Awa Ly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Awa Ly
Awa Ly .jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (43 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Awa Ly née le à Paris est une auteure-compositrice-interprète et actrice française[1].

Née en France de parents sénégalais, Awa Ly se passionne très tôt pour la musique et le chant. Installée à Rome, elle travaille comme productrice pour des chaînes de télévision et chante dans différents groupes[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Awa Ly en concert le au festival Jazz en Baie.
Awa Ly le au festival Jazz en Baie.

Awa Ly fréquente l'école Albert-Petit de Bagneux (Hauts-de-Seine), où elle vit avec ses frères, ses sœurs et leurs parents mélomanes. Elle découvre le plaisir d'avoir un auditoire lorsque les enfants de l'école lui demandent de chanter. Elle découvre le jazz grâce à Elie Chemali, pianiste et agent de la médiathèque Louis-Aragon à Bagneux à cette époque. En 1998, elle est repéré par Jean-Claude Félix-Tchicaya, un ancien adjoint au maire chargé de la Jeunesse qui en fit une des chanteuses principales de sa chorale Conscience, théâtre, chants dans toutes les langues. Elle poursuit ses études de commerce international et d'audiovisuel.[réf. nécessaire]

Elle s'installe à Rome en 2002 et sort son premier album Modulated en 2009, tout en commençant une carrière d'actrice en Italie. Elle donne son premier concert à la Maison de la musique et de la danse de Bagneux en février 2011.

En 2016, Awa Ly édite son troisième album, Five And Feather, né d'un rêve : « Le son me menait jusqu’à cette surface liquide, alanguie sous une blue moon, se souvient-elle. Sur l’eau, flottait une apparition, aura drapée de vêtements vaporeux, parlant une langue inconnue, ni français, ni italien, ni wolof : une diseuse d’histoire. Elle m’a soignée… »[2]. L'album est réalisé par Jean Lamoot et Pascal Danae du groupe Rivière noire (Victoire de l'album de musiques traditionnelles ou de musiques du monde en 2015), y participent également les musiciens Ballaké Sissoko, Guo Gan et y figure un duo avec Faada Freddy (Here)[3],[4]. Awa Ly compose les dix titres de l'album, en langue anglaise (You will be mine est écrit par Slow Joe) sur une musique héritée du jazz, de la soul, de la folk et de rythmes africains[5]. En 2017, elle se produit sur la scène du Café de la danse à Paris et est en tournée dans toute la France[6],[7].

Elle rend en novembre 2019 un hommage à Alaa Salah, symbole de la révolte soudanaise contre le régime d'Omar el-Bechir dans le clip de son single Close your eyes.

Elle se produit maintenant dans les salles et les festivals aux États-Unis, en France au Japon ainsi qu'au Sénégal. Son réalisateur Polérik Rouvière et elle-même ont convié Arthur H, le groupe Delgres, Anne Paceo batteuse, et le guitariste Moh Kouyaté pour enregistrer dans leur studio.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Modulated
  • 2011 : Parole prestate, EP
  • 2014 : Awa Ly
  • 2016 : Five And A Feather
  • 2020 : Safe and Sound

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie, sur imdb, consulté le .
  2. a et b « La vision d’Awa Ly », sur musique.rfi.fr, consulté le 26 février 2017.
  3. « Awa Ly Five and a Feather », sur fipradio.fr, consulté le 26 février 2017.
  4. « En écoute : le superbe album d’Awa Ly, entre jazz, pop et musique africaine », sur lesinrocks.com, consulté le 26 février 2017.
  5. « Awa Ly : Portrait d'une artiste à la voix contagieuse », sur virginradio.fr, consulté le 26 février 2017.
  6. « Awa Ly en concert au Café de la Danse », sur fipradio.fr, consulté le 26 février 2017.
  7. « Awa Ly au festival Au Fil des Voix », sur concert.arte.tv, consulté le 26 février 2017.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Méréva Balin, « Un amour de la musique forgé à Bagneux », Bagneux Infos, n°283, janvier 2020, pp. 10-11.

Liens externes[modifier | modifier le code]