Pochette (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pochette.

Une pochette est l'emballage d'un album de musique. Selon le support de l'enregistrement, le terme peut se référer à une impression sur papier cartonné pour les disques vinyles (carré de 12,375 pouces pour les 33 tours), ou plus récemment à l'emballage en papier cartonné ou en matière plastique des CD.

Fonctions[modifier | modifier le code]

La pochette sert à :

  • promouvoir le contenu du disque ;
  • communiquer les aspirations de l'artiste ;
  • dans le cas d'une reproduction d'une œuvre d'art, l'utiliser comme soutien dans l'effort de promotion du produit, en créant une association avec l'image identifiée.

D'un point de vue graphique, le visuel de la jaquette correspond de manière générale au nom de l'interprète ou de son album ou à ses choix musicaux, le tout à travers un travail sur l'image et la typographie. L'album Still de Joy Division réalisée par Grafica Industria de la Factory Records présente un visuel austère et simple qui renvoie à l'idée d'éternité qu'exprime le disque.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'introduction d'artwork sur les pochettes des vinyles, qui jusqu'alors n'étaient pas décorées, est habituellement attribuée à Alex Steinweiss en 1938, en tant que directeur artistique pour Columbia Records.

Avant lui André Girard (peintre) avait, pour la Columbia également, réalisé les premières pochettes dans les années 1930, entre autres celles des albums La fille de Lévy et Couchés Dans Le Foin de Mireille et Jean Nohain par Pills et Tabet en 1932 illustrée par une aquarelle[1] et celle de Dollar, par Gilles et Julien, Columbia DF 1026 en 1933[2].

Un changement important s'opère dans les années 1970 à 1990, le désir de certains musiciens est de rester anonymes (par des pseudonymes ou des formations de groupes), ainsi, les graphistes s'accordent à ne pas mettre leur visage en avant, préférant des images diverses et renvoyant davantage de façon plus ou moins abstraite à la musique elle-même. La pochette de l'album Watching the Hydroplanes de TunnelVision réalisée par Martyn Atkins, par exemple, a été réalisée sans aucune concertation entre le graphiste et le groupe, le mystère entourant l'identité du groupe inspire à l'artiste une pochette ayant comme seul visuel des définitions tirées du dictionnaire de chaque mot que comporte l'album (Watching, the, Hydroplanesetc. ainsi que Factory, pour le label (Factory Records).

Quelques graphistes dans ce milieu[modifier | modifier le code]

Il y a aujourd'hui une quantité immense d'agences de graphisme ou de graphistes ayant travaillé dans l'industrie du disque, en voici quelques-uns (la liste n'est pas exhaustive)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • SlidePac qui désigne l'étui carton d'un CD.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. « L'Express, Numéros 1421-1433 », sur books.google.fr
  2. « Revue historique vaudoise, Volume 109 », sur books.google.fr
  3. Il réalisa notamment la pochette de l'album The Velvet Underground And Nico sur laquelle ni le nom de l'album ni le nom du groupe ne figurent, seulement le nom de l'artiste (Andy Warhol) et la phrase "Peel Slowly and See".