Laboratoires Pierre Fabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre Fabre
logo de Laboratoires Pierre Fabre
illustration de Laboratoires Pierre Fabre

Création 23 mai 1962
Dates clés 1962 : Création à Castres (Tarn)
1965 : Acquisition des laboratoires Klorane
1969 : Acquisition des laboratoires Ducray
1970 : Création des premières filiales (Espagne, Allemagne, Italie)
1975 : Rachat de la station thermale d'Avène-les-Bains (Hérault)
1989 : Lancement de Navelbine (anticancéreux) et de la marque Eau Thermale Avène
1999 : Création de la Fondation Pierre Fabre reconnue d'utilité publique
2005 : Lancement du Plan d'actionnariat salarié Ruscus
2008 : Pierre Fabre cède 65 % de son entreprise à sa fondation
2013 : Décès de Pierre Fabre
Fondateurs Pierre Fabre
Personnages clés Pierre Fabre
Pierre-Yves Revol
Forme juridique Société Anonyme détenue par une fondation reconnue d'utilité publique
Slogan Prenons soin de vivre mieux
Siège social Castres
Drapeau de la France France
Direction Roch Doliveux (président du conseil d'administration)
Éric Ducournau (directeur général)
Actionnaires 86 % Fondation Pierre Fabre
8,5 % Actionnariat salarial
5,5 % Pierre Fabre SA[1]
Activité Activités des sièges sociaux

Industrie pharmaceutique

Produits Industrie
cosmétique
Médicaments Dermo-cosmétiques
Automédication
Santé Naturelle
Filiales 31 filiales en 2020
Effectif 9 650 (effectif moyen annuel)
Site web www.pierre-fabre.com

Chiffre d'affaires 2,3 Md€ de revenus en 2020 (groupe)
Résultat net Non publié

Pierre Fabre est un groupe pharmaceutique et dermo-cosmétique français, créé en 1962 par Pierre Fabre, un pharmacien et botaniste castrais. Depuis , le groupe a pour directeur général Eric Ducournau[2], auparavant directeur général de la division dermo-cosmétique (de 2012 à 2018).

Le groupe est majoritairement détenu par une fondation reconnue d'utilité publique, la Fondation Pierre Fabre[3] à la suite d'une donation faite par son créateur en 2008. Cette fondation a pour mission d'améliorer l'accès aux soins et aux médicaments de qualité des populations des pays les moins avancés ainsi qu’aux populations exceptionnellement plongées dans des situations de crise grave[4]. En 2020, Ecocert Environnement a évalué pour la 2ème année consécutive la démarche de responsabilité sociétale et environnementale du Groupe selon la norme ISO 26000 du développement durable et a confirmé l'attribution du niveau "Excellence".

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1962, le Groupe Pierre Fabre est créé à Castres. La même année, le premier veinotonique Cyclo 3, premier médicament du Groupe, est mis au point[5]. En 1963, le Groupe Pierre Fabre acquiert les Laboratoires Inava[6] et les premiers produits de santé voient le jour. En 1965, il rachète les Laboratoires Klorane, qui sont le point de départ des activités en dermo-cosmétique[6]. En 1968, le premier centre de recherche Pierre Fabre à Castres (CRPF) est lancé[7]. En 1969, Pierre Fabre acquiert les Laboratoires Ducray[6].

En 1970, les premières filiales à l'étranger sont créées en Espagne, au Portugal, en Italie et en Allemagne. En 1977, les Laboratoires Galénic sont créés. En 1978, Pierre Fabre acquiert la marque René Furterer[6].

En 1984, création de Pierre Fabre Dermatologie (PFD). En 1986, Pierre Fabre Japon est créé en coentreprise avec Shiseido. En 1989, Vinorelbine obtient son autorisation de mise sur le marché[8]. Les laboratoires Avene sont créés. En 1990, la station thermale d’Avène rouvre[9]. Le centre d’immunologie Pierre Fabre de Saint-Julien-en-Genevois est inauguré.

En 1996, Navelbine, obtient son autorisation de mise sur le marché. En 1999, un centre de recherche sur les substances naturelles (CRSN) en partenariat avec le CNRS, est créé à Toulouse[10]. En 1998, le groupe Fabre regroupe ses activités médias sous le nom de Sud Communication[6]. En 2000, le siège international de Pierre Fabre Dermo-cosmétique de Lavaur est inauguré[11].

