Conseil régional de Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conseil régional de Bretagne
Description de l'image Région Bretagne (logo).svg.
Type
Type Conseil régional
Présidence
Président Jean-Yves Le Drian (PS)
Élection
Structure
Membres 83 conseillers régionaux
Description de cette image, également commentée ci-après

Composition actuelle

Groupes politiques Majorité
  •      PCF et apparentés (4)
  •      PS et apparentés (43)
  •      PRG et apparentés (3)
  •      Régionalistes (3)
Opposition
Élection
Système électoral Scrutin de liste à deux tours avec prime majoritaire
Dernière élection Élections régionales françaises de 2015 ( et )

Lieu des réunions : Hôtel de Courcy à Rennes

Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie du lieu de réunion.

Divers
Site web http://www.bretagne.bzh/

Le conseil régional de Bretagne est l'assemblée élue qui dirige la région Bretagne. Le conseil régional est composé de 83 conseillers régionaux élus pour 6 ans et est présidé, par le socialiste Jean-Yves Le Drian.

Les assemblées plénières se tiennent à Rennes, sur le site de l’hôtel de Courcy[1] à proximité du centre-ville, voisin de l'hôtel de la préfecture de région, tandis que l'essentiel des services administratifs sont réunis sur le site Patton, dans le quartier du même nom dans le nord de la ville.

Historique[modifier | modifier le code]

Comme toutes les régions administratives de France, la région Bretagne est née dans la seconde moitié du XXe siècle. Un décret[2] du 30 juin 1941 rédigé par Philippe Pétain et publié le 1er juillet 1941 dans le Journal officiel de l'État français pendant la Seconde Guerre mondiale, sous l'occupation allemande, crée la Région de Rennes, constituée par les départements des Côtes-du-Nord, du Finistère, d'Ille-et-Vilaine et du Morbihan. Cette région est supprimée à la Libération. Par la suite, un arrêté ministériel du 28 novembre 1956[3] signé sous la Quatrième République, a explicité le cadre des « programmes d'action régionale » introduits par un décret du . Ce décret crée une région appelée « Bretagne » et qui reprend les mêmes limites que la Région de Rennes de 1941. Elle correspond à 80 % de la superficie de la Bretagne historique, amputée de l'actuelle Loire-Atlantique. Ces limites sont restées stables au cours des évolutions du statut de ces circonscriptions.

Conseil régional actuel[modifier | modifier le code]

Le site de Patton qui regroupe l'essentiel des services administratifs de la région Bretagne.

Pressenti depuis plusieurs mois, le ministre de la Défense et ancien président du Conseil régional de Bretagne, Jean-Yves Le Drian annonce sa candidature pour un troisième mandat le [4]. Il affronte notamment Marc Le Fur, député des Côtes-d'Armor, pour Les Républicains, Gilles Pennelle pour le Front national et Christian Troadec pour les régionalistes-UDB. Au premier tour, le PCF et l'UDB, pourtant membres de la majorité de gauche sortante choisissent de présenter leurs propres listes, les écologistes déjà en partie dans l'opposition régionale, également. La liste de Marc Le Fur est quant à elle soutenue par le MoDem et l'UDI. Il perd le soutien de cette dernière à la suite d'un désaccord sur les listes départementales[5]

Dès l'annonce de la candidature de Le Drian, la question du cumul des fonctions de ministre de la Défense et président de Conseil régional se pose. Durant sa campagne présidentielle, François Hollande s'était engagé à ce que les ministres de son futur gouvernement ne cumulent pas leur portefeuille avec une fonction exécutive locale. Dans un premier temps, il est annoncé que Le Drian restera ministre le temps de la campagne. Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris changent la donne, François Hollande ayant demandé à Jean-Yves Le Drian de demeurer ministre le temps nécessaire en raison notamment de l'état d'urgence et la guerre contre le groupe terroriste État islamique.

Largement en tête au premier tour, avec 34,92% des voix, Jean-Yves Le Drian distance la liste de Marc Le Fur et celle de Gilles Pennelle qu'il affrontera au second tour dans une triangulaire. Comme en 2010, Le Drian refuse la fusion avec la liste écologiste en raison, selon lui, du nombre de siège demandé trop important par rapport à la représentativité de la liste au premier tour. La Bretagne est la seule région de France où les socialistes et écologistes n'ont pas fusionné leurs listes alors qu'ils en avaient la possibilité. Soutenue par le PS et le PRG, la liste de Le Drian compte néanmoins des dissidents communistes et régionalistes. Les résultats du second tour marquent un nette victoire de la liste socialiste avec 51,41% des voix contre 29,72% pour la liste de droite et 18,87% pour le Front national.

Composition de l'assemblée[modifier | modifier le code]

Composition par listes[modifier | modifier le code]

Les 83 conseillers régionaux élus en 2015 se répartissent ainsi :

  • Liste « Pour la Bretagne avec Jean-Yves Le Drian » menée par Jean-Yves Le Drian (PS - PRG) : 53 conseillers
  • Liste « Le choix de la Bretagne » menée par Marc Le Fur (LR - MoDem) : 18 conseillers
  • Liste « Front national » menée par Gilles Pennelle (FN) : 12 conseillers

Groupes politiques[modifier | modifier le code]

Composition partisane des groupes politiques[6].
Nom du groupe Partis
représentés
Élus Statut
Socialistes et apparentés PS
33 / 83
Majorité
DVG
9 / 83
ex-
1 / 83
Communistes et progressistes PCF
2 / 83
DVG
2 / 83
Radicaux de gauche et apparentés PRG
2 / 83
DVG
1 / 83
Régionalistes ex-UDB
3 / 83
Droite, centre et régionalistes LR
13 / 83
Opposition
UDI
3 / 83
MoDem
2 / 83
Front national FN
12 / 83

Liste des conseillers régionaux[modifier | modifier le code]

Conseillers régionaux par groupe, parti et département[6],[7].
Département Groupe Nom Parti
Côtes-d'Armor Socialistes et apparentés Corinne Erhel PS
Communistes et progressistes Gérard Lahellec PCF
Socialistes et apparentés Georgette Bréard PS
Socialistes et apparentés Olivier Allain PS
Socialistes et apparentés Gaëlle Nique PS
Socialistes et apparentés Thierry Burlot PS
Radicaux de gauche et apparentés Sylvie Argat-Bouriot PRG
Socialistes et apparentés Dominique Ramard Écolo.
Communistes et progressistes Gaby Cadiou DVG
Socialistes et apparentés Philippe Hercouët PS
Droite, centre et régionalistes Marc Le Fur LR
Droite, centre et régionalistes Sylvie Guignard UDI
Droite, centre et régionalistes Stéphane de Sallier Dupin LR
Droite, centre et régionalistes Martine Tison LR
Front national Gérard de Mellon FN
Front national Catherine Blein FN
Finistère Socialistes et apparentés Marc Coatanéa PS
Socialistes et apparentés Emmanuelle Rasseneur PS
Socialistes et apparentés Richard Ferrand PS
Socialistes et apparentés Gaël Le Meur PS
Socialistes et apparentés Gwenegan Bui PS
Socialistes et apparentés Laurence Fortin PS
Socialistes et apparentés Roland Jourdain DVG
Socialistes et apparentés Forough Salami PS
Socialistes et apparentés Karim Ghachem PS
Communistes et progressistes Gaëlle Vigouroux DVG
Socialistes et apparentés Pierre Karleskind PS
Régionalistes Mona Bras Rég.
Radicaux de gauche et apparentés Alain Le Quellec DVG
Socialistes et apparentés Sylvaine Vulpiani PS
Socialistes et apparentés Olivier Le Bras DVG
Droite, centre et régionalistes Gaëlle Nicolas LR
Droite, centre et régionalistes Stéphane Roudault LR
Droite, centre et régionalistes Isabelle Le Bal MoDem
Droite, centre et régionalistes Bruno Quillivic LR
Droite, centre et régionalistes Agnès Le Brun LR
Front national Patrick Le Fur FN
Front national Renée Thomaïdis FN
Front national Philippe Miailhes FN
Ille-et-Vilaine Socialistes et apparentés Loïg Chesnais-Girard PS
Socialistes et apparentés Sylvaine Vulpiani PS
Socialistes et apparentés Anne Patault PS
Socialistes et apparentés Sébastien Semeril PS
Socialistes et apparentés Claudia Rouaux PS
Communistes et progressistes Eric Berroche PCF
Socialistes et apparentés Evelyne Gautier-Le Bail PS
Socialistes et apparentés Martin Meyrier PS
Régionalistes Lena Louarn Rég.
Socialistes et apparentés André Crocq DVG
Socialistes et apparentés Isabelle Pellerin PS
Radicaux de gauche et apparentés Stéphane Perrin PRG
Socialistes et apparentés Hind Saoud PS
Socialistes et apparentés Bernard Pouliquen DVG
Socialistes et apparentés Catherine Saint-James DVG
Socialistes et apparentés Hervé Utard PS
Socialistes et apparentés Laurence Duffaud PS
Droite, centre et régionalistes Bernard Marboeuf UDI
Droite, centre et régionalistes Delphine David LR
Droite, centre et régionalistes Bertrand Plouvier LR
Droite, centre et régionalistes Claire Guinemer LR
Droite, centre et régionalistes Pierre Breteau UDI
Front national Gilles Pennelle FN
Front national Virginie D'Orsanne FN
Front national Emeric Salmon FN
Front national Anne Vaneecloo FN
Morbihan Socialistes et apparentés Jean-Yves Le Drian PS
Socialistes et apparentés Anne Gallo DVG
Régionalistes Paul Molac Rég.
Socialistes et apparentés Gaël Le Saout PS
Socialistes et apparentés Jean-Michel Le Boulanger PS
Socialistes et apparentés Kaourintine Hulaud DVG
Socialistes et apparentés Pierre Pouliquen PS
Socialistes et apparentés Nicole Le Peih DVG
Socialistes et apparentés Maxime Picard PS
Socialistes et apparentés Anne Troalen PS
Socialistes et apparentés Raymond Le Brazidec DVG
Socialistes et apparentés Elisabeth Jouneaux-Pedrono PS
Droite, centre et régionalistes David Bono LR
Droite, centre et régionalistes Christine Le Strat MoDem
Droite, centre et régionalistes Patrick Le Diffon LR
Droite, centre et régionalistes Anne-Maud Goujon LR
Front national Bertrand Tragne FN
Front national Agnès Richard FN
Front national Christian Lechevalier FN

Exécutif régional[modifier | modifier le code]

Président[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Le Drian a été élu président du Conseil régional lors de la séance d'installation le 18 décembre 2015. Gilles Pennelle, chef de file du Front national, était également candidat à la présidence, alors que la tête de liste de la droite Marc Le Fur n'avait pas postulé.

Candidat Parti Voix
Jean-Yves Le Drian PS 53
Gilles Pennelle FN 12
Inscrits 83
Abstention 0
Votants 83
Blancs et nuls 18
Exprimés 83

Vice-présidents[modifier | modifier le code]

Outre le président, l'exécutif comporte 15 vice-présidences.

Vice-présidents du Conseil régional de Bretagne
Conseiller régional Parti Délégation Département
d'élection
1re vice-présidence Loïg Chesnais-Girard PS chargé de l'économie, l'innovation et l'attractivité Ille-et-Vilaine
2e vice-présidence Georgette Bréard PS chargée de la formation, l'apprentissage et l'orientation Côtes-d'Armor
3e vice-présidence Gérard Lahellec PCF chargé des transports et des mobilités en Bretagne Côtes-d'Armor
4e vice-présidence Forough Salami PS chargée de l'Europe et de l'International Finistère
5e vice-présidence Olivier Allain PS chargé de l’agriculture et l'agroalimentaire Côtes-d'Armor
6e vice-présidence Lena Louarn Rég. chargée des langues de Bretagne Ille-et-Vilaine
7e vice-présidence Pierre Karleskind PS chargé de la mer et des infrastructures portuaires Finistère
8e vice-présidence Laurence Fortin PS chargée de l'aménagement territorial Finistère
9e vice-présidence Jean-Michel Le Boulanger PS chargé de la culture et de la communication Morbihan
10e vice-présidence Isabelle Pellerin PS chargée des lycées Ille-et-Vilaine
11e vice-présidence Thierry Burlot PS chargé de l’environnement, la biodiversité et les déchets Côtes-d'Armor
12e vice-présidence Anne Gallo PS chargée du tourisme et des voies navigables Morbihan
13e vice-présidence Bernard Pouliquen PS chargé de l'enseignement supérieur, la recherche et la transition numérique Ille-et-Vilaine
14e vice-présidence Anne Patault PS chargée de l'égalité et de l'innovation sociale Ille-et-Vilaine
15e vice-présidence Pierre Pouliquen PS chargé des sports, de la jeunesse et de la vie associative Ille-et-Vilaine

Présidents du conseil régional[modifier | modifier le code]

Le bureau du président du conseil régional dans l’Hôtel de Courcy.
Présidents du Conseil régional de Bretagne
Président Parti Mandat Qualité
René Pleven CD 1974 - 1976 Président de l’Établissement public régional
André Colin MRP 1976 - 1978 Sénateur du Finistère
Président du conseil général du Finistère
Raymond Marcellin UDF 1978 - 1986 Sénateur du Morbihan (→ 1981)
Député du Morbihan (1981 →)
Président du conseil général du Morbihan
Yvon Bourges RPR 1986 - 1998 Sénateur d’Ille-et-Vilaine
Conseiller général du canton de Dinard (→ 1988)
Maire de Dinard (→ 1989)
Josselin de Rohan UMP 1998 - 2004 Sénateur du Morbihan
Maire de Josselin (→ 2000)
Jean-Yves Le Drian PS 2004 - 2012 Député du Morbihan (→ 2007)
Pierrick Massiot PS 2012 - 2015
Jean-Yves Le Drian PS Depuis 2015 Ministre de la Défense

Anciens conseils régionaux[modifier | modifier le code]

De 1986 à 1992[modifier | modifier le code]

Président du conseil régional: Yvon Bourges (RPR)

La majorité au conseil régional est de droite.

Les 81 sièges sont répartis ainsi :

  • 30 conseillers pour le PS
  • 4 conseillers pour le PCF
  • 41 conseillers pour le RPR et l'UDF
  • 4 conseillers divers droite
  • 2 conseillers pour le FN

De 1992 à 1998[modifier | modifier le code]

Schéma de la répartition politique du conseil régional de Bretagne (1992-1998)

Président du conseil régional: Yvon Bourges (RPR)

La majorité au conseil régional est de droite.

Les 79 sièges sont répartis ainsi :

De 1998 à 2004[modifier | modifier le code]

Schéma de la répartition politique du conseil régional de Bretagne (1998-2004)

Président du conseil régional: Josselin de Rohan (RPR/UMP)

La majorité au conseil régional est de droite.

Les 83 sièges sont répartis ainsi :

De 2004 à 2010[modifier | modifier le code]

Schéma de la répartition politique du conseil régional de Bretagne (2004-2010)

Président du conseil régional: Jean-Yves Le Drian (PS)

La majorité au conseil régional est de gauche.

Liste Parti Sièges Statut
« Bretagne à gauche, Bretagne pour tous »
Liste menée par Jean-Yves Le Drian (PS)
PS
40 / 83
Majorité
PRG
Divers gauche
PCF
7 / 83
Les Verts
7 / 83
UDB
4 / 83
« L'union pour gagner »
Liste menée par Josselin de Rohan (UMP)
UMP
17 / 83
Opposition
UDF
8 / 83

Pour la première fois depuis 2002, et l'accession du Front National au second tour de l'élection présidentielle, les Français sont appelés aux urnes. Le sénateur Josselin de Rohan, président sortant du Conseil régional est candidat à un nouveau mandat. La droite se présente dans un contexte national difficile, le Président Jacques Chirac et le Premier ministre sont fortement impopulaires depuis plusieurs mois[8],[9]. Le socialiste Jean-Yves Le Drian, député du Morbihan et ancien maire de Lorient, mène une liste d'Union de la gauche pour le second tour (PS, PRG, Les Verts, PCF et UDB) pour tenter de ravir à la droite cette région qu'elle gère, avec le Centre, depuis sa création.

L'élection régionale de 2004 marque notamment l'introduction d'un prime assurant la majorité des sièges à la liste arrivée en tête. Arrivé largement en tête au second tour avec 58.78% des voix, Jean-Yves Le Drian est élu président du Conseil régional de Bretagne. Lors de cette élection, la gauche remporte 24 des 26 régions françaises.

De 2010 à 2015[modifier | modifier le code]

Schéma de la répartition politique du conseil régional de Bretagne (2010-2015)

Président du conseil régional: Jean-Yves Le Drian (PS) de 2010 à 2012 puis Pierrick Massiot (PS) de 2012 à 2015.

La majorité au conseil régional est de gauche.

Liste Parti Sièges Statut
« La Bretagne solidaire, créative et responsable »
Liste menée par Jean-Yves Le Drian (PS)
PS
40 / 83
Majorité
PRG
Divers gauche
6 / 83
PCF
6 / 83
« Europe Écologie Bretagne »
Liste menée par Guy Hascoët (Les Verts)
UDB[N 1]
4 / 83
Opposition
7 / 83
« Ensemble, dessinons la Bretagne »
Liste menée par Bernadette Malgorn (UMP)
UMP
19 / 83
Divers droite
NC
1 / 83

Lors des élections de 2010, la Bretagne est la seule région où les listes socialiste et écologiste n'ont pas fusionné alors qu'elles en avaient la possibilité. Malgré l'accord national, Jean-Yves Le Drian a en effet refusé de répondre aux exigences de l'alliance Europe Écologie-Union démocratique bretonne (UDB) notamment en ce qui concerne le nombre de sièges dans la future assemblée. Jean-Yves Le Drian avait déjà fait alliance avec des conseillers régionaux verts dissidents (Bretagne Écologie) pour le premier tour. Le second tour a donc opposé deux listes de gauche et celle de la majorité présidentielle. Cette triangulaire n'a pas empêché Le Drian d'être confortablement réélu avec 52 sièges sur 83. Durant la campagne le leader écologiste Guy Hascoët s'est dit prêt à une « opposition constructive ».

En raison de sa nomination dans le gouvernement Ayrault I (puis dans le gouvernement Ayrault II après la victoire du PS aux élections législatives de 2012), Jean-Yves Le Drian annonce son intention de démissionner de la présidence du Conseil Régional de Bretagne. Sa démission intervient le , Jean-Yves Le Drian reste néanmoins conseiller régional de Bretagne[10]. Pierrick Massiot est élu président du Conseil Régional lors d'une session extraordinaire le . À cette occasion, l'UDB choisit de réintégrer la majorité régionale (passant ainsi de 52 à 56 sièges sur 83), le groupe écologiste restant en revanche dans l'opposition.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Logo Commentaire
Ancien logo région Bretagne.gif Logo du Conseil régional de Bretagne de 1988 à 2005.
Région Bretagne (logo).svg Logo actuel du Conseil régional de Bretagne : le vert de l'Argoat, le bleu de l'Armor et l'hermine, présente sur le blason et le drapeau breton, qui semble en mouvement et prend la forme du territoire régional.

Liens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Siège dans l'opposition de 2010 à 2012 puis réintègre la majorité régionale en 2012.
Références

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]