Louis Armstrong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article a été relu — sur sa forme — le 7 juillet 2016 à 19:18 (CEST) par Delarouvraie Salon, participant à l'atelier de relecture.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Armstrong.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Louis Armstrong
Description de cette image, également commentée ci-après

Louis Armstrong en 1953.

Informations générales
Surnom Satchmo, Pops
Nom de naissance Louis Daniel Armstrong
Naissance
La Nouvelle-Orléans, États-Unis
Décès (à 69 ans)
New York, États-Unis
Activité principale trompettiste, chanteur, compositeur
Genre musical Jazz, blues, gospel
Instruments Cornet, trompette
Années actives 1919 - 1971

Louis Armstrong, né le [1] à La Nouvelle-Orléans en Louisiane et mort le à New York, également connu sous les surnoms de Satchmo (pour satchel-mouth, littéralement bouche-sacoche), est un musicien américain de jazz.

D'une musique de folklore afro-américaine enracinée dans le gospel et le blues traditionnel et enfermée dans un terroir, Armstrong a fait un courant musical national et populaire à vocation universelle. Son talent de trompettiste, son charisme, ses qualités d'homme de scène et sa personnalité généreuse ont forgé au fil du temps sa renommée internationale. Il a créé un nouveau style vocal, le scat, ce qui a fait de lui l'un des chanteurs de jazz les plus influents de son époque. Durant plus de quarante ans, de tournées en tournées, Louis Armstrong restera le meilleur ambassadeur du jazz à travers le monde entier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Né le dans une famille noire pauvre de La Nouvelle-Orléans, Louis, à la suite de l'absence de son père William Armstrong qui a quitté le foyer familial, est élevé par sa mère Maryann et sa grand-mère Joséphine (née esclave). Enfant, il chante dans les rues de La Nouvelle-Orléans dans un petit groupe vocal. En grandissant dans un quartier difficile, il est plusieurs fois envoyé en raison d’actes de délinquance dans un foyer pour enfants de couleur abandonnés : le Home for Coloured Waifs. Selon les fichiers de la police, il y fait un long séjour après avoir tiré un coup de feu en l’air avec un pistolet pour fêter la nouvelle année.

Il apprend à jouer du cornet à pistons dans l’orchestre de ce foyer, grâce à son premier instrument offert par les Karnofsky, une famille juive d’origine russe qui s'était prise d'affection pour l'enfant[2]. Une fois libéré, il joue du cornet dans les cabarets du quartier chaud de Storyville. Il rencontre King Oliver qui lui donne des conseils et remplace un temps King Olive dans l'orchestre du tromboniste Kid Ory sur le riverboat (en) Capitol. Il assiste aux parades des brass bands et écoute les vieux musiciens dès qu’il en a l’occasion, apprenant de Bunk Johnson, Buddy Petit (en) et par-dessus tout de Joe « King » Oliver. Il joue plus tard dans les brass bands avec l'orchestre réputé de Fate Marable (en) sur les bateaux à vapeur qui remontent le Mississippi.

Débuts de carrière[modifier | modifier le code]

En 1922, Louis, après la fermeture de Storyville en 1917, accompagne le mouvement général d'exode pour Chicago, où il est engagé comme second trompettiste par Joe « King » Oliver dans son Creole Jazz Band. Chicago dès lors devient la Mecque du style New-Orleans. Dans ce contexte bouillonnant, il enregistre ses premiers disques. Il travaille avec le batteur et chef d'orchestre Ollie Powers avant d'être engagé l'année suivante dans l'un des big bands phares de New York, celui de Fletcher Henderson.

Il épouse la pianiste Lil Hardin et se fait l'accompagnateur attitré de quelques grandes chanteuses de blues comme Bessie Smith ou Ma Rainey, puis enregistre quelques morceaux avec le pianiste Clarence Williams avant d'intégrer la formation de sa femme, les Dreamland Syncopators. Il retourne à Chicago et enregistre pour la firme Okey le 12 novembre 1925 la toute première séance du Hot Five en compagnie de Lil Hardin au piano, Johnny Dodds à la clarinette, Baby Dodds (en) à la batterie et Kid Ory au trombone.

Il joue dans l'orchestre d'Erskine Tate (en), le Vendome Orchestra[3], joue à l'occasion avec Clarence Jones et Carroll Dickerson (en) avant de former le Hot Seven, et d'enregistrer jusqu'en décembre 1928 quelques-uns des grands classiques du jazz comme Potato Head Blues (en), Muggles (recording) (en), Fireworks, et surtout deux chefs-d'œuvre, West End Blues (en) (28 juin 1928) et Tight Like This (12 décembre 1928) chez la firme Okey ; le jeu de Louis à la trompette est révolutionnaire ; son introduction virtuose dans West End Blues demeure l'une des plus célèbres de l’histoire du jazz et reste un modèle pour les générations suivantes d'instrumentistes, dont beaucoup l'apprendront par cœur et la joueront à la note près.

Armstrong repart pour New York en 1929, puis pour Los Angeles en 1930, et effectue une tournée en Europe. En 1935, il se rompt l'orbicularis oris, un muscle labial, et il est contraint de mettre sa carrière de trompettiste entre parenthèses pendant un an. Les lèvres meurtries, il ne retrouvera jamais sa virtuosité. Après avoir passé de nombreuses années sur la route, il s'installe dans le Queens (New York) en 1943. Bien que soumis aux vicissitudes de Tin Pan Alley et au fait que la production musicale de l’époque soit dirigée par des gangsters, il continue à développer ses qualités de musicien.

Pendant les trente années qui suivent, Louis Armstrong joue en moyenne plus de 300 concerts par an. Au cours des années 1940, les réservations pour les orchestres diminuent progressivement à cause des changements de goût du public : les salles de bal ferment, et la concurrence de la télévision et des autres genres de musique se font de plus en plus fortes. Il devient impossible d'entretenir un orchestre de tournée de seize musiciens.

The All Stars[modifier | modifier le code]

Portrait de Louis Armstrong en 1953

Vers 1950, Louis Armstrong réduit son groupe à six membres, revenant au style Dixieland qui l'a rendu célèbre à ses débuts. Ce groupe est appelé « the Pom pom boys », où jouent des musiciens tels que Barney Bigard, Jack Teagarden, Trummy Young, Arvell Shaw (en), Marty Napoleon (en), Big Sid Catlett ou Barrett Deems (en). À cette époque, il enregistre beaucoup et apparaît dans plus de trente films. En 1964, il enregistre son titre le plus célèbre et le plus vendu : Hello, Dolly.

Louis Armstrong continue ses tournées à un rythme effréné et ne s’arrête que quelques années avant sa mort. Dans ses dernières années, il joue parfois l’un de ses nombreux concerts par cœur, mais d’autres fois, il électrise le concert le plus mondain de son jeu vigoureux, souvent à l’étonnement de son groupe. Il connaît également des tournées à succès en Afrique, en Europe et en Asie avec le soutien du Département d'État américain et il est bientôt surnommé « Ambassador Satch ». En dépit d’une santé fragile durant les dernières années de sa vie, il continue à jouer jusqu'à sa mort.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Les surnoms Satchmo ou Satch proviennent de Satchelmouth (littéralement « bouche-sacoche », qui décrit son embouchure). En 1932, Percy Brooks, alors rédacteur au magazine Melody Maker, accueille Louis Armstrong à Londres par un « Bonjour Satchmo », raccourcissant Satchelmouth (certains diront que c'était involontaire). Ce surnom lui restera. Plus tôt, il a aussi été connu sous le surnom de Dippermouth (Bouche plongeante). Ces termes font référence à la manière dont il tenait sa trompette lorsqu'il jouait. Elle était placée sur ses lèvres de telle façon que, lorsqu'il jouait de longues heures, la trompette laissait une empreinte sur sa lèvre supérieure, d'où le terme « Dippermouth ». Cette marque est effectivement visible sur de nombreuses photographies de Louis Armstrong de cette période. Ces problèmes de lèvres l'amèneront à développer son côté chanteur, lors des concerts et dans les enregistrements, étant donné qu'au-delà d'une certaine durée, il ne lui est plus possible de jouer de sa trompette. Toutefois, après avoir mis de côté son instrument pendant un certain temps, il modifiera son style de jeu et poursuivra sa carrière de trompettiste, sans se risquer aux prouesses techniques qu'il réalisait à ses débuts. Ses amis et les musiciens dont il est proche l'appellent « Pops », terme qu'Armstrong utilise lui-même pour s'adresser à ses amis et aux musiciens qu'il côtoie (à l'exception de Pop Foster, qu'Armstrong appelle toujours « George »).

