Sathonay-Village

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sathonay.
Sathonay-Village
Le château de Bernis à Sathonay-Village.
Le château de Bernis à Sathonay-Village.
Blason de Sathonay-Village
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Rillieux-la-Pape
Intercommunalité Grand Lyon
Maire
Mandat
Jean-Pierre Calvel
2014-2020
Code postal 69580
Code commune 69293
Démographie
Gentilé Sathonards[1]
Population
municipale
2 208 hab. (2011)
Densité 429 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 03″ N 4° 52′ 44″ E / 45.834167, 4.878889 ()45° 50′ 03″ Nord 4° 52′ 44″ Est / 45.834167, 4.878889 ()  
Altitude 300 m (min. : 198 m) (max. : 329 m)
Superficie 5,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Sathonay-Village

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Sathonay-Village

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sathonay-Village

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sathonay-Village

Sathonay-Village est une commune française située dans le département du Rhône et la région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Sathonards[1], tout comme ceux de la commune voisine de Sathonay-Camp.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de Sathonay[modifier | modifier le code]

La position stratégique de Sathonay lui valut une histoire assez tourmentée. En effet, proche de la Saône, à l'extrémité des plaines de l'Ain et des Dombes, mais aussi non loin de Lyon, elle était à la jonction de deux territoires : le Franc Lyonnais et le domaine de l'Empire. Elle changea donc souvent de mains.

En 1230, Humbert de Montluel possède des terres à Sathonay, qu'il tient en fief à l'abbaye de l'Ile Barbe. Au XIIIe siècle, la seigneurie de Sathonay appartenait aux seigneurs du même nom, puis la famille Ferlay leur succéda au XIVe et XVe siècle. Son blason, noir à la croix d'argent est devenu celui de Sathonay-Camp.

Plusieurs de ses fils furent moines à l'abbaye de l'Ile Barbe, son suzerain. Le seigneur de Ferlay fut ensuite vassal du Dauphin de Viennois qui fit don de Sathonay au roi Philippe VI de Valois en 1342, lequel l'échangea à son tour avec le Duc de Savoie en 1354. Louis XI, en guerre contre le duc de Savoie fit ravager Sathonay et son château fort de Rivery en 1469. Ce château construit au XIIIe siècle était fortifié avec murs d'enceinte, créneaux, remparts, fossés, pont-levis. Pris, détruit et reconstruit plusieurs fois, il disparut peu de temps avant la Révolution.

Sathonay passa ensuite de main en main et fut uni au marquisat de Miribel érigé en faveur d'Henriette de Savoie en 1579. Sathonay-en-Bresse, qui devient baronnie, change encore plusieurs fois de possesseur, lorsque Jean-Claude Fay l'acquiert en 1757. Le blason de la famille Fay, d'azur avec un lévrier argent regardant un soleil d'or, est aujourd'hui l'emblème de Sathonay-Village.

1858 - 1908 : de Sathonay à Sathonay-Village[modifier | modifier le code]

1858 : création du camp militaire[modifier | modifier le code]

Après l'avènement du prince Président, Lyon est doté d'une importante garnison et la création d'un camp est une des préoccupations du maréchal Boniface de Castellane, commandant militaire. Son choix se porte sur plateau couvert de pâturages aux abords de Fontaines-sur-Saône et de Rillieux, au sud de la commune de Sathonay, alors dans le département de l'Ain.

Les aménagements commencent en 1851. Les premières troupes s’y installent en juin 1853. Le général Canrobert successeur du maréchal de Castellane, achète les communaux de Sathonay au nom du gouvernement pour la somme de 92 000 francs.

Le camp qui occupe une superficie de 32 ha est définitivement créé en 1858, avec des baraquements en bois et en briques. Un nouveau champ de tir s'installe, en rapport avec le nouveau fusil à longue portée.

L’abbé Faivre, aumônier du camp crée « L’œuvre des petites filles du soldat » dans le château offert par la famille de Virieu (descendante des Fay) et qui date du XVIe siècle. Dirigée par les sœurs saint Charles, l’œuvre deviendra « La maison d’enfants » aujourd’hui gérée par des laïcs.

L'église romane du XIIIe siècle, placée sous le vocable de Saint-Laurent est trop petite. On en construit une autre en 1862 et 1867.

1908 : scission de l'ancienne commune[modifier | modifier le code]

Aux alentours du camp se forme une véritable petite ville au sud de la commune de Sathonay, avec commerces, ouvriers, familles de militaires. Les commerces étant liés à la présence des militaires, on trouve de nombreux cafés, des cabarets, un cinéma, et même des "maisons de tolérance".

Ce hameau du Camp de Sathonay prend une telle importance que le chef-lieu de la commune y est transféré en 1881[2].

Ses opinions et intérêts divergent bientôt de ceux du Village, demeuré rural, et dont il est séparé par le ravin.

La rupture est consommée, et le 4 avril 1908, le Sénat vote la création de la nouvelle commune de Sathonay-Village à partir de celle de Sathonay, qui prend le nom de Sathonay-Camp.

Depuis 1908 : la commune de Sathonay-Village[modifier | modifier le code]

Le Conseil d’État ne statue définitivement sur les modalités de la séparation des deux communes qu'en 1918.

En 1952, la commune de Sathonay-Village fait l'acquisition du château construit en 1870 par Oscar Galline et qui fut possédé par les familles de Bernis et de Saint-Guilhem. Elle y installe la Mairie en 1965.

La loi n°67-1205 du 29 décembre 1967 transfère les communes de Sathonay-Village et de Sathonay-Camp, dépendant jusqu'ici du département de l'Ain et du canton de Trévoux, vers le département du Rhône, où elles rejoignent le nouveau canton de Rillieux et la communauté urbaine de Lyon.

Village au siècle dernier, essentiellement agricole (vignes, maraîchages, céréales), Sathonay-Village devient maintenant résidentiel, mais il sait rester proche de la nature qui l'entoure agréablement et veille à garder une dimension humaine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1985   Jean-Pierre Calvel UDF  
1973 1985 Marcel Moiroud    
1965 1973 Gabriel Ract   Représentant
1944 1965 Louis Danis   Inspecteur des douanes

Population et société[modifier | modifier le code]

Les chiffres présentés ne concernent que la seule commune de Sathonay-Village, après la scission de l'ancienne commune de Sathonay en Sathonay-Village et Sathonay-Camp en 1908.

Pour les chiffres antérieurs à cette date, se reporter à Sathonay-Camp.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 208 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1911. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
435 400 480 519 474 452 597 547 505
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 - -
675 1 050 1 401 1 693 1 849 1 891 2 208 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


La population de la commune est connue grâce aux recensements effectués depuis la naissance de la commune en 1908, après qu'elle s'est séparée de Sathonay-Camp.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école de Sathonay-Village se nomme "Ecole Les Grains de Blé"[5] et comprend 10 classes: 4 classes de maternelles et 6 de niveau élémentaire[5].

Fin 2012 / Début 2013, la construction d'une nouvelle crèche a été engagée par la commune, celle-ci se trouvant sur la place Louis Danis.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

[1]

  1. a, b et c Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. source : fiche Sathonay-Camp sur Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui - site de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Consulté le 25 février 2013.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. a et b http://www.sathonay-village.fr/sous-rubrique/8/ecole-les-grains-de-ble

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]