Terre boule de neige

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boule de neige (homonymie).

L'hypothèse de la Terre boule de neige (snowball Earth, qu'il serait plus juste de remplacer par iceball Earth, c'est-à-dire Terre boule de glace), suppose que la surface de la Terre fut entièrement couverte de glace, il y a plus de 650 millions d'années. Cette hypothèse est généralement acceptée par la communauté des géologues, parce qu'elle est la meilleure explication de sédiments d'origine apparemment glaciaire, découverts à des paléolatitudes tropicales, ainsi que d'autres aspects difficilement explicables des archives géologiques. Les adversaires de cette hypothèse contestent que ces traces prouvent une glaciation globale, estiment géophysiquement difficile que l'océan soit entièrement recouvert de glace[1],[2], ou mentionnent la difficulté de ressortir d'une situation entièrement gelée. Certaines questions restent encore sans réponse, en particulier celle de savoir si l'océan était complètement pris dans les glaces, ou si une étroite bande équatoriale restait liquide.

Ces épisodes ont eu lieu avant la soudaine multiplication des formes de vie connue sous le nom d'explosion cambrienne, et le dernier d'entre eux pourrait avoir déclenché l'évolution de la vie multicellulaire. Un autre épisode boule de neige, plus ancien et plus long, la glaciation huronienne, qui eut lieu entre -2 400 et -2 100 Ma, pourrait avoir été déclenché par la catastrophe de l'oxygène.

Historique[modifier | modifier le code]

Douglas Mawson (1882–1958), géologue australien et explorateur de l'Antarctique, passa l'essentiel de sa carrière à étudier la stratigraphie néoprotérozoïque du sud de l'Australie, où il identifia des couches épaisses et étendues de sédiments glaciaires ; il en vint à envisager l'hypothèse d'une glaciation globale[3].

Les idées de Mawson, cependant, étaient basées sur l'hypothèse erronée d'une position géographique de l'Australie et des autres continents demeurée fixe au cours des temps géologiques. Avec les progrès de l'hypothèse de la dérive des continents, et par la suite, de la théorie de la tectonique des plaques, une explication plus simple de ces sédiments glaciaires vit le jour : ils avaient été déposés à une époque où les continents étaient à une latitude plus élevée.

En 1964, l'idée d'une glaciation globale refit son apparition lorsque W. Brian Harland (en) publia un article dans lequel il présentait des données paléomagnétiques montrant que des tillites glaciaires au Svalbard et au Groenland s'étaient déposées alors que ces régions étaient sous des latitudes tropicales[4]. De ces données, et de l'étude des sédiments montrant que ces dépôts glaciaires interrompent des successions de roches habituellement associées à des latitudes tropicales ou tempérées, il tira l'idée d'une période froide si extrême que la glace était descendue jusqu'aux tropiques.

Dans les années 1960, Mikhail Budyko, un climatologue russe, développa un modèle climatique simplifié ne prenant en compte que les équilibres énergétiques, pour analyser les effets d'une couverture de glace sur le climat global. Utilisant ce modèle, il découvrit que si les calottes glaciaires avançaient suffisamment vers les basses latitudes, une boucle de rétroaction s'ensuivait, où l'effet réfléchissant (l'albédo) accru de la glace amenait à un refroidissement supplémentaire et à une nouvelle extension des glaciers, jusqu'à ce que la Terre entière soit recouverte et se stabilise dans un nouvel équilibre[5]. Quoique le modèle de Budyko ait montré que cet état stable était possible, il conclut que cette situation ne s'était jamais produite, parce que son modèle ne fournissait aucun mécanisme permettant la sortie d'un tel scénario.

L'expression « Terre boule de neige » (Snowball Earth) fut forgée par Joseph Kirschvink, professeur de géobiologie au California Institute of Technology, dans un court article publié en 1992 au sein d'un important ensemble de textes concernant la biologie de l'éon Protérozoïque[6] ; les principaux apports de ce travail étaient :

  • la reconnaissance de la compatibilité entre la présence de gisements de fer rubané et un épisode glaciaire global ;
  • l'introduction d'un mécanisme permettant d'échapper à une Terre couverte de glace : l'accumulation de CO2 par dégagement de gaz volcaniques, amenant à un super-effet de serre.

L'intérêt pour le modèle de la Terre boule de neige s'accrut considérablement après que Paul F. Hoffman (professeur de géologie à l'université Harvard) et ses coauteurs aient appliqué les idées de Kirschvink à une série de sédiments néoprotérozoïques en Namibie, développant l'hypothèse en lui incorporant d'autres observations telles que celle des couvertures de carbonates (en), et aient publié leurs résultats dans la revue Science en 1998[7].

Actuellement, certains aspects de cette hypothèse demeurent controversés ; ils ont été débattus entre 2005 et 2009 dans le cadre de l’International Geoscience Programme (IGCP) Project 512  : Glaciations Néoprotérozoïques[8]. De plus, en septembre 2011, des mesures de taux de CO2 fossile tendent à remettre en cause le modèle de dégel par effet de serre[9].

En mars 2010, Science a publié Calibrating the Cryogenian (calibration du Cryogénien), article qui concluait  : « on trouve de la glace sous le niveau de la mer à des paléolatitudes très basses, ce qui implique que la glaciation sturtienne était globale. »[trad 1],[10]. Un résumé vulgarisé de ces conclusions fut publié dans Science Daily (en)[11].

Preuves géologiques[modifier | modifier le code]

L'hypothèse de la Terre boule de neige fut d'abord émise pour expliquer la présence apparente de glaciers à des latitudes tropicales[12]. L'existence de dépôts glaciaires à ces basses latitudes semblait indiquer que toute la Terre était alors recouverte de glace  : les modèles de l'époque montraient que si la glace descendait à des latitudes de l'ordre de 30 °, une boucle de rétroaction liée à l'albédo de la glace aurait pour conséquence une avancée rapide des glaciers jusqu'à l'équateur[13]. Des modélisations ultérieures ont montré que la glace peut en fait descendre jusqu'à 25 ° de latitude, voire encore plus près de l'équateur, sans déclencher une glaciation totale[14].

Pour estimer la valeur de la théorie, il est par conséquent nécessaire de déterminer la fiabilité et la signification des indices ayant amené à penser que la glace ait pu atteindre les tropiques. Ces indices doivent prouver :

  • qu'une couche de sédiments donnée ne peut avoir été créée que par une activité glaciaire ;
  • que cette couche se trouvait en zone tropicale quand elle s'est déposée.

Pour confirmer l'existence d'une période de glaciation globale, il faut aussi démontrer que des glaciers étaient actifs en différents lieux à la même époque, et qu'il n'existe aucune autre sorte de dépôts du même âge.

Ce dernier point est très difficile à prouver. Avant l'Édiacarien, les marqueurs biostratigraphiques (utilisés d'habitude pour établir des corrélations entre les âges des roches) sont absents ; il n'y a donc pas vraiment de possibilité de démontrer que des roches situées en des lieux éloignés furent déposées en même temps. Les meilleures estimations possibles utilisent des méthodes radiométriques, lesquelles sont rarement précises à moins qu'un million d'années environ[15].

Les deux premiers points font également souvent l'objet de contestations dans chaque cas particulier. De nombreux aspects glaciaires peuvent, en fait, être créés par d'autres mécanismes, et estimer la latitude de continents, même il y a seulement 200 millions d'années, peut s'avérer difficile[16].

Paléomagnétisme[modifier | modifier le code]

Comme les continents se déplacent avec le temps, déterminer leur position à un moment donné n'est pas aisé, mais, outre l'analyse et la reconstitution de leurs positions relatives par des considérations géologiques et géomorphologiques, la latitude à laquelle une roche s'est formée peut être déterminée en étudiant son paléomagnétisme.

Lorsque des roches sédimentaires se forment, les minéraux magnétiques qu'elles contiennent tendent à s'aligner avec le champ magnétique terrestre. La mesure précise de ce paléomagnétisme permet d'estimer la latitude (mais pas la longitude) du lieu de cette formation. Les mesures ont montré que certains sédiments d'origine glaciaire dans les couches géologiques du Néoprotérozoïque s'étaient formés à moins de 10 ° de l'équateur[17], bien que la précision de cette reconstruction ait été remise en question[15].

Cette localisation de sédiments apparemment glaciaires (présentant par exemple des inclusions rocheuses[18]) a amené à penser que les glaciers étaient descendus au niveau de la mer jusqu'à des latitudes tropicales ; mais il n'est pas clair que cela implique une glaciation globale, ou que cela indique l'existence de régimes glaciaires localisés et liés aux masses continentales[19]. Il a même été suggéré que la plupart des données fossiles ne sont pas incompatibles avec l'absence de glaciers tropicaux[20].

