Affaire Gouardo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Affaire Gouardo
Nature du crime Violences familiales sexuelles : Séquestration, viol (inceste), torture, agression sexuelle
Titre Infractions diverses contre Lydia Gouardo et un de ses enfants par son père et sa belle-mère, Lucienne Uplat
Pays de lieu du crime Drapeau de la France France
Ville Meaux et Coulommes en Seine-et-Marne
Nombre de victimes 2 : Lydia Gouardo et l'un des ces enfants
Jugement
Statut Affaire jugée : condamnation de sa belle-mère à 4 ans de prison avec sursis pour non-empêchement de crime - (son père étant mort avant la révélation des faits)
Tribunal Cour d'appel de Paris
Date du jugement 18 avril 2008

L'Affaire Gouardo est une affaire criminelle française. Lydia Gouardo (née le 13 novembre 1962 à Maisons-Alfort[1]) est une Française qui a été séquestrée, violée et torturée par son père légitime (mais pas biologique) Raymond à son domicile à Meaux et Coulommes en Seine-et-Marne pendant 28 ans, de 1971 à 1999.

Six enfants sont nés à la suite de ces relations forcées. Pendant sa détention, elle fit des fugues et des appels à l'aide judiciaire, elle serait allée se réfugier à la gendarmerie, à plusieurs reprises. Mais les forces de l'ordre l'auraient livrée de nouveau à son bourreau, par peur de son père[1] et ni le système judiciaire, ni l'aide sociale, pas plus que les personnes environnantes de cette famille n'auraient agi[1].

Elle est libérée en 1999, au décès de son père légitime. Sa belle-mère a été condamnée pour non-dénonciation de crime et agression sexuelle sur l'un des enfants de Lydia[2],[3],[4].

Lydia Gouardo raconte son histoire dans un livre, en collaboration avec le journaliste Jean-Michel Caradec'h, Le Silence des autres[5], ainsi que dans plusieurs émissions (T'empêches tout le monde de dormir du 6 mai 2008 et Ça se discute du 4 mars 2009).

Raymond Gouardo est fortement soupçonné par sa fille Lydia d'être l'auteur des enlèvements, viols et meurtres de Virginie Delmas 10 ans enlevée le 5 mai 1987 à Neuilly-sur-Marne en Seine-Saint-Denis dont le cadavre est retrouvé le 9 octobre 1987 dans un verger à Mareuil-lès-Meaux en Seine-et-Marne, et de Perrine Vigneron 7 ans, enlevé le 3 juin 1987 à Bouleurs dont le cadavre est retrouvé le 27 juin 1987 dans un champ de colza à Chelles[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Ondine Millot, « Seule au cœur des ténèbres », Libération « Grand Angle »,‎ 9 mai 2007 (lire en ligne)
    « Violée, battue, torturée pendant vingt-huit ans, Lydia Gouardo a eu six enfants de son père, aujourd'hui décédé. Tout le village savait, et aucune autorité, école, médecins ou services sociaux, n'est jamais intervenue. »
  2. Ségolène de Larquier, « En France, le drame de Lydia, torturée et six fois enceinte de son père », sur le site LePoint.fr, 29 avril 2008.
  3. Henry De Laguerie, « Abusée par son père pendant 30 ans, Lydia avait révélé son calvaire sur RTL », sur le site RTL.fr, 6 mai 2008.
  4. « Condamnée pour avoir nié les viols de sa fille », Le Parisien, 13 mars 2007.
  5. Lydia Gouardo et Jean-Michel Caradec'h, Le Silence des autres, Neuilly-sur-Seine, Michel Lafon,‎ 2008, 258 p. (ISBN 978-2-7499-0795-6).
  6. Non élucidé du 7 mars 2010, de la saison 2 Affaire Sabine Dumont sur France 2]
  7. Article publié dans Le Parisien du 14 mai 2009

Articles connexes[modifier | modifier le code]