North American T-28 Trojan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
North American T-28 Trojan
Le T-28 Trojan n° 749 au sol
Le T-28 Trojan n° 749 au sol

Constructeur Drapeau : États-Unis North American
Rôle Avion d'entraînement
Statut Retiré du service
Premier vol
Mise en service 1950
Date de retrait
Nombre construits 1 948
Équipage
2 (1 élève, 1 instructeur)
Motorisation
Moteur Wright R-1820-86 Cyclone
Nombre 1
Type 9 cylindres en étoile
Puissance unitaire 1 425 ch
Dimensions
Envergure 12,22 m
Longueur 10,06 m
Hauteur 3,86 m
Surface alaire 24,9 m2
Masses
À vide 2 914 kg
Maximale 3 856 kg
Performances
Vitesse maximale 552 km/h
Plafond 10 820 m

Le T-28 Trojan est un avion d'entraînement utilisé par la marine américaine après 1949. Il est remplacé par la suite par le T-34 Mentor.

Historique[modifier | modifier le code]

Au départ, il y a le T-28A Trojan fabriqué en 1950 par la firme North American à la demande de l'US Air Force qui veut remplacer le T-6 Harvard toujours utilisé pour l'écolage. Ce modèle A est équipé d'un moteur en étoile à 7 cylindres, un Wright R-1300 Cyclone de 800 ch et d'une hélice bipale.

Il effectue son premier vol le . Cet appareil est un tel succès que deux ans plus tard, en 1952, la Navy demande au constructeur de lui fournir une version mieux adaptée à ses besoins. C'est la naissance du T-28B qui reçoit un moteur R-1820 (9 cylindres) de 1 425 ch, une hélice tripale et un aérofrein ventral.

Là encore, la satisfaction de la Navy est telle qu'elle décide d'étendre l'utilisation de l'appareil pour la formation à l'appontage. En conséquence, une crosse d'appontage sera ajoutée et cette nouvelle version sera appelée T-28C. Notons qu'aucune de ces versions n'est pourvue d'armement.

Un T-28 Trojan
N14113 North American AT-28D Trojan T-28A Fennec ex 51-7545 Fennec No 119 cn 174-398

En 1958/9, l'Armée de l'air française, engagée dans un lutte antiguérilla durant la guerre d'Algérie cherche à remplacer les T-6 qu'elle utilise comme avions d'observation et d'appui des troupes au sol. Ayant arrêté son choix sur le T-28B, mais l'U.S Navy n'a aucun appareil en surplus. Par contre, il existe une société, Pac-Aero, qui reconditionne les T-28A en surplus de l'Air Force en les équipant de moteurs de 1 300 ou 1 425 ch pour des civils (Nomad 1 et 2). Sur la base de cette expérience, l'Armée de l'Air rachète quelque 150 cellules de T-28A.

Ces cellules seront livrées à Sud-Aviation qui les adaptera pour les équiper du moteur R-1820 (récupérés sur des B-17 en surplus) et de l'hélice de la version B, mais qui en plus, ajoutera sous les ailes des points d'ancrage de pièces d'armement et bien sûr, des protections de combat pour l'équipage. Cette nouvelle version baptisée Fennec par la France, parfois désignée T-28S (pour Sud) ou T-28F (pour Fennec) dans certains articles américains, peut ainsi recevoir 4 bombes de 120 kg, ou 4 mitrailleuses de 12,7 mm ou bien encore deux paniers garnis chacun de 7 roquettes, ou toute combinaison possible de ces armes.

Forts de l'expérience française, les Américains créeront une version équivalente au Fennec, le T-28D qu'ils utiliseront (ou prêteront) pour les luttes anti-guerilla en Asie et en Amérique centrale.

