Âge d'or du hip-hop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'âge d'or du hip-hop définit la période durant laquelle la musique hip-hop a atteint son apogée, habituellement située à la fin des années 1980 et début des années 1990. Il serait, selon la presse, caractérisée par sa diversité, sa qualité, son innovation et sa popularité[1],[2].

Les groupes et artistes le plus souvent associés à cette phase incluent LL Cool J, Run–D.M.C., Public Enemy, les Beastie Boys, 2pac, The Notorious B.I.G, KRS-One, Eric B. & Rakim, De La Soul, EPMD, A Tribe Called Quest, Slick Rick, Ultramagnetic MCs[3], et les Jungle Brothers. Les projets musicaux de ces derniers coexistaient avec les premiers artistes et groupes gangsta rap comme Ice-T, Geto Boys et N.W.A, les rap explicite des 2 Live Crew et Too Short, et à la musique plus dansante de la part notamment de Kid 'n Play, The Fat Boys, DJ Jazzy Jeff & The Fresh Prince et MC Hammer[4].

Style[modifier | modifier le code]

L'âge d'or est noté pour son innovation – une période durant « laquelle chaque single réinventait le genre[1] » d'après Rolling Stone. En parlant du « hip-hop et de son âge d'or »[5], Sia Michel, du magazine Spin, explique « il y'a tellement eu d'albums importants et populaires en ce temps[5] » ; Sway Calloway de MTV ajoute « ce qui était bien à cette époque, c'est que rien n'était artificiel. Tout ce qu'on écoutait, c'était une nouvelle découverte, du jamais entendu auparavant[6] ».

Le terme d'« âge d'or du hip-hop » remonte à la fin des années 1980 à l'aube du hip-hop dit mainstream[7] qui se caractérise par sa diversité, sa qualité, son innovation et sa popularité[1],[2],[8],[9],[10],[11],[12],[10],[13], et qui est associé à Public Enemy, KRS-One et ses Boogie Down Productions, Eric B. & Rakim, Ultramagnetic MCs[14],[15], De La Soul, A Tribe Called Quest, et les Jungle Brothers[16]. Cette même période est aussi décrite sous les termes du mid-school ou middle school du hip-hop, avec des artistes comme Gang Starr, The UMC's, Main Source, Lord Finesse, EPMD, Just Ice, Stetsasonic, True Mathematics, et Mantronix[17],[18],[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Cheo H. Coker, « Slick Rick: Behind Bars », Rolling Stone, (consulté le 16 septembre 2014)
  2. a et b (en) « The '80s were golden age of hip-hop - today > entertainment - Music - TODAY.com », TODAY.com
  3. (en) Linhardt, Alex (June 10, 2004). Album Reviews: Ultramagnetic MC's: Critical Beatdown. Pitchfork.
  4. (en) Bakari Kitwana, "The Cotton Club", Village Voice.
  5. a et b (en) Jake Coyle of Associated Press, "Spin magazine picks Radiohead CD as best", published in USA Today, 19 juin 2005.
  6. (en) Scott Mervis, "From Kool Herc to 50 Cent, the story of rap – so far", Pittsburgh Post-Gazette, 15 février 2004.
  7. (en) Caramanica, Jon. "Hip-Hop's Raiders of the Lost Archives", New York Times, 26 juin 2005.
    Coker, Cheo H. "Slick Rick: Behind Bars", Rolling Stone 1995.
    O'Neal Parker, Lonnae. "U-Md. Senior Aaron McGruder's Edgy Hip-Hop Comic Gets Raves, but No Takers", Washington Post, 20 août 1997, (consulté le 8 juillet 2008).
  8. (en) Green, Tony, in Wang, Oliver (ed.) Classic Material, Toronto: ECW Press, 2003. p. 132
  9. * (en) Jon Caramanica, "Hip-Hop's Raiders of the Lost Archives", New York Times, 26 juin 2005.
  10. a et b (en) Cheo H. Coker, "Slick Rick: Behind Bars", Rolling Stone, 9 mars 1995.
  11. (en) Lonnae O'Neal Parker, "U-Md. Senior Aaron McGruder's Edgy Hip-Hop Comic Gets Raves, but No Takers", Washington Post, 20 août 1997.
  12. (en) Jake Coyle d'Associated Press, "Spin magazine picks Radiohead CD as best", published in USA Today, 19 juin 2005.
  13. (en) Andrew Drever, "Jungle Brothers still untamed", The Age (Australie), 24 octobre 2003.
  14. (en) Denis Wilson, « Kool Keith Preps New Album, Ponders Retirement », Rolling Stone (consulté le 24 décembre 2014).
  15. (en) Stanton Swihart, « Critical Beatdown - Ultramagnetic MC's », sur AllMusic (consulté le 24 décembre 2014).
  16. (en) Per Coker, Hodgkinson, Drever, Thill, O'Neal Parker and Sariq :
    Cheo H. Coker, "KRS-One: Krs-One", Rolling Stone, 16 novembre 1995.
    Andrew Pettie, "'Where rap went wrong'", Daily Telegraph, 11 août 2005.
    Mosi Reeves, "Easy-Chair Rap", Village Voice, January 29th 2002.
    Greg Kot, "Hip-Hop Below the Mainstream", Los Angeles Times, 19 septembre 2001.
    Cheo Hodari Coker, "'It's a Beautiful Feeling'", Los Angeles Times, 11 août 1996.
    Scott Mervis, "From Kool Herc to 50 Cent, the story of rap -- so far", Pittsburgh Post-Gazette, 15 février 2004.
  17. (en) Scholtes, Peter S. "True MCs", City Pages, 1998.
  18. (en) DJ Shadow in conversation with William E. Ketchum III, "DJ Shadow Knockin' Doorz Down", XXL, 24 août 2006.
  19. (en) Downes, Maurice. "Talking Philosophy with DJ Nu-Mark", The Free Williamsburg issue 53, août 2004.