Dionne Warwick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dionne Warwick
Dionne Warwick en 2019
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Marie Dionne Warrick
Nationalité
Formation
Hartt School of Music
East Orange Campus High School (en)
East Orange High School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
William Elliott (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Damon Elliott (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Whitney Houston (cousine germaine)
Cissy Houston (chanteur) (tante maternelle)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Label
Scepter Records (1964 – 1971)
Warner Bros. Records (1972 – 1977)
Arista Records (1979 – 1995)
Independent Era (1996 – 2004)
Concord (2005 – Present)
Genre artistique
Sites web
Distinctions
Liste détaillée
Discographie
Discographie de Dionne Warwick (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Marie Dionne Warrick, simplement dite Dionne Warwick, née le à East Orange (New Jersey), est une chanteuse, compositrice, actrice et animatrice américaine.

Elle est surtout connue comme interprète de chansons écrites par Burt Bacharach et Hal David, avec lesquels elle a connu de grands succès dans les années 1960. On compte parmi ses plus grandes chansons Don't Make Me Over, Walk On By, I Say a Little Prayer, Do You Know the Way to San José et Alfie. Dionne Warwick est la chanteuse qui a vendu le plus de disques aux Etats-Unis en 1964, 1966, 1970 et 1971. Après quasi une décennie en demi-teinte, elle rejoint Clive Davis chez Arista Records en 1979 et opère un retour retentissant avec son titre I'll Never Love This Way Again puis en 1982 avec Heartbreaker et en 1985 avec That's What Friends Are For qu'elle chante avec Gladys Knight, Elton John et Stevie Wonder.

Six fois lauréate d'un Grammy Award, Dionne Warwick a classé 80 titres au Billboard Top 100 et vendu plus de 100 millions de disques dans le monde entier.

Dionne Warwick est souvent considérée comme la première pop star afro-américaine et une des chanteuses noires les plus importantes des années 1960 avec Diana Ross et Aretha Franklin. Sa cousine, la chanteuse américaine Whitney Houston, la cite d'ailleurs parmi ses principales influences.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dionne Warwick est la fille de Mancel Warrick et Lee Drinkard, la sœur de Delia, dite Dee Dee Warwick et Mancel Jr.[1]. Les membres de sa famille (plus particulièrement du côté de sa mère), sont les interprètes du groupe gospel The Drinkard Singers, dont sa mère était manager[2].

Elle grandit dans la ville d'East Orange dans l'État du New Jersey. À l'âge de six ans, elle chante pour la première fois à l'église St. Luke de Newark, qui est dirigée par son grand-père, le révérend Elzae Warrick, et rejoint fréquemment le groupe familial[3].

Après des études de musique à la Hartt School of Music, elle fonde en 1958 le quatuor The Gospelaires avec sa sœur, Myrna Utley, et Carol Slade. Le groupe se produit à l'Apollo Theater de New York, la jeune chanteuse attire alors l'attention du saxophoniste Sam "The Man" Taylor. Le groupe enregistre comme chœur pour de nombreux artistes. Lors d'un enregistrement avec les membres des Gospelaires et ceux des Drifters, la voix de Dionne capte l'attention de Burt Bacharach. Celui-ci lui propose alors d'enregistrer des maquettes en solo, dont ses chansons et celle de son partenaire Hal David.

Années Scepter[modifier | modifier le code]

En 1962, Dionne Warwick signe chez Scepter Records sous la présidence de Florence Grennberg, Dionne prend par la suite le nom de Warwick à la suite d'une erreur typographique sur la pochette de son premier single Don't Make Me Over. Au cours des années qui suivent, elle est l'une des chanteuses les plus en vogue avec des titres comme Walk On By, Anyone Who Had a Heart, Message to Michael, I Say a Little Prayer et Do You Know the Way to San José dont la chanson lui vaudra un premier prix grammy[4]. Elle participe au festival de Sanremo en Italie en 1967 avec Dedicato all'amore, jumelé avec Peppino di Capri[5], mais sont éliminés. L'année suivante, elle finit 14e avec La voce del silenzio, en duo avec Tony Del Monaco[6]. Elle contribue également au cinéma ; bien qu'elle soit pressentie pour interpréter la chanson Alfie (composée par Bacharach et David) pour le film Alfie le dragueur de Paramount Pictures, la maison de production l'écarte finalement au profit de la chanteuse britannique Cilla Black. Elle sera finalement choisie pour celui de La Vallée des poupées avec la chanson (Theme from) Valley of the Dolls, qui était à l'origine destinée à Judy Garland.

Années Warner Bros. et Arista[modifier | modifier le code]

Dionne Warwick se produisant à Amsterdam en 1966.

Fort de son succès avec Scepter Records, elle signe en 1972 chez Warner Bros. Records avec à la clé un contrat 5 millions de dollars (le plus lucratif pour une artiste féminine à l'époque). Toutefois, son nouvel album paru sous le nouveau label Dionne est un échec, qui plus est, des tensions font surface entre Burt Bacharach et Hal David, ses principaux compositeurs et producteurs. À la suite de l'éclatement du trio, Dionne Warwick se retrouve seule et son avenir chez Warner Bros. Records semble incertain. En 1974, elle atteint la première fois le sommet du Billboard Hot 100 avec Then Came You en duo avec le groupe The Spinners et produit par Thom Bell. Entre 1971 et 1974 environ, elle rajouta un « e » à son nom, le transformant en Warwicke, sur les conseils d'un numérologue.

En 1978, elle met fin à son contrat avec Warner Bros. pour Arista sous l'influence de son directeur Clive Davis qui voit en elle un fort potentiel. L'année suivante, elle sort l'album Dionne, qui est produit par Barry Manilow, elle marque ainsi son grand retour sur la scène musicale populaire. L'album génère de nombreuses récompenses dont un disque de platine (le seul de sa carrière)[7], deux prix Grammy pour les chansons I'll Never Love This Way Again et Deja Vu et un autre prix au festival de la chanson de Tokyo pour la chanson Feeling Old Feelings, un single sorti uniquement au Japon[8].

Dans les années 1980, Dionne Warwick enchaîne les albums : No Night So Long (1980), Friends in Love et Heartbreaker en 1982, incluant la chanson du même titre composée par le membre des Bee Gees Barry Gibb et l'année suivante, elle paraît How Many Times Can We Say Goodbye produit par Luther Vandross. En 1985, elle sort la chanson That's What Friends Are For, extrait de l'album Friends, réunissant à ses côtés Elton John, Gladys Knight et Stevie Wonder, qui a servi à collecter des fonds pour l'AmfAR pour la recherche contre le SIDA. En 1986, elle se classe numéro 1 aux États-Unis, avec Finder of Lost Loves sorti en 1985. Elle renoue avec les textes de Burt Bacharach et Barry Manilow tandis que Carol Bayer Sager s'ajoute à l'équipe et participe à son prochain album qui sort en 1987, Reservations for Two.

En 1993, elle sort Friends Can Be Lovers produit par Burt Bacharach et Hal David qui re-composent ensemble et signent Sunny Weather Love. Son fils David Elliot s'implique également dans les chansons Til the End of Time, et Love Will Find a Way dans laquelle Dionne Warwick collabore avec sa cousine et chanteuse Whitney Houston.

L'année suivante voit le jour de l'album Aquarela do Brasil, qui est influencé par son amour pour le Brésil et dont elle chante en anglais et portugais. Cet album met fin à son contrat avec Arista.

1996 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Dionne Warwick signe avec de nombreux labels pour des périodes courtes notamment avec Rhino et Concord.

Entre 1998 et 2000, elle lance deux albums de reprise sur lequel elle rechante ses propres chansons dont Dionne Sings Dionne et Dionne Sings Dionne II.

Le , Dionne Warwick est nommée Ambassadrice de bonne volonté[9] de l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

En 2004, elle publie un premier album de Noël à la tonalité jazzy avec par exemple le titre My Favorite Time of the Year.

En 2006, elle chante un medley des chansons Walk on By et That's What Friends Are For accompagnée de Burt Bacharach au piano lors de la finale de l'émission American Idol. La même année, elle sort My Friends & Me comprenant des reprises de ses chansons en duo avec des artistes R&B, latino, country & pop et produit par son fils Davon Elliott. L'album comprend que des duos avec des femmes, un album du même genre est envisagé ensuite avec seulement des hommes, mais le projet est annulé.

En 2008, elle enregistre un album de gospel intitulé Why We Sing. La même année, elle participe à l'émission télévisée Diva II sur la chaîne britannique ITV1 aux côtés de Rihanna, Leona Lewis, Sugababes, Pink, Gabriella Cilmi et Anastacia.

En 2011, elle participe et est éliminée au quatrième épisode de la onzième édition[10] du jeu de télé-réalité de Donald Trump, The Apprentice, dans la version star (The Celebrity Apprentice 4)[11], en compétition avec notamment La Toya Jackson, Lisa Rinna, Marlee Matlin, Lil Jon et le vainqueur John Rich. Elle sort également l'album Only Trust Your Heart dont les chansons sont composées par les défunts Sammy Cahn et Jack Wolf.

En 2012, elle sort l'album NOW pour célébrer le cinquantième anniversaire de sa carrière, suivi d'une tournée l'année suivante[12],[13]. Elle reçoit cette même année en Allemagne un Goldene Kamera pour l'ensemble de sa carrière musicale sur la scène internationale[14].

En 2013, elle collabore avec le chanteur Billy Ray Cyrus sur la chanson Hope Is Just Ahead.

Le au Festival de Cannes, Dionne Warwick annonce qu'un biopic sur sa propre vie sortira en 2017 avec au casting LeToya Luckett qui se mettra dans la peau de Dionne, ainsi que Lady Gaga qui interprétera la défunte chanteuse et rivale de Dionne, Cilla Black. Quelques heures après cette annonce, l'équipe de Lady Gaga (Haus of Gaga) dément sa participation au projet... mais Dionne Warwick re-confirme immédiatement la présence de la star new-yorkaise au projet[15].

En 2019, elle reçoit un Grammy award du couronnement d'une carrière (Grammy Lifetime Achievement Award), parmi notamment Black Sabbath, Sam & Dave ou Julio Iglesias, pour l'ensemble de leurs carrières[16].

Télévision et cinéma[modifier | modifier le code]

Dionne Warwick fait ses premiers pas devant les caméras en 1969. Au cinéma, elle joue le rôle de l'esclave afro-américaine Cassy auprès de l'acteur Stephen Boyd dans Esclaves. À la télévision, CBS diffuse l'émission spéciale The Dionne Warwick Chevy Special qui la met en vedette entourée d'invités tels que Burt Bacharach, George Kirby, Glen Campbell ou Creedence Clearwater Revival.

Elle jouera ensuite au fil des années dans de nombreux films et autres séries, et sera également animatrice. En , elle anime ainsi une émission spéciale de 2 heures intitulée Solid Gold '79. L'événement remporte un tel succès qu'il devient une émission hebdomadaire dont elle est l'animatrice de 1980 à 1981 et de 1985 à 1986. De 1991 à 1998, elle partage l'animation avec Linda Georgian[17] du Psychic Friends Network[18], une émission d'infopublicité dans laquelle les téléspectateurs pouvaient consulter par téléphone une voyante pour 3.99$ la minute et qui est l'émission du genre la plus rentable de l'histoire selon le magazine Responce TV[19]. Durant ses années dans l'infopublicité, pendant lesquelles on la surnommait « la dame psychique », Dionne Warwick gagnait 3 millions de dollars par an.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Dionne Warwick a vendu plus de 100 millions d'albums et singles à travers le monde. En 2012, le magazine Billboard la classe deuxième chanteuse ayant eu le plus de chansons classées sur le Billboard Hot 100, derrière Aretha Franklin.

En 1985, elle est introduite au Hollywood Walk of Fame à Los Angeles[20].

