Hip-hop suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le hip-hop suisse désigne l'histoire et la culture du hip-hop en Suisse, ayant émergé au début des années 1990.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers rappeurs suisses germanophones rappaient initialement en anglais. Ce n'est qu'après la publication de la chanson Murder by Dialect de P-27 en featuring avec Black Tiger, que les rappeurs commencent à rapper dans leur dialecte d'origine.

La langue devient le problème le plus récurrent dans la scène hip-hop suisse : comme le démontre Pascale Hofmeier, la création du « mundartrap » (dialect rap) a permis à la Suisse de développer une scène musicale unique, à cause des choix du langage[1]. L'importance de la langue dans la scène hip-hop suisse peut également créer des tensions : les membres du groupe italophone Stoffunita résident en Suisse qu'ils considèrent comme leur pays, mais leur langue et leur manque de citoyenneté les classent comme « secondo », un terme utilisé pour décrire des individus de descendances étrangères nés en Suisse[2]. Comme l'explique le journaliste Jeff Chang, cette façon systématique de différencier les suisses des étrangers, comme c'est le cas pour Stoffunita, fait localement du hip-hop « une voix des opprimés[3]. »

Un rapport de l'European Music Office note que la scène hip-hop suisse est « particulièrement innovante et avancée[4]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Hofmeier, Pascale. Identitätskonstruktion im Schweizerdeutschen Mundartrap: Lokalpatriotische Wohlstandshiphopper?. Facharbeit, Universität Bern 2005.
  2. Italian Rap | Guests: Castilian in Italian Music
  3. (en) Chang, Jeff. It's a Hip Hop World. Foreign Policy 163, novembre/décembre 2007, 58-65.
  4. (nl) Beau, Marie-Agnès | Hip Hop and Rap in Europe

Liens externes[modifier | modifier le code]