En 2001, Navelbine, par voie orale, obtient son autorisation de mise sur le marché. En 2002, le Centre européen de Recherche sur la Peau et les Epithéliums de Revêtements (Cerper) ouvre ses portes à l’hôpital Saint-Jacques de Toulouse[12]. La même année, Pierre Fabre acquiert les laboratoires Genesis basés aux États-Unis. Toujours la même année, le centre Carla Université est créée à Sorèze, et propose aux professionnels de santé des services de formation (elle devient en 2008 l'école de formation des professions de santé de Sorèze)[13]. En 2003, un accord pour le développement et la commercialisation de Milnacipran dans le syndrome fibromyalgique (SFM) est conclu avec Cypress Bioscience. Carla Services est créée, elle propose des services d’accompagnement pour le développement et la gestion de l’officine. En 2004, un accord de recherche et de développement est conclu pour l’anticorps monoclonal F50035, avec MSD, dans le domaine du cancer. La marque Avène est lancée en Chine. Les Laboratoires Elusept sont créés.

En 2005, le capital est ouvert aux salariés de l’entreprise[14]. Les Laboratoires Dolisos et Boiron fusionnent. Le Groupe Pierre Fabre détient 15 % du capital de cette nouvelle entreprise. Le Groupe annonce qu’il participera au Cancéropôle Grand Sud-Ouest avec l’ouverture en 2009 d’un centre de recherche rassemblant 700 personnes. En , Sud Radio ainsi que Wit FM (détenu par les laboratoires Pierre Fabre) sont vendus à la société Sudporters groupement contrôlée par le groupe orléanais Start et codétenu avec Alouette des Herbiers et Scoop de Lyon ainsi que la société FEDERI[15]. En 2006, Pierre Fabre acquiert à hauteur de 70 % la société brésilienne Darrow Laboratorios spécialisée dans les produits d'oncologie et de dermo-cosmétique. En 2007, Pierre Fabre acquiert la gamme de médicaments OTC de la société UCB Pharma et finalise un accord avec la filiale allemande de Zambon portant sur la reprise de l'exploitation et de la distribution de son portefeuille de produits. Le , Pierre Fabre annonce avoir fait don de 65 % des parts de son entreprise à la Fondation Pierre Fabre. En 2008, Pierre Fabre fait appel à Jean-Pierre Garnier, ancien Président du second groupe pharmaceutique mondial GlaxoSmithKline, et le nomme directeur général et président du directoire de Pierre Fabre SA. Pierre Fabre assure la présidence du conseil de surveillance de Pierre Fabre SA[16],[17],[18].

Le , Olivier Bohuon remplace Jean-Pierre Garnier avant d'être rapidement remplacé par Jacques Fabre, le neveu du fondateur[19]. Jacques Fabre prend sa retraite en 2012. Didier Miraton lui succède. A la suite du décès de Pierre Fabre, survenu le 20 juillet 2013, une nouvelle direction est mise en place. Bertrand Parmentier est nommé directeur général. Eric Ducournau lui succède le 2 juillet 2018.

Données économiques et financières[modifier | modifier le code]

Le groupe Pierre Fabre compte 9650 collaborateurs, dont 57 % en France et 43 % à l'international, dans 35 pays. Son revenu global s'élève à 2,26 milliards € en 2020. 65 % de ses revenus sont réalisés à l’international. Les produits Pierre Fabre sont distribués dans 116 pays. Le , la direction annonce un plan social avec la suppression de 551 postes d'ici 2016[20],[21].

Métiers du groupe[modifier | modifier le code]

Le groupe est organisé autour de trois activités : médicament, santé familiale/auto-médication, dermo-cosmétique.

Médicament[modifier | modifier le code]

Le médicament de prescription est l’activité historique du groupe. Pierre Fabre Médicament développe ses activités dans des domaines aussi variés que la psychiatrie (Ixel), la rhumatologie (Structum), la gynécologie, la pneumologie (Théostat), l'urologie (Permixon), la cardiologie et l'oncologie (Navelbine Oral, Javlor). L'oncologie est le domaine phare de la recherche et développement Pierre Fabre, avec des investissements importants en recherche et développement du Groupe Pierre Fabre (près de 50 % des investissements en R&D).

Santé familiale[modifier | modifier le code]

  • L’auto-médication avec Pierre Fabre Santé, dans les domaines de l’immunité, la dépendance, la santé familiale, le mouvement, les maladies infectieuses et les soins de la peau (les produits : Nicopatch, Nicopass, Revelatest, Drill, Percutaféine, Cliptol, Pédi-Relax, BiCirkan, Carbolevure…).
  • L’hygiène bucco-dentaire avec Pierre Fabre Oral Care (les marques et les produits Elgydium, Eludril, Inava, Arthrodont, Eludel, Alibi…).
  • La phytothérapie (notamment le ginseng), l’aromathérapie et la dermo-nutrition santé avec Naturactive (les produits : Elusanes, Poconéol, Doriance, Phytaroma, Seriane…).

Dermo-cosmétique[modifier | modifier le code]

La dermo-cosmétique est la première activité de l’entreprise quant au chiffre d’affaires. Pierre Fabre Dermo-Cosmétique compte 5 marques internationales et 2 marques locales (Darrow au Brésil et Glytone aux USA). La recherche en dermo-cosmétique se concentre sur quatre axes : le vieillissement, la pigmentation, l’inflammation, la fonction barrière de la peau.

