Aérodrome de Quiberon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Quiberon
Vue aérienne de l'aérodrome.
Vue aérienne de l'aérodrome.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Morbihan
Ville Quiberon
Coordonnées 47° 28′ 53″ nord, 3° 06′ 06″ ouest
Altitude 12 m (38 ft)

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
-
-

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
-
-
Pistes
Direction Longueur Surface
11/29 775 m (2 543 ft) Revêtue
Informations aéronautiques
Code OACI LFEQ
Nom cartographique QUIBERON
Type d'aéroport Civil, ouvert à la CAP
Gestionnaire Mairie de Quiberon

L’aérodrome de Quiberon (code OACI : LFEQ) est un aérodrome civil, ouvert à la circulation aérienne publique (CAP)[1], situé à 1,5 km à l’est de Quiberon dans le Morbihan (région Bretagne, France).

Il est utilisé pour la pratique d’activités de loisirs et de tourisme (aviation légère, hélicoptère et parachutisme).

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 1917 et 1918 apparaît à Quiberon le premier terrain d'aviation. Il s'agit d'un terrain de l'aéronavale référencé V553-V483 qui, durant la fin du conflit surveillera les côtes du sud Morbihan[2]. Il est composé d'avions Caudron G4, Letord 4, Voisin 8.

L'aérodrome a été créé en 1955 par la commune de Quiberon[3].

En 1972, l'aérodrome accueillait 5 937 passagers dont 628 pour la compagnie aérienne de Louison Bobet, Thalass Air[4].

En 2012, l'aérodrome a comptabilisé 6100 mouvements dont 85 % de jour et 15 % en soirée. L'arrêté municipal autorise les mouvements de 8h à 21 h. Le taux de croissance est de 2 %, soit environ 7890 mouvements prévus pour 2025.

Le projet de Plan d'exposition au bruit autour du secteur de l'aérodrome de Quiberon de septembre 2013 fait beaucoup de bruit entre les pro-aérodrome et les anti-aérodrome. Le dernier date de 1999.

En septembre 2016 l'abandon de la gestion de l’aérodrome de Quiberon est prévue au bénéfice de la Communauté de communes Auray Quiberon Terre Atlantique[5],[6].

Situation[modifier | modifier le code]

Installations[modifier | modifier le code]

L’aérodrome dispose d’une piste bitumée orientée est-ouest (11/29), longue de 775 mètres et large de 25.

L’aérodrome n’est pas contrôlé mais dispose d’un service d’information de vol (AFIS). Les communications s’effectuent sur la fréquence de 119,600 MHz.

S’y ajoutent :

L'aérodrome est desservi par les bus urbains QUIB'BUS du 1er juillet au 31 août de 8h00 à 20h00[8].

Projet de délocalisation de l'aérodrome[modifier | modifier le code]

Le 8 janvier 1971, lors d’une séance plénière, il est évoqué l’opportunité d’un nouvel aérodrome à Erdeven, à l’entrée de la presqu’île, se substituant à celui de Quiberon, enserré, en bordure de mer, par des habitations[9].

Activités[modifier | modifier le code]

Loisirs et tourisme[modifier | modifier le code]

  • Quiberon Air Club

Liaisons régulières[modifier | modifier le code]

Air Ouest (créé en 1955) a utilisé un service régulier entre Nantes, La Baule, Belle Ile et Quiberon, en utilisant une flotte de trois D.H.89 Rapide[10]. Le service a cessé en 1960[11].

Une compagnie aérienne "Quiberon-Air-trafic" aurait existé de 1955 à 1959[12]'[13].

En 1963, la compagnie aérienne bretonne ROUSSEAU Aviation effectuait la ligne Quiberon-Belle-Ile-en-Mer[14]'[9] (18 km) en avion "Dragon Rapide" (De Havilland DH 89).

En 1972, la compagnie aérienne Thalass Air[15] (ou Air Bobet[16]), fondée par Louison Bobet[17] pour son fils pilote, assurait également des liaisons de l'aérodrome de Quiberon[4] vers Paris-Le Bourget Nord. Louison Bobet, amoureux du vélo et de l'aviation[18], faisait venir ses clients par avion à Quiberon pour profiter des joies de sa thalassothérapie de la pointe de Goulvars , premier institut moderne de thalassothérapie. Ses avions étaient enregistrés sous les raisons sociales "Thalass Air", "Air Bobet" ou sous son propre nom.

Sa flotte était composée de :

- D-140 Mousquetaire n° F-BKSI (1967-68) , Société "Thalass-Air", siège Aérodrome de Quiberon[19].

- Piper 23-250 Aztec n° F-BRNU (1970-72), Société "Thalass-Air", Aérodrome Quiberon, puis "Air Bobet" siège Thalassothérapie de Quiberon[20].

- Beech 65-A80 Queen Air n° F-BNAP (1971-74) , Société "Thalass-Air", Aérodrome de Quiberon[21].

- Beech 65-90 King Air n° F-BTOK (1972-74), Société "Air-Bobet", siège thalassothérapie de Quiberon[22].

- Beech 58 Baron n° F-BUYR (1974-80), Société "Thalass-Air", Aérodrome de Quiberon puis Louis Bobet ( Louison Bobet) Ave Hoche Paris 08[23] (Vente de 80% de la "Thalass-Air" en 1977[24]).

- D-140 Mousquetaire n° F-BKSB (1975-84), Société "Thalass-Air", Aérodrome de Quiberon[25].

En 1980, la société Belle Ile Air Service (créée par Jean-Claude Lalouse en 1979) assurait la ligne Belle-Ile-en-Mer vers le continent en atterrissant sur l'aéroport de Lorient avec un arrêt possible à Quiberon. Cette société fusionna avec la société d'économie mixte Finist'air en 1984[26],[27] qui reprenait la ligne Lorient-Quiberon-Belle-Ile-en-Mer sous l'appellation Insul'Air.

Insul'Air assurera l'exploitation de cette liaison avec arrêt facultatif à Quiberon de 1984 à 1999. La ligne avait été reprise une dernière fois en juillet et août 2001, le week-end uniquement[28].

Accidents[modifier | modifier le code]

Le crash de Quiberon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crash de Quiberon.

Le 30 juillet 1996, le Vol régulier PRB 706 Lyon-Lorient de la compagnie Proteus Airlines percute un avion privé à 35 km de Lorient. Le vol régulier avait changé de trajectoire pour admirer le paquebot Norway qui mouillait dans la baie de Quiberon. Lors de son 360°, il entre en collision avec un Cessna qui avait décollé de Vannes pour admirer le paquebot. Le bilan est de 14 morts pour le vol régulier (2 PNT + 12 passagers) et 1 mort pour le vol privé[29].

Accidents divers[modifier | modifier le code]

15 Avril 2005, un monomoteur de l'aéroclub de Quiberon s'abîme sur la plage du Conguel sans faire de victime[30]. L'association "Quiberon-calme et sécurité" s'inquiète de la situation, l'aérodrome étant trop proche des habitations, campings ou plages. Il est pourtant bon de rappeler que c'est l'urbanisation qui a mangé l'aérodrome car dans les années 1960, il y avait rien ou presque[31].

24 avril 2008, un petit avion de l'Aéroclub de Quiberon s'écrase à 10 mètres de l'aérodrome dans le quartier de Port Haliguen, faisant 3 morts[32]. L'avion s'est abîmé dans une zone résidentielle touristique heureusement peu occupée fin avril. Le débat sur la sécurité de l'aérodrome refait surface[31].

16 février 2010, un monomoteur rate son atterrissage. L'accident est dû à une erreur d'appréciation sur la distance d'atteinte de la piste en dur. Pas de blessé[33].

02 juillet 2011, un monomoteur qui décollait de l'aérodrome, s'écrase pour une raison indéterminée contre un arbre et une tente vide. 4 blessés dont 1 grièvement[34].

24 juillet 2013, un avion de tourisme en phase d’atterrissage, sort de la piste et termine sa course sur l'herbe. Aucun blessé parmi les 3 personnes à bord[35].

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des aérodromes dont la création et la mise en service ont été autorisées, liste no 1 : Aérodromes ouverts à la circulation aérienne publique (Journal officiel du 27 mai 2010, p. 9575)
  2. « L'escadrille_483 », sur albindenis.free.fr (consulté le 12 février 2017)
  3. « Le plan d'exposition au bruit fait beaucoup de... bruit », sur Le télégramme,
  4. a et b « Gestion et Aménagement de l'aérodrome de Quiberon 1970 (page 284) », sur Scoopstudioenligne.fr
  5. « Gestion de l'aérodrome par la communauté de communes AQTA », sur Elections Quiberon,
  6. « Gestion de l'aérodrome confiée à l'AQTA (intercommunauté) », sur Ouest-France,
  7. N.B. : les informations aéronautiques contenues dans cette section sont citées sans garantie de mises à jour régulières. Seules les informations publiées par le Service de l'information aéronautique (SIA) et/ou le gestionnaire de l’aérodrome peuvent être utilisées pour la navigation aérienne.
  8. « Transports publics », Ville de Quiberon,‎ (lire en ligne, consulté le 13 février 2017)
  9. a et b « Une affaire rondement menée : la gestion et l’aménagement de l’aérodrome de Quiberon-Roc’h Priol (page 285) », sur scoop studio en ligne
  10. « Air Ouest », sur FlightGlobal,
  11. « Air Ouest », sur FlightGlobal,
  12. « FRAN_IR_020282 - Salle des inventaires virtuelle », sur www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le 21 avril 2017)
  13. « Quiberon Air Trafic : exploitant en métropole page 54 », sur Archives Nationales
  14. « Archive des vols en 1963 », sur Flightglobal.com
  15. « Compagnies aériennes régionales 1960-1985, Thalassair page 32 », sur Archives nationales
  16. « Air BOBET page 12 », sur Archives nationales
  17. « L'aventure Louison BOBET », sur Le Télégramme,
  18. « Louison BOBET et l'aviation (page 14) », sur Aéroclub du dauphiné,
  19. « Direction Générale de l'Aviation Civile immatriculation F-BKSI », sur www.immat.aviation-civile.gouv.fr (consulté le 12 février 2017)
  20. « Immatriculation F-BRNU », sur Aviation civile
  21. « Immatriculation F-BNAP », sur Aviation Civile France
  22. « immatriculation F-BTOK », sur Aviation civile France
  23. « Immatriculation F-BUYR », sur Aviation civile France
  24. « Bobet. Maillot jaune de la thalassothérapie », sur Le Telegramme, (consulté le 11 mai 2019)
  25. « Immatriculation F-BKSB », sur Aviation civile France
  26. « Belle Ile Air Service page 34 », sur Archives nationales
  27. « Brève histoire de la Compagnie Belle Ile Air Service de Jean-Claude Lalouse », sur Le telegramme,
  28. « Reprise des vols Finist'Air Lorient- Belle-Ile », sur Le Telegramme, (consulté le 10 juin 2016)
  29. « F-GSJM/F-GAJE », sur www.bea.aero (consulté le 26 mai 2016)
  30. « Deux ans après son bain l'avion prêt à revoler. », sur le télégramme,
  31. a et b « Après le crash, Quiberon regarde son aérodrome », sur Ouest France,
  32. « Accident d'avion à l'aérodrome de Quiberon - SDIS 56 – Sapeurs-pompiers du Morbihan », sur www.sdis56.fr (consulté le 13 février 2017)
  33. « Quiberon: Un avion rate la piste », sur Le télégramme,
  34. « Quiberon: L'avion s'écrase les quatre passagers blessés. », sur Le Télégramme,
  35. « Quiberon: Un avion rate son atterrissage », sur Ouest France,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]