Berville (Val-d'Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berville.
Berville
Image illustrative de l'article Berville (Val-d'Oise)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Pontoise
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Sausseron
Maire
Mandat
Martine Baudin
2014-2020
Code postal 95810
Code commune 95059
Démographie
Gentilé Bervillois
Population
municipale
339 hab. (2012)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 29″ N 2° 04′ 21″ E / 49.1913888889, 2.072549° 11′ 29″ Nord 2° 04′ 21″ Est / 49.1913888889, 2.0725  
Altitude 75 m (min. : 67 m) (max. : 155 m)
Superficie 8,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Berville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Berville

Berville est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Bervillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe d'Arronville et Haravilliers dans le département du Val-d'Oise, ainsi que d'Hénonville et Amblainville dans le département voisin de l'Oise.

Communes limitrophes de Berville[3]
Hénonville (Oise) Amblainville (Oise)
Berville[1]
Haravilliers Arronville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Berville-sur-Auceron[4] .

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Martine Baudin[5]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 339 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
296 307 325 328 300 300 292 298 253
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
247 245 255 251 237 221 220 240 244
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
231 230 222 251 244 224 202 202 188
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
153 175 233 266 317 366 339 335 339
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint Denis.

Monument historique[modifier | modifier le code]

Berville ne compte qu'un seul monument historique sur son territoire.

  • Église Saint Denis, rue d'Heurcourt (classée monument historique par arrêté du 5 juillet 1920[8]) : D'orientation nord-ouest - sud-est, cette église réunissant trois styles architecturaux différents suit un plan cruciforme, avec un unique bas-côté au nord-est de la nef. Cette dernière se compose de trois grandes travées rectangulaires et est de style Renaissance, édifiée entre 1547 et 1559 sous l'impulsion du seigneur local, René de Bucy. Entretenant de bons rapports avec Anne de Montmorency et sollicite donc également les services de Jean Goujon, architecte du roi ayant travaillé sur le château d'Écouen. Goujon donne à l'église une façade remarquable, cantonnée de troiscontreforts aux formes élégantes ornés de pilastres et terminées par des ailerons, et un portail plein cintre sous un arc de triomphe. Deux colonnes cannelées supportent une métope sur laquelle alternent triglyphes et masques sculptées. En dessus, se trouve une petite niche avec la statue de saint Denis, portant sa tête entre ses mains. Elle est flanquée de deux colonnes corinthiennes puis de deux bas-reliefs décoratifs à gauche et à droite, l'ensemble s'inscrivant dans un entablement. Le mur latéral sud-ouest de la nef est doté des mêmes contreforts que la façade. Du côté opposé, un même toit recouvre nef et bas-côté. Le clocher en bâtière carré se dresse au-dessus de la croisée du transept et présente presque la même largeur que la nef. Tout comme le transept, il provient d'une campagne de construction précédente, réalisée vers 1520 dans le style gothique flamboyant. Le transept est assez sobre, mais les contreforts du clocher, deux par angle, sont agrémentés d'un décor sculpté à la hauteur des baies abat-son, évoquant des pinacles. Les baies abat-son, au nombre de deux par face, sont des ogives surbaissées. Quant au chœur gothique, il représente la partie la plus ancienne de l'église et remonte au XIIIe siècle. Il se compose de deux travées, dont un comportant le chevet à cinq pans. Les baies sont des lancettes simples[9],[10].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Colombier de la ferme du Coudray, en écart au nord du village, sur la RD 105 : De forme cylindrique, il mesure 12 m de haut pour un diamètre de 7,20 m. Les façades sont rythmées par des chaînages verticaux en pierre de taille, et les deux étages sont visuellement séparés par un larmiers. Le rez-de-chaussée est percée d'une porte basse en plein cintre, et l'étage possède une fenêtre avec une pierre d'envol. Le toit conique est doté d'une lucarne en pierre de taille. Toujours en activité, l'intérieur du pigeonnier contient mille boulins en torchis, et une échelle pivotante autour d'un arbre central permet d'atteindre les alvéoles et de dénicher les pigeonneaux. La ferme du Coudray était une dépendance du château Hénonville[10].
  • Calvaire devant l'église : Il s'agit de l'ancienne croix de cimetière.
  • Croix de chemin, rue d'Heurcourt : Cette croix ajourée en fonte date du XIXe siècle et est orné de motifs végétaux. Elle ne comporte pas de statuette du Christ[10].
  • Lavoir des Jorets, rue des Jorets, au nord de l'église : Il se situe en dessous du niveau de la rue et est desservi par un court escalier en moellons. La source alimentant le bassin en eau est abritée dans un petit édicule séparé au pied de l'escalier. Un terre-plein pavée dédié aux lavandières jouxte le bassin à gauche et à l'arrière ; à l'avant, il est délimité par le talus de la rue, et à droite, par un mur de soutènement. Le toit en appentis protégeant l'espace à l'arrière du bassin s'appuie contre un autre mur de soutènement plus élevé, et possède deux piliers en bois aux deux extrémités du bassin[10].
  • Lavoir couvert, rue d'Heurcourt : Ce lavoir est établi sur le rû de la Soissonne naissant. Son abri est constituée d'un toit en appentis et de deux parois en lattes.
  • Ancien grenier à sel : Il a été transformée en remise pour la pompe à incendie et le corbillard, et sert aujourd'hui aux services techniques municipaux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Berville

La commune de Berville ne dispose pas de blason.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Berville (Val-d'Oise) sur Géoportail.
  2. Communes limitrophes de Berville (Val-d'Oise) sur Géoportail.
  3. Communes limitrophes de Berville (Val-d'Oise) sur Géoportail.
  4. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  5. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires (doc pdf)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  8. « Notice no PA00080004 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Berville, Paris, Éditions du Valhermeil,‎ , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 62-64.
  10. a, b, c et d Séverine Charon, Hénin, Maria Pia Hutin-Houillon, Philippe Oyer et Bruno Sternberger, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Berville », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 622-626 (ISBN 2-84234-056-6).