Vogue (danse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Session de danse vogue.

La vogue ou plus souvent le néologisme voguing est un style de danse urbaine consistant à faire des mouvements féminins avec les bras et les mains, en marchant, inspirés des poses de mannequins lors des défilés de mode, né dans les années 1970 dans des clubs gays fréquentés par des homosexuels et transgenres afro-américains, essentiellement à New York.

Description[modifier | modifier le code]

Apparu dans les années 1970 parmi la communauté transgenre et gay des afro et latino-américains (voir Communauté LGBT afro-américaine)[1],[2], le voguing est caractérisé par la pose-mannequin, telle que pratiquée dans le magazine américain Vogue durant les années 1960[3] et lors des défilés de mode, intégrée avec des mouvements angulaires, linéaires et rigides du corps, des bras et des jambes. Le mouvement touche les hommes et les femmes et prend de l'ampleur lors de la décennie suivante[2].

Les danseurs se regroupent en équipes appelées « houses »[1]. Ces équipes se retrouvent, et s'affrontent en chorégraphie, lors d’événements, les « balls » ou « balls de voguing »[1]. Les « houses » portent le nom de maisons de couture ou marques de luxe[1]. Forme de revendication de la part d'une communauté « non blanche » et également gay, souvent en pleine exclusion familiale et sociale, le voguing reste une parodie de la surmédiatisation de la mode[2].

Dans les années 1990, le voguing est connu pour avoir inspiré le titre Vogue de Madonna[1] et la répétition de l'ordre « Strike a pose » (« Prenez la pose »)[2] ; mais à cette époque, le sida cause de nombreux décès dans les rangs des danseurs, et le mouvement décline[1]. Certains danseurs passent sur le devant de la scène, à l'image de Willi Ninja (en)[4],[5]. Popularisé, le mouvement ne disparait pas totalement et touche alors un public plus large sans revendication sociale particulière[2].

Très présent aux États-Unis, et plus précisément à New York, à partir des années 1980, ce mouvement est également visible trente ans plus tard en France[1].,[6] À la même époque, Lady Gaga et Beyoncé dans Telephone, ainsi que Beth Ditto dans son titre I Wrote The Book s'en inspirent[1]. En 2013, ce mouvement culturel inspire un premier film de Sheldon Larry intitulé Leave It on the Floor[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Paris Is Burning, documentaire américain de Jennie Livingston, 1991[2].
  • The Get Down (série), série originale diffusée sur Netflix, 2016.
  • Paris Is Voguing, documentaire de Gabrielle Culand, 2017
  • My House (en), série, 2018
  • Pose, série de Ryan Murphy, 2018
  • Realness With A Twist, court métrage de Romain Cieutat, 2015
  • Climax, film de Gaspar Noé, 2018
  • Port Authority, film de Danielle Lessovitz, 2019

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Patrick Thévenin (photogr. Guillaume Murat), « Paris is voguing », Grazia, Mondadori, no 210,‎ , p. 76 à 80 (ISSN 2104-5542).
  2. a b c d e et f Denis Bruna (dir.), Chloé Demey (dir.), Astrid Castres, Pierre-Jean Desemerie, Sophie Lemahieu, Anne-Cécile Moheng et Bastien Salva, Histoire des modes et du vêtement : du Moyen Âge au XXIe siècle, Éditions Textuel, , 503 p. (ISBN 978-2845976993), « Le voguing », p. 457
  3. a et b Jean-Sébastien Chauvin, « Le cinéma de Vogue : Leave it on the floor », Vogue Paris, Condé Nast, no 939,‎ , p. 119 (ISSN 0750-3628).
  4. S. B., « Willi Ninja, le héraut du voguing », À nous Paris, no 752,‎ 5 au 11 décembre 2016, p. 25 (ISSN 1294-4572).
  5. (en) Lola OGUNNAIKE, « Willi Ninja, 45, Self-Created Star Who Made Vogueing Into an Art, Dies », sur nytimes.com, .
  6. Rosita Boisseau, « Paris, nouvelle capitale du voguing », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]