Lauréats & nominations[modifier | modifier le code]

Prix Grammys[modifier | modifier le code]

Année Catégorie Pour
1965 meilleur enregistrement rhythm & blues "Walk on By" nomination
1968 meilleure prestation vocale pop, féminin "Alfie" nomination
meilleure prestation vocale solo féminin pop contemporain "I Say A Little Prayer" nomination
1969 meilleure prestation vocale pop contemporain, féminin "Do You Know The Way To San Jose" lauréat
1970 meilleure prestation vocale contemporain, féminin "The Girl's In Love With You" nomination
1971 I'll Never Fall In Love Again lauréat
1975 meilleure prestation vocale pop par un duo, groupe ou chœur "Then You Came" nomination
1980 meilleure prestation vocale pop, féminin "I'll Never Love This Way Again" lauréat
meilleure prestation vocale r&b, féminin "Deja Vu"
1987 enregistrement de l'année "That's What Friends Are For" nomination
meilleure prestation vocale pop, féminin Friends nomination
meilleure prestation pop par un duo ou groupe avec voix "Thar's What Friends Are For" lauréat
1992 meilleure prestation r&b par un duo ou groupe avec voix "Superwoman" nomination
2013 meilleur album vocal pop standard NOW nomination
2019 grammy lifetime achievement award Dionne Warwick lauréat

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Relations[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Dionne Warwick entretient des liens familiaux dont certains sont des célébrités⁹, en particulier du côté maternel. Sa mère, Lee Drinkard, est la sœur de Emily alias Cissy Houston, qui est chanteuse, elle est ainsi cousine de la chanteuse Whitney Houston et du joueur de basket-ball Gary Garland. Du côte paternel, elle est cousine de la chanteuse d'opéra Leontyne Price.

Dionne Warwick épouse l'acteur William Elliott en 1966[21] ; ils se remarient en 1967 à Milan et divorcent en 1975. Le couple a eu deux enfants, David (1969) et Davon (1973). Avant de devenir auteur-compositeur, David s'était engagé dans la police de Los Angeles. Au cours des années 2000, il fait ses premiers pas au cinéma dans Ali, où il joue le rôle du chanteur Sam Cooke. Il chante aussi régulièrement avec sa mère en tournée. Son frère Davon est producteur et a travaillé avec de nombreux artistes dont sa mère.

Du début des années 1960 à 2005[22], Dionne Warwick posséde une résidence dans l'État de Bahia au Brésil, qu'elle vend pour raisons familiales. En 2010, lors d'une entrevue à la télévision brésilienne, elle déclare que le Brésil est l'endroit où elle a l'intention de passer le reste de sa vie après sa retraite.

Aretha Franklin[modifier | modifier le code]

Aretha Franklin est connue comme un membre proche de la famille. Elle est en effet la marraine non officielle de Whitney Houston. Aretha Franklin a eu de nombreuses rivalités avec d'autres chanteuses comme Diana Ross ou Roberta Flack, et avec Dionne Warwick dont la rivalité remonte aux années 1960, alors que les chanteuses se concurrençaient dans les hit-parades. C'est ainsi qu'Aretha Franklin a voulu montrer à Dionne Warwick qui était « la reine Alpha » en reprennant I Say a Little Prayer, la version de cette dernière obtiendra un plus grand succès que celle de Dionne Warwick.

La tension entre les deux artistes se poursuit au cours des décennies suivantes. Dans les années 80, Aretha Franklin signe chez Arista, qui était également le label de Dionne Warwick et bientôt de sa cousine Whitney Houston. L'arrivée de cette dernière est vécu comme une menace par Aretha Franklin, créant jalousie chez celle-ci[23].

En 2017, la querelle reprend entre les deux chanteuses à la suite des propos qu'aurait tenus Dionne Warwick après les funérailles de Whitney Houston, soit cinq ans plus tôt, et qu'Aretha Franklin juge diffamatoires, en effet elle affirme ne pas avoir été aux funérailles pour des raisons de santé[24] et non, comme le prétend Dionne Warwick, parce qu'elle ne voulait pas se mêler des problèmes personnels de Witney Houston et aurait préféré donner ce soir-là un concert au Radio City Music Hall[25].

Situation financière[modifier | modifier le code]

En 2007, Dionne Warwick figure dans le Top 250 des contribuables délinquants, une liste annuelle publiée par le California Revenue & Taxation Service et dans laquelle ces personnes voient généralement leurs arriérés d'impôt augmenter de plus de 100 000 $. Elle devait ainsi 2,2 millions de dollars d'impayés à l'Internal Revenue Service[26], mais celui-ci reconnaît en 2009 avoir fait une erreur et réduit le montant à 1,2 million USD[27].

En 2013, la chanteuse se déclare en faillite. Celle-ci est due à une mauvaise gestion durant les années 90, cumulant plus de 7 millions de dollars de dettes auprès du service des impôts (Internal Revenue Service) et 3 millions auprès de l'État de Californie[28].

Démêlés judiciaires[modifier | modifier le code]

En 2002, Dionne Warwick est arrêtée à l'aéroport international de Miami pour possession de stupéfiants : 11 cigarettes de marijuana sont retrouvées dans ses bagages. Elle est accusée pour possession de marijuana, à hauteur de 5 grammes[29].

Activités caritatives[modifier | modifier le code]

Dionne Warwick s'implique socialement pour de nombreuses causes. Dans les années 1980, elle contribue à amasser des fonds pour la recherche contre le SIDA avec sa chanson That's What Friends Are For, qui a amassé 3 millions de dollars entre 1985 et 1986.

En 1985, elle participe au collectif We Are the World auprès de Michael Jackson et Lionel Richie pour combattre la famine en Éthiopie.

En 1989, elle met sur pied sa propre fondation (Warwick Foundation) avec laquelle elle organise des concerts de soutien. Sa fondation sera dissoute en 1993, à la suite du scandale consécutif à un reportage de la chaîne de télévision ABC.

En 2009, elle enregistre la chanson Starlight à l'occasion d'un partenariat entre la Starlight Children Foundation et New Gold Music Ltd. dans le but d'amasser des fonds pour les enfants hospitalisés.

En 2012, elle donne un concert à Londres au Royal Albert Hall lors du World Hunger Day organisé par Hunger Project contre la faim dans le monde[30].

Controverses[modifier | modifier le code]

Irrégularités dans la Warwick Foundation (1993)[modifier | modifier le code]

En 1993, la chanteuse se retrouve dans la tourmente à la suite d'un reportage d'enquête de l'émission One Day d'ABC News. En effet, des irrégularités auraient été commises dans le financement de la fondation de Warwick qui amasse des fonds pour la recherche contre le SIDA, dont les coûts administratifs représentaient 90%. De plus, Dionne Warwick est suspectée d'avoir voyagé en première classe et logé dans des hôtels luxueux lors d'événements caritatifs, tandis que son rôle inactif dans la fondation a incité la chaîne de télévision à enquêter. La chanteuse qualifiera le reportage d'ABC de raciste, tandis que le Service des impôts (Internal Revenue Service) relativisera les irrégularités de la fondation et les implications de la chanteuse à la suite d'une enquête démontrant l'absence d'intentions criminelles et aboutissant à un redressement favorable, réduisant de 1,2 millions de dollars sa dette fiscale.

Documentaire Whitney: Can I Be Me (2017)[modifier | modifier le code]

En 2017, Nick Broomfield réalise le documentaire Whitney: Can I Be Me retraçant pour l'essentiel la carrière de la chanteuse Whitney Houston, et abordant également les facettes plus sombres de la vie de cette dernière, principalement sa toxicomanie mais aussi son milieu familial déchiré ou la question des abus sexuels dont elle a été victime[31].

L'année suivante, la presse divulgue que la propre sœur de Dionne, la chanteuse Dee Dee Warwick, aurait agressé Whitney Houston dans son enfance[32]. Dionne Warwick et sa tante Cissy Houston (mère de Whitney) répliquent que ces informations sont fausses. Mais son cousin Gary Garland-Houston affirme le contraire et dit avoir été lui aussi victime, disant se souvenir que lui-même et Whitney étaient âgés de 7 et 9 ans au moment des faits[33].

« Dee Dee a peut-être eu des problèmes personnels, mais l'idée qu'elle aurait molesté mes enfants est écrasante et, pour nous, insondable. » Cissy Houston, The Guardian

Refusant ces allégations, les deux femmes ont tenté de freiner la projection du documentaire au Festival de Cannes.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Principales chansons[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Dionne Warwick en 1973.
  • 1963 : Presenting Dionne Warwick (album classé parmi les 50 plus grands albums de tous les temps catégorie « Women who rock » par le magazine Rolling Stone)[34]
  • 1964 : Anyone Who Had a Heart
  • 1964 : Make Way for Dionne Warwick
  • 1965 : The Sensitive Sound of Dionne Warwick
  • 1965 : Here I Am (en)
  • 1966 : Dionne Warwick In Paris
  • 1967 : Here, Where There Is Love
  • 1967 : Dionne Warwick Onstage and In the Movies
  • 1967 : The Windows of the World
  • 1968 : Dionne in the Valley of the Dolls
  • 1968 : Magic of Believing
  • 1968 : Promises Promises
  • 1969 : Soulful
  • 1969 : Dionne Warwick's Greatest Motion Picture Hits
  • 1970 : I'll Never Fall In Love Again
  • 1970 : Very Dionne
  • 1971 : The Dionne Warwick Story: Live
  • 1972 : Dionne
  • 1972 : From Within
  • 1973 : Just Being Myself
  • 1975 : Then Came You
  • 1975 : Track of the Cat
  • 1977 : A Man and a Woman (avec Isaac Hayes)
  • 1977 : Only Love Can Break a Heart
  • 1977 : Love at First Sight
  • 1979 : Dionne
  • 1980 : No Night So Long
  • 1981 : Hot! Live and Otherwise
  • 1982 : Friends in Love
  • 1982 : Heartbreaker
  • 1983 : How Many Times Can We Say Goodbye
  • 1985 : Finder of Lost Loves
  • 1985 : Friends
  • 1987 : Reservations for Two
  • 1989 : Dionne Warwick Sings Cole Porter
  • 1993 : Friends Can Be Lovers
  • 1995 : Aquarela Do Brazil
  • 1998 : Dionne Sings Dionne
  • 2000 : Dionne Sings Dionne Vol. 2
  • 2004 : My Favorite Time of the Year
  • 2006 : My Friends and Me
  • 2008 : Why We Sing
  • 2011 : Only Trust Your Heart
  • 2012 : Now (A Celebratory 50th Anniversary Album)
  • 2019 : Dionne Warwick

Participation au festival de Sanremo[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Année Titre Rôle Direction
1969 Esclaves Cassy Herbert J. Biberman
1987 Assistance à femme en danger Beth Jerry London
2018 Armed Shirley Mario Van Peebles
Frank and Ava Lady Singing The Blues Michael Oblowitz

Télévision[modifier | modifier le code]

Année Titre Rôle Note
1976 Switch Sheri épisode 22, saison 1
1977 Sherry épisode 4 & 5, saison 3
200 dollars plus les frais Theda Moran / Theda Best épisode 4, saison 4
1986 L'Homme qui tombe à pic épisode 20, saison 5
1992 Extralarge: Black Magic Mama Limbo téléfilm
Out All Night elle-même épisode 8
1993 Capitaine Planète Dr. Russell (voix) épisode 7, saison 4
1996 Les Frères Wayans Mrs. Jackson
1999 Aux frontières de l'étrange Effy épisode 12, saison 1
Happiley Ever After: Fairy Tales for Every Child Miss Kitty épisode 3, saison 3
2000 Walker, Texas Ranger Dionne Berry épisode 10, saison 8
2019 Maui Kitty's Play Time Namaka épisode 1

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Dionne Warwick recalls her first time on stage », sur TODAY.com (consulté le )
  2. « GospelFlava.com - Articles - Gospel Story - Anne Drinkard-Moss », sur www.gospelflava.com (consulté le )
  3. (en) « Dionne Warwick! », sur Russ & Gary's "The Best Years of Music", (consulté le )
  4. (en) « Dionne Warwick », sur GRAMMY.com, (consulté le )
  5. (en) Nielsen Business Media Inc, Billboard, Nielsen Business Media, Inc., (lire en ligne)
  6. (en) Nielsen Business Media Inc, Billboard, Nielsen Business Media, Inc., (lire en ligne)
  7. (en-US) « Gold & Platinum », sur RIAA (consulté le )
  8. « From the S&S archives: Dionne Warwick captures grand prize at Tokyo Music Festival », sur Stars and Stripes (consulté le )
  9. www.fao.org
  10. « PHOTOS - Dionne Warwick, l'une des candidates de l'émission The Celebrity Apprentice, à New York le 20 octobre 2010 », sur purepeople.com (consulté le ).
  11. « PHOTOS - Dionne Warwick sur le tournage de l'émission de télé-réalité The Celebrity Apprentice, à New york le 25 octobre 2010 », sur purepeople.com (consulté le ).
  12. (en) « Dionne Warwick Album And Tour »
  13. (en) « Carlos Keyes Books Dionne Warwick on World Tour »
  14. « DIE GOLDENE KAMERA », sur www.goldenekamera.de, (version du sur Internet Archive)
  15. « Lady Gaga dans le biopic de Dionne Warwick ! | Gagassip.fr », sur www.gagassip.fr (consulté le )
  16. (en) « Special Merit Awards Recipients Revealed », sur GRAMMY.com, (consulté le )
  17. (en-US) Wayne K. Roustan, Sun Sentinel, « Psychic Friends Network host succumbs to cancer », sur Sun-Sentinel.com (consulté le )
  18. KORIN MILLER, « Despite infomercial, Vivica A. Fox says she's no friend of the Psychic Friends Network », sur nydailynews.com (consulté le )
  19. (en-US) David Barboza, « THE MEDIA BUSINESS: Advertising;Late-night channel surfers have made the Psychic Friends Network an infomercial success story. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  20. « Dionne Warwick | Hollywood Walk of Fame », sur www.walkoffame.com (consulté le )
  21. « William Elliott », sur IMDb (consulté le )
  22. (en-GB) Jacqui Goddard, « Dionne Warwick: dizzying downfall of a bankrupt diva », The Daily Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le )
  23. (en) Keith Murphy, « How the Aretha Franklin and Dionne Warwick feud began », sur Page Six, (consulté le )
  24. (en) Erin Calabrese, « Whitney’s friends sing goodbye », sur New York Post, (consulté le )
  25. (en) Joe Tacopino, « Aretha Franklin reignites old feud, rips Dionne Warwick », sur Page Six, (consulté le )
  26. (en) Robert W. Wood, « Dionne Warwick Proves IRS Tax Liens Can Be Wrong », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. « Dionne Warwick -- $1.2 Million Break in Unpaid Tax Case », TMZ,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « Dionne Warwick files for bankruptcy in New Jersey - New York News | NYC Breaking News », (version du sur Internet Archive)
  29. « Dionne Warwick arrested for pot possession - CNN », (version du sur Internet Archive)
  30. « One World, One Song | The Hunger Project UK », sur www.thehungerproject.co.uk, (version du sur Internet Archive)
  31. (en-GB) Peter Bradshaw, « Whitney: Can I Be Me review – sex and drugs and a family at war », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  32. « Whitney Houston : un documentaire dévoile l'agression sexuelle de la chanteuse », sur Orange cinéma, (consulté le )
  33. (en-GB) Ben Beaumont-Thomas, « Dionne Warwick and Cissy Houston say Whitney abuse claims are 'unfathomable' », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  34. Classé parmi les 50 plus grands albums de tous les temps (Women who rock The 50 greatest albums of all time)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]