Hip-hop chrétien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hip-hop chrétien
Origines stylistiques Hip-hop, musique chrétienne, gospel, rock chrétien
Origines culturelles Fin des années 1980 ; États-Unis
Instruments typiques Boîte à rythmes, chant, échantillonneur, piano, synthétiseur, turntablism
Voir aussi Hip-hop, christianisme, musique chrétienne

Le hip-hop chrétien, également connu sous les noms de gospel hip hop ou holy hip hop, est une forme de la culture et de la musique hip-hop caractérisée par un message chrétien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis l'apparition du hip-hop dans les années 1970, plusieurs activistes ont exprimé des idées politiques ou religieuses par le biais du rap ou du graffiti, incluant la foi chrétienne. A cette époque, les médias ne s'intéressent pas encore aux idées des différents sous-groupes issus de la culture hip-hop émergente. Il faut attendre les années 1980 pour commencer à entendre parler de hip-hop chrétien, avec la commercialisation de l'album The Gospel Beat: Jesus-Christ de MC Sweet — commercialisé en 1982 par PolyGram[1],[2] — puis Bible Break de Stephen Wiley — sorti en 1985 chez BMG[3],[4],[5]. Dans la même période, on voit apparaître sur la scène hip-hop dc Talk, MC Peace, et T-Bone, entre autres.

La tendance se confirme dans les années 1990 avec plusieurs artistes mêlant rap et foi chrétienne : Disciples of Christ (D.O.C) et Gospel Gangstaz. En 1994 apparaît le premier label de hip-hop chrétien : Gotee Records, cofondé par dc Talk et TobyMac. D'autres suivent, comme notamment Tooth & Nail Records et Uprok Records.

Dans le courant des années 2000, d'autres rappeurs de la scène mainstream se tournent la foi chrétienne comme notamment DMX, MC Hammer, et Ma$e[6]. Des rappeurs chrétiens francophones ont également pris leur place sur la scène musicale, tels Manou Bolomik et Leader Vocal[7].

Autres éléments du hip-hop[modifier | modifier le code]

Graffiti[modifier | modifier le code]

Historiquement, le graffiti chrétien est lancé dès les premiers siècles de l'Église. Dans les catacombes de Rome, par exemple, de nombreuses fresques et graffitis attestent d'une présence chrétienne[8]. Dans sa forme contemporaine, le graffiti chrétien a fait son apparition dès le début du mouvement hip-hop. Depuis, plusieurs artistes et groupes chrétiens diffusent leur foi par cette expression artistique, généralement de manière légale, mais pas toujours[9].

Breakdance[modifier | modifier le code]

Il existe quelques groupes de break dance qui joignent leur passion à leur foi, notamment dans l'évangélisation de rue.

Groupes et artistes de rap chrétien[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Busy R., « The Holy Hip Hop DataBASE - The ultimate online Christian Hiphop resource », sur Hhhdb.com (consulté le 21 avril 2013).
  2. (en) « MC Sweet - (Adam & Eve) The Gospel Beat (Vinyl) at Discogs », sur Discogs (consulté le 21 avril 2013).
  3. (en) « Find out who we are », sur Kingdom Careers (consulté le 9 avril 2015).
  4. (en) « Stephen Wiley - Bible Break », sur crossrhythms.co.uk (consulté le 6 octobre 2011).
  5. (en) « Beats, Rhymes and Bibles: An Introduction To Gospel Hip Hop » [PDF] (consulté le 6 octobre 2011).
  6. (en) « A (Very) Brief History of Christian Hip Hop »,‎ (consulté le 9 avril 2015).
  7. « Pau : le pasteur qui fait des concerts rap avec Jésus », sur Sud Ouest France,‎ (consulté le 31 mars 2013).
  8. (en) « Orant. Christian art. », sur Encyclopædia Britannica (consulté le 31 mars 2013).
  9. (en) « Interview: Jesus Saves Talks Faith and Graffiti »,‎ (consulté le 9 janvier 2014).
  10. (en) « Braille Biography », sur AllMusic (consulté le 23 juin 2013).
  11. « DMX, le Rappeur devenu Pasteur », sur Gloiradieu (consulté le 5 avril 2015).
  12. (en) « Mc Sweet, album Jesus-Christ (The Gospel Beat) 1982 », sur Discogs (consulté en 31 juin 2013).
  13. « Meshak, offensif pour le Christ », sur Christianisme Aujourd'hui,‎ (consulté le 5 avril 2015).
  14. « Lecrae », sur enseignemoi.com (consulté le 5 avril 2015).
  15. a et b (en) « Holy Hip-Hop : Hostile Gospel », sur AllHipHop.com,‎ (consulté le 23 juin 2013).
  16. (en) « Article sur Oligarkh ».
  17. « Prédicateurs du Ghetto (PDG) », sur Muzik Paradise (consulté le 5 avril 2015).
  18. (en) « Stephen Wiley », sur Holy HipHop Database (consulté le 5 avril 2015).
  19. (en) « Trip Lee », sur Reach Records (consulté le 5 avril 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]