Les marques :

  • Ducray ;
  • A-Derma ;
  • Avène ;
  • Klorane ;
  • René Furterer ;
  • Darrow ;
  • Glytone.

La recherche et le développement[modifier | modifier le code]

Le Groupe a investi de façon conséquente et soutenue dans la R&D. Plus de 1 400 collaborateurs travaillent dans ce domaine. Le portefeuille compte plus de 20 projets médicaux en développement et plus de 100 projets en dermo-cosmétique.

Le Groupe Pierre Fabre développe par ailleurs un réseau de collaborations avec des institutions académiques ou des sociétés de biotechnologie, et travaille avec des partenaires industriels pour le développement avancé des produits issus de leur recherche et pour la commercialisation de ces produits à l’échelle mondiale.

Les partenariats[modifier | modifier le code]

En amont : partenariat public/privé[modifier | modifier le code]

  • Le Centre européen de recherche sur la peau (CERPER), à Toulouse. Ce laboratoire mixte réunit les hôpitaux de Toulouse, l’Université Paul Sabatier et le Groupe Pierre Fabre. Ce centre mène des programmes de recherche sur la peau, en biologie cellulaire et en biométrologie ;
  • L’Institut de Sciences et Technologies du Médicament de Toulouse (ISTMT), centre spécialisé dans la recherche sur les substances naturelles. Prolongement du partenariat initié avec le CNRS depuis 1983, l’ISTMT regroupe trois unités mixtes de recherche ;
  • L'Institut catholique de Toulouse : création d’une chaire de recherche et de formation sur les thématiques du droit, de l’éthique et de la santé[22].

En aval : partenariat avec des industriels[modifier | modifier le code]

  • Accord tripartite entre Pierre Fabre Médicament, Cypress Bioscience et Forest Inc. pour le développement et la commercialisation de Milnacipran aux États-Unis dans l’indication «Fibromyalgie» ;
  • Accord de recherche et de développement ainsi qu’un accord de licence avec Merck & Co. pour le programme autour d’un anticorps monoclonal ;
  • Partenariat commercial avec la start-up Même, qui commercialise des soins pour la peau pour les patients sous traitements anti-cancéreux, et entrée dans son capital[23].
  • Partenariat de développement d'un outils de diagnostic urologique en vie réelle avec la start-up BioSerenity[24].

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « Rapport d'activité et de responsabilité sociétale du Groupe Pierre Fabre 2018-2019 », sur pierre-fabre.com.
  2. « Le groupe Pierre Fabre a un nouveau directeur général », sur La Tribune (consulté le )
  3. « Bercy se penche sur les fondations actionnaires », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Les spécificités de la Fondation », Fondation Pierre Fabre,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. L'Usine Nouvelle, « Castres rend hommage à Pierre Fabre, fondateur du laboratoire pharmaceutique - Dirigeants », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a b c d et e « Pierre Fabre : Fondateur des laboratoires Pierre Fabre », sur www.lsa-conso.fr (consulté le )
  7. « Le site historique où tout a commencé », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « Pierre Fabre, de la Navelbine aux anticorps monoclonaux », lesechos.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Pierre Fabre investit 4,7 millions d'euros à Avène-les-Bains », lesechos.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Pierre-Fabre traque les nouvelles molécules », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. « Pierre Fabre une vitrine mondiale à Lavaur », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Centre de recherche sur la peau: un laboratoire à trois têtes », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Un nouveau nom pour Carla Université - Le Moniteur des Pharmacies n° 2748 du 18/10/2008 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr », Le Moniteur des pharmacie.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « Le groupe Pierre Fabre dans l'expectative après le décès de son fondateur », Les Echos Business,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Cession des stations Sud Radio et Wit FM à la société Sudporters », sur csa.fr,
  16. Jean-Pierre Garnier arrive chez Pierre Fabre (Le Figaro 03/09/2008)
  17. Pierre Fabre assure son indépendance, nomme JP Garnier directeur général (AFP 29/08/2008
  18. « Pierre Fabre est sauvé » (Les Échos 01/02/10)
  19. Pierre Fabre limoge à nouveau son directeur général La Tribune 21/01/2011
  20. Le service METRONEWS, « Plus de 500 licenciements dans le groupe Pierre Fabre », Metronews,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Les Laboratoires Pierre Fabre vont licencier 551 salariés », sur Econostrum / Toute l'actualité économique en Méditerranée (consulté le ).
  22. « Création de la chaire de recherche Pierre Fabre « Ethique et Santé » », ToulÉco Tarn,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. « Pierre Fabre entre au capital de Même », sur FIGARO, (consulté le )
  24. (en) Nick Paul Taylor, « Pierre Fabre forms connected underwear collaboration », sur Fierce Biotech, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]