119 (ISSN 1148-8107, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Chaussy sur Géoportail.
  2. Dans un titre de Charles-le-Chauvre du 12 avril 854
  3. Dans le testament du seigneur d'Arthie
  4. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  5. [PDF] Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF]
  6. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le 13 septembre 2015).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Domaine de Villarceaux », notice no PA00080022, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Église Saint-Crépin et Saint-Crépinien », notice no PA00080023, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Chaussy, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 95-96.
  14. a, b, c, d, e, f, g, h et i Jean-Loup Corbasson, Pascal Goutrat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Chaussy », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 542-544 (ISBN 2-84234-056-6)
  15. « Ruines de la chapelle Saint-Laurent de Méré », notice no PA00080021, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Tour de Méré », notice no PA00080024, base Mérimée, ministère français de la Culture.