Résidu minier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stockage des résidus sous forme de terril.

Les résidus miniers (ou stérils) sont les matériaux restant après l'extraction des minerais des roches exploitées lors d'une exploitation minière dont la teneur en métal recherché (argent, plomb, etc.) ou en charbon est nulle ou très faible, et qui sont dès lors écartés sans être exploités. On les stocke généralement dans des bassins quand il s'agit de boues ou sous forme de terrils quand il s'agit de matériaux secs ou solides.

Résidus miniers et environnement[modifier | modifier le code]

En termes de santé environnementale :

  • Dans les cas de mines d'uranium, les stériles peuvent être plus ou moins radioactifs. Pour cette raison il est déconseillé de se les approprier, de les disséminer dans un champs, ou de les intégrer dans le bati. De ce fait certaines associations militent pour que l'accès à ces stériles soient sécurisés[1].
  • Dans le cas du charbon les bacs à schlamm, quand ils sont encore liquide sont des endroits dangereux (Ils peuvent se comporter comme des sables mouvants). Les restes de charbon peuvent entrer en auto-combustion avec une température pouvant monter à 70°C à quelques dizaines de cm sous le niveau du "sol".
    On a aussi constaté que le terril en combustion spontanée se comporte comme un réacteur chimique capable de synthétiser des composés complexes et pour certains indésirables, voire toxiques et/ou cancérigènes (benzène cancérigène ou encore hydrocarbures insaturés, sulfures, chloroforme et phtalimides (kladnoite)[2]. Des microefflorescences minérales peuvent alors se former aux abords des fissures en surface des restes schisteux s'auto-échauffant[2]. Certaines de ces efflorescences contiennent des 'minéraux organiques' rares dans la nature ( phénanthrène (ravatite), phthalimide (kladnoite), et 9,10-anthraquinone (hoelite), de soufre, de chlorure d'ammonium), souvent toxiques, et les gaz émis par un terril en combustion sont toxiques (dioxyde de carbone, monoxyde de carbone dominants avec aussi du sulfure de carbonyle, sulfure de carbone, méthane, des n-alcanes, n-alcènes, des iso-alcanes, des alcanes cycliques, du chloroforme et du benzène (ainsi que ses dérivés alkylés)[2].

Valorisation[modifier | modifier le code]

De nombreux résidus miniers ont fait l'objet de « valorisation » financière et matérielle en étant revendus ou réutilisés comme matériaux de remblai, ou comme combustible ou matière première pour la production de combustible reconstitué à partir de poussières, quand ils contenaient encore un peu d'hydrocarbures exploitatbles.

Certains auteurs comme RA Bloomfield du Bureau des mines du département de l'Intérieur aux États-Unis ont même envisagé la récupération de chaleur en cas de feux de mines[3].

Des précautions particulières doivent être prises avec certains résidus qui peuvent être très acides ou entretenir un drainage minier acide ou être polluants (parce que riches en métaux lourds, en métalloïdes toxiques ou en autres produits toxiques issus de processus miniers (mercure, cyanures...).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Résidus de l'exploitation de l'uranium. »
  2. a, b et c Monika J. Fabiańska, Justyna Ciesielczuk, Łukasz Kruszewski, Magdalena Misz-Kennan, Donald R. Blake, Glenn Stracher, Izabela Moszumańska (2013) Gaseous compounds and efflorescences generated in self-heating coal-waste dumps — A case study from the Upper and Lower Silesian Coal Basins (Poland) , International Journal of Coal Geology (en ligne: 2013-05-19), résumé
  3. RA Bloomfield (US dep. interior, bureau mines) (1984) Current research into the potential for utilization of mine waste ; Journal of testing and evaluation, vol. 12, no2, pp. 119-122 (5 ref.) (résumé avec cat.inist/CNRS) ; Ed : American Society for Testing and Materials, West Conshohocken, PA, ETATS-UNIS (1973) (Revue)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) RA Bloomfield (US dep. interior, bureau mines) (1984) Current research into the potential for utilization of mine waste ; Journal of testing and evaluation, vol. 12, no2, pp. 119-122 (5 ref.) ISSN:0090-3973 (« résumé avec cat.inist/CNRS »)
  • (en) Ritcey, G.M. (1989), Tailings Management, Problems and Solutions in the Mining Industries ; Elsevier. Dans Aubertin, Bussière et Bernier (2002), Environnement et gestion des rejets miniers : Manuel sur cédérom . Montréal : Presses internationales polytechniques