La Plaine-des-Palmistes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Plaine-des-Palmistes
Vue de l'hôtel de ville de La Plaine-des-Palmistes
Vue de l'hôtel de ville de La Plaine-des-Palmistes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région La Réunion
Département La Réunion
Arrondissement Saint-Benoît
Canton La Plaine-des-Palmistes
(chef-lieu)
Intercommunalité CIREST
Maire
Mandat
Marc-Luc Boyer
2014-2020
Code postal 97431
Code commune 97406
Démographie
Gentilé Palmiplainois
Population
municipale
5 354 hab. (2011)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 21° 08′ 06″ S 55° 37′ 32″ E / -21.135, 55.625621° 08′ 06″ Sud 55° 37′ 32″ Est / -21.135, 55.6256  
Altitude Min. 720 m – Max. 2 402 m
Superficie 83,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : La Réunion

Voir la carte administrative de La Réunion
City locator 14.svg
La Plaine-des-Palmistes

Géolocalisation sur la carte : La Réunion

Voir la carte topographique de La Réunion
City locator 14.svg
La Plaine-des-Palmistes

La Plaine-des-Palmistes est une commune française de l'île de La Réunion, dont la population s'élève en 2011 à 5 354 habitants, appelés « Palmiplainois ».

La commune est située dans un espace plat et légèrement incliné entre deux massifs volcaniques, au centre de l'île ; elle est desservie par une route majeure, la seule transversale et non littorale, reliant Saint-Benoît à Saint-Pierre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panorama de la Plaine-des-Palmistes depuis le col de Bellevue

Situation[modifier | modifier le code]

La Plaine-des-Palmistes est une commune située sur l'île de La Réunion, un département d'outre-mer français situé dans le sud-ouest de l'Océan indien. Elle est positionnée dans un espace plan au centre de l'île, le couloir intervolcanique entre le Massif du Piton des Neiges et le volcan actif du Piton de la Fournaise. Dans le vocabulaire réunionnais, on dit que la commune est située dans « Les Hauts ».

À vol d'oiseau, la localité est distante de 35 km de la sous-préfecture (Saint-Pierre) et à 55 km de la préfecture (Saint-Denis). La capitale nationale, Paris, est à 9 410 km.

Communes limitrophes de La Plaine-des-Palmistes
Saint-Benoît Saint-Benoît Saint-Benoît
Tampon La Plaine-des-Palmistes Sainte-Rose
Tampon Tampon Sainte-Rose

Topographie[modifier | modifier le code]

La zone où se concentrent les habitations est en légère pente vers la mer. Du sud-ouest au nord-est de la zone habitée, l'altitude passe de 1 200 m à 925 m.

Cette espace peu contraignant est circonscrit par de fortes pentes, voire des remparts dans la partie nord.

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Quoi que le climat de l'île soit de type tropical humide, La Plaine-des-Palmiste vit sous un climat plus spécifique ; l'altitude induit des températures plus fraîche qu'en zone littorale. Le vent souffle plus facilement dans le couloir entre les deux volcans que partout ailleurs dans l'île.

La pluviométrie annuelle y dépasse régulièrement 5 000 mm.

Station de La Plaine-des-Palmistes (série 1991 - 2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 15,9 16,4 15,7 14,4 12,6 10,5 9,7 9,5 9,9 11 12 14 12,7
Température maximale moyenne (°C) 23,7 23,8 23,3 22,6 20,9 19,1 17,9 17,7 18,3 19,2 20,8 22,5 20,8
Ensoleillement (MJ/) 15,79 16,78 15,12 14,23 12,66 12,07 12,32 13,45 15,44 16,26 17,32 17,36 14,9
Précipitations (mm) 728 998 693 390 274 203 173 194 182 157 182 398 4 571
Source : Guillaume Jumaux, Hubert Quetelard et Denis Roy (ill. Météo-France, photogr. Serge Gélabert), Atlas climatique de La Réunion, Trappes, Direction interrégionale de La Réunion de Météo France,‎ 2011 (1re éd. 2000), 21x29,7, 131 p. (ISBN 978-2-11-128623-8)
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
23,7
15,9
728
 
 
 
23,8
16,4
998
 
 
 
23,3
15,7
693
 
 
 
22,6
14,4
390
 
 
 
20,9
12,6
274
 
 
 
19,1
10,5
203
 
 
 
17,9
9,7
173
 
 
 
17,7
9,5
194
 
 
 
18,3
9,9
182
 
 
 
19,2
11
157
 
 
 
20,8
12
182
 
 
 
22,5
14
398
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1899 par le détachement de la paroisse de Sainte Agathe de la paroisse de Saint-Benoît. Elle est d'abord peuplée par des « petits blancs » qui fuient la pauvreté dans les hauts. Elle tient son nom des nombreux palmistes rouges qui se trouvaient sur son territoire à cette époque. Beaucoup de ces palmistes ont été abattus pour leurs cœurs de palmiers, appelés choux palmistes très appréciés par les habitants. Aujourd'hui cet arbre est protégé mais il n'en reste plus beaucoup sur le territoire de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Administration territoriale[modifier | modifier le code]

La municipalité est dotée d'un Plan local d'urbanisme (PLU) validé (en cours de mise à jour[Quand ?]) ainsi que d'un Plan d'occupation des sols (POS) depuis 2004[1],[2]. La commune n'est incluse dans aucun document intercommunal, elle conserve donc l'intégralité de ses prérogatives sur son territoire. Mais cela va à l'encontre des logiques de mutualisation et de simplification de l'enchevêtrement administratif français, souvent comparé à un mille-feuille[3].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1923 1943 Macé d'Ambelle    
1943 1945 Gaston Crochet    
1945 1953 Eugène Rochetain    
1953 1971 Gaston Crochet R.P.R  
1971 1989 Marcel Boissier P.S.  
1989 2008 Marc Luc Boyer U.M.P  
2008 en cours Jean-Luc Saint-Lambert P.S.  

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 354 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011
1 981 2 304 2 062 2 020 2 676 3 434 4 518 5 354
(Sources : Insee : Population sans doubles comptes à partir de 1961[4] puis population municipale à partir de 2006[5])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La Plaine-des-Palmistes, 2009, pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,4 
75 à 89 ans
5,2 
9,8 
60 à 74 ans
10,8 
20 
45 à 59 ans
19,1 
19 
30 à 44 ans
21,2 
19,1 
15 à 29 ans
17,9 
29,1 
0 à 14 ans
25,5 
France, 2009, pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,6 
13,3 
60 à 74 ans
13,9 
20,4 
45 à 59 ans
20 
20,8 
30 à 44 ans
19,9 
19,4 
15 à 29 ans
18 
19,6 
0 à 14 ans
17,5 
Personnes par ménage (2006) 1 2 3 4 5 6 ou plus
La Plaine-des-Palmistes 18,8 % 29,8 % 19,9 % 18 % 9,2 % 4,3 %
Marseille 38 % 29,2 % 15,1 % 10,9 % 4,1 % 2,6 %
Paris 52,4 % 25,9 % 10,5 % 7,1 % 2,7 % 1,4 %
Moyenne nationale 31,0 % 31,1 % 16,2 % 13,8 % 5,5 % 2,4 %
Sources des données : INSEE[8]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie de trois établissements scolaires publics permettant de suivre une scolarité sur place jusqu'au collège : l'école Maternelle les Myosotis, l'école élémentaire Claire Hénou et le collège Gaston Crochet. L'école maternelle accueille[Quand ?] 285 élèves, l'école élémentaire 561 et le collège 400[9]. En outre, il existe une crèche et un lycée agricole privée (Maison Familiale et Rurale).

Santé[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

La Plaine fait l'objet de la couverture médiatique de la presse quotidienne régionale : le Journal de l'île, Le Quotidien de La Réunion et Témoignages, édition du Parti communiste réunionnais. Elle reçoit la majorité des radios de La Réunion, ainsi que les chaînes de télévision locales, nationales ou étrangères, par voie hertzienne, terrestre ou via Internet.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 3271 personnes, parmi lesquelles on comptait 67,1% d'actifs dont 44,9 % ayant un emploi et 22,5 % de chômeur. On comptait 865 emplois dans la zone d'emploi en 2010. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 1 440, l'indicateur de concentration d'emploi est de 60 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu plus d'un emploi pour deux habitants actifs. 43,3% des habitants travaillaient dans la communes et donc 56,7% dans une autre commune de l'île[8].

L'imposition des ménages et des entreprises à La Plaine-des-Palmistes en 2010[10]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 15,8 % 5,9 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 32,59% 8,39 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 40,3% 30,14%

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

La commune organise chaque année en juin une fête autour du goyavier et des produits laitiers.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Case de Villeneuve
ou villa des Tourelles

Héraldique[modifier | modifier le code]

Sa devise est : « Le travail est ma loi ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « PLU », sur site de la Ville de La Plaine-des-Palmistes
  2. « Cartes des PLU et POS : état d’avancement et documents en vigueur », sur reunion.developpement-durable.gouv.fr
  3. Anthony Lesme, « Le mille-feuille administratif, l'oublié de la mission Jospin », sur bfmtv.com,‎ 9 novembre 2012 (consulté le 16 mars 2014)
  4. Historique de la population des communes de 1961 à 2008
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Population locale (La Plaine-des-Palmiste) » [PDF], INSEE
  7. « Population locale (France) » [PDF], INSEE
  8. a et b « MEN1 - Ménages par taille du ménage et catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence (Catégorie socioprofessionnelle regroupée (8)) », INSEE (consulté le 15 mars 2014)
  9. « Établissements scolaires », sur ville-plainedespalmistes.fr (consulté le 15 mars 2014)
  10. « Impôts locaux », sur taxe.com,‎ 2010 (consulté le 4 décembre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]