Mine à ciel ouvert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une mine à ciel ouvert ou open pit[1] est une mine ayant pour mode d'exploitation d'être à ciel ouvert, c'est-à-dire qu'une mine à ciel a l'ensemble des matériaux recouvrant le gisement recherché, extrait.

Exploitation[modifier | modifier le code]

On met en place une mine à ciel ouvert lorsque le minerai se trouve relativement proche de la surface. Si les couches de minerai ou hydrocarbures recherchés affleurent à flanc de colline, la mine peut entamer les couches à exploiter à partir de ce point.

Si nécessaire, on creuse la roche par dynamitage et le minerai est ensuite chargé sur d’énormes engins pour traitement.

Mines à déplacement du sommet[modifier | modifier le code]

Une mine à déplacement de sommet est un type particulier de mine à ciel ouvert, utilisée presque exclusivement dans les montagnes des États-Unis[2]. La végétation est d’abord détruite, puis le sol arraché[2]. Les déblais sont simplement poussés dans les fonds de vallée, ce qui permet de niveler une région accidentée, mais provoque aussi une pollution importante[2].

Dans les Appalaches, le colmatage des fonds de vallée fait disparaître 500 montagnes et 200 km de cours d’eau par an, augmentant ainsi le risque d'inondations[2]. Le paysage subsistant est généralement lunaire.

Santé environnementale[modifier | modifier le code]

Même si les conditions de travail sont souvent meilleures qu'en profondeur, des risques environnementaux et sanitaires propres aux mines et aux mines à ciel ouvert existent aussi (risques d'effondrement, explosions, feux, inhalation de poussières, etc.).

Le Bureau international du Travail de l'ONU a décidé[3] de produire à l'attention des industriels miniers publics et/ou privés un Recueil de directives pratiques sur la sécurité et la santé dans les mines à ciel ouvert[4]. Il l'a fait avec l'aide de 21 experts du domaine (dont 7 choisis avec les milieux gouvernementaux, 7 autres choisis avec un groupe d'employeurs du Conseil d'administration et 7 choisis en consultation avec les représentants de travailleurs). Ce recueil publié en 1990 [5] complète, mais ne remplace pas les dispositions législatives ou réglementaires nationales ni les normes en vigueur. Il peut par contre servir de guide pour élaborer de nouvelles normes ou lois dans ce domaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Usage courant du mot en anglais au Québec
  2. a, b, c et d Gilles van Kote, « La montagne décapitée », Le Monde, 8 septembre 2009, p 18.
  3. 244e session du Bureau international du Travail, novembre 1989
  4. Bureau international du travail (1990) La sécurité et la santé dans les mines à ciel ouvert (Genève) ; Couverture et Présentation du contenu)
  5. publié lors de la 248e session du BIT en novembre 1990

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • ONU/BIT (Bureau international du travail (1990) La sécurité et la santé dans les mines à ciel ouvert (Genève) ; ouvrage faisant partie des études et des rapports publiés dans le cadre du PIACT (contenu)