Il est critiqué pour avoir accepté le titre de « Roi des Zoulous » pour le Mardi Gras en 1949. C'est un rôle honoré par la communauté afro-américaine de La Nouvelle-Orléans en tant que président du carnaval Krewe, mais qui est perçu comme offensant pour les étrangers ; cela, à cause du costume traditionnel constitué de jupes d'herbe tressée et du maquillage noir sur le visage, satirisant les attitudes des sudistes blancs.

Cette apparente insensibilité d'Armstrong au problème racial constituée par son apparition en roi des Zoulous a parfois été perçue comme une défaite du musicien. Alors que certains ont vu en lui une personnalité chaleureuse et conviviale, d'autres lui ont reproché de trop vouloir plaire au public blanc et d'être une caricature de troubadour. Des musiciens critiquent Armstrong parce qu'il joue face à des publics ségrégationistes, parce qu'il ne prenait pas assez parti pour le Mouvement des droits civiques, ce qui a pu l'assimiler à un Oncle Tom. Billie Holiday a cependant rétorqué à cela : « Bien sûr, Pops est un Tom, mais c'est un Tom qui a du cœur. »[4] Elle faisait référence à l’Oncle Tom qui a une attitude obséquieuse et servile envers les Blancs)[5].

Armstrong a en fait été l'un des principaux soutiens financiers de Martin Luther King Jr. et d'autres activistes pour les droits civiques, mais il préférait aider discrètement ce mouvement et ne pas mêler ses opinions politiques à son métier de musicien. Le peu d'exceptions furent d'autant plus efficaces lorsqu'il parlait ; la critique qu'il fit d'Eisenhower, Président des États-Unis d'Amérique, en le qualifiant de « double face » et de « mou » lors du conflit sur la discrimination à l'école à Little Rock, Arkansas, en 1957, fit la une nationale. En signe de protestation, Armstrong annula une tournée organisée en Union soviétique au nom du département d'État, en disant ː « Étant donné la façon dont ils traitent mon peuple dans le Sud, le gouvernement peut aller se faire voir » et qu'il ne pouvait pas représenter son gouvernement à l'étranger alors que ce gouvernement était en conflit avec son propre peuple.

C'était un homme généreux dont on disait qu'il avait donné autant d'argent qu'il en avait gardé pour lui-même. Louis Armstrong adopta le fils de sa cousine Flora disparue peu après sa naissance. Il n'a cessé de prendre soin de Clarence Armstrong, handicapé mental, à qui il a assuré une rente à vie.

Musique[modifier | modifier le code]

Louis Armstrong (1955)

À ses débuts, Louis Armstrong était surtout connu pour sa virtuosité au cornet à pistons et à la trompette. La meilleure interprétation de trompette de ses premières années peut être entendue sur ses disques Hot Five et Hot Seven. Les improvisations sur ces disques de jazz Nouvelle-Orléans et de chansons populaires de l’époque surclassent celles des interprètes de jazz qui lui ont succédé. La génération de musiciens précédente de jazz Nouvelle-Orléans qualifiaient leurs improvisations de « variations de la mélodie » ; les improvisations de Louis Armstrong étaient audacieuses et complexes, avec des touches subtiles et mélodiques. Souvent, il réécrivait les fondements des airs pop qu’il jouait, les rendant ainsi intéressants. Sa technique d’interprétation est remplie de mélodies innovantes, joyeuses et inspirées, de bonds créatifs et de rythmes subtilement relâchés ou forts. Le génie de ces morceaux allait de pair avec sa technique musicale, affinée par une pratique continue. Cela augmenta les tons, la tessiture et d’une manière générale les possibilités offertes par la trompette. Dans ces disques, Louis Armstrong créa quasiment à lui seul le rôle de soliste de jazz, transformant ce qui était à l’origine une musique folklorique collective en un art d’expression individuelle.

Les travaux de Louis Armstrong dans les années 1920 poussèrent celui-ci à jouer aux limites extrêmes de ses capacités. Particulièrement, les morceaux du disque Hot 5 comportent souvent des fautes mineures et des notes ratées, qui néanmoins diminuent peu le plaisir de l’écoute puisque l’énergie de la prestation spontanée est transmise. Dans la moitié des années 1930, il atteint une assurance calme, sachant exactement ce qu’il voulait faire et exécutant ses idées à la perfection.

Au fur et à mesure que sa musique progressait et gagnait en popularité, ses chansons devenaient importantes. Armstrong n’était pas le premier à enregistrer du chant scat, mais il l'aida à le populariser. Il eut du succès avec son interprétation et son chant scat sur Heebie Jeebies (en), et criait « I done forgot the words » au milieu de son enregistrement « I'm A Ding Dong Daddy From Dumas ». De tels disques furent des succès et le chant scat devint une partie essentielle de ses représentations. Longtemps avant, néanmoins, Armstrong s’amusait avec ses chansons, raccourcissant et rallongeant des phrases, plaçant des improvisations, utilisant sa voix d’une manière aussi créative que sa trompette.

Durant sa longue carrière, il joua et chanta avec les plus importants instrumentistes et chanteurs, parmi lesquels le singing brakeman Jimmie Rodgers, Bing Crosby, Duke Ellington, Fats Waller, Fletcher Henderson, Bessie Smith, et Ella Fitzgerald. Son influence sur Bing Crosby est particulièrement importante étant donné le développement ultérieur de la musique populaire : Crosby admirait et copiait Armstrong, comme on peut le constater sur beaucoup de ses premiers enregistrements, notamment « Just One More Chance » (1931). Le « New Grove Dictionary Of Jazz » décrit la dette de Crosby à Armstrong en détail, bien qu’il ne désigne pas explicitement Armstrong : « Crosby (…) était important en introduisant, dans le courant du chant populaire, un concept afro-américain de chant comme une extension lyrique de la parole, de l’élocution (…) Ses techniques – relâchant le poids de son souffle sur les cordes vocales, passant en de voix de tête dans un registre grave, en mettant en avant la production pour aider une prononciation marquée, chantant sur les consonnes (une habitude chez les chanteurs noirs), et employant une discrète utilisation des appoggiatures, des mordants et des liaisons pour accentuer le texte – ont été imitées par presque tous les chanteurs populaires ultérieurs »[6]. Armstrong enregistra trois albums avec Ella Fitzgerald: « Ella and Louis », « Ella and Louis Again », et « Porgy and Bess » pour « Verve Records ». Ses enregistrements « Satch Plays Fats », toutes les mélodies de « Fats Waller », et « Louis Armstrong Plays W.C. Handy » dans les années 1950 étaient peut-être les dernières de ses grands enregistrements créatifs, mais même les étrangetés comme « Disney Songs the Satchmo Way » ont leurs moments musicaux. Sa production tardive a été fortement critiquée pour être simpliste ou répétitive.

Armstrong eut beaucoup de morceaux à succès, notamment C’est si bon, Stardust, What a Wonderful World, When the Saints Go Marching In, Dream a Little Dream of Me, Ain't Misbehavin', et Stompin' at the Savoy. We Have All the Time in the World figurait sur la bande son du film James Bond Au service secret de Sa Majesté, et bénéficia d'une popularité renouvelée au Royaume-Uni en 1994 quand il figura sur une publicité pour Guinness, atteignit la 3e place dans les hit-parades des rééditions.

En 1964, Armstrong fit chuter les Beatles du top du hit-parade « Billboard Hot 100 » avec Hello, Dolly, qui donna à l’interprète de 63 ans le record aux États-Unis d'Amérique de l'artiste le plus âgé à avoir un titre au top du classement. En 1968, Armstrong marqua un dernier succès populaire au Royaume-Uni avec la chanson sentimentale What a Wonderful World, qui fut premier des hits-parades britanniques pendant un mois ; néanmoins, le single ne fut pas du tout un succès en Amérique. La chanson devint populaire quand elle fut utilisée en 1987 dans le film Good Morning, Vietnam, sa réédition s'élevant au sommet des hit-parades dans de nombreux pays.

Armstrong appréciait des styles différents de musique, du blues le plus direct aux doux arrangements sirupeux de Guy Lombardo, en passant par les chansons folkloriques latino-américaines et les symphonies classiques et à l’opéra. Armstrong intégra les influences de toutes ces sources dans ses représentations, rendant parfois perplexes ses fans qui auraient préféré qu’Armstrong reste dans un style conformiste. Cependant, il n'appréciait pas le mouvement bop et ses successeurs. Armstrong fait partie du « Rock and Roll Hall of Fame » en tant qu'influence majeure.

Timbre de voix[modifier | modifier le code]

Au niveau du larynx, les cordes vocales sont surplombées par des bandes ventriculaires au nombre de deux, appelées également « fausses cordes vocales ». Chez l'être humain, leur rôle n'a qu'un intérêt phonatoire restreint. La voix si particulière de Louis Armstrong était due à un œdème et à une hypertrophie de ses fausses cordes vocales. Jouer de la trompette était une action aggravante[7].

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (mars 2015).
Découvrez comment la « wikifier ».
  • The Best of the Hot 5 and 7 recordings, Columbia, 1925-1927
  • The Quintessence, Frémeaux & Associés/Night & Day 1925/1940
  • Ella and Louis, Verve, 1957
  • Louis and the Good Book, MCA, 1958
  • Louis Armstrong & Ella Fitzgerald, Porgy and Bess, Verve, 1958
  • Louis Armstrong & Duke Ellington, The Complete Sessions, 1961
  • What a wonderful world
  • Go down moses, 1996
  • When the saints go marching in, reprise d'un chant populaire noir-américaine, 1930

Filmographie[modifier | modifier le code]

(dans son propre rôle)

(Voix)

Mort et héritage[modifier | modifier le code]

Louis Armstrong meurt d’une crise cardiaque le , à l’âge de 69 ans, onze mois après son célèbre show à l’Empire Room du Waldorf Astoria. Il est enterré au cimetière de Flushing à New York, près de sa dernière demeure à Corona dans le Queens (New York).

L'influence d'Armstrong sur le développement du jazz est sans commune mesure. Son charisme d'homme de scène et de personnalité publique était si fort vers la fin de sa carrière qu'il éclipsait parfois ses contributions de musicien ou de chanteur.

Armstrong était un virtuose de la trompette et un improvisateur. Grâce à son jeu la trompette est devenue un instrument soliste de jazz. Il était également un accompagnateur et un musicien d'ensemble.

Armstrong peut être considéré comme l'inventeur du jazz chanté. Il jouait de sa voix râpeuse si reconnaissable dans l'improvisation, liant les paroles et la mélodie des chansons de manière expressive. Il était également doué pour le scat, dont il s'est servi pendant l'enregistrement de "Heebie Jeebies" lorsque ses partitions tombèrent au sol et qu'il entonna alors un chant composé d'onomatopées (comme on avait coutume de le faire à La Nouvelle-Orléans). Si, contrairement à l'idée reçue, il n'a pas inventé le scat, il fut en revanche le premier à inclure une improvision scat dans un titre. Billie Holiday et Frank Sinatra reprirent ensuite ce principe.

Armstrong fit de la figuration dans plus d'une douzaine de films hollywoodiens mineurs, jouant généralement un chef d'orchestre de jazz ou un musicien. Il fut le premier Afro-Américain à organiser une émission de radio nationale dans les années trente. Il a également fait des apparitions télévisées, particulièrement dans les années cinquante et soixante, et notamment dans The Tonight Show Starring Johnny Carson. Louis Armstrong a une étoile à son nom sur le Walk of Fame d'Hollywood, au 7601 Hollywood Boulevard.

De nombreux enregistrements d'Armstrong continuent à être populaires. Plus de trois décennies après sa mort, des enregistrements datant des différentes périodes de sa carrière sont maintenant plus facilement accessibles que lorsqu'il était en vie. Ses chansons sont diffusées et écoutées tous les jours dans le monde entier et sont mises à l'honneur dans des films, des séries télévisées, des publicités et même dans des dessins animés ou des jeux vidéo (Fallout 2, notamment, a « A Kiss to Build a Dream on » pour musique d'introduction). Son enregistrement de 1923 avec Joe Oliver et son Creole Jazz Band est écouté comme une référence en matière d'ensembles de jazz Nouvelle-Orléans. Très souvent, néanmoins, Armstrong enregistra avec des orchestres standards, où seul son jeu de trompette était intéressant. « Melancholy Blues », joué par Armstrong et les Hot Seven, fait partie des enregistrements sonores embarqués à bord des sondes Voyager envoyées dans l'espace.

Armstrong prit des dispositions pour qu'après sa mort et celle de sa femme Lucille, une fondation pour l'éducation musicale des enfants défavorisés soit créée, et pour que sa maison et des archives substantielles d'écrits, de livres, d'enregistrements et de souvenirs soient léguées au Queens College de la City University of New York. Les archives Louis Armstrong sont accessibles aux chercheurs en musicologie, et sa maison[8], transformée en musée, a ouvert ses portes au public le 15 octobre 2003.

L'écrivain argentin Julio Cortázar, se décrivant lui-même comme un admirateur d'Armstrong, affirme qu'en 1952, le concert de Louis Armstrong au théâtre des Champs-Élysées à Paris l'a inspiré pour imaginer des créatures appelées Cronopios, sujets de nombre de ses nouvelles. Cortázar qualifia un jour Louis Armstrong de Grandísimo Cronopio (plus grand Cronopio).

Le principal aéroport de La Nouvelle-Orléans s'appelle le Louis-Armstrong-New-Orleans-International-Airport.

Hommages[modifier | modifier le code]

Miles Davis rendit un hommage à Armstrong dans cette célèbre phrase : « Dès qu'on souffle dans un instrument, on sait qu'on ne pourra rien en sortir que Louis n'ait déjà fait. »

Certaines sources ont affirmé que le dessinateur Al Taliaferro avait baptisé un des neveux de Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou (Huey, Dewey and Louie en version originale) d'après Louis Louie Armstrong, ce qui est aujourd'hui démenti[9].

Le chanteur John Scatman lui rend hommage dans sa chanson Everybody Jam.

Claude Nougaro lui rend hommage dans sa chanson Armstrong, qui reprend la mélodie de Go Down Moses.

Le musicien Irakli est le plus grand spécialiste français d'Armstrong, il lui rend hommage depuis plus de 30 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Armstrong a toujours affirmé qu'il n'était pas certain de sa date de naissance, bien qu'il la célébrât habituellement le 4 juillet. En public, il citait généralement l'année 1900, quoiqu'il mentionnât 1901 sur ses papiers de sécurité sociale et d'autres papiers officiels. En utilisant des documents du baptême catholique de Louis provenant de sa grand-mère, le chercheur Tad Jones, spécialiste de la musique de La Nouvelle-Orléans, a établi que sa véritable date de naissance est le 4 août 1901. Grâce également à d'autres sources, cette date est maintenant communément acceptée parmi les spécialistes de la vie d'Armstrong.
  2. Il reconnaît dans ses écrits et mémoires que cette famille juive fut le déclencheur de sa réussite ; en reconnaissance il porta toute sa vie l'étoile de David sur lui, in Louis Armstrong, In His Own Words: Selected Writings of Louis Armstrong par Louis Armstrong et Thomas Brothers. Oxford University Press, New York, 1999.
  3. C'est durant cette période que Louis abandonne définitivement le cornet pour la trompette.
  4. (en) Paul Finkelman, Encyclopedia of African American History, 1896 to the Present: From the Age of Segregation to the Twenty-first Century Five-volume Set, Oxford University Press, USA, (ISBN 9780195167795, lire en ligne)
  5. « Definition of “Uncle Tom” | Collins English Dictionary », sur www.collinsdictionary.com (consulté le 11 novembre 2015)
  6. Traduction libre de : "Crosby… was important in introducing into the mainstream of popular singing an Afro-American concept of song as a lyrical extension of speech… His techniques - easing the weight of the breath on the vocal chords, passing into a head voice at a low register, using forward production to aid distinct enunciation, singing on consonants (a practice of black singers), and making discreet use of appoggiaturas, mordents, and slurs to emphasise the text - were emulated by nearly all later popular singers"
  7. L’odyssée de la voix - Jean Abitbol - Robert Laffont - Paris - 2005 p. 65&205
  8. Coordonnées : 34-56, 107e rue (entre la 34e et la 35e avenue), Corona, NY 11368 ; téléphone : (718) 478-8274.
  9. Interview du dessinateur et scénariste Floyd Gottfredson : "Dana Coty, a gag man who later sold ideas to Barks for the comics, came up with the euphonious names Huey, Dewey and Louie, with the names taken from Huey Long, governor and later senator of Louisiana; Thomas Dewey, governor of New-York, and subsequently a presidential candidate; and Louis Schmitt, an animator at the Disney Studio in the 1930s and 1940s." Cité dans Thomas Andrae : Carl Barks And the Disney Comic Book: Unmasking the Myth of Modernity (Univ. Press of Mississippi, 2006 - ISBN 1-57806-858-4)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Louis Armstrong, Ma vie à La Nouvelle-Orléans, éd. Coda, Paris, 2006 (ISBN 284967026X)
  • (fr) Michel Boujut, Pour Armstrong, éd. Filipacchi, Paris, 1976
  • (fr) Robert Goffin, Louis Armstrong, le roi du jazz, édition Pierre Seghers, Paris, 1947
  • (en) Louis Armstrong et Thomas Brothers, Louis Armstrong, in His Own Words: Selected Writings, Oxford University Press, Oxford, 2001 (ISBN 019514046X)
  • (en) Laurence Bergreen, Louis Armstrong: An Extravagant Life, éd. HarperCollins, New York, 1998 (ISBN 0553067680)
  • (en) Michael Cogswell, Armstrong: The Offstage Story of Satchmo, Collectors Press, Portland, 2003 (ISBN 1888054816)
  • (en) Michael Meckna, Satchmo: The Louis Armstrong Encyclopedia, Greenwood Press, Westport, 2003 (ISBN 0313301379)
  • (en) Terry Teachout, Pops: A Life of Louis Armstrong, Houghton Mifflin Hacourt, New York, 2009 (ISBN 978-0-15-101089-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]