Kabyle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la langue kabyle. Pour le peuple, voir Kabyles.
Kabyle
Taqbaylit Taqbaylit
Parlée en Algérie
Région Kabylie
Nombre de locuteurs 5 à 6 millions [1]
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Algérie (langue nationale, principalement parlée en Kabylie)
Régi par HCA (Algérie)
Académie berbère[réf. souhaitée] (France)
Kabylie académie de musique de Montréal[réf. souhaitée]
Codes de langue
ISO 639-2 kab
ISO 639-3 kab
IETF kab
Échantillon
Ayen yellan di teccuyt, ad t-id-yessali uɣenǧa.
Ce qui est dans la marmite, la louche le fera remonter.

Le kabyle (taqbaylitPrononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une langue berbère parlée en Kabylie (région du centre-est de l'Algérie) et également au sein de l'importante diaspora kabyle, en Afrique du nord et dans d'autres pays (notamment la France). Le nombre de locuteurs est estimé à environ 3,5 millions en Kabylie et à environ 6 millions dans le monde, essentiellement à Alger et en France [2]. Il s'agit de la deuxième langue berbère la plus parlée, après le chleuh (sud du Maroc).

En Algérie, c'est la première langue berbère en nombre de locuteurs, suivi par le chaoui (dialecte lui-même assez proche du kabyle). Dans le Maghreb elle se situe au deuxième rang après le chleuh.

Le 10 avril 2002, une révision de la constitution algérienne ajouta l'article 3bis, reconnaissant le « tamazight » comme langue nationale[3].

Origines[modifier | modifier le code]

La langue kabyle (taqbaylit) est une langue Berbère parlé en Kabylie, une langue afro-asiatique d'Afrique du Nord.

Phonologie[modifier | modifier le code]

Voyelles[modifier | modifier le code]

Le kabyle, et le berbère en général, comporte trois voyelles, plus une voyelle de lecture :

  • a est moins ouvert qu'en français, entre le « a » et le « e » [æ]
  • i se prononce entre le « i » [i] et le « é » français [e]
  • u se prononce « ou » [u]

Le son e [ə] (comme dans l'anglais « children »), appelé ilem, est un schwa. Il n'est pas considéré comme une véritable voyelle, mais a pour but de faciliter la lecture. Historiquement, ilem est le résultat d'une réduction ou d'une fusion des trois voyelles. La réalisation phonétique des voyelles est influencée par les consonnes voisines. Par exemple, les consonnes emphatiques entraînent une prononciation plus ouverte : "aẓru" (pierre) se lit [az̴ru] tandis qu'"amud" (grain) donne [æmud].

Consonnes[modifier | modifier le code]

Phonèmes-consonnes kabyles
  Bilabiale Labio
dentale
Inter
dentale
Dental Alvéolaire Post
alvéolaire
Palatale Vélaire Uvulaire Pharyngale Glottale
 Plain  Lab.  Plain  Emph.  Plain  Emph.  Plain  Emph.  Plain  Emph.  Plain  Lab.  Plain  Lab.  Plain  Lab.
Occlusive sourde           t [] ṭ []             k [k] k [] q [q] q []    
voisée b [b] b []       d []             g [g] g []        
Affriquée sourde               tt [ts]   č []                  
voisée               zz [dz]   ǧ []                
Fricative sourde b [β]   f [f] t [θ]       s [] ṣ [] c [ʃ] c [ʃˁ] k [ç] k [çʷ]     x [χ] x [χʷ] ḥ [ħ] h [h]
voisée       d [ð] ḍ [ðˁ]     z [] ẓ [] j [ʒ] j [ʒˁ] g [ʝ] g [ʝʷ]     ɣ [ʁ] ɣ [ʁʷ] ɛ [ʕ]  
Nasale m [m]         n [n]                          
Latérale           l [l] l []                        
Roulée           r [ɾ̪] r []                        
Spirante w [w]                     y [j]            

Assimilation et gémination[modifier | modifier le code]

Certaines assimilations sont caractéristiques d'une variante locale du kabyle, tandis que d'autres relèvent de la langue elle-même. Ces assimilations ne sont pas notées à l'écrit. Par exemple :

  • /n/ + /w/ : axxam n wergaz (« la maison de l'homme ») peut se lire
    • « Axxam n wergaz. » (pas d'assimilation),
    • « Axxam bb wergaz » ou « Axxam pp wergaz »,
    • etc.
  • /d/ + /t/ : d taqcict (« c'est une fille ») se prononce « tsaqcict ».
  • autres assimilations : /t/ + /t/ = /ts/, /n/ + /w/ = /bb/ ou /pp/, /i/ + /y/ = /ig/, /w/ + /w/ = /bb/, /y/ + /y/ = /gg/.

La gémination affecte la qualité de certaines consonnes, transformant les fricatives en occlusives. Une consonne ɣ géminée devient /qq/.

Consonnes fricatives contre occlusives[modifier | modifier le code]

La phonologie kabyle est composée de phonèmes fricatifs qui sont à l'origine des occlusives et qui sont restées telles quelles dans les autres langues berbères. La gémination provoque aussi une transformation des fricatives en occlusives.

À l'écrit, la différence n'est pas notée. La liste ci-dessous compare les fricatives et les occlusives et indique quand elles sont prononcées.

Consonne B D G K T
Fricative /β/ Prononciation du titre dans sa version originale Écouter /ð/Prononciation du titre dans sa version originale Écouter /ʝ/Prononciation du titre dans sa version originale Écouter /ç/Prononciation du titre dans sa version originale Écouter /θ/Prononciation du titre dans sa version originale Écouter
Occlusive /b/ /d/ /g/ /k/ /t/
Est une occlusive après m l,n b,j,r,z,ɛ f,b,s,l,r,n,ḥ,c,ɛ l,n
Est une occlusive après (et leurs dérivés) ngeb, ngeḥ, ngeẓwer, angaẓ, ngedwi, nages, ngedwal

Régions[modifier | modifier le code]

Du fait du découpage administratif de la Kabylie par l'Algérie indépendante, le dialecte kabyle se trouve présent dans sept wilayas.

aires de répartition du kabyle.

Les populations des wilayas de Béjaïa (Bgayet en kabyle), Bouira (Tubiret) et Tizi Ouzou (Tizi Wezzu ) sont majoritairement kabylophones. Le kabyle est présent dans une petite partie de Bordj-Bou-Arreridj, dans une partie de Jijel et Sétif et dans une grande partie de Boumerdès. Dans les wilayas d'Alger, Jijel, Boumerdès, Sétif et Bordj-Bou-Arreridj, le kabyle cohabite avec l'arabe dialectal. Il reste aussi présent parmi la diaspora kabyle vivant dans les wilayas à dominante arabophones, et à l'étranger. D'ouest en est, certains phonéticiens distinguent quatre zones caractérisées par trois prononciations distinctes de cette langue. À l'ouest de Tizi Ghenif, la Kabylie du Djurdjura, la vallée de la Soummam et la zone allant de Béjaïa à l'est. Ces distinctions sont indiscernables à la plupart des kabylophones, sauf les variantes de prononciation des semi-voyelles tendues "ww" et "yy".

Historique[modifier | modifier le code]

La langue kabyle est une des variantes berbères les plus connues et les plus étudiées, surtout depuis 1844. La proximité de la Kabylie avec Alger la met à la portée des linguistes et des universitaires français dès le XIXe siècle. La plupart des dictionnaires et grammaires ont été réalisés dans les premières décennies de la présence coloniale française.

Armée coloniale française[modifier | modifier le code]

  • 1844 : premier dictionnaire du kabyle.
  • 1846-1877 : Création du Fichier de documentation berbère.
  • 1858 : Adolphe Hanoteau publie la première Grammaire kabyle.
  • 1867 : Recueil Poésies populaires du Jurjura par Adolphe Hanoteau.
  • 1873 : La Kabylie et les coutumes kabyles de Adolphe Hanoteau et Aristide Letourneux, est une sorte d'encyclopédie, base d'informations sur la Kabylie, de nos jours encore, fait figure d'ouvrage de référence.