D'autre part, les sceptiques ont fait remarquer que les données paléomagnétiques pourraient être sans signification si le champ magnétique terrestre a été significativement différent dans le passé. Ainsi, si le noyau terrestre ne s'était pas refroidi assez vite, le champ induit par les courants qui y circulent aurait pu ne pas avoir une distribution dipolaire, mais présenter 4 pôles ou davantage ; et même une distribution dipolaire pourrait ne pas avoir été alignée avec l'axe de rotation terrestre. De fait, les données paléomagnétiques impliquent un mouvement extraordinairement rapide des pôles durant l'Édiacarien, et ce mouvement aurait eu lieu vers la même époque que la glaciation de Gaskiers[21].

Une autre faiblesse des données paléomagnétiques est qu'il est difficile de déterminer si le signal enregistré n'a pas en fait été modifié par une activité ultérieure. Ainsi, au cours de l'orogenèse, de l'eau chaude est dégagée comme sous-produit de réactions métamorphiques ; cette eau peut circuler jusqu'à des roches éloignées de milliers de kilomètres, et remettre à zéro leur signature magnétique. Cela rend l'authenticité de ces signatures difficile à déterminer avec certitude sans de délicates observations minéralogiques pour des roches vieilles de plus de quelques millions d'années[14].

Il n'existe actuellement qu'une couche sédimentaire de ce type, celle de Elatina en Australie, qui se soit indubitablement déposée à de basses latitudes ; on a de bonnes certitudes sur sa date de sédimentation, et on a démontré que son signal paléomagnétique n'a pas été perturbé[22].

Dépôts glaciaires aux basses latitudes[modifier | modifier le code]

Diamictite (en) de la formation néoprotérozoïque de Pocatello, une forme souvent décrite comme typique d'une période boule de neige.

Les roches sédimentaires déposées par des glaciers ont des traits caractéristiques permettant leur identification. Longtemps avant l'apparition de l'hypothèse de la Terre boule de neige, de nombreux sédiments néoprotérozoïques avaient été interprétés comme ayant une origine glaciaire ; mais il faut rappeler que beaucoup des aspects traditionnellement associés à ce mécanisme peuvent en fait avoir été formés par d'autres moyens[23] ; l'origine glaciaire de nombreux dépôts cruciaux pour l'hypothèse Terre boule de neige a été contestée[15]. En 2007, il n'existait qu'une donnée « très fiable » (et elle était encore contestée[15]) identifiant des tillites tropicales[17], ce qui laissait penser que des affirmations concernant des glaces équatoriales étaient quelque peu prématurées ; cependant, plus récemment, en 2010, les preuves de glaciations tropicales durant le Sturtien se sont accumulées[24].

Parmi les preuves initialement retenues, mais désormais contestées, on trouve :

  • des pierres déposées (en) dans des sédiments marins, qui peuvent avoir été laissées par des glaciers, mais aussi par d'autres processus[25] ;
  • des varves, sédiments annuels déposés dans les lacs proglaciaires et périglaciaires, mais qui peuvent également se former à des températures plus élevées[26]) ;
  • des stries glaciaires causées par les roches et graviers transportés par les glaciers  : des stries analogues sont parfois causées par des coulées de boue ou par des mouvements tectoniques[27] ;
  • des diamictites (en), conglomérats inhomogènes. Initialement décrits comme des tillites glaciaires, la plupart ont, en fait, été formés par des laves torrentielles[15].

Dépôts non glaciaires[modifier | modifier le code]

Certains dépôts de la période boule de neige ne peuvent s'être formés qu'en présence d'un cycle hydrologique actif. Des bandes de sédiments glaciaires de centaines de mètres d'épaisseur, séparés par des sédiments non glaciaires de quelques mètres seulement, démontrent que les glaciers fondaient et se reformaient à plusieurs reprises ; des océans entièrement gelés n'auraient pas permis ce type de formation[28]. Il est possible que des courants glaciaires, tels que ceux qui existent actuellement dans l'Antarctique, soient responsables de ces successions de sédiments.

De plus, des aspects de ces dépôts qui ne peuvent apparaître que dans des eaux libres, par exemple des ondulations formées par des vagues (en), des débris emportés au loin par des radeaux de glace (en), et des indicateurs de photosynthèse se trouvent dans des sédiments datant de périodes boule de neige. Bien que cela puisse correspondre à des cas locaux d'eaux de fonte (en) sur une Terre complètement gelée[29], la modélisation informatique tend à montrer que de grandes portions des océans doivent être restées libres de glace ; en effet un gel complet n'est guère plausible en termes de balance énergétique et de modèles de circulation générale[30].

Rapports isotopiques[modifier | modifier le code]

On trouve, sous forme de carbonates et de dioxyde de carbone dissous, deux isotopes stables du carbone dans l'eau de mer : le carbone 12 (12C) et le carbone 13 (13C), beaucoup plus rare et contribuant pour environ 1,109 % du carbone total.

Les processus biochimiques, en particulier la photosynthèse, tendent à favoriser l'incorporation de l'isotope 12C, plus léger. Ainsi, les photosynthétiseurs océaniques, que ce soient les protistes ou les algues, tendent à être très légèrement appauvris en 13C, par rapport aux proportions initiales du carbone provenant des sources volcaniques. C'est pourquoi, dans le cas d'un océan où se produisait la photosynthèse, les composants d'origine organique des sédiments lithifiés resteront très légèrement, mais de façon mesurable, appauvris en 13C.

Pendant le Cryogénien, on a pu mesurer des variations rapides et extrêmes du rapport de 13C sur 12C[31]. Cela est compatible avec l'hypothèse d'un gel global qui aurait tué la plus grande partie de la vie capable de photosynthèse ; cependant, d'autres mécanismes, tels qu'une décomposition de clathrate, peuvent également avoir causé ces perturbations. C'est par exemple ainsi que des dégagements de méthane pourraient expliquer l'extinction du Permien. Une analyse plus précise de ces pics de 13C dans les sédiments du monde entier permet de distinguer quatre ou cinq de ces évènements glaciaires à la fin du Néoprotérozoïque[32].

Gisements de fer rubané[modifier | modifier le code]

Bloc de fer rubané daté de 2,1 milliards d'années, découvert en Amérique du Nord.

Les gisements de fer rubané (en anglais, banded iron formation, abrégé en BIF) sont des roches sédimentaires formées de bandes alternées d'oxyde ferrique et de chaille (pauvre en fer). Ces gisements sont en général très anciens et sont liés à l'oxydation de l'atmosphère durant l'ère Paléoprotérozoïque, lorsque le fer dissous dans les océans vint en contact avec l'oxygène produit par la photosynthèse. En présence d'oxygène, le fer, dissous sous forme d'oxyde ferreux, rouille, devient insoluble dans l'eau, et forme des précipités d'oxyde ferrique.

Les bandes se sont formées au point de bascule (en) entre un océan anoxique et un océan enrichi en oxygène. Dans les conditions actuelles, où l'oxygène atmosphérique est en contact avec l'océan, il n'est pas possible que des quantités suffisantes d'oxyde de fer s'accumulent pour former de tels sédiments, et leur présence serait donc la signature d'une situation où l'océan a peu d'échanges gazeux avec l'atmosphère pendant une assez longue période de temps. Les seules formations importantes de fer rubané après le Paléoprotérozoïque, il y a 1,8 milliards d'années, sont associées aux sédiments glaciaires du Cryogénien ; pour les partisans de l'hypothèse de la Terre boule de neige, cette réapparition des BIF correspond à des océans protégés par la glace de mer[6], mais il a été suggéré que la rareté de ces sédiments pourrait indiquer qu'ils se sont formés dans des mers intérieures, stagnantes et anoxiques en profondeur[15] ; l'idée selon laquelle les BIF signent la fin d'une glaciation présente d'autres difficultés  : on les trouve mélangés à des sédiments glaciaires[19], et on n'en rencontre pas durant la glaciation marinoène, à la fin du Cryogénien[réf. nécessaire].

Recouvrements de carbonates[modifier | modifier le code]

Un glacier actuel.
Les volcans peuvent avoir joué un rôle dans la reconstitution du CO2 atmosphérique, mettant éventuellement fin à l'âge glaciaire marquant le Cryogénien.

Au sommet des sédiments glaciaires du Néoprotérozoïque, on rencontre fréquemment une transition abrupte vers des couches de carbonates (calcaire ou dolomie) de plusieurs mètres ou dizaines de mètres d'épaisseur[33]. La succession inhabituelle de ces couches suggère que leur sédimentation résulte d'une profonde altération de la composition chimique des océans[34].

