Hip-hop islandais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le hip-hop islandais, ou rap islandais, désigne la culture du hip-hop en Islande.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier crew de hip-hop islandais est Quarashi, qui s'inspirera du rock hybride des Beastie Boys et Rage Against the Machine[1]. À cette même période, Quarashi publie son premier album, et plusieurs groupes de rap qui se forment, comme Subterranean qui est notable pour avoir publié le plus hit islandais appelé Central Magnetizm. D'autres groupes incluent Team 13 (plus tard Twisted Minds), Multifunctionals, Oblivion, Bounce Brothers et Hip Hop Elements (plus tard Kritikal Mazz). Ils rappent en anglais à l'exception d'une chanson des Multifunctionals intitulée Númer 1. À cette période, le premier crew qui rappe entièrement en islandais est Sækópah, qui se compose des rappeurs BlazRoca et Sesar A[2]. Peu après, ils forment SupahSyndikal avec des membres de Subterranean et Tríó Óla Skans. BlazRoca et Sesar A seront les piliers de la seconde génération d'artistes qui définira le rap islandais.

XXX Rottweiler (anciennement 110 Rottweilerhundar), avec Sesar A, est le premier à publier un album hip-hop en Islande en 2001. En 2002, une nouvelle vague de rappeurs se lance : Móri, Afkvæmi Guðanna (The Offspring of the Gods), Bent og 7Berg, Skytturnar, Hæsta Hendin et Forgotten Lores.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Laurence Mackin, « Back on the Airwaves: Icelandic hip hop and Irish interest in Reykjavik - Culture & Entertainment News | The Irish Times - Tue, Nov 05, 2013 », The Irish Times, (consulté le 24 février 2014).
  2. (en) Encyclopedia of Icelandic Music (lire en ligne).