Chaîne Transantarctique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chaîne Transantarctique
Situation de la chaîne Transantarctique
Situation de la chaîne Transantarctique
Géographie
Altitude 4 528 m, Mont Kirkpatrick
Longueur 3 500 km
Largeur 300 km
Superficie 584 000 km2
Administration
Pays Antarctique Antarctique
Géologie
Âge Cénozoïque
Roches Roches magmatiques et sédimentaires

La chaîne Transantarctique ou monts Transantarctiques (85° 00′ S 175° 00′ O / -85, -175 ()) est une chaîne de montagnes de l'Antarctique qui s'étend, sans interruption, entre le cap Adare et la terre de Coats. Elle sépare l'Antarctique oriental et l'Antarctique occidental. Elle inclut un ensemble de montagnes contigües mais nommées séparément tout le long du côté ouest de la mer de Ross (chaînes du Prince-Albert et de McMurdo, chaîne de la Reine-Alexandra, monts de la Reine-Maud) ainsi que du côté sud de la barrière de Ross (monts Horlick, monts Thiel, monts Pensacola).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom « chaîne Transantarctique » fut recommandé en 1962 par l'US-ACAN Committee, une administration américaine pour les noms géographiques. Ce label purement descriptif (en contraste avec beaucoup d'autres noms géographiques du septième continent) est à présent internationalement accepté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

La glace bleue couvrant le lac Fryxell, dans la chaîne Transantarctique, vient des eaux de fonte du glacier Canada et d'autres glaciers plus petits. L'eau douce se trouve au sommet du lac et gèle, scellant une eau saumâtre située en dessous.
Une vue de la chaîne Transantarctique au nord de la Terre Victoria.

La chaîne montagneuse s'étend entre la mer de Ross et la mer de Weddell sur toute la longueur de l'Antarctique. Avec une longueur totale d'environ 3 500 kilomètres, la chaîne Transantarctique est l'une des plus longues chaînes de montagnes existantes sur Terre. De 100 à 300 kilomètres de large, la chaîne forme la frontière entre les calottes glaciaires de l'Antarctique oriental et de l'Antarctique occidental. Elle possède à certains endroits des sommets de plus de 4 500 mètres. Son point culminant est le mont Kirkpatrick à 4 528 mètres d'altitude. Les sommets des montagnes émergent en cassant la calotte glaciaire à certains endroits comme des inselbergs.

Les vallées sèches de McMurdo se trouvent près du détroit de McMurdo et représentent un phénomène spécifique à l'Antarctique : des paysages dépourvus de neige et de glace du fait de précipitations extrêmement limitées et du manque de glace dans les vallées.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

Sommet Altitude (en mètres) Massif
Mont Kirkpatrick 4 528 Chaîne de la Reine-Alexandra
Mont Elizabeth 4 480 Chaîne de la Reine-Alexandra
Mont Markham 4 351 Chaîne de la Reine-Alexandra
Mont Bell 4 303 Chaîne de la Reine-Alexandra
Mont Mackellar 4 297 Chaîne de la Reine-Alexandra
Mont Kaplan 4 230 Monts de la Reine-Maud
Fleming Summit 4 200 Chaîne de la Reine-Alexandra
Mont Minto 4 166 Terre Victoria
Mont Miller 4 160 Chaîne de la Reine-Alexandra
Mont Dickerson 4 120 Chaîne de la Reine-Alexandra
Mont Lister 4 120 Chaînes du Prince-Albert et de McMurdo

Géologie[modifier | modifier le code]

Vue satellite du glacier Byrd.

La chaîne Transantarctique est bien plus ancienne que les autres chaînes montagneuses du continent qui sont principalement d'origine volcanique. Sa genèse a commencé il y a 65 millions d'années, au début du Cénozoïque, durant le soulèvement provoqué par l'ouverture du rift transantarctique.

La chaîne se compose de couches sédimentaires (grès, siltite, houille) déposées du Silurien, il y a 400 millions d'années, jusqu'au Jurassique, reposant sur un socle de granite et de gneiss. Les couches sédimentaires, riches en fossiles, sont entrecoupées par endroits d'intrusions de diabase sous forme de dykes ou de sills.

La glace formée au niveau de l'inlandsis de l'Antarctique oriental s'épanche à travers la chaîne Transantarctique vers la mer de Ross, la barrière de Ross et l'inlandsis de l'Antarctique occidental par le biais de plusieurs glaciers. Ils sont généralement perpendiculaires à l'orientation de la chaîne, empruntant probablement de larges failles géologiques, et définissent ses sous-massifs.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Des manchots, des phoques et des oiseaux de mer vivent le long des côtes de la mer de Ross, en terre Victoria, alors qu'à l'intérieur de la chaîne la vie se résume à quelques lichens, algues et mycètes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du glacier Beardmore en 1956.

La chaîne Transantarctique a été aperçue pour la première fois par James Clark Ross en 1841 depuis la mer de Ross. Elle constitue un rempart naturel qui doit être franchi pour atteindre le pôle Sud depuis la barrière de Ross. Ainsi, en 1908, même si elle échoue à atteindre le pôle, l'expédition d'Ernest Shackleton est la première à traverser ces montagnes, en passant par le glacier Beardmore. Robert Falcon Scott y retourne en 1911 alors que Roald Amundsen franchit la chaîne par le glacier Axel Heiberg.

Toutefois, la plus grande partie de ces montagnes reste inexplorée jusqu'à la fin des années 1940 et les années 1950, pendant lesquelles des missions comme l'Opération Highjump et des recherches menées dans le cadre de l'année géophysique internationale utilisent de nombreuses photographies aériennes et réalisent une investigation minutieuse du continent.

Le glacier Leverett dans la chaîne de la Reine-Maud est sur l'itinéraire habituel pour le ravitaillement par l'« autoroute du pôle Sud » qui relie la station McMurdo à celle d'Amundsen-Scott

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]