Ces carbonates ont des compositions chimiques atypiques, et présentent d'étranges structures de sédimentation, souvent interprétées comme des marques de vagues[35]. Les mécanismes précis mis en jeu dans leur formation ne sont pas clairs, mais elle aurait pu être causées par un influx massif d'ions positivement chargés, ce qui pourrait se produire sous l'effet de l'érosion rapide associée à l'effet de serre extrême suivant une période boule de neige. Dans ces conditions, l'eau résultant de la fonte des glaces dissolverait les grandes quantités de CO2 atmosphérique pour former de l'acide carbonique, et donc des pluies acides. Cela éroderait les silicates et les carbonates exposés (en particulier les débris transportés par les glaciers), libérant de grandes quantités de calcium, qui viendraient se précipiter sous forme de carbonates abiotiques ; la signature isotopique δ13C (en) de ces carbonates vaut -5 ‰ ; cette faible valeur témoigne d'habitude de l'absence de vie, la photosynthèse l'augmentant en général.

Cependant, affirmer que ces carbonates sont d'origine glaciaire pose certains problèmes. Tout d'abord, de fortes concentrations de dioxyde de carbone dans l'atmosphère amènerait une acidification de l'océan, et donc une dissolution des carbonates, interdisant leur déposition. De plus, l'épaisseur de certains de ces dépôts est bien supérieure à ce que des déglaciations relativement rapides pourraient raisonnablement produire. Enfin, alors qu'on ne trouve pas ces carbonates au-dessus de nombreuses séquences d'origine clairement glaciaire déposées vers la même époque, on les rencontre en revanche aussi parfois entre certains sédiments glaciaires[15]. C'est pourquoi il a été proposé un mécanisme alternatif, sans doute responsable des carbonates de la Formation de Doushantuo : le dégagement rapide et étendu de grandes quantités de méthane. Cela expliquerait des valeurs extrêmement basses, jusqu'à -48 ‰, de la signature isotopique δ13C (en), ainsi que des aspects sédimentaires inhabituels, qui semblent provenir de passage de gaz à travers les sédiments[36].

Changements de l'acidité[modifier | modifier le code]

La mesure des proportions des isotopes du bore suggère que le pH des océans a baissé considérablement avant et après la glaciation marinoène (en)[37]. Cela pourrait résulter d'une accumulation de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, qui se dissoudrait en partie dans les océans pour former de l'acide carbonique. Bien que ces variations semblent indiquer des changements climatiques majeurs, elles n'impliquent pas forcément une glaciation globale.

Poussière cosmique[modifier | modifier le code]

Le surface de la Terre est pauvre en iridium, que l'on trouve principalement dans le noyau. La seule source significative de cet élément à la surface est l'accumulation de poussière cosmique atteignant le sol. Durant une période de Terre boule de neige, l'iridium s'accumulerait sur les glaces, donnant une couche de sédiments enrichis en iridium lorsque celles-ci fondraient. Une telle anomalie de l'iridium (en) a en effet été découverte à la base de certains des recouvrements de carbonates mentionnés ci-dessus, ce qui a amené à estimer que l'épisode glaciaire correspondant avait duré au moins 3 millions d'années[38], mais cela n'implique pas nécessairement que la glaciation ait été globale ; de plus, une telle anomalie pourrait s'expliquer par l'impact d'un grand météorite[39].

Fluctuations périodiques du climat[modifier | modifier le code]

Utilisant le rapport des cations mobiles à ceux restant dans les sols durant la météorisation chimique (l’indice d'altération chimique), il a été montré que l'érosion variait de manière cyclique durant une succession de périodes glaciaires, augmentant dans les phases interglaciaires et diminuant durant les épisodes glaciaires froids et arides[40]. Si ce schéma reflète la véritable succession des événements, cela suggère que le climat de la Terre boule de neige ressemblait davantage aux cycles glaciaires du Pléistocène qu'à un monde complètement figé.

De plus, les sédiments glaciaires de la formation de Port Askaig (en) en Écosse montrent clairement des cycles entrelacés de sédiments glaciaires et marins de faible épaisseur[41]. La signification de ces dépôts repose largement sur leur datation, mais les sédiments glaciaires sont difficiles à dater ; les couches les plus proches datées exactement sont bien plus récentes. Leur datation possible à -600 Ma signifierait une corrélation avec la glaciation sturtienne, mais ils peuvent aussi représenter l'avance ou le recul d'une glaciation globale.

Mécanismes de gel et de dégel[modifier | modifier le code]

Résultat d'une simulation par la NASA.

L'amorce d'une glaciation globale implique un mécanisme de refroidissement initial, amenant à une couverture élargie de neiges et de glaces, laquelle augmente l'albédo terrestre. Cela a pour conséquence une rétroaction positive du refroidissement, lequel s'emballe si assez de glaces s'accumule. Cette situation est facilitée par une distribution des continents proche de l'équateur, permettant à la glace de s'accumuler là où le rayonnement solaire est le plus direct.

De nombreux mécanismes déclencheurs pourraient expliquer la formation d'une Terre boule de neige, comme l'éruption d'un supervolcan, une diminution de la concentration atmosphérique de gaz à effet de serre tels que le méthane ou le dioxyde de carbone, des variations de la constante solaire, ou des perturbations de l'orbite de la Terre.

Quel que soit le déclencheur, la boucle de rétroaction pourrait ensuite s'emballer jusqu'à amener à ce que même l'équateur soit recouvert de glaces, et atteigne des températures aussi basses que celles de l'Antarctique actuel.

Le réchauffement global associé à d’importantes accumulations de dioxyde de carbone, émis principalement dans l’atmosphère par l’activité volcanique durant des millions d’années, est le mécanisme suggéré pour expliquer la sortie d’une phase boule de neige. La diminution d’albédo crée une rétroaction positive pour la fonte des glaces, amenant à une disparition presque complète de celles-ci en quelques milliers d’années au plus.

Débats concernant les modèles[modifier | modifier le code]

Si la présence massive de glaciers n’est pas remise en cause, l’idée d’une glaciation totale est plus controversée, et certains scientifiques ont adopté l’hypothèse d’une Terre boule de neige fondante (en anglais, slushball, c'est-à-dire boule de névasse), où une bande libre de glace, ou recouverte d’une mince couche de glace, subsisterait à l’équateur, assurant le maintien d’un cycle hydrologique.

L'observation de certains aspects des sédiments qui ne peuvent s'être formés que sous des eaux libres ou sous des glaces en mouvement rapide, rend cette hypothèse séduisante. Des recherches récentes[Quand ?] ont mis en lumière une périodicité géochimique dans les roches clastiques (en), montrant que les périodes boule de neige étaient entrecoupées d'épisodes de réchauffement, analogues aux cycles de glaciations du Pléistocène. Au demeurant, des tentatives de simulation informatique d'une Terre boule de neige se sont heurtées à la difficulté de concilier une couverture globale par les glaces avec une modélisation conservant les principales constantes gouvernant les équilibres de notre planète.

Cette hypothèse, moins extrême, d'une boule de neige fondue met en jeu des configurations continentales et des circulations océaniques continuellement modifiées[42]. Ces modèles correspondent à la synthèse de l'ensemble des données actuelles[43], les témoignages stratigraphiques ne permettant pas de postuler des glaciations globales complètes[42]. D'ailleurs, le modèle initial de Kirschvink[6] reconnaissait que des poches tropicales moins froides devaient être possibles.

L'hypothèse de la Terre boule de neige n'expliquant pas l'alternance d'événements glaciaires et interglaciaires, ni les oscillations aux marges des couvertures de glace[44], le modèle de la boule de névasse semble mieux se conformer aux données recueillies.

Amorce d'une phase boule de neige[modifier | modifier le code]

La position exacte des continents durant le Néoprotérozoïque est difficile à établir, en raison de la rareté des sédiments[45] ; certaines reconstitutions indiqueraient des continents polaires, lesquels sont caractéristiques de toutes les autres glaciations majeures, ayant fourni un point de départ à la formation des glaces. Des modifications de la circulation océanique pourraient ensuite avoir servi de déclencheur d'une phase boule de neige[46].

Cependant, bien que cela puisse sembler contre-intuitif, une distribution tropicale des continents semble nécessaire pour permettre l'amorce d'une phase boule de neige[47]. Tout d'abord, les continents tropicaux réfléchissent plus l'énergie solaire que les océans ; actuellement, la plus grande partie de l'énergie solaire est absorbée par les océans des tropiques[48].

De plus, ces continents reçoivent davantage de pluie qu'à des latitudes plus élevées, ce qui entraîne une érosion accrue par les rivières. Les silicates exposés à l'air subissent des réactions amenant finalement à une diminution du dioxyde de carbone de l'atmosphère, ces réactions ayant la forme générale : minéral + CO2 + H2O → cations + bicarbonate + SiO2. Par exemple, la météorisation de la wollastonite se fait suivant la réaction CaSiO3 + 2 CO2 + H2O → Ca2+ + SiO2 + 2 HCO3-.

Les ions calcium ainsi libérés réagissent avec le bicarbonate dissout dans l'océan pour former du carbonate de calcium qui précipite ; le dioxyde de carbone est ainsi transféré de l'atmosphère vers la lithosphère, ce qui, à l'échelle des temps géologiques, n'est pas compensé par les émissions volcaniques. Cette diminution d'un gaz à effet de serre va accentuer le refroidissement, et permettre l'amorce d'une glaciation globale.

D'ordinaire, le refroidissement de la Terre dû à des variations climatiques diminue l'érosion, ce qui crée une rétroaction négative limitant l'ampleur du refroidissement. Cependant, durant le Cryogénien, les continents étaient tous à des latitudes tropicales, et l'érosion restait importante même dans un climat globalement plus froid. Cela permit à la glace de s'étendre au delà des régions polaires. Lorsque les glaciers avancent vers les tropiques, plus précisément, à moins de 30 ° de l'équateur[49], une rétroaction positive se déclenche  : la réflexivité intense de la glace (albédo) amène à un refroidissement accru et à la formation de plus de glace, jusqu'à ce que tout le globe en soit recouvert.

Les continents polaires, en raison de la faible évaporation, sont trop secs pour permettre une dissolution importante de gaz carbonique, ce qui limite la quantité de dioxyde de carbone atmosphérique pouvant échapper au cycle du carbone. La montée progressive de la proportion de l'isotope 13C dans les sédiments précédant une glaciation globale montre que cette diminution du CO2 était un processus lent et continu[50].

Le début des phases boule de neige est toujours marqué par une chute brutale de la valeur δ13C des sédiments[51], un signe que l'on peut attribuer à un déclin soudain de la production biologique, résultant des basses températures et de la couverture par les glaces flottantes.

D'autres facteurs ayant pu contribuer au déclenchement d'une glaciation globale au Néoprotérozoïque sont l'introduction d'oxygène libre dans l'atmosphère, lequel pourrait avoir atteint des quantités suffisantes pour se combiner avec le méthane, formant du dioxyde de carbone à l'effet de serre bien plus faible[52], et le fait que le soleil étant plus jeune et donc moins brillant à cette époque, la constante solaire était de 6 % inférieure[15].

Durant la période de gel[modifier | modifier le code]

La couverture globale par les glaces peut avoir retardé ou empêché le développement de la vie multicellulaire.

Durant la période de gel les températures chutent au point que l'équateur devient aussi froid que l'Antarctique actuel[53]. Cette situation se maintient en raison de la réflexivité élevée de la glace, renvoyant dans l'espace la majeure partie de l'énergie solaire. La vapeur d'eau atmosphérique se congelant, la couverture nuageuse est également très faible, ce qui amplifie encore cet effet.

Sortie de la glaciation globale[modifier | modifier le code]

Les niveaux de dioxyde de carbone nécessaires pour amorcer le dégel sont estimés à 350 fois leur valeur actuelle, c'est-à-dire à une proportion de 13 % de l'atmosphère[54]. La Terre étant presque complètement recouverte de glace, l'altération des silicates libérant des ions alcalins est très diminuée, et le dioxyde de carbone atmosphérique n'est plus absorbé. En 4 à 30 millions d'années, le CO2 et le méthane, principalement émis par les volcans, s'accumulent jusqu'à produire un effet de serre suffisant pour faire fondre les glaces tropicales et faire apparaître une bande de terre et des eaux libres de glace en permanence[55] ; cette bande plus sombre absorbe davantage d'énergie solaire, ce qui initie une rétroaction positive.

Sur les continents, la fonte des glaciers libère d'immenses quantités de dépôts glaciaires, qui s'érodent et s'altèrent. Les sédiments ainsi lessivés jusqu'à l'océan sont riches en nutriments tels que le phosphore ; combiné avec les hauts niveaux de CO2, cela déclenche une explosion de la population des cyanobactérie, amenant à une ré-oxygénation relativement rapide de l'atmosphère ; cela pourrait avoir contribué au développement de la faune de l'Édiacarien, puis à l'explosion cambrienne, une concentration élevée en oxygène favorisant le développement de grandes formes de vie multicellulaire. Cette rétroaction positive suffit à faire fondre la glace en des temps très courts à l'échelle géologique, peut-être en moins de 1 000 ans ; la reconstitution d'une atmosphère riche en oxygène et pauvre en CO2 ne prendrait que quelques millénaires de plus.

La déstabilisation d'importants dépôts d'hydrates de méthane sous forme de permafrost aux basses latitudes peut avoir également avoir servi de déclencheur ou du moins de renforcement de rétroaction positive à la déglaciation et au réchauffement[56].

Le taux de dioxyde de carbone peut alors être retombé suffisamment pour que la Terre regèle, ce cycle pouvant se répéter jusqu'à ce que les continents aient atteint des latitudes plus élevées[57].

Des observations plus récentes suggèrent que des températures océaniques plus froides ont augmenté la quantité de gaz dissous et amené à une oxydation plus rapide du carbone océanique, enrichissant l'atmosphère en dioxyde de carbone, augmentant l'effet de serre et empêchant la formation d'un état boule de neige complet[58].

Controverses scientifiques[modifier | modifier le code]

L'argument le plus important contre l'hypothèse de la Terre boule de neige est l'observation de la diminution de la couverture de glace dans les dépôts des périodes glaciaires correspondantes, ces épisodes de fonte étant attestés par la présence de pierres déposées (en)[28], par des marqueurs géochimiques de fluctuations cycliques du climat[40], et par des alternances de sédiments glaciaires et de sédiments marins peu profonds[41]. Une longue archive fossile à Oman (située aux basses latitudes à cette époque) s'étend de - 712 à -545 millions d'années, période couvrant les glaciations sturtiennes et marinoennes, et montre un mélange de dépôts glaciaires et non glaciaires[59].

Il s'est avéré difficile de recréer une Terre boule de neige en utilisant des modèles climatiques globaux (en). Des modèles simples représentant les océans par des superpositions de couches peuvent geler jusqu'à l'équateur, mais des modèles plus sophistiqués prenant en compte la dynamique de l'océan ne forment pas de glaces équatoriales[60]. De plus, les concentrations de CO2 nécessaires pour que cette couche de glace fonde devraient atteindre 130 000 ppm[54], ce que certains[Qui ?] jugent déraisonnablement élevé.

Les relevés des isotopes du strontium contredisent les modèles proposés pour la météorisation des silicates, celle-ci étant censé s'arrêter durant le gel, et augmentater rapidement lors du dégel. C'est pourquoi le dégazage de méthane du permafrost au cours des transgressions marines a été proposé comme source des taux de carbone élevés mesurés immédiatement après les glaciations[61].

L'hypothèse des fragmentations continentales[modifier | modifier le code]

Il a été suggéré que la glaciation du Néoprotérozoïque ne différait pas significativement des autres glaciations, et que les efforts pour lui trouver une cause unique étaient voués à l'échec[15]. L'hypothèse des déchirures (Rift-unzipping) envisage deux séquences de dislocations continentales : d'abord la fragmentation du supercontinent Rodinia, formant l'océan proto-Pacifique, puis celle du continent Baltica se séparant de la Laurentia, et formant le proto-Atlantique, déchirures coïncidant avec les périodes de glaciation.

Les soulèvements tectoniques associés formeraient des hauts-plateaux, comme l'acutelle vallée du grand rift ; ces terrains élevés pourraient alors se recouvrir de glaciers.

Les dépôts de fer rubané ont souvent été considérés comme des preuves irréfutables d'une couverture totale par les glaces, puisqu'ils demandent, pour leur formation, des ions fer en solution et des eaux anoxiques ; cependant, les faibles quantités de ces dépôts au Néoprotérozoïque pourrait signifier qu'ils ne se sont pas formés dans des océans gelés, mais plutôt dans des mers intérieures. Dans ces mers, une forte évaporation aurait pu concentrer les ions fer, et une absence périodique de circulation aurait pu permettre à des eaux profondes anoxiques de se former.

Les fragmentations continentales, et les affaissements en résultant, tendent à créer ces mers intérieures ; ce modèle ne demande donc pas une élévation rapide du niveau des océans, et donc une fonte rapide des glaces.

L'hypothèse de l'obliquité[modifier | modifier le code]

Une autre théorie expliquant la présence de glace sur les continents équatoriaux suppose que l'inclinaison de l'axe de la Terre était très élevée, de l'ordre de 60 °, amenant même les zones tropicales à connaître des hivers très froids ; les arguments soutenant une telle hypothèse sont cependant peu concluants[62]. Une possibilité moins extrême serait qu'une dérive importante des pôles magnétiques se serait produite, les amenant à des latitudes tropicales : l'analyse du paléomagnétisme ayant amené à l'estimation des latitudes prenant d'habitude pour hypothèse que les pôles magnétiques et géographiques ont toujours été proches, cette estimation ne serait plus valable. Dans les deux cas, la présence de glaces équatoriales s'expliquerait par des changements climatiques bien moins massifs.

La vie durant les périodes de gel[modifier | modifier le code]

Un fumeur noir, type de cheminée hydrothermale.

Une glaciation massive amènerait à une extinction des plantes et donc de la photosynthèse, l'oxygène atmosphérique diminuant énormément et peut-être disparaissant entièrement, et des roches riches en fer non oxydé pouvant se former.

Les opposants à l'hypothèse de la Terre boule de neige affirment parfois que la vie n'aurait pu subsister. Cependant, des microfossiles tels que les stromatolite et les oncolites montrent que, du moins dans les eaux marines peu profondes, l'écologie fut peu perturbée  : des réseaux trophiques complexes se développèrent, et traversèrent la période froide sans dommage[63]. D'autres possibilités de survie sont  :

  • des organismes anaérobies ou ne demandant que peu d'oxygène, alimentés par les flux chimiques des cheminées hydrothermales, on parle dans ce cas de chimiotrophie, auraient pu survivre dans les fosses océaniques et dans la croûte terrestre, en l'absence de toute photosynthèse ;
  • des cellules reproductrices telles que des spores pourraient avoir traversé intactes, surgelées, les froids les plus sévères ;
  • sous la couche de glace, des écosystème chemolithotrophiques, métabolisant les minéraux, pouvant ressembler à ceux qu'on trouve actuellement sous les glaciers ou le permafrost, auraient pu subsister. Cela semble particulièrement plausible dans les zones d'activité volcanique ou géothermale[64] ;
  • de petites régions océaniques libres de glaces, loin du supercontinent Rodania, pourraient avoir permis à des organismes photosynthétiques d'avoir accès à la lumière et au CO2, engendrant des traces d'oxygène en quantité suffisante pour que des organismes aérobies survivent. Même si la mer était complètement gelée, cela pourrait aussi se produire aux endroits où la glace serait assez mince pour être translucide ;
  • les nunataks tropicaux auraient pu constituer des abris, la roche nue non exposée aux vents et chauffée par le soleil ou par l'activité volcanique permettant à des petites mares temporaires de se former pendant la journée ;
  • des poches d'eau liquide sous les calottes glaciaires, similaires au lac Vostok en Antarctique, auraient pu théoriquement abriter des communautés microbiennes semblables à celles vivant dans les lacs gels des vallées sèches antarctiques. Aux températures prédites par les modèles près de l'équateur, la sublimation aurait empêché l'épaisseur de la glace de dépasser 10 mètres, alors que la photosynthèse peut avoir lieu jusqu'à une profondeur de 100 mètres[65] ;
  • d'autres poches analogues pourraient s'être formées près de points chauds, comme c'est le cas actuellement en Islande[66].

Cependant, pour autant que les traces fossiles permettent de le déterminer, il ne semble pas que les organismes et les écosystèmes aient subi les changements massifs auxquels on pourrait s'attendre dans l'hypothèse d'une extinction de masse. En particulier, grâce à des datations plus précises, il a été montré qu'une extinction du phytoplancton, qui avait été associée à la Terre boule de neige, avait en fait précédée les glaciations de 16 millions d'années[67]. Même si la vie avait pu exploiter tous les refuges mentionnés précédemment, une glaciation globale aurait dû profondément modifier la diversité et la composition du biotope ; un tel changement n'a pour l'instant pas été observé[68], et il semble même que les organismes qui auraient dû être les plus sensibles aux variations climatiques soient ressortis intacts de la glaciation globale[39].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Une Terre boule de neige ne peut qu'avoir eu une profonde influence sur l'histoire de la vie. Malgré les nombreux refuges envisagés à la section précédente, une couverture de glace totale aurait certainement ravagée les écosystèmes dépendant de la lumière solaire ; des traces géochimiques associées aux roches des dépôts glaciaires aux basses latitudes ont été interprétées comme montrant un effondrement de la vie océanique durant cette période.

La fonte de la glace aurait présenté de nombreuses opportunités de radiation évolutive, et peut avoir été le facteur gouvernant l'évolution rapide qui a pris place à la fin du Cryogénien.

Effets sur l'évolution primitive[modifier | modifier le code]

Dickinsonia costata, un organisme Édiacarien d'aspect plissé ne se rattachant à aucun embranchement connu.

Le Néoprotérozoïque a connu une remarquable diversification des organismes multicellulaires, en particulier des animaux. Leur taille et leur complexité augmentèrent considérablement après les glaciations. Ce développement peut avoir résulté de pressions évolutives accrues résultant de nombreux cycles d'alternances Terre glaciaire - Terre chaude (en) ; il est également possible que les variations considérables des nutriments disponibles et des quantités d'oxygène atmosphérique aient joué un rôle. On peut d'ailleurs remarquer qu'un autre épisode majeur de glaciations s'est peut-être achevé quelques millions d'années seulement avant l'explosion cambrienne.

Le mécanisme de cet impact sur l'évolution a probablement été la sélection de parentèle. La différentiation des organes, en particulier celle, irréversible, présente chez les animaux, demande que les cellules individuelles et les gènes qu'elles contiennent « sacrifient » leurs capacités reproductrices, pour ne pas perturber le fonctionnement de la colonie. À court terme, du point de vue des gènes, il y a un avantage reproductif à ignorer les signaux des autres cellules et à continuer à se reproduire ; c'est ce qui explique la formation des tumeurs chez les animaux et les plantes modernes. Mais bien que coûteuse, la différentiation cellulaire peut, à long terme, être avantageuse pour les gènes d'un point de vue global, car ce sont les copies des gènes des cellules qui se sont « sacrifiées » qui sont, en définitive, reproduites.

Il a été suggéré[69] que les glaciations globales décimant la majorité des espèces, les populations très réduites en résultant descendraient toutes d'un petit nombre d'individus (c'est l'effet fondateur), et donc que la proximité génétique moyenne entre deux individus (deux cellules individuelles dans ce cas) aurait été exceptionnellement élevée à la suite de ces glaciations ; on sait que dans ce cas, l'altruisme devient génétiquement avantageux (voir à ce sujet l'équation de Hamilton). Ainsi, pour la première fois dans l'histoire de la vie, le coût reproductif de la formation d'un animal complexe aurait pu être surmonté.

Une hypothèse alternative, ayant récemment pris de l'importance, est que ces glaciations globales n'ont pas tant affecté l'évolution de la vie qu'elles n'ont été causées par elle. L'idée est que les évènements évolutifs majeurs redistribuent les réservoirs de carbone de la biosphère, et ce faisant abaissent temporairement les quantités de carbone atmosphérique et l'effet de serre correspondant, jusqu'à ce qu'un nouvel équilibre soit atteint. Les deux épisodes de Terre boule de neige, celui de la glaciation huronienne il y a 2,4 à 2,1 milliards d'années, et celui du Cryogénien, auraient ainsi été respectivement causés par l'évolution de la photosynthèse aérobie (la catastrophe de l'oxygène) et par celle des formes de vie multicellulaires plus avancées colonisant la terre ferme[70],[71].

Datation des périodes boule de neige[modifier | modifier le code]

Néoprotérozoique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Glaciation Varanger.

On a repéré trois ou quatre épisodes glaciaires significatifs durant le Néoprotérozoïque supérieur. Cette période, le Cryogénien, est cependant parfois décrite comme formée d'une seule glaciation, la glaciation Varanger. La glaciation marinoène est la plus importante, mais les glaciations sturtiennes étaient également extrêmement étendues[72]. Même Hoffman, le plus important défenseur de la théorie Terre boule de neige, pense que la glaciation de Gaskiers, qui dura environ un million d'années, n'amena pas une glaciation globale[47], bien qu'elle ait été sans doute aussi intense que la glaciation de l'Ordovicien supérieur. Quant à la glaciation de Kaigas, il n'est pas actuellement certain qu'elle ne soit pas simplement un artefact dû à de mauvaises datations de strates associées en fait au Sturtien. En résumé, les analyses actuelles tendent à suggérer de nombreux épisodes glaciaires durant le Néoprotérozoïque, ce qui semble mal s'accorder avec l'hypothèse de la Terre boule de neige à cette époque[73].

Paléoprotérozoique[modifier | modifier le code]

L'hypothèse de la Terre boule de neige a été proposée pour expliquer les dépôts glaciaires dans le Supergroupe de l'Huronien (Huronian Supergroup (en)) au Canada, bien que les analyses paléomagnétiques suggérant que ces dépôts ont eu lieu à des latitudes peu élevées soient contestées[74],[75]. Les sédiments glaciaires de la formation makganyène en Afrique du Sud sont un peu plus récents que les dépôts de l'Huronien, ~2,25 milliards d'années, et furent déposés à des latitudes tropicales[76]. Il a été suggéré que la libération d'oxygène ayant eu lieu durant cette période du Paléoprotérozoïque ait provoqué une chute du méthane atmosphérique, par oxydation. Le Soleil étant nettement moins brillant à cette époque, l'absence du méthane, gaz ayant un effet de serre très important, aurait suffi à plonger la Terre dans une glaciation globale[75].

Glaciation de Karoo[modifier | modifier le code]

Les dépôts glaciaires du Carbonifère, découverts en Inde et en Amérique du Sud avant que soit connue la dérive des continents, avaient amené à penser que la glaciation de Karoo (en) avait atteint les tropiques. Mais les reconstructions modernes montrent, qu'en fait, elle n'avait touché que les parties polaires du supercontinent Gondwana.

Recherches actuelles[modifier | modifier le code]

Antarctique[modifier | modifier le code]

Stephen Warren, professeur à l'Université de Washington à Seattle, a emmené une petite équipe en Antarctique au cours de l'été austral en 2009-10 et en 2010-11 pour chercher de nouvelles données confirmant l'hypothèse de la Terre boule de neige. Ce projet, subventionné par la National Science Foundation, devait étudier différents types de glace formés au cours des glaciations précédentes, en particulier leur albédo, information importante pour comprendre les processus mis en jeu dans les glaciations extrêmes[77].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes de traduction[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ice was therefore grounded below sea level at very low paleolatitudes, which implies that the Sturtian glaciation was global in extent »

Références[modifier | modifier le code]

  1.  
  2. (en) Philip A. Allen et Etienne James L., « Sedimentary challenge to Snowball Earth », Nature Geoscience, vol. 1, no 12,‎ 2008, p. 817 (DOI 10.1038/ngeo355)
  3. (en) A. R. Alderman et C. E. Tilley, « Douglas Mawson, 1882-1958 », Biographical Memoirs of Fellows of the Royal Societyl, vol. 5,‎ 1960, p. 119–127 (DOI 10.1098/rsbm.1960.0011, JSTOR 769282)
  4. (en) W. B. Harland, « Critical evidence for a great infra-Cambrian glaciation », International Journal of Earth Sciences, vol. 54, no 1,‎ 1964, p. 45–61
  5. (en) M.I. Budyko, « Effect of solar radiation variation on climate of Earth », Tellus, vol. 21, no 5,‎ 1969, p. 611–1969 (DOI 10.1111/j.2153-3490.1969.tb00466.x)
  6. a, b et c (en) Joseph Kirschvink, « Late Proterozoic low-latitude global glaciation: the Snowball Earth », dans The Proterozoic Biosphere: A Multidisciplinary Study, Cambridge University Press,‎ 1992
  7. (en) P. F. Hoffman, A. J. Kaufman, G. P. Halverson et D. P. Schrag, « A Neoproterozoic Snowball Earth », Science, vol. 281, no 5381,‎ 1998, p. 1342–1346 (lire en ligne [PDF])
  8. On trouvera une synthèse de ces débats sur (en) « Projet 512 », sur le site de la société géologique de Londres.
  9. « La Terre « boule de neige » : une hypothèse à revoir », sur CNRS,‎ 5 octobre 2011
  10. (en) « Calibrating the Cryogenian, résumé »
  11. (en) « Snowball Earth: New Evidence Hints at Global Glaciation 716.5 Million Years Ago »
  12. (en) W.B. Harland, « Critical evidence for a great infra-Cambrian glaciation », International Journal of Earth Sciences, vol. 54, no 1,‎ 1964, p. 45–61 (lire en ligne [PDF])
  13. (en) M.T. Budyko, « The effect of solar radiation variations on the climate of the earth. », Tellus, vol. 21,‎ 1969, p. 611–619 (DOI 10.1111/j.2153-3490.1969.tb00466.x).
  14. a et b (en) J.G. Meert, R. Van Der Voo et T.W. Payne, « Paleomagnetism of the Catoctin volcanic province: A new Vendian-Cambrian apparent polar wander path for North America », Journal of Geophysical Research, vol. 99, no B3,‎ 1994, p. 4625–4641 (DOI 10.1029/93JB01723, Bibcode 1994JGR....99.4625M, lire en ligne)
  15. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) N. Eyles et N. Januszczak, « ’Zipper-rift’: A tectonic model for Neoproterozoic glaciations during the breakup of Rodinia after 750 Ma », Earth-Science Reviews, vol. 65, no 1-2,‎ 2004, p. 1–73 (DOI 10.1016/S0012-8252(03)00080-1, Bibcode 2004ESRv...65....1E, lire en ligne [PDF])
  16. (en) J.C. Briden, A.G. Smith et J.T. Sallomy, « The geomagnetic field in Permo-Triassic time », Geophys. JR astr. Soc., vol. 23,‎ 1971, p. 101–117
  17. a et b (en) D.A.D. Evans, « Stratigraphic, geochronological, and palaeomagnetic constraints upon the Neoproterozoic climatic paradox », American Journal of Science, vol. 300, no 5,‎ 2000, p. 347–433 (DOI 10.2475/ajs.300.5.347)
  18. On trouvera plus de détails sur ces formations dans l'article de la Wikipédia anglophone en: dropstone
  19. a et b (en) G.M. Young, « Are Neoproterozoic glacial deposits preserved on the margins of Laurentia related to the fragmentation of two supercontinents? », Geology, vol. 23, no 2,‎ 1er février 1995, p. 153–156 (DOI <0153:ANGDPO>2.3.CO;2 10.1130/0091-7613(1995)023<0153:ANGDPO>2.3.CO;2, lire en ligne)
  20. (en) J. G. Meert et R. Van Der Voo, « The Neoproterozoic (1000–540 Ma) glacial intervals: No more snowball earth? », Earth and Planetary Science Letters, vol. 123, no 1,‎ 1994
  21. (en) A. Abrajevitch et R. Van Der Voo, « Incompatible Ediacaran paleomagnetic directions suggest an equatorial geomagnetic dipole hypothesis », Earth and Planetary Science Letters, vol. 293, no 1–2,‎ 2010, p. 164
  22. (en) L.E. Sohl, N. Christie-Blick et D.V. Kent, « Paleomagnetic polarity reversals in Marinoan (ca. 600 Ma) glacial deposits of Australia; implications for the duration of low-latitude glaciation in Neoproterozoic time », Bulletin of the Geological Society of America, vol. 111, no 8,‎ 1999, p. 1120–1139 (DOI <1120:PPRIMC>2.3.CO;2 10.1130/0016-7606(1999)111<1120:PPRIMC>2.3.CO;2, lire en ligne)
  23. (en) E. Arnaud et C.H. Eyles, « Glacial influence on Neoproterozoic sedimentation: the Smalfjord Formation, northern Norway », Sedimentology, vol. 49, no 4,‎ 2002, p. 765–788 (DOI 10.1046/j.1365-3091.2002.00466.x)
  24. (en) F. A. MacDonald et al., « Calibrating the Cryogenian », Science, vol. 327, no 5970,‎ 2010, p. 1241–1243 (lire en ligne [PDF])
  25. (en) S. K. Donovan et R. K. Pickerill, « Dropstones: their origin and significance: a comment », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, vol. 131, no 1,‎ 1997, p. 175–178 (DOI 10.1016/S0031-0182(96)00150-2, lire en ligne [PDF])
  26. (en) R. C. Thunell, E. Tappa et D. M. Anderson, « Sediment fluxes and varve formation in Santa Barbara Basin, offshore California », Geology, vol. 23, no 12,‎ 1er décembre 1995, p. 1083–1086 (DOI <1083:SFAVFI>2.3.CO;2 10.1130/0091-7613(1995)023<1083:SFAVFI>2.3.CO;2, lire en ligne)
  27. (en) P. A. Jensen et E. Wulff-Pedersen, « Glacial or non-glacial origin for the Bigganjargga tillite, Finnmark, Northern Norway », Geological Magazine, vol. 133, no 2,‎ 1er mars 1996, p. 137–45 (DOI 10.1017/S0016756800008657, lire en ligne)
  28. a et b (en) D. J. Condon, A. R. Prave et D. I. Benn, « Neoproterozoic glacial-rainout intervals: Observations and implications », Geology, vol. 30, no 1,‎ 1er janvier 2002, p. 35–38 (DOI <0035:NGRIOA>2.0.CO;2 10.1130/0091-7613(2002)030<0035:NGRIOA>2.0.CO;2, lire en ligne)
  29. (en) G. P. Halverson, A. C. Maloof et P. F. Hoffman, « The Marinoan glaciation (Neoproterozoic) in northeast Svalbard », Basin Research, vol. 16, no 3,‎ 2004, p. 297–324 (lire en ligne [PDF])
  30. (en) W. R. Peltier, « Climate dynamics in deep time: modeling the “snowball bifurcation” and assessing the plausibility of its occurrence », dans G.S. Jenkins, M. A. S. McMenamin, C. P. McKey et L. Sohl, The Extreme Proterozoic: Geology, Geochemistry, and Climate, American Geophysical Union,‎ 2004, p. 107–124
  31. (en) D.H. Rothman, J.M. Hayes et R.E. Summons, « Dynamics of the Neoproterozoic carbon cycle », Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A., vol. 100, no 14,‎ 2003, p. 124–129 (PMID 12824461, PMCID 166193, DOI 10.1073/pnas.0832439100)
  32. (en) Alan J. Kaufman, Andrew H. Knoll et Guy M. Narbonne, « Isotopes, ice ages, and terminal Proterozoic earth history », Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A., vol. 94, no 13,‎ 24 juin 1997, p. 6600–6605 (PMID 11038552, PMCID 21204, DOI 10.1073/pnas.94.13.6600, lire en ligne)
  33. (en) M.J. Kennedy, « Stratigraphy, sedimentology, and isotopic geochemistry of Australian Neoproterozoic postglacial camp dolostones: deglaciation, d13C excursions and carbonate precipitation », Journal of Sedimentary Research, vol. 66, no 6,‎ 1996, p. 1050–1064
  34. (en) A. M. Spencer, « Late Pre-Cambrian glaciation in Scotland », Mem. Geol. Soc. Lond., vol. 6,‎ 1971
  35. (en) P. F. Hoffman et D. P. Schrag, « The snowball Earth hypothesis: testing the limits of global change », Terra Nova, vol. 14,‎ 2002, p. 129–155 (DOI 10.1046/j.1365-3121.2002.00408.x, lire en ligne [PDF] 1.3 Mb)
  36. (en) Jiasheng Wang, Ganqing Jiang, Shuhai Xiao, Qing Li et Qing Wei, « Carbon isotope evidence for widespread methane seeps in the ca. 635 Ma Doushantuo cap carbonate in south China », Geology, vol. 36,‎ 2008, p. 347 (DOI 10.1130/G24513A.1, lire en ligne [PDF])
  37. δ11B, dans (en) S. A. Kasemann, C. J. Hawkesworth, A. R. Prave, A. E. Fallick et P. N. Pearson, « Boron and calcium isotope composition in Neoproterozoic carbonate rocks from Namibia: evidence for extreme environmental change », Earth and Planetary Science Letters, vol. 231, no 1-2,‎ 2005, p. 73–86 (DOI 10.1016/j.epsl.2004.12.006, Bibcode 2005E&PSL.231...73K, lire en ligne)
  38. (en) Bernd Bodiselitsch, C. Koeberl, S. Master et W. U. Reimold, « Estimating Duration and Intensity of Neoproterozoic Snowball Glaciations from Ir Anomalies », Science, vol. 308, no 5719,‎ 8 avril 2005, p. 239–242 (lire en ligne)
  39. a et b (en) K. Grey, M. R. Walter et C.R. Calver, « Neoproterozoic biotic diversification: Snowball Earth or aftermath of the Acraman impact? », Geology, vol. 31, no 5,‎ 1er mai 2003, p. 459–462 (lire en ligne)
  40. a et b (en) R. Rieu, P.A. Allen, M. Plotze et T. Pettke, « Climatic cycles during a Neoproterozoic "snowball" glacial epoch », Geology, vol. 35, no 4,‎ 2007, p. 299–302 (lire en ligne [PDF])
  41. a et b (en) G. M. Young, « Some aspects of the geochemistry, provenance and palaeoclimatology of the Torridonian of NW Scotland », Journal of the Geological Society, vol. 156, no 6,‎ 1999, p. 1097–1111 (DOI 10.1144/gsjgs.156.6.1097)
  42. a et b (en) W. B. Harland, « Origin and assessment of Snowball Earth hypotheses », Geology Magazine, vol. 144, no 4,‎ 2007, p. 633–642 (DOI 10.1017/S0016756807003391)
  43. (en) I. J. Fairchild et M. J. Kennedy, « Neoproterozoic glaciations in the Earth System », Journal of the Geological Society, vol. 164,‎ 2007, p. 895–921 (DOI 10.1144/0016-76492006-191)
  44. (en) N. M. Chumakov, « A problem of Total Glaciations on the Earth in the Late Precambrian », Stratigraphy and Geological Correlation, vol. 16, no 2,‎ 2008, p. 107–119 (DOI 10.1134/S0869593808020019)
  45. (en) J. G. Meert et T. H. Torsvik, « Paleomagnetic Constraints on Neoproterozoic ‘Snowball Earth’ Continental Reconstructions », GS Jenkins, MAS McMenamin, CP McKey, CP and L. Sohl (Editors), the Extreme Proterozoic: Geology, Geochemistry, and Climate. American Geophysical Union Geophysical Monograph, vol. 146,‎ 2004, p. 5–11 (lire en ligne [PDF])
  46. (en) A. G. Smith et K. T. Pickering, « Oceanic gateways as a critical factor to initiate icehouse Earth », Journal of the Geological Society, vol. 160, no 3,‎ 2003, p. 337–340 (DOI 10.1144/0016-764902-115, lire en ligne)
  47. a et b (en) P. F. Hoffman, « On Cryogenian (Neoproterozoic) ice-sheet dynamics and the limitations of the glacial sedimentary record », South African Journal of Geology, vol. 108,‎ 2005, p. 557–577 (DOI 10.2113/108.4.557)
  48. (en) S. B. Jacobsen, « Earth science. Gas hydrates and deglaciations. », Nature, vol. 412, no 6848,‎ 2001, p. 691–693 (PMID 11507621, DOI 10.1038/35089168, lire en ligne [PDF])
  49. (en) J. L. Kirschvink, « When All of the Oceans Were Frozen », Recherche, vol. 355,‎ 2002, p. 26–30 (lire en ligne [PDF])
    Le texte en français, paru initialement dans La Recherche, se trouve à partir de la page 10 de ce document
  50. (en) D. P. Schrag, R. A. Berner, P. F. Hoffman et G. P. Halverson, « On the initiation of a snowball Earth », Geochem. Geophys. Geosyst, vol. 3, no 10.1029,‎ 2002, p. 1036 (DOI 10.1029/2001GC000219, lire en ligne)
  51. (en) P. F. Hoffman, A. J. Kaufman, G. P. Halverson et D. P. Schrag, « A Neoproterozoic Snowball Earth », Science, vol. 281, no 5381,‎ 28 août 1998, p. 1342–1346 (PMID 9721097, DOI 10.1126/science.281.5381.1342, lire en ligne)
  52. (en) R.A. Kerr, « Early life thrived despite earthly travails. », Science, vol. 284, no 5423,‎ 1999, p. 2111–2113 (PMID 10409069, DOI 10.1126/science.284.5423.2111)
  53. (en) W. T. Hyde, T. J. Crowley, S. K. Baum et W. R. Peltier, « Neoproterozoic 'snowball Earth' simulations with a coupled climate/ice-sheet model », Nature, vol. 405, no 6785,‎ 2000, p. 425–429 (PMID 10839531, DOI 10.1038/35013005, résumé)
  54. a et b (en) T. J. Crowley, W. T. Hyde et W. R. Peltier, « CO2 levels required for deglaciation of a ‘near-snowball’ Earth », Geophys. Res. Lett, vol. 28,‎ 2001, p. 283–286 (DOI 10.1029/2000GL011836, Bibcode 2001GeoRL.(.(3C)
  55. (en) R.T. Pierrehumbert, « High levels of atmospheric carbon dioxide necessary for the termination of global glaciation », Nature, vol. 429, no 6992,‎ 2004, p. 646–649 (PMID 15190348, DOI 10.1038/nature02640, résumé)
  56. (en) Martin Kennedy, David Mrofka et Chris von der Borch, « Snowball Earth termination by destabilization of equatorial permafrost methane clathrate », Nature, vol. 453, no 29,‎ mai 2008, p. 642–645 (PMID 18509441, DOI 10.1038/nature06961, lire en ligne [PDF])
  57. (en) P. F. Hoffman, « The break-up of Rodinia, birth of Gondwana, true polar wander and the snowball Earth », Journal of African Earth Sciences, vol. 28, no 1,‎ 1999, p. 17–33 (DOI 10.1016/S0899-5362(99)00018-4, Bibcode 1999JAfES..28...17H, résumé)
  58. (en) W. R. Peltier, W. Richard, Yonggang Liu et John W. Crowley, « Snowball Earth prevention by dissolved organic carbon remineralization », Nature, no 450,‎ 6 décembre 2007, p. 813-818 (DOI 10.1038/nature06354)
  59. (en) B. Kilner, C. M. Niocaill et M. Brasier, « Low-latitude glaciation in the Neoproterozoic of Oman », Geology, vol. 33, no 5,‎ 2005, p. 413–416 (DOI 10.1130/G21227.1)
  60. (en) C. J. Poulsen, R. T. Pierrehumbert et R. L. Jacob, « Impact of ocean dynamics on the simulation of the Neoproterozoicsnowball Earth », Geophysical Research Letters, vol. 28, no 8,‎ 2001, p. 1575–1578 (DOI 10.1029/2000GL012058, Bibcode 2001GeoRL..28.1575P)
  61. (en) M. J. Kennedy, N. Christie-Blick et L. E. Sohl, « Are Proterozoic cap carbonates and isotopic excursions a record of gas hydrate destabilization following Earth's coldest intervals? », Geology, vol. 29, no 5,‎ 2001, p. 443–446 (DOI <0443:APCCAI>2.0.CO;2 10.1130/0091-7613(2001)029<0443:APCCAI>2.0.CO;2, lire en ligne [PDF])
  62. « The Day The Earth Fell Over », sur LiveScience.com
  63. (en) F. A. Corsetti, S. M. Awramik et D. Pierce, « A complex microbiota from snowball Earth times: Microfossils from the Neoproterozoic Kingston Peak Formation, Death Valley, USA », Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A., vol. 100, no 8,‎ 15 avril 2003, p. 4399–4404 (PMID 12682298, PMCID 153566, DOI 10.1073/pnas.0730560100, résumé)
  64. (en) W. F. Vincent, « Life on Snowball Earth », Science, vol. 287, no 5462,‎ 2000, p. 2421–2422 (PMID 10766616, DOI 10.1126/science.287.5462.2421b, lire en ligne)
  65. (en) C. P. McKay, « Thickness of tropical ice and photosynthesis on a snowball Earth. », Geophys Res Lett, vol. 27, no 14,‎ 2000, p. 2153–2156 (PMID 11543492, DOI 10.1029/2000GL008525, Bibcode 2000GeoRL..27.2153M)
  66. (en) P. F. Hoffman et D. P. Schrag, « Snowball Earth », Scientific American, vol. 282, no 1,‎ 2000, p. 68–75 (DOI 10.1038/scientificamerican0100-68, lire en ligne [PDF])
  67. (en) F. A. Corsetti, « Palaeontology: Extinction before the snowball », Nature Geoscience, vol. 2, no 6,‎ 2009, p. 386
  68. (en) F. A. Corsetti, A. N. Olcott et C. Bakermans, « The biotic response to Neoproterozoic Snowball Earth », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, vol. 232, no 232,‎ 2006, p. 114–130 (DOI 10.1016/j.palaeo.2005.10.030)
  69. (en) R. A. Boyle, T. M. Lenton et H. T. P. Williams, « Neoproterozoic ‘snowball Earth’ glaciations and the evolution of altruism », Geobiology, vol. 5, no 4,‎ 2007, p. 337–349 (DOI 10.1111/j.1472-4669.2007.00115.x, lire en ligne)
  70. (en) J. Cowie, Climate Change: Biological and Human Aspects, Cambridge University Press,‎ 2007 (ISBN 9780521696197), p. 73-77
  71. (en) T. Lenton et A. Watson, Revolutions That Made The Earth, Oxford University Press,‎ 2011 (ISBN 9780199587049), p. 30-36, 274-282
  72. (en) R. J. Stern, D. Avigad, N. R. Miller et M. Beyth, « Geological Society of Africa Presidential Review: Evidence for the Snowball Earth Hypothesis in the Arabian-Nubian Shield and the East African Orogen », Journal of African Earth Sciences, vol. 44,‎ 2006, p. 1–20 (DOI 10.1016/j.jafrearsci.2005.10.003)
  73. (en) Philip A. Allen et James L. Etienne, « Sedimentary challenge to Snowball Earth », Nature Geoscience, vol. 1, no 12,‎ 2008, p. 817 (DOI 10.1038/ngeo355)
  74. (en) G. E. Williams et P. W. Schmidt, « Paleomagnetism of the Paleoproterozoic Gowganda and Lorrain formations, Ontario: low palaeolatitude for Huronian glaciation », EPSL, vol. 153, no 3,‎ 1997, p. 157–169 (DOI 10.1016/S0012-821X(97)00181-7, Bibcode 1997E&PSL.153..157W, lire en ligne [PDF])
  75. a et b (en) Robert E. Kopp, Joseph L. Kirschvink, Isaac A. Hilburn et Cody Z. Nash, « The Paleoproterozoic snowball Earth: A climate disaster triggered by the evolution of oxygenic photosynthesis », Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A., vol. 102, no 32,‎ 2005, p. 11131–11136 (PMID 16061801, PMCID 1183582, DOI 10.1073/pnas.0504878102, lire en ligne)
  76. (en) D. A. Evans, N. J. Beukes et J. L. Kirschvink, « Low-latitude glaciation in the Palaeoproterozoic era », Nature, no 386,‎ 1997, p. 262–266
  77. « The Antarctic Sun: Snowball Earth, June 19, 2009 », sur The Antarctic Sun

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Philip A. Allen et James L. Etienne, « Sedimentary challenge to Snowball Earth », Nature Geoscience, vol. 1, no 12,‎ 2008, p. 817 (DOI 10.1038/ngeo355)
  • (en) J. L. Etienne, P.A. Allen, R. Rieu et E. Le Guerroué, « Neoproterozoic glaciated basins: A critical review of the Snowball Earth hypothesis by comparison with Phanerozoic glaciations », Glacial Sedimentary Processes and Products, Malden (MA), Michael Hambrey, Poul Christoffersen, Neil Glasser et Bryn Hubbard. IAS Special Publication - Blackwell Pub, vol. 39,‎ 2007, p. 343–399 (ISBN 9781405183000)
  • (en) Snowball Earth, Bloomsbury Publishing,‎ 2003 (ISBN 0747564337)
  • (en) A. Micheels et M. Montenari, « A snowball Earth versus a slushball Earth: Results from Neoproterozoic climate modeling sensitivity experiments », Geosphere (Geol. Soc. America), vol. 4, no 2,‎ 2008, p. 401–410 (DOI 10.1130/GES00098.1)
  • (en) J. D. Roberts, « Late Precambrian glaciation: an anti-greenhouse effect? », Nature, vol. 234, no 5326,‎ 1971, p. 216–217 (DOI 10.1038/234216a0)
  • J. D. Roberts, « Late Precambrian dolomites, Vendian glaciation, and the synchroneity of Vendian glaciation », J. Geology, vol. 84,‎ 1976, p. 47–63 (DOI 10.1086/628173, Bibcode 1976JG.....84...47R)
  • (en) A. V. Sankaran, « Neoproterozoic "snowball earth" and the "cap" carbonate controversy », Current Science, vol. 84, no 7,‎ 2003, p. 871 (lire en ligne [PDF])
  • (en) T. H. Torsvik et E. F. Rehnström, « Cambrian palaeomagnetic data from Baltica: Implications for true polar wander and Cambrian palaeogeography », J. Geol. Soc. Lond., vol. 158,‎ 2001, p. 321–329 (DOI 10.1144/jgs.158.2.321)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]