C'est si bon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'album d'Arielle Dombasle, voir C'est si bon (album).
C'est si bon

Single de Jean Marco
Sortie 1948
Enregistré 18 février 1948
Paris
Durée 2:40
Langue Français
Genre Fox
Format Disque 78 tours
Auteur André Hornez
Compositeur Henri Betti
Édition Paul Beuscher
Label Columbia

C'est si bon est une chanson française composée en 1947 par Henri Betti avec des paroles d'André Hornez. Elle a été déposée à la Sacem le 18 août 1947 et éditée par Paul Beuscher[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

C’est en regardant la vitrine d’une boutique de lingerie féminine sous les arcades de l’avenue Jean-Médecin à Nice en juillet 1947 que les neuf premières notes musicales de la chanson viennent en tête d’Henri Betti. Il écrit alors les notes sur une feuille de papier à musique pour pouvoir les jouer au piano. Une fois rentré chez lui, il compose la mélodie en moins de dix minutes. Il prend ensuite rendez-vous avec le parolier André Hornez à l’Hôtel Powers de la rue François-Ier à Paris pour trouver un titre à sa chanson. Le parolier lui dit que le titre sera en trois syllabes et qu’il ira sur les trois premières notes. Le lendemain, il fait voir à Henri Betti une liste de dix titres en trois syllabes dont le dernier titre est C’est si bon. Henri Betti lui dit que c’est celui-là qu’il veut choisir mais André Hornez lui répond qu’il ne voulait pas le marquer parce qu’il y avait eu quelques années auparavant une chanson de Charles Trenet qui s’appelait C’est Bon (1942). Henri Betti lui dit que le si fera toute la différence.

Avant de rechercher des chanteurs professionnels pour chanter sa chanson, Henri Betti la chante lui-même au restaurant La Réserve à Nice le soir en musique d’ouverture et de clôture des services. Il propose d’abord la chanson à Yves Montand en même temps que Mais qu’est-ce que j’ai ? qu'il avait composée avec des paroles d'Édith Piaf et déposée à la Sacem le même jour. Le 9 octobre 1947 au Théâtre de l'Étoile, Yves Montand chante Mais qu'est-ce que j'ai ? mais ne chante pas C'est si bon préférant attendre quelques semaines pour la chanter sur scène ou à la radio[2].

Liste des pistes[modifier | modifier le code]

78 tours — Columbia DF 3232 enregistré le 18 février 1948 avec une orchestration de Jacques Hélian.

A. C'est si bon
B. Au Chili (musique et paroles de Loulou Gasté)

Chronologie[modifier | modifier le code]

Le 5 janvier 1948, Bernard Hilda créé la chanson avec son orchestre. Sur l'autre face du disque, il enregistre une autre chanson composée par Henri Betti la même année : Mais qu’est-ce que j’ai ? (paroles d'Édith Piaf).

Le 18 janvier 1948, Jean Marco interprète la chanson avec l'orchestre de Jacques Hélian pour la station de radio Programme Parisien de la Radiodiffusion française.

Le 26 février 1948, Lucien Jeunesse enregistre la chanson avec l'orchestre d'Émile Prud'homme.

Le 5 mai 1948, les sœurs Étienne l'enregistrent avec l’orchestre de Raymond Legrand. En 1968, elles l'enregistrent de nouveau et toujours avec une orchestration de Raymond Legrand.

Le 7 mai 1948, Yves Montand l’enregistre avec l’orchestre de Bob Castella[3]. En 1964, il enregistre de nouveau la chanson mais avec une orchestration d'Hubert Rostaing pour son album Le Paris de...

En 1949, Nino Rastelli (it) écrit les paroles italiennes de la chanson pour l'enregistrement de Natalino Otto avec l'orchestre de Luciano Zuccheri le 1 mars 1949. Le titre de la chanson devient Tutto è bello. La même année, Jerry Seelen écrit les paroles anglaises pour l'enregistrement de Johnny Desmond (en) avec l'orchestre de Tony Mottola le 11 mai 1949. Le titre de la chanson n'est pas traduit en anglais. Les paroles allemandes sont écrites en 1950 par Ralph Maria Siegel (de) pour l'enregistrement de Rita Gallos avec l'orchestre de Kurt Edelhagen (en) le 30 mai 1950.

Le 30 mars 1950, Jean Sablon enregistre la version française de la chanson à Londres avec l'orchestre de Woolf Phillips. Le 23 novembre de la même année, il enregistre la version anglaise à Buenos Aires avec l'orchestre d'Emil Stern.

En mai 1950, l'éditeur propose la chanson à Suzy Delair pour la chanter avec l'orchestre d'Aimé Barelli au casino de Monte-Carlo. Pendant les répétitions, Louis Armstrong est présent dans la salle et apprécie la chanson. Le 26 juin, il enregistre la chanson avec l’orchestre de Sy Oliver à New York. À sa sortie, le disque connaît un grand succès[4] et la chanson est ensuite interprétée par les plus grands chanteurs internationaux et utilisée au cinéma et à la télévision.

En 1951, Dolores Gray chante la chanson en anglais dans le court-métrage Holiday in Paris : Paris.

En 1953, Eartha Kitt enregistre la chanson en français avec l'orchestre d'Henri René (en) pour son album That Bad Eartha (en). Un an après, elle chante la chanson dans New Faces (film) (en).

En 1954, Eddie Constantine enregistre la chanson en français avec l'orchestre de Herman Garst.

En 1957, Nat King Cole chante la chanson en anglais avec l'orchestre de Nelson Riddle dans une émission de The Nat King Cole Show.

En 1958, Caterina Valente enregistre la chanson en anglais avec l'orchestre de Kurt Edelhagen (en) pour son album A Toast To The Girls.

En 1962, Dean Martin enregistre la chanson en anglais avec des arrangements musicaux de Neal Hefti pour son album French Style (en) où il reprend plusieurs chansons populaires françaises.

En 1966, Barbra Streisand enregistre la chanson en anglais avec des arrangements musicaux de Michel Legrand (fils de Raymond Legrand) pour son album Color Me Barbra (en) qui est promu dans une émission télé en couleur sur CBS le 30 mars 1966.

En 1978, Madleen Kane et Rhoda Scott enregistrent chacune une version disco de la chanson en version bilingue.

En 1988, Rita Lee enregistre la chanson en portugais avec des paroles de Roberto de Carvalho (pt) pour son album Zona Zen (álbum de Rita Lee) (pt). Le titre de la chanson devient Cecy Bom.

En 1992, Take 6 enregistre une version a cappella de la chanson en version bilingue pour une publicité sur une eau de toilette d'Yves Saint Laurent.

En 1993, Abbey Lincoln enregistre la chanson en français accompagnée par Hank Jones au piano pour son album When There Is Love.

En 1995, Sophie Darel enregistre la chanson en français avec Évelyne Leclercq pour son l'album C'était les Années Bleues où Sophie Darel enregistre également en français Maître Pierre avec Pierre Perret.

En 2003, Lisa Ono enregistre en français une version Bossa nova de la chanson avec des arrangements musicaux de Mario Adnet (pt) pour son album Dans Mon Île où elle reprend plusieurs chansons populaires françaises.

En 2006, Arielle Dombasle enregistre la chanson en version bilingue avec des arrangements musicaux de Jean-Pascal Beintus pour son album C'est si bon où elle reprend plusieurs chansons populaires américaines chantées à Broadway.

En 2012, Bob Sinclar enregistre un remix de la chanson avec la voix d'Yves Montand qui est utilisée dans une publicité pour un sandwich McDonald's.

En 2014, Maximilien Philippe enregistre en français une version rock de la chanson qui est utilisée dans une publicité pour une voiture Renault Clio.

Reprises[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Publicités[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

En 1951, André Tabet fredonne la chanson dans le court-métrage Compositeurs et Chansons de Paris d'Henri Verneuil où il fredonne aussi La Chanson du maçon, Le Régiment des mandolines et Mais qu’est-ce que j’ai ?.

En 1953, Henri Betti interprète la chanson au piano dans le court-métrage Trois hommes et un piano d'André Berthomieu où il interprète également au piano Le Vrai Mambo. La même année, la mélodie de cette chanson est jouée à l'orgue de Barbarie dans le film Soyez les bienvenus de Pierre-Louis où les mélodies de Mais qu’est-ce que j’ai ?, Maître Pierre et Rien dans les mains, rien dans les poches sont également jouées. Ces quatre chansons ont été composées par Henri Betti et chantées par Yves Montand.

En 1954, Maurice Chevalier fredonne la chanson dans le court-métrage Rendez-vous avec Maurice Chevalier n°2 de Maurice Régamey où il fredonne aussi La Chanson du maçon et Le Régiment des mandolines.

En 1967, les trois notes musicales du titre de la chanson ont été utilisées pour J'aime les filles qui était composée par Jacques Dutronc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] sur Chansons Retros
  2. 1001 histoires secrètes de chansons, Fabien Lecoeuvre, Editions du Rocher, 2017
  3. [2] sur Encyclopédisque
  4. Louis Armstrong, Hugues Panassié, Nouvelles Editions Latines, 1969

Liens externes[modifier | modifier le code]