Université française et indigène[modifier | modifier le code]

  • 1880 : ouverture d'un bureau berbère dans la nouvelle École supérieure de lettre d'Alger (future Université d'Alger). Le premier professeur (maître de conférences) est Si El Hachemi ben Si Lounis.
  • À partir de 1900, les berbérisants sont majoritairement originaires de la Kabylie (Saïd Cid Kaoui, Belkassem Bensedira, Amar Saïd Boulifa,Mohand Said Lechani etc…). L'aménagement linguistique se poursuit.
  • 1946-1977 : Création du Fichier de documentation berbère initié par les Pères blancs. En plus de rassembler un important matériel linguistique, le Fichier contribuera grâce entre autres au Père Dallet à la création d'une transcription latine adaptée. Enquêtes dialectologiques approfondies d'André Picard de la Faculté d'Alger sur le parler des Irjen (Ait Iraten)entre 1942 et 1955 en collaboration avec Mohand Said Lechani.
  • 1962 : l'Algérie indépendante, qui se proclame « arabe », ferme les bureaux d'étude berbère dans les universités du pays.

L'apport de Mouloud Mammeri[modifier | modifier le code]

Le printemps berbère[modifier | modifier le code]

  • 1980 : Mouloud Mammeri publie les Poèmes kabyles anciens. L'interdiction d'une de ses conférences à l'université de Tizi Ouzou sur la poésie kabyle ancienne est à l'origine des événements du Printemps berbère, violente répression du mouvement linguistique berbérophone en Kabylie et à Alger.
  • 1982 : Dictionnaire kabyle-français de Jean-Marie Dallet.
  • 1990 : Ouverture d'un département langue et culture berbère à Tizi Ouzou en 1990 puis à Béjaïa en 1991.
  • 1994-1995 : « Grève du cartable » en Kabylie pour exiger l'officialisation de la langue berbère au côté de l'arabe à l'école. Le berbère n'est pas officialisé mais à partir de 1995, arrive dans l'enseignement scolaire, toutefois sans moyens ni structure pour une mise en place sérieuse dans l'enseignement. Et un Haut Commissariat à l'Amazighité (HCA) est créé.

Le printemps noir[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Après l'assassinat par les gendarmes d'un jeune lycéen kabyle dans les locaux de la brigade de gendarmerie de Ait Douala et l'arrestation de jeunes collégiens à Amizour, éclatent les émeutes du « Printemps noir » qui coûteront la vie à plus de 125 Kabyles et feront des milliers de blessés, en majorité des jeunes. Les revendications démocratiques par une grande partie de la population ne sont pas prises en compte par le pouvoir, mais en concession une grande partie des revendications culturelles et identitaires (Plate-forme d'El-Kseur) sont acceptées.
  • 2002 (10 avril) : Le berbère est mentionné dans la Constitution et devient langue nationale, sans mesures pratiques ni officialisation.

Écriture[modifier | modifier le code]

Panneau trilingue devant la faculté de Tizi Ouzou, avec écritures arabe, tifinagh et française.

Aujourd'hui le kabyle s'écrit grâce à plusieurs types d'alphabets, une variante de l'alphabet latin, aussi appelé tamεemrit (du nom de Mouloud Mammeri), et surtout de manière plus authentique par le Tifinagh l'alphabet amazigh.

Durant l'antiquité, la langue berbère a été l'une des toutes premières écrites, grâce à l'alphabet tifinagh.

Il est même possible que ce dernier soit antérieur à l'alphabet phénicien, et par conséquent, la première forme d'écriture alphabétique.

À partir du début de l'ère chrétienne, l'alphabet tifinagh va beaucoup souffrir de l'adoption du latin comme langue des élites nord-africaines, tendance qui va s'accentuer avec la christianisation. Finalement, l'alphabet tifinagh disparaîtra en tant qu'écriture vernaculaire au VIIe siècle.

C'est au XXe siècle que le kabyle va vraiment redevenir une langue écrite. Sous l'influence des Français, présents dans la régence voisine d'Alger, certains intellectuels berbérisants français ou kabyles décident de retranscrire le kabyle en caractère latin[4].

Le processus de latinisation est lent et long : en effet, si la plupart des langues d'Europe se sont écrites à la même période, elles bénéficiaient généralement d'un modèle linguistique cousin, plus anciennement transcrit: allemand pour les langues germaniques, russe pour les langues slaves, etc. Le kabyle, lui, a dû forger son propre modèle par le biais de nombreuses modifications...

On peut noter cependant une principale notation : celle datant du début du XXe siècle, mise en place par Amar Saïd Boulifa, père de la littérature kabyle contemporaire, basée largement sur les règles phonétiques françaises (Boulifa était effectivement francisant) et qui perdurera jusqu'aux années 1970, avant d'être modernisée par Mouloud Mammeri. Cela donnera l'alphabet berbère latin[5].

Caractère tifinagh[modifier | modifier le code]

De nos jours l'alphabet tifinagh, bien que d'usage folklorique, reste un symbole culturel fort pour la plupart des Kabyles. La première version de néo-tifinagh (car somme toute différente des tifinaghs historiques antiques) a été développée par l'académie berbère dans les années 1960. Il est à noter que le tifinagh a été conservé par les touareg où il est toujours d'usage avant d'être réintroduit chez les communautés berberophones d'Algérie et puis à celles du Maroc.

La version ici présentée est celle développée par l'IRCAM, au Maroc, en plus de celle usitée par les Touaregs depuis toujours.

Codes couleur
Couleur Signification
  Tifinaghe de base selon l'IRCAM
  Tifinaghe étendu (IRCAM)
  Autres lettres tifinaghes
  Lettres Touareg modernes
  Ces cases ne devraient pas être utilisées
Lettres simples (et lettres modifiées)
Code Glyphe Unicode Translittération Nom
Latin Arabe
U+2D30 2D30.png en tifinagh : a ا ya
U+2D31 2D31.png en tifinagh : b ب yab
U+2D32 2D32.png en tifinagh : bh ٻ yabh
U+2D33 2D33.png en tifinagh : g گ yag
U+2D34 2D34.png en tifinagh : gh ڲ yagh
U+2D35 2D35.png en tifinagh : dj ج yaj selon l'Académie berbère
U+2D36 2D36.png en tifinagh : dj ج yaj
U+2D37 2D37.png en tifinagh : d د yad
U+2D38 2D38.png en tifinagh : ض yadh
U+2D39 2D39.png en tifinagh : ض yadd
U+2D3A 2D3A.png en tifinagh : ض yaddh
U+2D3B 2D3B.png en tifinagh : e ه yey
U+2D3C 2D3C.png en tifinagh : f ف yaf
U+2D3D 2D3D.png en tifinagh : k ک yak
U+2D3E 2D3E.png en tifinagh : k ک yak touareg
U+2D3F 2D3F.png en tifinagh : ⴿ kh خ yakhh
U+2D40 2D40.png en tifinagh : h
b
ھ
ب
yah
= yab Touareg
U+2D41 2D41.png en tifinagh : h ھ yah selon l'Académie berbère
U+2D42 2D42.png en tifinagh : h ھ yah touareg
U+2D43 2D43.png en tifinagh : ح yahh
U+2D44 2D44.png en tifinagh : æ (ɛ) ع yaʿ
U+2D45 Yakh.svg en tifinagh : kh خ yakh
U+2D46 2D46.png en tifinagh : kh خ yakh touareg
U+2D47 2D47.png en tifinagh : q ق yaq
U+2D48 2D48.png en tifinagh : q ق yaq touareg
U+2D49 2D49.png en tifinagh : i ي yi
U+2D4A 2D4A.png en tifinagh : j ج yazh
U+2D4B 2D4B.png en tifinagh : j ج yazh de l'Ahaggar
U+2D4C 2D4C.png en tifinagh : j ج yazh touareg
Code Glyphe Unicode Translittération Nom
Latin Arabe
U+2D4D 2D4D.png en tifinagh : l ل yal
U+2D4E 2D4E.png en tifinagh : m م yam
U+2D4F 2D4F.png en tifinagh : n ن yan
U+2D50 2D50.png en tifinagh : ny ني yagn touareg
U+2D51 2D51.png en tifinagh : ng ڭ yang touareg
U+2D52 2D52.png en tifinagh : p پ yap
U+2D53 2D53.png en tifinagh : u
w
و
ۉ
yu
= yaw Touareg
U+2D54 2D54.png en tifinagh : r ر yar
U+2D55 2D55.png en tifinagh : ڕ yarr
U+2D56 2D56.png en tifinagh : gh (ɣ) غ yagh
U+2D57 2D57.png en tifinagh : gh (ɣ) غ yagh touareg
U+2D58 2D58.png en tifinagh : gh (ɣ)
dj
غ
ج
Ayer yagh
= yaj de l'Adrar
U+2D59 2D59.png en tifinagh : s س yas
U+2D5A 2D5A.png en tifinagh : ص yass
U+2D5B 2D5B.png en tifinagh : sh (ʃ) ش yash
U+2D5C 2D5C.png en tifinagh : t ت yat
U+2D5D 2D5D.png en tifinagh : ط yath
U+2D5E 2D5E.png en tifinagh : ch (tʃ) تش yach
U+2D5F 2D5F.png en tifinagh : ط yatt
U+2D60 2D60.png en tifinagh : v ۋ yav
U+2D61 2D61.png en tifinagh : w ۉ yaw
U+2D62 2D62.png en tifinagh : y ي yay
U+2D63 2D63.png en tifinagh : z ز yaz
U+2D64 2D64.png en tifinagh : z ز Tawellemet yaz
= yaz harpon
U+2D65 2D65.png en tifinagh : دز yazz
U+2D6F 2D6F.png en tifinagh : +w ۥ+ marque de labio-vélarisation
= Tamatart
= <super> 2D61
Digrammes (ligatures possibles)
Code Glyphe Unicode Translittération Nom
Latin Arabe
U+2D5C U+2D59 2D5C.png2D59.png en tifinagh : ⵜⵙ ts تس yats
U+2D37 U+2D63 2D37.png2D63.png en tifinagh : ⴷⵣ dz دز yadz
Code Glyphe Unicode Translittération Nom
Latin Arabe
U+2D5C U+2D5B 2D5C.png2D5B.png en tifinagh : ⵜⵛ tch (tʃ) تش yatch
U+2D37 U+2D4A 2D37.png2D4A.png en tifinagh : ⴷⵊ dj دج yadzh

Statut[modifier | modifier le code]

Le kabyle, et le berbère en général, ne sont pas reconnus comme langues officielles en Algérie, mais uniquement comme langues nationales. Ce statut est toutefois plus enviable que celui réservé à l'arabe algérien, langue de 73 % des Algériens, qui ne bénéficie d'aucun statut légal. Le kabyle est la langue de certains médias comme la radio nationale Chaîne II, de quelques bulletins d'informations dans la chaîne de télévision d'État ENTV et la chaîne TV et les radios privées Berbère Télévision émettant depuis Paris, France. Malgré la création symbolique[réf. nécessaire] d'un Haut Commissariat à l'Amazighité (HCA) en 1995, et malgré la reconnaissance formelle (2002) du tamazight, comme « langue nationale » sous la pression du sanglant Printemps noir de 2001, le statut de cette langue reste problématique, sa condition fragile et son avenir incertain[réf. nécessaire].

La politique d'arabisation structurée mise en œuvre par le régime FLN depuis 1962 a entraîné la dékabylisation de larges couches de Kabyles de souche, surtout parmi les jeunes nés depuis l'Indépendance (1962) et vivant dans les grandes villes comme Alger ou Constantine. La Chaine II de la radio nationale, qui ne peut être captée dans tout le pays, a longtemps servi de vecteur à l'arabisation du lexique kabyle dont l'usage s'est beaucoup appauvri parmi les kabylophones.[réf. nécessaire]

La résistance contre la disparition du kabyle a pris diverses formes depuis 1962, notamment à travers l'association Agraw Imazighen au début des années 1970 et de mouvements populaires comme le Printemps berbère d'avril 1980 (à la suite de l'interdiction par le gouvernement d'un exposé de l'écrivain Mouloud Mammeri sur la poésie kabyle ancienne).

La forte densité de la population kabyle, un certain dynamisme de l'émigration notamment en Europe, ont permis à la langue kabyle de maintenir son dynamisme et de ne pas disparaître, à la suite de l'arabisation de l'enseignement et de l'ensemble de l'environnement social et administratif. Depuis les années 1970, la chanson, le théâtre et les actions de passage à l'écrit, voire l'utilisation d'outils informatiques (cf. le logiciel Awal Amazigh), accompagnent la réflexion sur la modernisation du kabyle et l'orientation des travaux universitaires en sciences sociales et humaines[6].

Exemples[modifier | modifier le code]

Dans la prononciation standard, certains sons se notent :

  • ṭ : t avec emphase
  • t : t spirant (comme thank you)
  • d : d spirant (comme this)
  • ḍ : d spirant avec emphase
  • ḥ : h pharyngal ([ħ])
Mot Traduction Prononciation API
Vas-y ṛuḥ roħ
Bien ilha ilha
eau Aman Amane
feu times θiməs
viande aksum akssoum
homme argaz argaz
femme tameṭṭut θamətˁ:oθ (t emphatique)
manger ečč əʧ:
boire sew səw
grand ameqqṛan aməqʷ:rˁan
petit amecṭuḥ aməʃtˁoħ
nuit iḍ iðˁ (d emphatique)
Matin ṣṣbeḥ sˁ:baħ
aujourd'hui ass-agi assagi
salut azul azul
Merci saḥitt / saha / tanemmirt θanəm:irθ
Donne moi efk-iyi-d / awi-d əfk-iji-d / awid

Proverbes ou Inzan[modifier | modifier le code]

  • Ibeddel adrum, s weɣrum. : Il a changé de clan, pour une bouchée de pain.
  • Ayen yellan di teccuyt, ad t-id-yessali uɣenǧa. : Ce qui est dans la marmite, la louche le fera remonter.
  • Tif leɣna, lehna : Mieux que la richesse, la paix.

Cinéma[modifier | modifier le code]

La fin des années 1970 a vu la naissance d'un cinéma berbérophone essentiellement kabyle avec des œuvres comme « La Colline oubliée » de M. Bouguermouh, « la Montagne de Baya » de Azdine Meddour, « Machaho » de Belkacem Hadjadj et « Mariage par annonces » de Si Mohand. D'autre part, la production audiovisuelle réalisée en kabyle, par des bénévoles de Berbère TV est relativement amateur mais pleine de promesses.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Salem Chaker, Le berbère de Kabylie (Algérie), [1], Encyclopédie berbère, XXVI, 2004, p.4055-4066
  2. (fr) - « Le berbère de Kabylie (Algérie) » page 2, paragraphe 4, article de Salem Chaker, professeur de berbère à l'Inalco, et directeur du Centre de Recherche Berbère.
  3. Abdelaziz Bouteflika, « Loi n° 02-03 du 27 Moharram 1423 correspondant au 10 avril 2002 portant révision constitutionnelle »,‎ 2002
  4. http://www.centrederechercheberbere.fr/tl_files/doc-pdf/neo-litt.pdf
  5. Gabriel Camps, Les berbères.
  6. Dahbia Abrous, Le refus du Musée in « Berbères ou arabes? », sous la dir. d'Hélène Claudot-Hawad, Ed. Non lieu, 2006.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :