Melodiya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Melodiya
Fondation 1964
Genre Musique classique, folk, jazz, pop, Rock
Pays d'origine Drapeau de la Russie Russie
Siège Moscou
Site web Melodiya

Melodiya (en russe : Μелодия, au sens de mélodie) est un label de disques russe. Il a été la propriété de l'État comme société d'enregistrement et label de l'Union soviétique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vinyle soviétique des Beatles avec les titres Octopus's Garden et Something d'après un album d’Abbey Road. Sur la face B, il y avait une seule chanson du même album, Come Together.
Cassettes Melodiya de musique russe et d'enregistrements étrangers.

Le label est créé en 1964 en tant que le « Firme d'enregistrement phonographique du Ministère de la Culture de l'URSS Melodiya », incorporant les labels plus anciens comme Akkord, SovSong, SSSR, MuzTrest, Aprelevskii zarod, Mosob Sovnarkhoz. Elle a utilisé les gigantesques ressources des nombreux studios d'enregistrement, des installations de fabrication tout partout en URSS (Riga, Leningrad, Aprelevka, Moscou, Tbilissi et Tachkent)[1], ainsi que les puissants centres de distribution et système de promotion. Le meilleur format de vente à l'époque était des enregistrements sur vinyle 33 et 78 tours. À partir de 1973, Melodiya publie quelque 1 200 disques par an, avec la circulation totale de 190 à 200 millions de dollars par an et un million de cassettes audio par an[1], et exporte sa production dans plus de 70 pays[2]. Elle figure parmi les six plus grandes maisons de disques mondiales des années 1970 et 1980[1],[3].

L'entreprise de production est dominée par la musique classique[4], la musique des compositeurs et musiciens soviétiques et des spectacles par des acteurs de théâtre soviétiques, des contes de fées pour les enfants, etc. Par exemple, Melodiya a publié des interprétations d'œuvres de Tchaïkovski et Chostakovitch reconnu d'une grande valeur pour leur authenticité. Melodiya a également publié une partie des grandes réussites de l'ouest : des enregistrements de la pop, du jazz et du rock, avec notamment ABBA, Paul McCartney, Boney M., Dave Grusin, Amanda Lear et Bon Jovi. La firme Melodiya a régulièrement publié des enregistrements des chanteurs populaires soviétique, parmi lesquels on trouve Alla Pougatcheva – chacun de ses disques se vendaient par million[5] –, Lioudmila Zykina (la « Joan Baez d'URSS »)[5], Vladimir Vyssotski, Boulat Okoudjava, Sofia Rotaru, Mikhaïl Boyarski, Valery Leontiev, Alexander Barykine, Vladimir Kouzmine, les groupes de rock « Autographe », « Machina Vremeni » (Machine à voyager dans le temps), « Cruise », etc.

Les branches régionales de Melodiya (Ouzbékistan, Kazakhstan, etc.) ont produit leurs propres enregistrements, destinés à leur population, notamment de musique traditionnelle[1],[6]. En Mongolie, qui n'avait pas de label d'État, Melodiya a publié des enregistrements par l'intermédiaire de groupes tels que Soyol-Erdene et Bayan Mongol.

Dans d'autres pays, les enregistrements Melodiya importés d'URSS étaient souvent vendus sous le label MK, pour Mezhdunaródnaya Kniga (russe : Μеждународная Книга). Aux États-Unis, de nombreux enregistrements Melodiya sont apparus sur le marché intérieur sous le label Monitor Records. Dans les années 1970 et 1980, les enregistrements classiques et de musique folklorique Melodiya étaient vendus sous étiquette Melodiya/Angel[7] (aux États-Unis) et sous label Melodiya/HMV (ailleurs) à la suite d'un contrat d'exclusivité avec EMI, le propriétaire des deux labels. Un plus petit nombre d'enregistrements ont été distribués sur d'autres étiquettes, notamment pour le label Mobile Fidelity (entre 1985 et 1992)[1] ou le label britannique Olympia ; et en particulier après 1989, lorsque Melodiya a accordé les droits exclusifs de BMG en 1994. Dans au moins un cas, un album Melodiya du chef d'orchestre Guennadi Rojdestvenski (ballet Casse-noisette de Tchaïkovski), réalisé en 1960, est paru en vinyle aux États-Unis par l'intermédiaire du label Columbia Masterworks. Après expiration du contrat avec BMG en 2003, la société a pris une nouvelle direction et en 2006 a commencé à rééditer des enregistrements sous sa propre étiquette. En France, outre le contrat BMG (1994–2003), Melodiya a été successivement diffusé par Vogue et Le Chant du Monde et Harmonia Mundi.

Propriété de l'État jusqu'en avril 1989, l'industrie de l'enregistrement soviétique a été en mesure d'appliquer un système de numérotation unique à toute parution à partir de 1933, indépendamment de l'origine ou du lieu de fabrication. Les séquences de nombres pour les 78 tours et disques vinyles sont strictement chronologiques, à partir desquelles il est possible de dater beaucoup – mais pas toutes – les parutions provenant du numéro de catalogue [8]. Les premiers disques compact (65) sont sortis en avril 1990[1].

Depuis 2008, certains des enregistrements Melodiya sont à la disposition des auditeurs nord-américains par le label classique canadien Analekta, distribué par Entertainment One Distribution aux États-Unis[9] et Distribution Select au Canada.

Artistes[modifier | modifier le code]

Des milliers d'artistes sont apparus sur label Melodiya.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Frank Hoffmann (éd.) et Howard Ferstler, Encyclopedia of Recorded Sound, New York, Routledge (no 2 éd.), 2005, 1289 p. (ISBN 0-415-93835-X, OCLC 53903601), p. 674.
  • (en) Pekka Gronow et Ilpo Saunio (trad. du finnois par Christopher Moseley), International History of the Recording Industry [« Äänilevyn historia »], Londres/New York, Cassell, 1998, 230 p. (ISBN 0304701734, OCLC 37806157, lire en ligne)
  • (en) John Reginald Bennett, Melodiya : A Soviet Russian L.P. Discography, Westport, Greenwood Press, coll. « Discographies » (no 6), , 832 p. (ISBN 0313225966, ISSN 0192-334X, OCLC 7459749)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Melodiya » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b, c, d, e et f Hoffmann 2005, p. 674.
  2. Grande Encyclopédie soviétique, 3e édition, volume 16, p. 54, Moscou, Sovetskaya Entsiklopediya publisher, 1974.
  3. Gronow et Saunio 1998, p. 179.
  4. Selon le Billboard 1979, le catalogue Melodiya de 1978, propose quelque 30 000 titres, avec 34 % de classique, 20 % de pop, easy listening et jazz, 12 % de musique folk russe et le reste étant de la musique pour enfant et des discours ou matériel historique
  5. a et b Gronow et Saunio 1998, p. 180.
  6. Gronow et Saunio 1998, p. 181.
  7. Voir la discographie de l'Ensemble Alexandrov pour des exemples d'enregistrements Melodiya / EMI / Angel.
  8. (en)Enregistrements soviétiques.
  9. Audio News, 11 juillet 2008

Liens contextuels[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :