Dr. Dre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Dre » redirige ici. Pour les directions régionales françaises, voir DRE.
Dr. Dre
Description de cette image, également commentée ci-après

Dr. Dre, en 2011.

Informations générales
Nom de naissance Andre Romelle Young[1]
Naissance (50 ans)[2]
Compton, Californie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Producteur, compositeur, rappeur
Activités annexes Acteur, entrepreneur, beatmaker
Genre musical Rap West Coast, gangsta rap, gangsta funk, rap hardcore
Instruments Voix, synthétiseur, boîte à rythmes, échantillonneur, clavier
Années actives Depuis 1984
Labels Kru-cut Records (1982–1987), Ruthless Records (1987–1991), Death Row Records (1991–1996), Aftermath Entertainment (depuis 1996)
Site officiel drdre.com

Dr. Dre, né Andre Romelle Young le à Compton, Californie, est un producteur, rappeur, compositeur, acteur, arrangeur musical, entrepreneur et ancien disc jockey américain. Il est le fondateur et actuel CEO d'Aftermath Entertainment et de Beats Electronics. Dre est l'ancien codétenteur et membre de Death Row Records.

Dr. Dre a largement contribué à populariser le gangsta rap, sa ville natale Compton et la culture hip-hop californienne en général. Il a produit une multitude d'artistes[3] comme Snoop Dogg, Eminem, The Game, 2Pac, Mary J. Blige, les Pussycat Dolls ou le pianiste Burt Bacharach[3]. Il est aussi très célèbre pour avoir été un des leaders du groupe N.W.A à travers les trois labels Ruthless Records, Death Row Records et Aftermath Entertainment. Il est considéré par certains artistes tels que Nas et 50 Cent comme le plus grand producteur de hip-hop de tous les temps[4],[5].

Dr. Dre est également le créateur du G-funk[6]. Il est le premier producteur de hip-hop récompensé d'un Grammy Award dans la catégorie de producteur de l'année en 2001[7]. Son album solo The Chronic est certifié quadruple disque de platine tandis que 2001 est six fois disque de platine aux États-Unis[8].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Andre Romelle Young est né à Compton, en Californie le 18 février 1965. Il est le premier enfant de Theodore et Verna Young. Le deuxième prénom de Young, Romelle, s'inspire du groupe de R&B amateur de son père, The Romells. Mariés en 1964, les parents de Young se séparent en 1968 et divorcent en 1972[9]. Verna épouse plus tard Curtis Crayon. Ensemble, ils auront trois enfants, deux fils nommés Jerome et Tyree (tous les deux décédés)[10],[11] et une fille, Shameka[12].

En 1976, Young commence ses études à la Vanguard Junior High School de Compton, mais il est ,à la suite de par la violence des gangs de rue, transféré à la Roosevelt Junior High School, dans un endroit plus sécurisé[13]. Verna épouse plus tard Warren Griffin, qu'il a rencontré à son travail à Long Beach[14], qui ajouteront trois belle-sœurs et un beau-frère à la famille. Son beau-frère Warren Griffin III, deviendra plus tard connu sous le nom de Warren G[15]. Young étudie à la Centennial High School de Compton en 1979, mais est ensuite transféré à la Fremont High School dans le South Central Los Angeles à cause d'une moyenne trop faible. Young tente d'intégrer un programme d'appentissage à la Northrop Aviation Company, mais ses mauvaises notes font de lui un jeune homme irrecevable. Il se consacrera par la suite à sa vie sociale et à ses activités durant ses dernières années au lycée[16]. Young sera père d'un fils, Curtis, né le 15 décembre 1981, avec Lisa Johnson. Curtis Young rencontrera pour la première fois son père en 20 ans, à la période durant laquelle Curtis sera connu dans la scène du rap sous le nom de Hood Surgeon[17].

World Class Wreckin' Cru (1984–1985)[modifier | modifier le code]

Inspiré par la chanson The Adventures of Grandmaster Flash on the Wheels of Steel de Grandmaster Flash, il passe la plupart de son temps dans un club appelé The Eve After Dark pour observer les DJs et rappeurs jouant sur scène. il devient alors DJ dans le club, dans un premier temps sous le nom de Dr. J, un surnom inspiré de celui de Julius Erving, son joueur de basket préféré. Au club, il fait la rencontre du rappeur Antoine Carraby, plus tard membre de N.W.A sous le nom de DJ Yella[18]. Peu après, il adopte le surnom de Dr. Dre, un mélange de son ancien surnom Dr. J et de son prénom, s'autoproclamant « maître de la mixologie » (Master of Mixology)[19]. Il se joint ensuite au groupe World Class Wreckin' Cru publié par le label indépendant Kru-Cut Records en 1984. Le groupe deviendra connu dans la scène electro-hop qui dominera le rap West Coast des années 1980, et leur premier hit intitulé Surgery verra Dr. Dre aux platines, et se vendra à 50 000 exemplaires dans le milieu de Compton[20]. Dr. Dre et DJ Yella mixent également ensemble sur une chaîne de radio locale, KDAY, qui l'aide à augmenter son audience dans l'émission The Traffic Jam[21]. Les premières chansons de Dr. Dre sont enregistrée en 1994 dans une compilation intitulée Concrete Roots. Stephen Thomas Erlewine du site AllMusic décrit ses musiques selon ses termes : « quelques années auparavant, Dre a développé un style distinct » qui est « spécialisement dédié à ses fans »[22].

Son absentéisme répété le pénalise dans sa volonté de devenir nageur dans l'équipe de son lycée. Après le lycée, il se joint à la Chester Adult School de Compton à la demande de sa mère afin de lui permettre d'obtenir un travail ou de continuer ses études[23]. Il part de Chester pour se consacrer à ses performances dans la boîte de nuit Eve's After Dark.

N.W.A et Ruthless Records (1986–1991)[modifier | modifier le code]

En 1986, Dr. Dre fait la rencontre du rappeur O'Shea Jackson — alias Ice Cube — qui collabore avec Dr. Dre pour ses chansons chez Ruthless Records, un label local dirigé par le rappeur Eazy-E. N.W.A et le rappeur de la côte Ouest Ice-T sont crédité pour avoir significativement contribué au genre gangsta rap, un sous-genre plus agressif du hip-hop, basé sur le crime et la délinquance. Se sentant concerné par les problèmes ethniques et politiques dénoncés par des groupes de rap comme Public Enemy ou Boogie Down Productions, N.W.A se lance dans thèmes sans compromis, qui offrent souvent des paroles inspirées de la dure réalité des rues. Propulsé par le hit Fuck tha Police, le premier album du groupe Straight Outta Compton devient un franc succès, malgré une absence totale de diffusion à la radio ou de tournée promotionnelle. Le Federal Bureau of Investigation adresse une lettre d'avertissement à Ruthless Records en réponse au contenu lyrique de leur chanson[6].

À la suite du départ d'Ice Cube de N.W.A en 1989 causé par des divergences financières, Dr. Dre produit et joue la majeure partie du deuxième album du groupe Efil4zaggin. Il produit également un nombre de chansons pour d'autres groupes et artistes de rap sur Ruthless Records, comme Above the Law et The D.O.C. pour son album No One Can Do It Better (1989)[24]. En 1991, à Hollywood, il agresse Dee Barnes, présentateur au programme de télévision Pump it Up diffusé sur la chaîne Fox, insatisfait de ses informations concernant les divergences entre les membres restants de N.W.A et Ice Cube. Dr. Dre est condamné à 2 500 $ d'amende et à 240 heures de travaux d'intérêt général[25],[26].

The Chronic et Death Row Records (1992–1996)[modifier | modifier le code]

Après une dispute avec Eazy-E, Dre quitte le groupe en plein pic de popularité en 1991 sous les conseils d'un ami, et parolier de N.W.A, The D.O.C., et de son garde du corps de l'époque Suge Knight. Knight, un intimidant personnage, parvient à convaincre Eazy-E de rompre son contrat avec Young, et de fonder le label Death Row Records. En 1992, Young publie son premier single, le single-titre du film Deep Cover, une collaboration avec le rappeur Snoop Dogg, qu'il a rencontré à l'aide de Warren G[6]. Le premier album solo de Dr. Dre, intitulé The Chronic, est publié au label Death Row Records. Young lance un nouveau style de rap en termes de style musical et de contenu lyrique[27]. Avec la force de singles tels que Nuthin' but a 'G' Thang, Let Me Ride et Fuck wit Dre Day (and Everybody's Celebratin') (connu sous le titre Dre Day à la radio et à la télévision), tous composés avec Snoop Dogg, The Chronic devient un phénomène culturel, accompagnant un son G-funk qui domine une grande partie de la scène hip-hop au début des années 1990[6]. En 1993, la Recording Industry Association of America (RIAA) certifie l'album triple disque de platine[28] et Dr. Dre remporte le Grammy Award dans la catégorie de « meilleure performance solo de rap » pour la performance de son titre Let Me Ride[29]. La même année, le magazine Billboard classe Dr. Dre huitième des meilleurs musiciens, The Chronic sixième des albums les mieux vendus, et Nuthin' but a 'G' Thang onzième des singles les mieux vendus[30].

Hormis ses propres chansons, Dr. Dre produit les chansons du premier album de Snoop Dogg, Doggystyle, qui devient le premier album d'un musicien à atteindre la première place du classement des albums Billboard 200[31]. En 1994, Dr. Dre produit certaines bandes originales comme celles des films Above the Rim et Murder Was the Case. Il collabore avec l'ancien membre de N.W.A Ice Cube pour la chanson Natural Born Killaz en 1995[6]. Pour le film Friday, Dre enregistre Keep Their Heads Ringin', qui atteint la dixième place du Billboard Hot 100 et la première place des Hot Rap Singles (désormais Hot Rap Tracks)[32].

En 1995, Death Row Records signe les rappeurs 2Pac, qui en fait son artiste privilégié : il collabore avec Dr. Dre sur le célèbre single California Love, qui deviendra le premier des deux artistes à atteindre la première place du Billboard Hot 100[6],[33]. Cependant, en mai 1996, Young quitte le label en plein milieu d'un problème de contrat. Plus tard dans l'année, il forme son propre label, Aftermath Entertainment, sous la distribution d'un autre label de Death Row Records, Interscope Records[6]. De ce fait, les ventes de Death Row Records diminuent significativement en 1997, en particulier à la suite du décès de 2Pac et des détournements de fond qui incriminent Suge Knight[34].

Dr. Dre participe également au single No Diggity du groupe de R&B Blackstreet en 1996 : il s'agit aussi d'un véritable succès, qui atteint le Hot 100 pendant quatre semaines consécutives, et qui remporte plus tard le prix de « meilleur chant R&B d'un duo ou groupe » aux Grammy Awards de 1997[35]. Après l'avoir écouté pour la première fois, plusieurs anciens collègues de Dr. Dre à Death Row, dont 2Pac, enregistrent et tentent de publier le titre Toss It Up, qui contient de nombreuses insultes ciblant Dr. Dre et utilisant un morceau instrumental similaire à celui de No Diggity[36].

Arrivée à Aftermath Entertainment (1996–1998)[modifier | modifier le code]

L'album Dr. Dre Presents the Aftermath, publié le 26 novembre 1996, incluant des chansons de Dr. Dre et de nouveaux artistes d'Aftermath Entertainment, et un titre solo Been There, Done That, devient un symbole du genre gangsta rap[37]. Bien que certifié disque de platine par la RIAA[28], l'album ne se popularise pas auprès des fans[6]. En octobre 1996, Dre joue Been There, Done That au Saturday Night Live[38]. En 1997, Dr. Dre produit plusieurs chansons de The Album de The Firm ; il est mal accueilli par la presse spécialisée. Des rumeurs circulent dans lesquelles Aftermath ferait face à des difficultés financières[39]. Aftermath Entertainment fait également face à des accusations de violations de droits d'auteur par le groupe de thrash metal Aftermath[40]. First Round Knock Out, une compilation de nombreuses chansons produites et jouées par Dr. Dre est également publiée en 1996[41]. Dr. Dre choisit de ne pas participer à la rivalité East Coast/West Coast de l'époque, et choisit plutôt de participer à la sortie de plusieurs rappeurs new-yorkais comme Nas Is Coming de Nas, Zoom de LL Cool J, et Watch Me de Jay-Z.

Le tournant d'Aftermath s'effectue en 1998, lorsque Jimmy Iovine, dirigeant du label parent d'Aftermath, Interscope, demande à Dr. Dre de signer Eminem, un rapper originaire de Détroit. Dre produit deux chansons et fournit les parties vocales du premier album à succès mais également controversé The Slim Shady LP, publié en 1999[42]. Le single-titre produit par Dr. Dre extrait de cet album, My Name Is, attire pour la première fois l'attention du public auprès d'Eminem, et le succès de The Slim Shady LP – il atteint la deuxième place du Billboard 200 et est bien accueilli par la presse spécialisée – fait revivre les ambitions commerciales et la viabilité du label[42],[43],[44].

2001 (1999–2000)[modifier | modifier le code]

Le deuxième album solo de Dr. Dre, 2001, publié le 16 novembre 1999, est considéré comme un retour ostentatoire à ses racines gangsta rap[45]. Il est initialement intitulé The Chronic 2000. D'autres tentatives de titres incluent The Chronic 2001 et Dr. Dre. L'album inclut plusieurs collaborations avec des artistes comme Devin the Dude, Hittman, Snoop Dogg, Xzibit, Nate Dogg et Eminem. Stephen Thomas Erlewine du site AllMusic décrit le son de l'album comme « plein de chants orienté soul, et de reggae » dans le style de Dr. Dre[45]. L'album est acclamé par la presse spécialisée, et classé à la deuxième place du Billboard 200[46] et est, depuis, certifié six fois disque de platine[28]. L'album inclut les hits Still D.R.E. et Forgot About Dre, deux titres joués par Dr. Dre au Saturday Night Live sur la NBC le 23 octobre 1999[47]. Dr. Dre est récompensé du Grammy Award dans la catégorie « meilleur artiste de l'année, non-classique » en 2000[6] et se joint au Up in Smoke Tour avec les rappeurs Eminem, Snoop Dogg, et Ice Cube la même année[48].

À la popularité de 2001, Dr. Dre s'implique dans plusieurs poursuites judiciaires. Lucasfilm Ltd., la société auteure de la franchise Star Wars, le poursuit en justice pour son usage de Deep Note[49]. The Fatback Band poursuit également Dr. Dre pour d'petre inspiré de son titre Backstrokin' pour sa chanson Let's Get High extrait de l'album 2001 ; Dr. Dre est chargé de payer $1,5 million au groupe en 2003[50].

Production (2001–2008)[modifier | modifier le code]

À la suite du succès de 2001, Dr. Dre se concentre à la production de chansons et d'albums d'autres artistes. Il co-produit six chansons pour l'album d'Eminem Marshall Mathers LP, dont le single principal récompensé d'un Grammy The Real Slim Shady. L'album lui-même remporte un Grammy et devient l'album de rap le plus rapidement vendu de tous les temps, à 1,76 million d'exemplaires sa première semaine[51]. Il produit le single Family Affair de la chanteuse de R&B Mary J. Blige pour son album No More Drama en 2001[52]. Il produit aussi Let Me Blow Ya Mind, un duo entre la rappeuse Eve et la chanteuse de No Doubt Gwen Stefani[53] et signe la chanteuse de R&B Truth Hurts à Aftermath en 2001[54]. Dr. Dre devient le producteur exécutif de l'album d'Eminem publié en 2002, The Eminem Show. Il y produit trois chansons.

Une autre poursuite judiciaire pour atteinte aux droits d'auteur frappe Dr. Dre en 2002, lorsque Sa Re Ga Ma, une société située à Calcutta, en Inde, amène Aftermath Entertainment en justice pour l'usage non autorisé de la chanson Thoda Resham Lagta Hai de Lata Mangeshkar dans la chanson Addictive de Truth Hurts. En février 2003, un juge interdira toute vente de l'album de Truth Hurts, Truthfully Speaking, jusqu'à ce que le label crédite Mangeshkar[55].

Get Rich or Die Tryin' est un autre album à succès publié par Aftermath, composé par le rappeur 50 Cent. Dr. Dre produit et coproduit quatre chansons de l'album, dont le hit single In da Club, une collaboration entre Aftermath, le label d'Eminem Shady Records et Interscope[56]. Le quatrième album d'Eminem depuis son arrivée à Aftermath, Encore, voit encore Dre endosser le rôle de producteur exécutif, mais cette fois plus impliqué dans la musique, produisant et coproduisant au total huit chansons, dont trois singles. En novembre 2004, à la remise des prix organisée par le magazine Vibe à Los Angeles, Dr. Dre est agressé par un fan nommé Jimmy James Johnson, qui demandait supposément un autographe. Dans la bagarre qui en résulte, l'ancien rappeur de la G-Unit, Young Buck, poignarde l'homme[57]. Johnson accuse Suge Knight, président de Death Row Records, de l'avoir payé $5 000 pour attaquer Dre dans le but de l'humilier avant la remise de son Lifetime Achievement Award[58]. Knight dément immédiatement, dans l'émission The Late Late Show sur CBS, son implication dans cette histoire, soutient Dr. Dre, et veut amener Johnson devant la justice[59]. En septembre 2005, Johnson est chargé d'un an de prison et interdit d'approcher Dr. Dre jusqu'en 2008[60].

Dr. Dre a également produit How We Do, un hit single publié en 2005 de The Game extrait de son album The Documentary[61]. Dans le magazine Rolling Stone d'avril 2005, Dr. Dre est classé 54e sur 100 artistes dans la liste The Immortals: The Greatest Artists of All Time[62].

En novembre 2006, Dr. Dre collabore avec Raekwon sur son album Only Built 4 Cuban Linx II[63]. Il produit également des chansons sur les albums de rap Buck the World de Young Buck[64], Curtis de 50 Cent[65], Tha Blue Carpet Treatment de Snoop Dogg[66], et Kingdom Come de Jay-Z[67]. Dre participe également à la chanson de Timbaland Bounce, extrait de son album solo publié en 2007 solo album, Timbaland Presents Shock Value et collabore avec Missy Elliott et Justin Timberlake[68]. À cette période, The D.O.C. collabore aussi avec Dre sur son quatrième album Voices through Hot Vessels, avant la sortie de l'album Detox[69],[70].

Troisième album studio (2000–2007)[modifier | modifier le code]

Dr. Dre en 2008.

Le troisième et dernier album studio de Dr. Dre, anciennement intitulé Detox, est programmé[71]. Le travail sur l'album remonte à 2001[72] période durant laquelle sa version antérieure était décrit comme le « l'album de rap le plus avancé jamais composé » par le producteur Scott Storch[73]. Plus tard la même année, il décide d'arrêter l'album, et de se consacrer à la productionde chansons pour d'autres artistes, mais change d'avis ; l'album est initialement prévu pour une sortie en 2005[74]. Les producteurs DJ Khalil, Nottz, Bernard « Focus » Edwards Jr.[75], Hi-Tek[76], J.R. Rotem[77], RZA[78], Jay-Z[79], Warren G, et Boi-1da[80] sont confirmé pour l'album. Snoop Dogg annonce la fin des enregistrements de Detox en juin 2008 au magazine Rolling Stone[81]. Detox est de nouveau reporté pour 2010, après la sortie de Before I Self Destruct de 50 Cent, Relapse d'Eminem, un album produit par Dr. Dre[82],[83]. Dans une publicité pour Dr Pepper, il fait paraître un extrait de Detox[84]. 50 Cent et Eminem annoncent dans une entrevue au 106 & Park sur BET avoir fini une douzaine de chansons pour Detox[85].

Le 20 avril 2010, Under Pressure, avec Jay-Z et coproduit par Scott Storch, est confirmé par Jimmy Iovine et Dr. Dre dans une entrevue au Fenway Park comme le single principal de l'album[86],[87]. La chanson est publiée sans autorisation dans une forme différente, sans chœur le 16 juin 2010[88] : cependant, elle est chaleureusement accueillie par la presse spécialisée, mais Dr. Dre annonce que cette chanson ainsi que quelques autres publiées sans autorisation ne seront pas incluses dans la version finale de l'album Detox[89]. Deux singles – Kush, une collaboration avec Snoop Dogg et Akon, et I Need a Doctor avec Eminem et Skylar Grey – sont publiés aux États-Unis en novembre 2010 et février 2011, respectivement[90],[91] : ce dernier atteint le succès international, et la quatrième place du classement Billboard Hot 100, puis est par la suite certifié quadruple disque de platine par la RIAA et l'Australian Recording Industry Association (ARIA)[28],[92].

De nombreuses dates de sorties pour Detox sont prévues pendant les années qui suivent, mais sans suite[93],[94]. De nombreux musiciens proches de Dr. Dre, dont Snoop Dogg, et les rappeurs 50 Cent, Game, et DJ Quik, spéculent sur le fait que l'album ne sera jamais publié, à cause notamment d'un manque de motivation de la part de Dr. Dre quant à l'enregistrement de nouvelles chansons[93],[94],[95],[96].

Production, The Planets, pause et Coachella (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

Le 15 décembre 2008, Dre participe au remix de la chanson Set It Off du chanteur canadien Kardinal Offishall (avec Pusha T) ; le remix débute à l"émission de radio de DJ Skee[97]. En début 2009, Dre produit, et fait une brève apparition sur, le single Crack a Bottle d'Eminem, qui dénombre 418 000 téléchargements la première semaine[98] et atteint le top du Billboard Hot 100 à la seminae 20 février 2009[99].

Le 25 juin 2010, l'American Society of Composers, Authors and Publishers décerne à Dr. Dre son Founders Award pour avoir insprié d'autres musiciens[100],[101]. En août 2010, Dr. Dre annonce les préparatifs d'un prochain album intitulé The Planets ; chaque chanson est nommé d'après une planète du système solaire[102]. Le 3 septembre 2010, Dr. Dre soutient une nouvelle fois Eminem, et participe à la tournée Home and Home Tour de Jay-Z en jouant des hit singles tels que Still D.R.E., Nuthin' but a 'G' Thang, et Crack a Bottle, avec Eminem et 50 Cent[103]. Dr. Dre est présenté en couverture du magazine XXL de décembre 2010/janvier 2011[104]. Le 14 novembre 2011, Dre annonce une pause dans la musique, après avoir achevé des productions pour Slim the Mobster et Kendrick Lamar[105]. Le 9 janvier 2012, Dre est annoncé au Coachella Valley Music and Arts Festival qui se déroule les weekends du 13 au 15 avril et du 20 au 22 avril[106].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilations et EPs[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Producteur, producteur délégué[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ro 2007, p. 1.
  2. « Monitor », Entertainment Weekly, no 1247,‎ , p. 32.
  3. a et b (en) « Dre Productions », sur drdre.com (consulté le 14 juillet 2015).
  4. (en) « Nas To Appear On ‘Detox,’ Calls Dr. Dre ‘Best Producer of All Time’ », sur theboombox.com,‎ (consulté le 25 mars 2012).
  5. (en) « 50 Cent Talks About Working With Dr Dre On Detox », sur Rap Basement,‎ (consulté le 25 mars 2012).
  6. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Stephen Thomas Erlewine, « Dr. Dre – Biography », AllMusic,‎ (consulté le 22 septembre 2007).
  7. (en) « Dr. Dre Biography », sur IMDB (consulté le 25 mars 2012).
  8. (en) « Searchable Database », sur RIAA (consulté le 14 juillet 2015).
  9. Ro 2007, p. 7–8.
  10. Ro 2007, p. 7.
  11. Kenyatta 2000, p. 25.
  12. Ro 2007, p. 6–8.
  13. Ro 2007, p. 9.
  14. Ro 2007, p. 10.
  15. Kenyatta 2000, p. 14.
  16. Ro 2007, p. 2.
  17. Ro 2007, p. 11.
  18. Kenyatta 2000, p. 15.
  19. Ro 2007, p. 14.
  20. Kenyatta 2000, p. 14–17.
  21. Ro 2007, p. 17.
  22. (en) Stephen Thomas Erlewine, « "Concrete Roots" > Overview », AllMusic (consulté le 26 juin 2008).
  23. Ro 2007, p. 18–19.
  24. (en) « Q&A w/The D.O.C.: From Ruthless to Death Row », ThaFormula.com,‎ .
  25. Peter Noel, « Revenge of the Mad Rappers », The Village Voice,‎ (consulté le 4 février 2008).
  26. Kenyatta 2000, p. 27.
  27. Steve Huey, « The Chronic – Overview », AllMusic (consulté le 22 septembre 2007).
  28. a, b, c et d (en) « Gold & Platinum Dr. Dre », Recording Industry Association of America (consulté le 4 avril 2013).
  29. (en) « Dr. Dre – Grammy Awards », Allmusic (consulté le 17 février 2008).
  30. (en) Stephen Holden, « The Pop Life », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  31. Stephen Thomas Erlewine, « "Doggystyle" – Overview », AllMusic (consulté le 15 février 2008).
  32. « Dr. Dre – Awards », Allmusic (consulté le 2 janvier 2009).
  33. « Bone Broken: 2Pac Takes Over At No. 1 », Billboard, Prometheus Global Media, vol. 108, no 28,‎ , p. 118 (ISSN 0006-2510, lire en ligne).
  34. (en) Steve Huey, « Suge Knight – Biography », AllMusic,‎ (consulté le 17 février 2008).
  35. Huey, Steve, « Blackstreet - Biography », AllMusic (consulté le 11 avril 2013).
  36. (en) Arnold, Paul W., « Danny Boy Tells All About Death Row Years, Part Two », HipHopDX, Cheri Media Group,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  37. Stephen Thomas Erlewine, « "Dr. Dre Presents...The Aftermath" – Overview », AllMusic (consulté le 17 février 2008).
  38. Épisode Dana Carvey/Dr. Dre de la série Saturday Night Live. Diffusé pour la première fois le 23 octobre 1996 sur le réseau NBC. Visionner l'épisode en ligne. numéros 22-4.
  39. (en) Jason Birchmeier, « The Firm – Biography », AllMusic (consulté le 22 septembre 2007).
  40. (en) Tsiolis v. Interscope. Records. Inc., 946 F.Supp. 1344, 1349 (N.D.III. 1996).
  41. (en) Alex Henderson, « First Round Knock Out > Overview », AllMusic (consulté le 26 juin 2008).
  42. a et b (en) Jason Ankeny et Torreano, Bradley, « Eminem – Biography », AllMusic,‎ (consulté le 22 septembre 2007).
  43. (en) « The Slim Shady LP – Eminem – Awards », AllMusic (consulté le 11 avril 2013).
  44. (en) Adaso, Henry, « Dr. Dre Bio - A Brief Biography of Andre Dr. Dre Young », About.com. The New York Times Company (consulté le 11 avril 2013).
  45. a et b (en) Stephen Thomas Erlewine, « 2001 – Overview », AllMusic,‎ (consulté le 7 février 2008).
  46. (en) « Dr. Dre – Billboard Albums », AllMusic (consulté le 22 septembre 2007).
  47. Épisode Norm Macdonald/Dr. Dre de la série Saturday Night Live. Diffusé pour la première fois le 23 octobre 1999 sur le réseau NBC. Visionner l'épisode en ligne. numéros 24-3.
  48. (en) Jon Pareles, « Four Hours Of Swagger From Dr. Dre And Friends », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  49. (en) Tina Johnson, « Dr. Dre Sued By Lucasfilm », MTV News,‎ (consulté le 10 mai 2008).
  50. (en) Corey Moss, « Dre must pay 1.5 million », MTV,‎ (consulté le 21 mai 2008).
  51. (en) « Eminem Bounces Britney From Top Spot », Rolling Stone,‎ .
  52. (en) Robert LaFranco, Binelli, Mark et Goodman, Fred, « U2, Dre Highest Earning Artists », Rolling Stone,‎ .
  53. (en) Corey Moss et Meredith Gottlieb, « Eve, Gwen Stefani Bust Loose In Video », MTV News,‎ (lire en ligne).
  54. (en) Shaheem Reid, « Truth Hurts », You Hear It First, MTV News,‎ (consulté le 26 juin 2008).
  55. (en) Gil Kaufman, « Judge Rules Truth Hurts' Album Must Be Pulled Or Stickered », MTV News,‎ (lire en ligne).
  56. Jason Birchmeier, « 50 Cent – Biography », AllMusic,‎ (consulté le 24 mai 2008).
  57. (en) Corey Moss, « Warrant Issued For Young Buck In Vibe Awards Stabbing », MTV News,‎ (consulté le 2 juillet 2008).
  58. (en) Pam Smith, « Dr. Dre Puncher Snitches On Suge Knight », SOHH,‎ (consulté le 2 juillet 2008).
  59. (en) « Why the Lingering Hate », ThugLifeArmy.com,‎ (consulté le 2 juillet 2008).
  60. (en) Gil Kaufman, « Dr. Dre Attacker Sentenced To One Year In Jail », MTV News,‎ (consulté le 25 mai 2008).
  61. (en) Brendan I. Koerner, « Dr. Dre, hip-hop's most reliable kingmaker », Slate,‎ (consulté le 24 mai 2008).
  62. (en) Kanye West, « The Immortals – The Greatest Artists of All Time: 54) Dr. Dre », Rolling Stone,‎ (consulté le 5 juin 2010).
  63. (en) Shaheem Reid, « Raekwon Partners With Dr. Dre for Cuban Linx Sequel », MTV News,‎ (lire en ligne).
  64. (en) David Jeffries, « "Buck the World" – Overview », AllMusic,‎ (consulté le 26 mai 2008)
  65. (en) Shaheem Reid et Jayson Rodriguez, « 50 Cent Album Preview: Eminem, Dr. Dre Help Curtis 'Keep It Funky' », MTV News,‎ (consulté le 26 mai 2008).
  66. (en) Christian Hoard, « Snoop Dogg: Tha Blue Carpet Treatment », Rolling Stone,‎ .
  67. (en) J-23, « Dr. Dre & Just Blaze Dominate Kingdom Come », HipHopDX.com,‎ (consulté le 9 juillet 2008).
  68. (en) Alexis Petridis, « Timbaland, Shock Value », The Guardian, Londres,‎ (consulté le 15 juin 2008).
  69. (en) Nima, « The D.O.C. Interview (December 2006) », dubcnn.com,‎ (lire en ligne).
  70. (en) Chad Kiser, « The D.O.C. Interview (Part 1) (April 2008) », dubcnn.com,‎ (consulté le 31 janvier 2013).
  71. Hillary Crosley, « Dr. Dre: Detox To Be My Last Album », Billboard,‎ (consulté le 29 février 2008).
  72. Corey Moss, « Dr. Dre's Final Album Will Be Hip-Hop Musical », MTV News (MTV Networks),‎ (consulté le 30 septembre 2011).
  73. Jon Wiederhorn, « Dr. Dre's Detox 'The Most Advanced Rap Album Ever,' Co-Producer Says », MTV News (MTV Networks),‎ (consulté le 30 septembre 2011).
  74. Shaheem Reid, « Dr. Dre Gets His Groove Back, Revives Plans For Detox LP », MTV News,‎ (lire en ligne).
  75. (en) Gil Kaufman, « Focus Is Busy With Eminem, Dr. Dre Albums – And A Free One Of His Own », MTV News,‎ (consulté le 7 mars 2015).
  76. (en) Dick Johnson, « Scratch Magazine "Covers" Dr. Dre's Detox », SOHH,‎ (consulté le 7 mars 2015).
  77. (en) Hillary Crosley, « Rotem Rolling with Dr. Dre, 50 Cent », Billboard,‎ (consulté le 7 mars 2015).
  78. (en) « Roland - MV-8800 | Production Studio », Rolandus.com (consulté le 7 mars 2015).
  79. (en) Shake, « Jay Talks Dre, Detox and Beyonce », HipHopDX,‎ 1er novembre 2006 (consulté le 9 août 2007).
  80. (en) « New Music Videos | Watch Shows Online | Entertainment News & Celeb Gossip - MuchMusic.com », Watch.muchmusic.com (consulté le 7 mars 2015).
  81. Daniel Kreps, « Snoop Dogg Snoop Dogg Confirms Dr. Dre’s Detox is Finished », Rolling Stone,‎ .
  82. Shaheem Reid, « New Eminem Song 'Number One' – Apparently Produced By Dr. Dre – Drops On Mixtape », MTV News,‎ (consulté le 31 décembre 2008).
  83. « Exclusive: Eminem Talks New Album, Book », Billboard,‎ (lire en ligne).
  84. (en) Mariel Concepcion, « Dr. Dre Debut 'Detox' in Dr. Pepper Ad », Billboard,‎ .
  85. (en) Shaheem Reid, « 50 Cent, Eminem On Relationship With Dr. Dre: We Understand Our Positions », MTV News,‎ (consulté le 30 mai 2009).
  86. « Dr. Dre Announces Jay-Z Collabo, Under Pressure », MTV (consulté le 7 mars 2015).
  87. « Scott Storch Produces Dre's Under Pressure », Rap Basement,‎ (consulté le 7 mars 2015).
  88. (en) Shaheem Reid, « Dr. Dre's Under Pressure, Featuring Jay-Z, Leaks Online - Music, Celebrity, Artist News », MTV,‎ (consulté le 10 octobre 2010).
  89. (en) Kuperstein, Slava, « Dr. Dre Says Under Pressure & Other Leaked Detox Tracks Won't Make Album », HipHopDX, Cheri Media Group,‎ (consulté le 11 avril 2013).
  90. (en) « Kush (feat. Snoop Dogg & Akon) – Single by Dr. Dre », iTunes Store, Apple (consulté le 11 avril 2013).
  91. (en) « I Need a Doctor (feat. Eminem & Skylar Grey) – Single by Dr. Dre », iTunes Store, Apple (consulté le 11 avril 2013).
  92. (en) « ARIA Charts – Accreditations – 2011 Singles », Australian Recording Industry Association (consulté le 11 avril 2013).
  93. a et b (en) Muhammad, Latifah, « 7 Reasons Why Dr. Dre's Detox Will Never Drop », Hip-Hop Wired,‎ (consulté le 11 avril 2013).
  94. a et b « 3. Dr, Dre Detox – 50 Unreleased Albums We'd Kill To Hear », Complex, Complex Media,‎ (consulté le 11 avril 2013).
  95. (en) Vasquez, Andrez, « DJ Quik Does Not Believe Dr. Dre Will Ever Release "Detox," Says Dre Is Professional But Mean In Studio », HipHopDX, Cheri Media Group,‎ (consulté le 11 avril 2013).
  96. (en) Horowitz, Steven J., « Game Says Dr. Dre Will Never Release Detox », HipHopDX, Cheri Media Group,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  97. (en) Shaheem Reid, « Dr. Dre Raps On Leaked Remix Of Kardinal Offishall's 'Set It Off' », MTV News,‎ (consulté le 31 décembre 2008)
  98. « Eminem's "Bottle" breaks download record », Reuters,‎ (lire en ligne).
  99. Silvio Pietroluongo, « Eminem's 'Bottle' Breaks Digital Record », Billboard,‎ (consulté le 5 juin 2010).
  100. (en) Gail Mitchell, « Dr. Dre To Be Honored By ASCAP », Billboard,‎ (consulté le 5 juin 2010).
  101. (en) « Founders Award Dr. Dre », American Society of Composers, Authors and Publishers (consulté le 7 septembre 2012).
  102. (en) Jerry Barrow, « Dr. Dre Talks The Detox Wait, Under Pressure Frustration And Instrumental Album », Vibe,‎ (consulté le 5 août 2010).
  103. (en) « Eminem And Jay-Z: We’re Live From Detroit! », Rapfix.mtv.com (consulté le 20 septembre 2010).
  104. (en) XXL, December/January 2011,‎ , cover
  105. (en) Danielle Harling, « Dr. Dre Says After 27 Years Of Working On Music He's Taking A Break | Get The Latest Hip Hop News, Rap News & Hip Hop Album Sales », HipHop DX,‎ (consulté le 30 mars 2012).
  106. (en) « Coachella 2012: Full lineup revealed; Dr. Dre, Radiohead headline » (consulté le 7 mars 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Kelly Kenyatta, You Forgot About Dre!: The Unauthorized Biography of Dr. Dre and Eminem, Los Angeles, California, United States, Amber Books Publishing,‎ (ISBN 0-9702224-9-1, lire en ligne)
  • (en) Ronin Ro, Dr. Dre: The Biography, New York City, United States, Thunder's Mouth Press,‎ (ISBN 1-56025-921-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]