Variantes[modifier | modifier le code]

XT-28
Prototype; deux construits.
T-28A
Version pour l'U.S. Air Force avec un moteur en étoile Wright R-1300-7 de 800 ch (597 kW), hélice bipale ; 1 194 construits.
T-28B
Version pour l'U.S. Navy avec un moteur en étoile Wright R-1820-9 de 1,425 ch (1,063 kW) , hélice tripale, aérofrein ventral; 489 construits.
T-28C
Version pour l'U.S. Navy, un T-28B avec des pales d'hélice raccourcies et une crosse d'appontage pour l'entrainement sur porte avion; 266 construits.

T-28D Nomad

T-28B convertis pour l'USAF en 1962 pour des rôles de contre-insurrection, reconnaissance, contrôleur aérien avancé, recherche et sauvetage au Vietnam. Équipés de deux points d'emport sous les ailes. Les derniers T-28D-5 avaient des casiers à munitions dans les ailes qui pouvaient être accrochés à des mitrailleuses pour améliorer le centre de gravité et l'aérodynamique ; 321 convertis par Pacific Airmotive (Pac-Aero).
T-28 Nomad Mark I - Wright R-1820-56S (1,300 ch).
T-28 Nomad Mark II - Wright R-1820-76A (1,425 ch)
T-28 Nomad Mark III - Wright R-1820-80 (1,535 ch)
Fairchild AT-28D
Version d'attaque au sol du T-28D utilisé pour des missions d'appui aérien rapproché par l'USAF et ses alliées en Asie du Sud-Est. Il était équipé de six points d'emport sous les ailes et d'un siège éjectable Stanley Yankee ; 72 convertis par Fairchild Hiller.
YAT-28E
Développement expérimental du T-28D de contre-insurrection. Il était propulsé par un turbopropulseur Lycoming YT-55L-9 de 2 445 ch (1 823 kW), armé de deux mitrailleuses de .50 et de 2730 kg d'armement sous 12 points d'emport. Trois prototypes furent convertis à partir de T-28A par North American, avec un premier vol le 15 Février 1963. Le projet fut abandonné en 1965.

T-28S Fennec

T-28A Ex-USAF convertis en 1959 pour être utilisés par l'Armée de l'Air, en remplacement du Morane-Saulnier MS.733A. Ils furent opérés par les Escadrilles d'Aviation Légère d'Appui (EALA) pour la contre insurrection en Afrique du Nord de 1959 à 1962. Équipés d'une verrière électrique, d'un blindage latéral, d'un moteur en étoile compressé Wright R-1820-97 de 1 200 ch (Le modèle utilisé sur le B-17) et de quatre points d'emport sous les ailes. Il est dénommé "S" à cause de son compresseur ("supercharger" en anglais), ou bien T-28F – "F" pour France.

Pour des missions d'appui feu il emportait habituellement deux mitrailleuses double de .50 (avec 100 coups par affut) et deux paniers à rocket MATRA Type 122 6 x 68mm. Il pouvait aussi emporter une bombe à fragmentation ou à explosion de 120 kg , un panier à rocket MATRA Type 361 36 x 37mm, un panier à rocket SNEB 7 x 55mm ; ou bien un lance rocket lourd MATRA Type 13 simple-rail, MATRA Type 20 ou Type 21 double-rail, MATRA Type 41 quadruple-rail (2 x 2), MATRA Type 61 ou Type 63 sextuple-rail (3 x 3) SERAM T10 . Des bombes au napalm improvisés (appelées "bidons spéciaux") furent aussi créées.

Au total 148 appareils furent achetés à Pacific Airmotive (Pac Aero) et modifiés par Sud-Aviation en France. Après la guerre le gouvernement français les mis en vente de 1964 à 1967. Ils furent en majorités vendus au Maroc et à l'Argentine. Cette dernière en vendit plus tard une partie à l'Uruguay et au Honduras.

T-28P
T-28S Fennec vendus à l'Aviation navale argentine comme avion d'attaque embarqué. Ils furent livrés avec des pales d'hélices raccourcies et une crosse d'appontage.
T-28R Nomair

Une tentative de l'Hamilton Aircraft Company de Tucson en Arizona de créer une version civile à partir d'un T-28A ex-USAF remis à neuf. Il fut équipé un moteur Wright Cyclone R-1820-80. Le prototype vola pour la première fois en Septembre 1960 et reçut le certificat de type FAA le 15 Février 1962. A l'époque, le T-28-R2 était l'avion monomoteur standard le plus rapide disponible aux USA. Il vola jusqu'à une altitude de 38,700 ft. [11,800 m].

T-28R-1 Nomair I
Avion d'entrainement militaire double commande en tandem. Six furent vendus en 1962 à la Marinha do Brasil pour l'entrainement à l'appontage et équipés d'une crosse d'appontage. Ils furent plus tard transférés à la force aérienne brésillienne.
T-28R-2 Nomair II
Modifié pour avoir une étroite cabine à 5 places (un pilote et deux rangs de deux passagers) qui s'ouvrait par une porte latérale. Dix avions furent modifiés dont un qui fut vendu à une entreprise de photographie aérienne.
RT-28
Conversion photo/reconnaissance pour la contre insurrection utilisé par l'Aviation royale laotiènne. Le nombre de conversions est inconnu.

Opérateurs[modifier | modifier le code]

 Argentina
 Drapeau de la Bolivie Bolivie
 Drapeau du Brésil États-Unis du Brésil
 Drapeau de la République du Congo-Kinshasa République du Congo-Kinshasa
 Drapeau de Cuba Cuba
 Dominican Republic
 Ecuador
 Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie
  Drapeau de la France France
  • Armée de l'air - 148 T-28A modifiés (1959) pour créer le T-28S Fennec .
 Drapeau d'Haïti Haïti
 Honduras
  Drapeau du Japon Japon
 Drapeau de la République khmère République khmère
  Flag of Laos (1952-1975).svg Royaume du Laos
 Drapeau du Mexique Mexique
 Drapeau du Maroc Maroc
 Nicaragua
 Philippines
 Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
 Saudi Arabia
 Drapeau de la République du Sud-Viêt Nam République du Viêt Nam
 Tunisia
  Drapeau de la République de Chine Taïwan
 Thailand
  Drapeau des États-Unis États-Unis
 Uruguay
 Drapeau de la République démocratique du Viêt Nam République démocratique du Viêt Nam

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John Andrade, Militair 1982, London, Aviation Press Limited, , 440 p. (ISBN 978-0907898016).
  • (en) Norm Avery, North American aircraft, vol. 1 : 1934-1998, Santa Ana, Calif, Narkiewicz-Thompson, , 204 p. (ISBN 978-0913322055).
  • (en) Bernie Fitzsimons, The Defenders : a comprehensive guide to the warplanes of the USA, New York London, Gallery Books, , 160 p. (ISBN 9781870318105).
  • Green, William. Observers Aircraft, 1956. London: Frederick Warne Publishing, 1956.
  • The Illustrated Encyclopedia of Aircraft (Part Work 1982-1985). London: Orbis Publishing, 1985.
  • (en) Nikolaus Krivinyi, World Military Aviation, New York, Arco Publishing Company, (ISBN 978-0-668-04348-9),
  • Tate, Jess. "Ultimate Trojan: North American's YAT-28E Project". Air Enthusiast, No. 99, May/June 1999. p. 58–59. ISSN 0143-5450.
  • William Green (ill. Dennis Punnett), Observers aircraft, London, Frederick Warne / Observer, coll. « Observer's Pocket », (ISBN 0-723-23697-6)
  • (en) John W.R. Taylor, Jane's Pocket Book of Major Combat Aircraft, London, Macdonald and Jane's, (1re éd. 1973) (ISBN 978-0-354-01024-5).
  • (en) Kevin Thompson, North American aircraft, vol. 2, Santa Ana, Calif, Narkiewicz//Thompson, , 192 p. (ISBN 978-0-913-32206-2, OCLC 43555904).
  • (en) István Toperczer, MIG-17 and MIG-19 units of the Vietnam War, Oxford, Osprey, (ISBN 1-841-76162-1).
  • United States Air Force Museum guidebook. Wright-Patterson AFB, Ohio: Air Force Museum Foundation, 1975.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié