William Saurin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

William Saurin
logo de William Saurin
illustration de William Saurin

Création 1898
Fondateurs William Saurin
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan Traiteur depuis 1898
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Denis Michault, DG
Activité Agroalimentaire
Produits Plats cuisinés en conserves et barquettes
Société mère Cofigeo et Arterris
Site web william-saurin.fr

Chiffre d’affaires 308 628 518 Euros (2009)[1]

William Saurin est une société agroalimentaire française fondée en 1898 et spécialisée dans la fabrication de plats cuisinés. Elle porte le nom de son fondateur, William Saurin, épicier spécialisé dans la confection de plats cuisinés commercialisés en boîte de conserve[2].

Connue pour ses plats en conserve typiquement français, tels que le cassoulet ou les saucisses aux lentilles, la société commercialise ses produits sous la marque éponyme, ainsi que sous la marque Panzani, utilisée sous licence pour les raviolis uniquement.

William Saurin appartient depuis 2017 à Cofigeo et à la coopérative Arterris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

En 1898, Emmanuel Adolphe William Seurin (1872-1937) dit « William Saurin » ouvre une épicerie à Saint-Mandé[3]. La société se développe rapidement en utilisant l'appertisation (du nom de l’inventeur de la conserve alimentaire, Nicolas Appert) pour la fabrication des conserves de plats mijotés et de confitures[4]. Elle reste cependant familiale jusqu'en 1979, lorsque Vincent Saurin la revend à Lesieur.

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1986, le groupe agroalimentaire italien Ferruzzi, qui, via le conglomérat Montedison, possède notamment Béghin-Say et Eridania, souhaite s'emparer de Lesieur. Pour contrer cette tentative, Saint-Louis, associé avec Lesieur, rachète son partenaire.

Cependant, en 1988, Saint Louis décide de démanteler le groupe Lesieur et de revendre l'entreprise à Montedison, pour se mettre à l'abri d'une prise de contrôle du groupe italien, qui avait acheté l'année précédente un pourcentage non négligeables de ses actions[5]. William Saurin reste alors dans le groupe Saint-Louis.

En 1994, Saint-Louis rapproche son activité alimentaire avec celle du groupe Danone (marques Panzani, Garbit et PetitJean) au sein d'une filiale commune, nommée Panzalim, dont William Saurin fait partie[5]. Mais à la suite du décès du PDG de Saint-Louis, Bernard Dumon, en 1995, Saint-Louis se désengage de la filiale commune l'année suivante. Danone hérite alors de toutes les marques de la coentreprise, excepté Royal Champignon, et fusionne Panzani, William Saurin, Garbit et PetitJean en une seule entité. En 1997, Danone, qui souhaite alors se concentrer sur ses marchés de base, revend ses actifs non prioritaires. Panzani-William Saurin est ainsi cédé au fonds d'investissement Paribas Affaires industrielles (PAI partners)[2].

En 2001, PAI Partners revend William Saurin, Garbit et PetitJean au groupe Financière Turenne Lafayette (FTL)[6], mais conserve Panzani. Les trois entreprises sont intégrées au pôle alimentaire de Turenne Lafayette, CCA (Comptoir commercial alimentaire).

En 2017, Cofigeo et la coopérative Arterris reprennent à la FTL les plats cuisinés et les marques William Saurin, Garbit ou La Belle Chaurienne[7].

Produits[modifier | modifier le code]

William Saurin, petit salé.

William Saurin s'est fait connaitre en grande partie par ses conserves de cassoulet et choucroute ou encore ses quenelles (sous la marque PetitJean). La gamme de conserves s'est bien étoffée et la marque a, en parallèle, développé des plats déjà préparés et directement micro-ondables comme « Les assiettes William Saurin », « Les cocottes » ou la dernière gamme : les pâtes « Shake Me ».

Organisation[modifier | modifier le code]

William Saurin, Pouilly-sur-Serre

William Saurin possède six usines en France[8] :

Le groupe possédait également une unité de production à Saint-Marcel, en Saône-et-Loire, qui a été fermée en 2006[9].

William Saurin est numéro un[Où ?] sur le segment des plats cuisinés en conserve, avec environ 35 % du marché (47 % en ajoutant la marque Garbit)[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William Saurin - Fiche entreprise : chiffres d'affaires, bian et résultat, Verif.com
  2. a et b « William Saurin : groupe réputé dans l'industrie des plats cuisinés », Web Libre,‎ (lire en ligne)
  3. Histoire de William Saurin, Site web de William Saurin.
  4. Archives publicité de William Saurin, Publicités Orangia.
  5. a et b Nathalie Bensahel, « Saint Louis fragilisé par la mort de Dumon », Libération, 22 janvier 1995
  6. Sophie Lecluse, « William Saurin pousse les feux dans la conserve, sur LSA Conso », LSA Conso, 27 mai 2004.
  7. Laurence Girard, « La société de traiteur Géo, à Ablis, a déposé le bilan », sur Le Monde,
  8. William Saurin, sur Journal Du Net
  9. William Saurin délocalise, sur ladepeche.fr
  10. CCA reprend en main William Saurin