Granátula de Calatrava

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Granátula de Calatrava
Blason de Granátula de Calatrava
Héraldique
Drapeau de Granátula de Calatrava
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Castille-La Manche Castille-La Manche
Province Province de Ciudad Real Province de Ciudad Real
Comarque Domaine de Calatrava
Maire
Mandat
Félix Herrera Carneros (PP)
2011
Code postal 13360
Démographie
Gentilé Granatuleño / Granatuleña
Population 863 hab. (2013)
Densité 5,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 47′ 43″ N 3° 44′ 35″ O / 38.795278, -3.74305638° 47′ 43″ Nord 3° 44′ 35″ Ouest / 38.795278, -3.743056  
Superficie 15 265 ha = 152,65 km2
Localisation
Localisation de Granátula de Calatrava

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Granátula de Calatrava

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Granátula de Calatrava
Liens
Site web http://www.granatula.es/

Granátula de Calatrava est une commune espagnole de la Province de Ciudad Real, communauté autonome de Castille-La Manche. Elle est située à 32,6 km de Ciudad Real. Elle était connue dans l'antiquité sous le nom de Oretum.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville actuelle est située dans la vallée du Jabalón, un affluent du Guadiana. Cette vallée se caractérise par un relief altéré d'origine volcanique - cônes Columba, Cuevas Negras ou La Yozosa -, qui a donné naissance à des lacs ou maars, comme le cratère ou maar Valdeleón, de plus de 2 km de diamètre, où se situe le centre-ville de Granátula de Calatrava. Le volcanisme n'est plus guère actif dans la région en dépit de quelques manifestations ponctuelles comme le geyser connu sous le nom de el Chorro de Granátula apparu en 2000, ou la Fumarola, fumerolle encore active à la Sima.

Le climat de la province est de type méditerranéen continental. Les variations de températures sont parmi les plus fortes de la péninsule, ce qui donne des hivers froids et des étés chauds et secs. Les ressources agricoles y sont naturellement de type méditerranéen, telle que huile d'olive, vin, céréales et divers produits du verger.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire, protohistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

À l'âge du fer, le site de Granátula de Calatrava se trouvait sur le territoire du peuple ibère des Oretani.

Époque wisigothique[modifier | modifier le code]

A l'époque wisigothique, Oreto était un siège épiscopal de l'Eglise catholique, suffragant de l'archidiocèse de Tolède comprenant l'ancienne province romaine de Carthaginoise dans le Diocèse d'Hispanie.

Période musulmane et Reconquista[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Sites Archéologiques[modifier | modifier le code]

Le site archéologique d'Oreto et Zuqueca

Autour de Granátula se trouvent deux sites archéologiques importants.

Le site de La Encantada est un site de l'âge du bronze, de type "Castellón" situé sur une hauteur. On y trouve conservé des murs défensifs, des maisons et des silos. le site abrite également une grotte qui, selon la légende, est le repaire d'un monstre local, un lézard ou un serpent qui devient le Trocanta ou Encanta chaque nuit de San Juan[1].

Le site archéologique d'Oreto et Zuqueca est plus récent, avec des traces allant de l'époque romaine au Moyen Age. On y trouve une nécropole wisigothique, un baptistère paléochrétien ainsi que des bains islamiques, les plus anciens de la péninsule ibérique.

Patrimoine Artistique[modifier | modifier le code]

Sur le site d'Oreto y Zuqueca, il est également possible de voir le sanctuaire de la patronne de la ville, la Vierge de Oreto et Zuqueca, une chapelle romane du XIIIe siècle, déclarée d'intérêt culturel. Ce sanctuaire est composé d'un groupe de bâtiments, pour la plupart du XIIIe siècle, mais conserve des arcs, des pierres et des piliers plus anciens, en particulier wisigothiques. A proximité se trouvent les restes du pont romain de Baebius Venusto Publius, daté de la fin du Ier siècle.

Parmi les autres monuments de la commune, on peut compter l'église de Santa Ana, du XIVe au XVIIIe siècle et sa tour lambrissé du XVIe. L'église renferme une statue du XIIIe siècle de la Vierge de Oreto et Zuqueca. A proximité se trouve le Palais Torrubia (XVIIIe siècle), déclaré Bien d'Intérêt Culturel, palais manchego typique de trois étages doté d'une cour à colonnes, une seconde partie, plus ancienne (XVe siècle), est appelée la Casa mudéjar. La ville conserve un certain nombres de bâtiments officiels des XVIIe et XVIIIe siècles, comme la Maison de l'Inquisition, les Tercias, l'Auberge de l'Association ou le grenier.

La commune est également le lieu de naissance, en 1793, de Baldomero Espartero. Sa maison natale s'y trouve toujours et une statue lui est dédiée au sein de la ville.

Fêtes et traditions[modifier | modifier le code]

La fête de Pâques y est déclarée d'Intérêt Touristique Régional.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.elcrisoldeciudadreal.es/2014/06/06/54848/mitologia/