Lampe de mineur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lampe (homonymie).
Lampe de sûreté à essence (Limbourg), Pays-Bas

Une lampe de mineur est une lampe utilisée dans les différentes sortes de mines. Il en existe beaucoup de types différents, suivant l’époque, le lieu géographique et le type de mine considéré (minerais, sel, charbon, autres minéraux…).

Historique[modifier | modifier le code]

Lampe de mineur ancienne à huile (région de la Sarre)

Antiquité[modifier | modifier le code]

Depuis l’Antiquité, les mineurs se sont éclairés grâce à des chandelles de suif. Les mineurs les utilisaient soit sur des bougeoirs de fer, soit attachées à la tête au moyen d’une courroie de cuir.

Les Romains se servaient également de lampes à huile en terre cuite ou en métal, lampes plus éclairantes que les chandelles (lampe Rave).

Article connexe : Mines du Laurion.

Progrès de l’éclairage des mines depuis la fin du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Les lampes de mineurs suivirent les progrès de l’éclairage et l’évolution des carburants à partir des années 1780 : l’huile (colza, baleine) céda la place au pétrole à partir de 1853, puis vint l’essence, et enfin l’électricité.

Les lampes à feu nu (sans grille de sécurité) mirent à profit le pouvoir éclairant de l’acétylène dès le XIXe siècle, mais leur usage fut réservé aux mines métalliques et aux carrières souterraines (lampe Mercier).

« Lampe de sûreté »[modifier | modifier le code]

La nécessité d’un éclairage de sureté dans les atmosphères inflammables des mines (grisou, poussières) s’est avéré nécessaire suite à de nombreux accidents. Le plus ancien procédé a été imaginé à Whitehaven, en 1760. Il s’agit d’un rouet à silex par dégagement de gerbes d’étincelles.

Lampe Davy[modifier | modifier le code]
Schéma d'une lampe Davy

La lampe Davy est une lampe à combustible dont la flamme est entourée d’un grillage fin. Sans ce grillage, la flamme aurait pu enflammer les gaz de la mine, ou les poussières (coup de grisou ou coup de poussier). En effet, les flammes ne traversent pas les grillages fins. Le métal absorbe la chaleur de la flamme. Ainsi refroidie à proximité du grillage, la flamme ne peut pas le traverser.

C’est à Humphry Davy et George Stephenson que nous devons le concept des lampes de sureté : un tamis métallique à mailles très serrées empêche la propagation d’une flamme de l’intérieur vers l’extérieur de la lampe.

Des perfectionnements successifs ont été apportés : double grillage, réflecteur, lentilles. En cas de présence de gaz combustible, la flamme se contentait de grandir, conduisant ainsi à un signal d’alerte.

Ultérieurement les lampes ont été équipées d’abord d’un verre puis d’une cuirasse en tôle. L’essence minérale s’étant substituée à l’huile, on adapta aux lampes un système de rallumage interne.

Autres lampes de sûreté[modifier | modifier le code]
Lampe de sûreté à essence (Limbourg, Pays-Bas), démontée

Diverses lampes marquent chacune un stade nouveau dans l’évolution technique de l’appareil :

  • la lampe Clanny : avec sa cage de verre munie de barreaux, la flamme n'est plus masquée par la grille métallique protectrice, et a donc un meilleur rendement lumineux ;
  • puis la lampe Mueseler, mieux ventilée ;
  • puis la lampe Marsaut à cuirasse rivetée : il s'agit à l'origine, en 1871, d'une lampe Mueseler avec un écran métallique protégeant la grille des chocs et empêchant les courant d'air d'amener la flamme jusqu'à la grille, s'inspirant d'essais pratiqués en Angleterre avec les lampes Davy ; après de sessais effectués à l'École des mines de Saint-Étienne, en 1881, Marsaut supprime la cheminée et la remplace par une grille et dépose son brevet en 1882[1],[2] 2 ;
  • la lampe Wolf, à essence (« benzine »).

De nombreuses autres lampes s’apparentent à ces premières : la lampe Rode (1894), la lampe Fumat (1903), la lampe Mulkay, la lampe Müller à système de fermeture magnétique, la lampe Cuvelier-Catrice à fermeture hydraulique, la lampe Demeure, la lampe Seippel, la lampe Koch.

Les lampes de sûreté à combustible liquide n’ont plus guère été utilisées après l’avènement de lampes électriques portatives plus performantes et moins dangereuses. Néanmoins, l’usage des lampes de ce type a perduré dans certaines mines de charbon pour leur rôle d’avertisseur de grisou.

Lampes électriques portatives[modifier | modifier le code]

Les premières lampes électriques portatives à piles primaires mises en service en 1862 étaient loin de répondre à toutes les exigences de sécurité. Les lampes à accumulateur et à électrolyte liquide : modèles d’Edison, de Pitkin, de Swan, de Bréguet, de Pollak, Stella, de Mallet-Parent. Les lampes à accumulateur et électrolyte immobilisé présentent l’avantage de résister aux renversements accidentels.

La lampe Süssmann, la lampe Max, la lampe Cotté, la lampe Lux…[réf. nécessaire]

Collection de lampes[modifier | modifier le code]

Ces collections sont présentées au Bois du Cazier et au Chateau des Bruneaux

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Quand l'objet se raconte : la lampe à huile « Marsaut » », sur Mine d'histoires
  2. « La lampe de Marsaut située au rond point de Villebœuf », sur Amiproche, le site des amis du patrimoine de Roche-la-Molière

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]