Informatique musicale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

L'informatique musicale est une discipline qui comporte des aspects de synthèse sonore, d'aide à la composition musicale ou de composition musicale sans assistance humaine.

Dans les années 1950 - 1970, l'essor de la technologie numérique des ordinateurs a chamboulé la composition musicale qui, ayant abordé les limites de la musique électronique, retrouvait là une certaine logique de l'écriture.

Définition[modifier | modifier le code]

L'informatique musicale est une discipline qui comporte des aspects de synthèse sonore, d'aide à la composition musicale ou de composition musicale sans assistance humaine.

Historique[modifier | modifier le code]

État des lieux[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, la progression exponentielle de la capacité des ordinateurs, permet à tout ordinateur individuel la mise en place de productions identiques, où l'auditeur participe à l'élaboration de sa propre œuvre. Les systèmes actuellement mis en œuvre essaient de rassembler, au sein de réseaux ouverts (banque de données de sons ou de modules de composition), des connaissances et des apprentissages particuliers offerts par chacun pour fournir à tous une matrice universelle. En s'attachant à l'architecture de l'œuvre, les compositeurs ont perçu comment la structuration s'effectue non seulement par des modèles théoriques ou développés à partir du matériau, mais aussi par des intuitions immédiates des métamorphoses de ces modèles. Ce formalisme homogène fournit une création, unique par nature et pourtant déjà jointe aux révélations de l'univers.

Une telle création contrecarre notre vision linéaire d'un temps qui s'écoule dans une direction. En introduisant la notion de processus compositionnel, de sémantique processuelle ouverte, les compositeurs sont parvenus, avec l'informatique musicale, à intégrer l'évolution temporelle de l'œuvre ; non plus la procédure elle-même, une quelconque stratégie du changement, mais bien certaines phases continues de ce changement. Les nouvelles modélisations musicales des processus de composition, à l'œuvre dans la musique assistée par ordinateur en devenir, traduisent cet affrontement permanent du sonore informel et de son organisation musicale.

MEDALinside

Plus récemment, les travaux de René-Louis Baron, principalement axés sur l'intelligence artificielle, ont permis d'obtenir la génération automatique d'une multitude de mélodies orchestrées dites « à caractère populaire »[1], c'est-à-dire « agréable à l'oreille » et aisément mémorisables. La découverte est basée sur de nouvelles règles musicales permettant, en temps réel, une interactivité « homme-machine » et, dans le domaine de la robotique, une réactivité musicale à tout paramètre physique extérieur. Le procédé et le dispositif sont actuellement protégés par brevets internationaux. Ils permettent notamment de minimiser le poids des programmes informatiques de composition musicale appliquant ce procédé (20 à 50Ko). Cette faculté majeure permet d'embarquer[2] le logiciel dans une puce musicale à faible coût afin d'envisager une production industrielle visant des applications diverses (téléphonie, jouets, jeux vidéo, etc.)[3].

L'instrument de musique « Lodyone »

En 2013, une première application ludique et didactique est commercialisée sous le nom : « lodyone »[4]. Il s'agit de la première version d'une nouvelle génération d'instruments de musique. L'utilisateur choisit tout d'abord un arrangement musical puis il impose à l'appareil la cadence rythmique de la mélodie qu'il désire à l'aide de touches de jeu (grave à aigu). À chaque pression d'une touche, le dispositif émet un son et plus précisément une hauteur de note en adéquation avec l'harmonie en cours de l'arrangement musical[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Musique populaire » : employé ici par opposition à celle généralement dénommée : « musique de recherche » ou « musique savante ».
  2. « Embarquer » : Terminologie du domaine de l'électronique qui peut se traduire par « insérer » ou « couler » (fonderie de puces électroniques).
  3. Article de Béatrice Perret du Cray : [http://realcomposer.fabx.org/Medal%20-%20RevuePresse.htm « Génération automatique d'œuvres numériques », Science et Vie Micro.
  4. « La miniguitare vraiment mini », Science et Vie, mai 2013.
  5. Vidéo : René-Louis Baron joue du lodyone,YouTube.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]