Airbus A300

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Airbus A300
Premier A300 livré (F-WUAA MSN004), en 1974 à Farnborough.
Premier A300 livré (F-WUAA MSN004), en 1974 à Farnborough.

Rôle Avion de ligne
Constructeur Airbus
Équipage 3 (B2/B4) ou
2 (FFCC et B4-600)
Premier vol Drapeau de la France [1]
Mise en service Drapeau de la France [2]
Retrait Toujours en service
Premier client Drapeau de la France Air France
Client principal Drapeau des États-Unis FedEx : 68
Drapeau des États-Unis UPS : 52
Drapeau de l'Allemagne DHL (EAT Leipzig) : 21
Drapeau de l'Iran Mahan Air : 14
(08 Mai 2018)
Investissement 2 452 millions de francs
(en France, pour B2/B4)
1 002 millions de francs
(en France, pour B4-600/600R)[pm 1]
Années de production 19722007
Commandes 561[3]
Livraisons 561
En service 202, en juillet 2019 selon Flight International[4]
233, au 30 septembre 2020 selon Airbus[5]
Variantes Airbus A300 ZERO-G
Airbus A300-600ST
Airbus A310
Masse et capacité d'emport
Passagers 323 (B1, autorisés)
345 (B2/B4, autorisés)[easa 1]
361 (B4-600, autorisés)[easa 2]

L'Airbus A300 est une famille d'avions de ligne à large fuselage construits par Airbus de 1972 à 2007. L'A300 est à l'origine de la création du groupe Airbus et constitue son premier modèle commercialisé.

La dernière version de l'avion, l'A300B4-600R, est améliorée en tant qu'appareil moyen-courrier, ouvrant le marché à sa version long-courrier, désormais connue sous le nom d'A310.

Historique[modifier | modifier le code]

À partir de trois projets initiaux, dès 1965[modifier | modifier le code]

L'ancêtre de l'avion était le projet Galion, étudié par Dassault et Sud-Aviation à partir de 1965. Selon le premier accord, deux avions devaient être développés en parallèle : un moyen-courrier de 300 places, ancêtre de l'Airbus, et un court-courrier de 150 places. À l'époque, Sud-Aviation rencontrait quelques succès avec la Caravelle mais le marché des avions de ligne, surtout les longs-courriers, était dominé par les appareils américains comme le 707 ou le DC-8.

De plus, à la suite du premier choc pétrolier, les Américains étaient en train de développer les premiers avions à large fuselage muni de deux allées dans la cabine : le Tristar, le DC-10 et le Boeing 747[6]. Par la suite, Dassault se retira du projet mais continua à développer le court-courrier, qui devint plus tard le Mercure 100, tandis que Sud-Aviation s'associa avec Hawker-Siddeley qui était déjà son partenaire sur Concorde et Breguet, puis avec des industriels allemands.

Les Allemands, dont l'industrie aéronautique commençait seulement à renaître de ses cendres, étudiaient depuis quelque temps, au sein de l'Arbeitgemeinschaft Airbus, un avion à réaction de 300 places destiné aux lignes intracontinentales, notamment en Europe : le développement du trafic aérien créait en effet un besoin d'avion plus grand que les BAC One-Eleven, les Caravelle ou les Vickers VC-10 pour les lignes reliant les capitales européennes[pm 2].

D'autre part, Nord-Aviation, Breguet et Hawker-Siddeley avaient étudié un projet HBN 100 portant sur un biréacteur de 220 places. L'Airbus 300 est parfois considéré comme une synthèse de ces trois projets.

En panne de moteur (Rolls-Royce), l'avion est raccourci en 1968[modifier | modifier le code]

Craignant que l'Europe ne s'éloigne des avancements aux États-Unis, des ministres français, allemands et britanniques se réunirent en 1967, afin de réaliser une collaboration en faveur d'un nouvel appareil[7]. En conséquence, Roger Béteille fut nommé en tant que responsable de ce projet. Il est de nos jours considéré comme un des fondateurs d'Airbus[6].

En 1966 déjà, sous l'initiative des ministres britanniques et français[pm 2], il avait pris la forme d'un biréacteur moyen-courrier de 300 places (d'où le nom A300), presque aussi grand que le DC-10, qui devait être équipé de moteurs Rolls-Royce RB207[8]. En 1968, pour la première fois, une publicité de l'A300, mentionnant encore le réacteur RB207, apparut dans le magazine américain Aviation week & space technology. Elle vante l'A300 d'Airbus International (association de Sud-Aviation, Hawker-Siddeley Aviation et Deutsche Airbus), et s'intitule « C'est le début de quelque chose de grand ». Toutefois, en , Roger Béteille apprit que l'entreprise britannique ne se concentrait que sur le RB211, moins puissant[ee 1]. Il n'existait pas à l'époque le vaste choix de moteurs actuel, et Airbus décida en de se contenter du RB-211, en cours de développement pour le triréacteur Lockheed Tristar. Rolls-Royce pensait, à tort, que le Lockheed aurait plus de succès que le projet européen. Les Britanniques quittèrent alors le projet, car l'appareil devait être modifié, en laissant Hawker-Siddeley sans soutien politique[pm 3].

Henri Ziegler devant le moteur CF6-50 du prototype MSN001

Le moteur finalement retenu fut le CF6-50 de General Electric, conçu pour le DC-10 et à peu près de la même puissance que le RB-211. Les moteurs étant moins puissants, la capacité de l'avion dut être réduite à environ 250 places et le fuselage fut raccourci. Sa dénomination changea alors en A300B[8].

À la suite du retrait du Royaume-Uni du projet, le gouvernement allemand souhaitait fortement continuer le programme. Il s'agissait en effet d'une occasion unique pour les entreprises allemandes, afin qu'elles puissent revenir sur le marché des appareils civils, après une longue interdiction, conséquence de la Seconde guerre mondiale. Le gouvernement allemand exerça une pression considérable sur la France[pm 3]. L'initiative était surtout soutenue par Franz Josef Strauss[8]. Il faut souligner le courage d'Arnold Hall, dirigeant de Hawker-Siddeley, qui décida de rester dans le projet, son entreprise se voyant confier la fabrication des ailes. Encore fallait-il trouver 35 milliards de livres. À nouveau, l'Allemagne donna cette somme[8].

F-WUAB, A300B4-203 MSN238[6] aux couleurs de l'A300B1 MSN001 prototype.

Premier vol en 1972, mais longue traversée du désert[modifier | modifier le code]

Premier vol de l'A300B le
Equipage du premier vol, avec Henri et Bernard Ziegler
F-WUAA, A300B2-1C MSN004.
HS-VGD, A300B2-1C MSN008 d'Air Siam, deuxième client, en décembre 1974 à Hong Kong.
PH-TVL, MSN008 en 1976, auprès de Transavia, actuellement compagnie à bas-coût.

Le , la production de l'A300 fut officiellement lancée par une signature des ministres français Jean Chamant et allemand Karl Schiller[7] lors du salon aéronautique du Bourget[6]. Puis Airbus Industrie fut officiellement créé le [9].

Si, à cette époque-là, Air France, Air Inter, Lufthansa et British European Airways s'intéressaient au programme, il devint évident qu'Air France avait besoin d'appareils plus grands[ee 2]. C'est la raison pour laquelle l'A300B2, version allongée, qui serait capable de transporter 270 passagers, lui fut proposé, en l'espace de 3 jours[ee 2]. La compagnie française signa enfin, le , son intention d'achat pour six premiers exemplaires[9],[vh 1].

Le prototype MSN001 assemblé fut officiellement présenté au public à Toulouse, le [ee 3]. Le premier vol de cet A300B1 se déroula le , en avance d'un mois sur le calendrier[ee 4],[6], alors que les ventes de ce nouvel avion ne décollaient toujours pas. Bernard Ziegler fut nommé directeur des vols d'essai[ee 4].

« Malgré les conditions météorologiques exécrables qui se sont abattues sur le Sud-Ouest, le prototype numéro 1 immatriculé F-WUAB effectue son premier vol le 28 octobre à 10 h 39. Sa durée, h 25, permet de vérifier le bon comportement de l'avion, avec une montée à 4 500 m, fait exceptionnel pour un premier vol, et enclenchement du pilote automatique. « Un vol de routine, un vol historique », note Bernard Ziegler[6], sans faire référence à un atterrissage acrobatique mais parfaitement réussi par Max Fischl[6] malgré un vent traversier particulièrement violent. »

— Pierre Sparaco, Airbus, la véritable histoire[vh 2]

En 1973 et en 1974, Airbus effectua plusieurs tournées de démonstration dans le monde pour promouvoir l'A300 auprès des compagnies, notamment aux États-Unis, marché potentiel depuis le lancement du projet[10].

Airbus obtint la certification de l'A300B2 le , auprès des autorités allemande et française[10],[ee 5].

Finalement, le , Air France devint la première compagnie à mettre en service l'A300, sur les vols entre Paris et Londres[2],[10]. Ce vol se distinguait également en raison du premier vol de biréacteur à double allée ainsi que de l'appareil utilisant les matériaux composites[11],[9]. Le , la Federal Aviation Administration des Etats-Unis donna sa certification qui permettait désormais d'exploiter cet appareil outre-Atlantique[ee 5].

Le MSN001, premier prototype, fut démantelé le , avec une autre immatriculation attribuée F-OCAZ[12]. Il semble que cet appareil fut très différent des exemplaires suivants. De sorte qu'il reste peu de photos au regard de MSN001[13].

  • Vidéo officielle d'Airbus (diffusion principalement consacrée à MSN001) : 35 years of success for Airbus' first aircraft [voir en ligne]

En , le carnet de commandes ne comptait que 33 commandes fermes et 23 options en Europe et en Asie[vh 3]. En outre, la plupart des commandes provenaient de compagnies aériennes ayant l'obligation d'acheter une certaine quantité d'avions produits localement, en particulier Air France et Lufthansa. Airbus dut même entreposer jusqu'à 16 exemplaires achevés mais qui n'avaient pas encore trouvé preneurs.

Le succès (1978) de la location auprès d'Eastern fait enfin décoller les ventes[modifier | modifier le code]

N201EA, A300B4-2C MSN041, livré le 3 décembre 1977, en location gratuitement durant six mois[vh 4]. EAL acquit enfin cet appareil[vh 5].
HK-2057X, A300B4-2C MSN029, livré le à Aerocondor Colombia, premier exploitant d’Airbus en Amérique latine.
N6254X, A300B4-203 MSN053 (ex Lufthansa D-AIBA). Le choix d'Eastern Airlines fut suivi d'une autre compagnie distinguée, Pan American.

Entre et , soit durant 18 mois, Airbus ne put obtenir aucune commande ferme, jusqu'à ce que Thai Airways commande deux exemplaires[10],[14]. En , Western Airlines conclut l'acquisition de 8 appareils, une première outre-Atlantique[15]. Pourtant, à la suite du refus de Washington, la compagnie dut dénoncer ce contrat, en achetant cinq B727 et deux DC-10[vh 6].

En faveur de la ligne de production, il fallut attendre le pour qu'une compagnie américaine Eastern Airlines dénonce 23 appareils de commande ferme avec 9 options[10] accompagnée de 25 A300B10 (futur A310) d'intention d'achat[vh 7]. Cette transaction fut facilitée par la location préalable de quatre appareils A300-B4 neufs (MSN041 - 044) pendant 6 mois, gracieusement, et signé à Toulouse le [ee 6].

Frank Borman, le PDG de la compagnie et ancien astronaute, fut convaincu, non seulement par leur consommation modeste en carburant, notamment en comparaison de ses triréacteurs L-1011, mais aussi par leur ponctualité au départ. En effet, Airbus avait prudemment choisi ses composants. Pour les pièces produites aux États-Unis, il ne fit appel qu'à des pièces éprouvées et aux qualités établies afin d'assurer une bonne fiabilité[16]. Ce fut par exemple le cas des réacteurs CF6 de General Electric, développés pour le DC-10. Enfin, ce choix au lieu du RB207 de Rolls-Royce sauva ce précieux contrat. Car, cet homme distingué de sa carrière auprès de l'armée américaine et de l'astronautique était évidemment plus important que le PDG de Western Airlines. En soulignant de nombreux fournisseurs américains pour le programme de l'A300, notamment ceux du réacteur de General Electric comptant quelque mille entreprises, il réussit finalement à résister aux attaques puissantes de plusieurs administratifs et du PDG de Douglas[14].

Cette commande marqua un véritable démarrage des ventes de l'A300 qui se maintinrent par la suite à un bon niveau pendant plus de vingt ans, grâce notamment à l'introduction de nouvelles versions A300B4-600 en 1985 et A300F4-600R en 1991, pour atteindre un total de plus de 560 livraisons.

Non seulement l'A300 était le premier biréacteur à large fuselage au monde mais aussi celui-ci inspira par la suite les biréacteurs B767 et B777 de Boeing. L'A300B4 devint aussi, en 1977, le premier avion conforme à la norme ETOPS-120 autorisant le survol de zones océaniques et désertiques par des avions bimoteurs[17]. La dernière version passager modernisée, les A300B4-600/600R, est autorisée ETOPS-180[easa 3].

Airbus annonça l'arrêt de la production des Airbus A300 début et celui des A310 en . Ces avions furent produits à 821 exemplaires. Le dernier exemplaire sorti des chaînes de montage d'Airbus fut produit pour le compte de FedEx et livré le .

Le marché des A300 d'occasion connaît cependant un renouveau grâce à leur reconversion en avions-cargos.

Versions[modifier | modifier le code]

Les premières versions[modifier | modifier le code]

A300B1[modifier | modifier le code]

OO-TEF, A300B1 MSN002, Aline.

L'Airbus 300B1 fut construit en deux exemplaires seulement. L'A300B1 obtint sa certification le [easa 4]

Le premier servit uniquement de prototype et fut ferraillé en 1974, le second fut vendu et mis en service par la compagnie charter belge Trans European Airlines (TEA) avec le matricule OO-TEF. Il était baptisé « Aline » et fut loué à Air Inter en 1980, alors que la compagnie manquait de gros porteurs, en attendant que leurs 5 A300B2-1C fussent aménagés avec 314 sièges en [itf 1]. Cet appareil fut surnommé « la Friteuse » par les mécaniciens de la compagnie intérieure.

Air Algérie loua deux fois cet appareil, avant et après Air Inter. Il pouvait accueillir 259 passagers en classe unique pour un poids maximum de 120 t[vh 8]. Il était propulsé par deux réacteurs General Electric CF6-50A d'une poussée de 220 kN. L'A300B1 n'avait que 2 220 km d'autonomie[ee 2].

A300B2[modifier | modifier le code]

F-BUAF, A300B2-1C MSN008, finalement appareil d'Air Inter depuis 1978 (voir ci-dessus).

L'Airbus 300 B2 fut le premier modèle de production, il entra en service en mai 1974 pour la compagnie Air France. À la suite de l'arrivée des réacteurs de Pratt & Whitney, le constructeur annonça une modification de dénomination. Il s'agissait d'une dénomination plus logique, selon la version, le fabricant du moteur et son variant (de nos jours, 00-General Electric, 10-CFM International, 20-Pratt & Whitney, 30-International Aero Engines, 40-Rolls-Royce, 50-CFM International (neo), 60-Engine Alliance, 70-Pratt & Whitney (neo) et 80-Europrop International).

L'A300B2-100 fut la première version de série commerciale à court rayon d'action avec 137 tonnes de masse maximale au décollage[vh 8]. Air Inter fut l'un des premiers et principaux clients de ce modèle. En 1979, la compagnie française fut attaquée en raison de ses tarifs élevés. De plus, le , la SNCF inaugura son service du TGV entre Paris et Lyon. Air Inter devait s'adapter à cette situation. Afin d'augmenter sa productivité, la capacité de l'appareil fut augmentée de 270 à 314 sièges, par la suppression de deux galleys et par l'aménagement de neuf sièges de front[itf 2]. Finalement, Air Inter exploita avec satisfaction quinze exemplaires d'A300B2-1C, notamment en acquérant quelques appareils d'occasion ainsi que six type B4 et un B2K-3C[itf 3].

ZS-SDA, premier A300B2K-3C MSN032 à Johannesbourg.
LN-RCA, A300B4-120 (B2-320 jusqu'au 25 mars 1983) MSN079.

Pour les modèles A300B2-201/203, Airbus développa l'A300B2K-3C doté du bec de type Krueger, celui de la version B4, afin d'améliorer les performances lors du décollage et de l'atterrissage. Ainsi, sa masse maximale au décollage augmenta-t-elle jusqu'à 142 tonnes[easa 5]. Le constructeur proposa cette version à South African Airways pour la desserte de l'aéroport de Johannesbourg où la densité de l'air est toujours faible, en raison de l'altitude (1 700 m) et sa haute température. Le premier des quatre exemplaires (MSN32) fut livré le . Comme cet appareil était équipé de réacteurs General Electric CF6-50C2 (2×230,5 kN lors du décollage, 2x206,0 kN après)[easa 6] Airbus vendit sous la dénomination A300B2-203. Il en vendit également huit exemplaires à Iran Air, trois exemplaires à VASP ainsi que MSN112 pour Air Inter, vraisemblablement en raison d'une annulation. De plus, neuf autres A300B2K-3C furent construits pour Toa Domestic Airlines qui devait desservir un certain nombre d'aéroports ayant des pistes courtes. Le réacteur General Electric CF6-50C2R (R : réduction)[easa 5] équipe ces A300B2K-3C, en réduisant sa poussée. Airbus attendait plus de commande de cette version A300B2-201. Mais, en attendant la livraison des A300B4-622R, la compagnie préféra acheter plusieurs A300B4-203 d'occasion, pour profiter d'une grande communauté entre les appareils. L'A300B2-201 ne fut jamais livré.

L'A300B2-320 fut le premier appareil d'Airbus propulsé par le réacteur de Pratt & Whitney, JT9D-59A (2x230,2 kN lors du décollage, 2x199,2 kN après)[easa 7]. Ses masses à vide et à l'atterrissage étaient accrues. Scandinavian Airlines System qui possédait à l'aéroport d'Arlanda un centre d'entretien de ce type de moteur reçut le premier de ses A300B2-320 le , afin d'optimiser sa capacité des vols entre les capitales scandinaves. Après qu'en 1983, tous les quatre exemplaires fussent convertis en A300B4-120, Scanair, sa filiale charter, bénéficia de l'autonomie améliorée.

En 2014, seuls six appareils de type B2 étaient exploités. Il s'agissait de trois B2-203 d'Iran Air et de trois B2K-3C de Mahan Air[18]. À la suite du remplacement de l'Airbus A300 ZERO-G depuis [19], il semble qu'ait quasiment été terminée l'exploitation de l'A300B2.

G-BMNB, A300B4-1C MSN009, prototype de l'A300B4.

A300B4[modifier | modifier le code]

Airbus développa la version moyen-courrier A300-B4 qui devint la principale version de production des premières années. Il est similaire au A300-B2 avec une masse maximale portée jusqu'à 165 t. Le rayon d'action fut amélioré jusqu'à 5 500 km[ee 2].

L'A300B4-103/120 fut la première version à autonomie moyenne. Le modèle B4 se caractérise par un réservoir de carburant dans le caisson de voilure et le nez de type Krueger, afin d'atteindre les 157,5 tonne de masse maximale au décollage[easa 8]. Le prototype (MSN9) vendu en 1976 à Air France effectua son premier vol le . German Air reçut le premier appareil (MSN12) le . Cet exemplaire de haute densité avec 315 sièges était équipé de réacteurs General Electric CF6-50C2 (2×230,4 kN). 43 A300B4-103 (A300B4-1C auparavant) furent vendus. Seuls 6 A300B4-120 s'équipant le réacteur Pratt & Whitney JT9D-59A (2×235,8 kN) furent construits et acquis par Iberia alors que Scandinavian Airlines System convertit ses 4 A300B2-320 en A300B4-120. En 2011, il ne restait que 5 A300B4-103 actifs dont 4 appareils cargo convertis.

HL7278, A300F4-203 MSN277. Avant que ne soient développés l'A300F4-600R puis l'A330-200F, Airbus construisit seuls deux A300F4-200.

L'A300B4-203/220 fut une version améliorée avec jusqu'à 165 tonnes de masse maximale au décollage, grâce à la voilure renforcée[easa 9]. Cet appareil est capable d'effectuer le vol de 5 375 km d'autonomie. Équipé deux General Electric CF6-50C2 (2×230,4 kN), l'A300B4-203 (jadis A300B4-2C) est le modèle d'A300 classique le plus vendu, à savoir plus de 100 exemplaires furent construits. Convertis en version fret, une quarantaine d'appareils sont encore en service. Le premier appareil (MSN19) fut livré, le , à Air France. Seul China Airlines acquit 5 A300B4-220 s'équipant Pratt & Whitney JT9D-59A (2×235,8 kN) en raison d'une harmonisation avec les réacteurs de ses B747.

En 1986, Korean Air acquit 2 A300F4-203[easa 10] (MSN277 et 292), version fret. Ces appareils sont actuellement exploités par Global Charter Services. Trois A300C4-203, la version convertible[easa 11], furent construits pour Thai Airways International (MSN33), Hapag-Lloyd (MSN83) et South African Airways (MSN212). Un autre appareil, MSN256, équipé d'une porte latérale fut produit pour Libyan Airlines. Toutefois, en raison des sanctions économiques, il fut livré à TOA Domestic Airlines, en tant qu'A300B4-203 une fois cette porte bloquée. En dépit de plus de 30 ans d'âge, certains sont encore exploités en 2015, tel MSN277 auprès de Georian Star International.

OH-LAA, A300B4-203 (FFCC) MSN299, en 1987. Un des premiers widebody exploités sans mécanicien de bord.

Les A300B4-203/220 FFCC (Forward Facing Crew Cockpit)[17] : il s'agit du premier appareil du monde à deux couloirs, commandé par deux seuls pilotes[easa 1]. Le constructeur modifia complètement la poste afin que l'équipage puisse commander l'appareil sans retourner aux compteurs à l'arrière, traditionnellement occupés par le mécanicien de bord. Le premier vol d'essai durant h 40 fut effectué le (MSN159). C'est Garuda Indonesia qui commença les vols commerciaux le avec son premier exemplaire de ses 9 A300B4-220 (MSN165)[20],[17]. Commandés par Tunisair, 2 A300B4-203 FFCC (MSN299 et 302) furent construits, mais finalement acquis par Finnair en 1986 et principalement exploités au sein de Kar-Air puis d'Air Scandic International, ses filiales charter. Si Airbus ne compte pas assez de production de ce modèle, ses technologies contribuèrent très bien aux programmes de l'A310 et de l'A300B4-600/600R.

Au total, 248 exemplaires du B2 et du B4 furent produits.

Par ailleurs, un nouveau musée aéronautique Aeroscopia fut inauguré à Toulouse en 2015. Si celui-ci se distingue surtout des appareils nés à cette capitale aéronautique tel le Concorde, Airbus fit démanteler MSN001 de l'A300 il y a longtemps. D'où, un A300B4-203 MSN238 fut transformé en A300 classique, avec l'immatriculation de MSN001, F-WUAB. L'appareil y fut déjà accueilli et sa cabine est entièrement visitable[6].

Variantes[modifier | modifier le code]

Les fondateurs d'Airbus envisageaient, depuis le début du programme, des variantes de l'A300, selon eux « une famille d'avion ». Felix Kracht, directeur de la production, en présenta officiellement en bénéficiant du salon aéronautique de Hanovre, le [vh 9]. Un peu plus tard, le projet de l'A300B11 fut ajouté dans la liste.

  • A300B1 : prototype (2 exemplaires)
  • A300B2 : version allongée, premier type livré, voir ci-dessus
  • A300B3 : masse maximale au décollage augmentée, simplement en faveur de charge utile
  • A300B4 : version moyen-courrier, voir ci-dessus
  • A300B5 : version fret (futur A300F4-203, seulement 2 exemplaires pour Korean Air)
  • A300B6 : d'abord version fret allongée ; puis version modernisée (futur A300B4-600/600R, A300F4-600R)
  • A300B8 : version raccourcie dont la dimension était identique au B1, avec 3 types de moteur disponibles : General Electric, Pratt & Whitney ou Rolls-Royce
  • A300B9 : version très allongée permettant 350 sièges (futur TA9, puis A330)
  • A300B10 : version raccourcie pour long-courrier, disposant 3 fabricants de réacteur (futur A310)

plus tard,

  • A300B11 : version quadriréacteur (futur TA11, puis A340)

Les versions -600, modernisées[modifier | modifier le code]

L'Airbus A300-600 est un avion de ligne bimoteur développé et fabriqué par Airbus Industrie (plus tard Airbus). L'A300-600 est la prochaine génération d'Airbus A300.

A300-ZERO G, pour les vols paraboliques[modifier | modifier le code]

F-BUAD, Airbus A300B2-1C (dit A300 ZERO-G, 1999 - 2014), MSN003.
F-BUAD, MSN 003 en 1986, en tant que plateforme du système de la commande de vol électrique, en faveur du développement de l'A320.

L'Airbus A300 ZERO-G est un A300 (B2-1C, MSN3) reconditionné pour les vols paraboliques permettant d'atteindre un état d'apesanteur pendant 22 secondes, à partir de 1999. Il s'agit du prototype de l'A300B2, possédé depuis le par la société Novespace et stationné à l'aéroport de Bordeaux.

Si cet appareil, ancien prototype de l'A300B2 construit en 1973, ne connaît pas beaucoup de cycles. Ainsi, Novespace annonce en 2011 qu'il lui faut le remplacer par un A310 ou un A300-600 plus récent en 2013 ou 2014[21]. Finalement, Novespace choisit un A310-304 auprès de la Luftwaffe (MSN498) en 2014. Par conséquent, en , l'A300 ZERO-G termine définitivement sa mission[19].

Avant que l'appareil ne quitte ce programme, à partir du , tous ceux qui voulaient réaliser un vol en apensanteur pouvaient le faire sur cet appareil, Le premier vol de ces vols pour le grand public a été réalisé au départ de Bordeaux, le [22] sous la marque Air Zero G[23].

Livraisons par années[modifier | modifier le code]

2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000 1999 1998 1997 1996 1995 1994 1993 1992 1991
6 9 9 12 8 9 11 8 8 13 6 14 17 23 22 22 25


1990 1989 1988 1987 1986 1985 1984 1983 1982 1981 1980 1979 1978 1977 1976 1975 1974
19 24 17 11 10 16 19 19 46 38 39 26 15 15 13 8 4

Accidents et événements impliquant des Airbus A300[modifier | modifier le code]

OO-DLL, A300B4-203(F) MSN093, le 23 juin 2003.

Depuis sa mise en service en 1974, l'A300 est victime de 32 accidents ou incidents ayant entraîné la destruction de l'avion et fait 1 126 victimes[24]. 3 actes criminels entraînent la mort de 290 personnes et 13 autres sont tuées au cours de 23 détournements[25].

Parmi les accidents les plus remarquables :

Maquette de MSN001[modifier | modifier le code]

MSN238, portant la livrée de MSN001, avec son immatriculation F-WUAB, en février 2009, à la suite de son retrait de service le 15 mars 2005. L'appareil a effectué 30 621 heures de vols ainsi que 14 483 atterrissage[26].

Démantelé déjà en 1974, le premier prototype MSN001 laissa peu d'images, à l'exception de quelques photos et vidéos. Le musée Aeroscopia à Toulouse, inauguré en , conserve les traces de ce prototype monumental, de deux manières :

  • d'une part, en présentant une maquette respectant les spécifications originales ;
  • d'autre part, avec la présence dans le musée de MSN238.

MSN238, bien que légèrement plus long (A300B4-203), porte la livrée de MSN001. Reconvertie en cabine passager de la version fret, sa cabine, visitable, est cependant loin d'être en configuration originale.

Maquette de MSN001 ainsi que MSN238, dans le musée Aeroscopia.

Références[modifier | modifier le code]

D-AMAX, A300B4-1C MSN012, auprès d'un des premiers clients de l'A300.
D-AIAC, A300B2-1C MSN026. Lufthansa devint un peu plus tard client[27].
  1. (fr) Histoire de l'aviation : Airbus A300, EADS.
  2. a et b Air France, communiqué no 4586, Roissy le 9 octobre 2003, The Airbus A318 join the Air France A320 family, p. 10, chapitre V. Air France and Airbus in long standing parthnership, consulté le 15 avril 2015
  3. Orders and Deliveries, (fichier Excel à télécharger : rubrique "click here").
  4. (en) « World Airliner Census 2019 », Flight International,‎ , p. 28 (lire en ligne).
  5. (en) « Orders & deliveries Septembre 2020 », Airbus, (consulté le 13 octobre 2020)
  6. a b c d e f g et h http://musee-aeroscopia.fr/fr/d%C3%A9couvrir-le-mus%C3%A9e/la-collection/les-a%C3%A9ronefs/airbus-industrie-a300b
  7. a et b (en)http://www.airbus.com/company/history/the-narrative/early-days-1967-1969/
  8. a b c et d (en)http://www.airbus.com/company/history/the-narrative/trouble-and-strife-1968-1969/
  9. a b et c (en)http://www.airbus.com/company/history/the-narrative/first-order-first-flight-1970-1972/
  10. a b c d et e (en)http://www.airbus.com/company/history/the-narrative/champagneand-drought-1973-1977/
  11. http://www.senat.fr/rap/r12-658/r12-65815.html
  12. http://www.airfleets.fr/ficheapp/plane-a300-1.htm
  13. http://www.airliners.net/photo/Airbus/Airbus-A300B1/0507983/L/ F-OCAZ
  14. a et b (en)http://www.tailsthroughtime.com/2010/09/american-astronaut-saves-a300-and.html
  15. (en) « A300 for Western Airlines? » [« L'A300 pour Western Airlines ? »], Flight International, vol. 111, no 3542,‎ , p. 213 (ISSN 0015-3710, lire en ligne [PDF], consulté le 3 novembre 2017)
  16. http://www.ariegenews.com/ariege/agriculture_environnement/2015/91751/jacques-laffargue-des-avions-a-la-foret-en-passant-par-l-hemicycle-du-.html le
  17. a b et c (en)http://www.airbus.com/company/history/the-narrative/technology-leaders-1977-1979/
  18. http://www.planespotters.net/Production_List/Airbus/A300/A300B2/index.php
  19. a et b (en) Communiqué de presse.
  20. http://www.garuda-indonesia.com/investor-relation/company-profile/corporate-profile#
  21. Airbus "ZÉRO G" Bientôt à la retraite, Air & Cosmos, le 8 juillet 2011, p. 8.
  22. « Programme type des vols en apesanteur Air Zero G », sur AirZeroG (consulté le 13 août 2020).
  23. « LE PARISIEN MAGAZINE. Profession : astronaute (2/5) . 22 secondes sens dessus dessous », sur www.AirZeroG.com (consulté le 6 septembre 2016)
  24. (en) Rapport sur les morts engendrés par l'A300, sur aviation-safety.net.
  25. Airbus A300 Statistics, Aviation Safety Network.
  26. Selon le musée Aeroscopia, visité le 26 mai 2015
  27. Première livraison, tenue le 9 février 1976 à Hambourg (http://www.lufthansa-technik.com/documents/100446/101423/Brochure+History+DE.pdf)

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Pierre Muller (Fondation nationale des sciences politiques / Centre des recherches administratives ), La transformation des modes d'action de l'État à travers l'histoire du programme Airbus, revue Politiques et management public, année 1989, tome 7, p. 247-272 [lire en ligne]
  1. p.  268 ; rapport du Sénat 1988.
  2. a et b p.  257
  3. a et b p.  258
  • Bruno Vielle, Air Inter, l'avion pour tous, Boulogne-Billancourt, E-T-A-I, , 192 p. (ISBN 978-2-7268-9423-1)
  1. p. 127
  2. p. 125-129
  3. p.  186-188
  • Pierre Sparaco, Airbus, la véritable histoire, Toulouse, Privat, , 371 p. (ISBN 2-7089-9204-X)
  1. p.  101 ; le contrat fut transformé en commande ferme le 3 novembre 1971, avec 6 A300B2 et 10 options.
  2. p.  104
  3. p.  134
  4. p. 141 ; MSN041 - 044, appareils neufs
  5. p.  143
  6. p.  141
  7. p. 143
  8. a et b p.  120
  9. p.  119
  • Arthur Reed (trad. Pierre Sparaco), Airbus, l'envolée européenne, Norden Publishing House Ltd., , 160 p. (ISBN 3-907150-12-0)
  1. p.  60 ; selon un entretien avec Roger Béteille
  2. a b c et d p. 34
  3. p.  31
  4. a et b p.  33
  5. a et b p.  35
  6. p. 45 ; en avril, de Miami, Frank Borman avait envoyé un message à Bernard Lathière : « Félicitations, vous avez un bébé aux yeux bleus. »
  1. a et b p.  26
  2. p.  55.
  3. p.  7
  4. p.  8
  5. a et b p.  12
  6. p.  25
  7. p.  13
  8. p.  15
  9. p.  18
  10. p.  22
  11. p.  20

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :