Opération Highjump

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le USS Sennet lors de l'opération Highjump
Hélicoptère se posant sur le brise-glace USCGC Northwind durant l'Operation Highjump

L’opération Highjump (OpHjp), officiellement intitulée The United States Navy Antarctic Developments Program, 1946-47, ce qui peut se traduire en français par Programme naval des États-Unis de développement en Antarctique, 1946-47, était une opération américaine organisée par l'amiral Richard Byrd en Antarctique sous le commandement de Richard Cruzen. Elle fut lancée le 26 août 1946 et dura jusqu'en 1947. Cet impressionnant déploiement de forces fit appel à 5 000 hommes, 13 navires et 26 avions.

La tâche principale[modifier | modifier le code]

L'objectif principal de cette opération était l'exploration de l'Antarctique. Cependant, d'autres projets furent menés parallèlement à cela, notamment :

  • réaliser quelques tests et des expériences sur le matériel et sur la psychologie des soldats sous conditions glaciales
  • créer quelques bases pour établir la souveraineté des États-Unis
  • en général, explorer la région
  • dresser des cartes géographiques de cette région
  • expérimentation de nouvelles armes
  • développement de nouvelles technologies

Tous ces objectifs avaient leur importance, mais la raison principale était d'établir la souveraineté des États Unis ; en effet, à cette époque, la guerre froide en était à ses débuts, et le traité sur l’Antarctique n'existait pas encore.

Unités mobilisées[modifier | modifier le code]

Eastern Group (Task Group 68.3)[1]

CAPT George J. Dufek, USN, Commanding.

Western Group (Task Group 68.1)

CAPT Charles A. Bond, USN, Commanding.

Central Group (Task Group 68.2)

RADM Richard H. Cruzen, USN , Commanding Officer.

Carrier Group (Task Group 68.4)

RADM Richard E. Byrd Jr. USN, (Ret), Officer in Charge.

Base Group (Task Group 68.5)

'CAPT Clifford M. Campbell, USN, Commanding.


L'opération[modifier | modifier le code]

L'opération elle-même connut quelques incidents :

  • Le 30 décembre 1946, l'avion « George I » entra en collision avec une montagne lors d'un vol de patrouille, alors qu'il photographiait la région. On retrouva les survivants deux semaines plus tard, mais trois des neuf occupants de l'appareil étaient déjà décédés (Wendell K. Hendersin, Fredrick W. Williams et Ensign Maxwell A. Lopez) ;
  • Le sous-marin USS Sennet entra en collision avec un grand bloc de glace lors d'une exploration, et dut repartir vers la Nouvelle-Zélande ;
  • Le 15 janvier 1947 le groupe central arriva à la baie des Baleines. On y fonda la base de « Little America IV », qui existe encore aujourd'hui. On y bâtit également une piste d'atterrissage pour avions. Pendant cette procédure, le soldat Vance N. Woodall trouva la mort accidentellement, en déchargeant du matériel d'un bateau.

La fin de l'opération[modifier | modifier le code]

Tous ces événements désastreux ont joué un rôle dans la décision de l'amiral Richard E. Byrd, responsable de cette opération, d'interrompre cette exploration. Une grande partie des photographies de cette région était sans valeur, car dans cette région les boussoles étaient inutilisables, ce qui rendait impossible la localisation des clichés. Ainsi, de nos jours, cette région reste la plus inconnue du monde : seule la côte est clairement délimitée sur les cartes, les terres intérieures restant inexplorées.

Film documentaire[modifier | modifier le code]

Théorie du complot[modifier | modifier le code]

L'opération Highjump est par ailleurs associée avec les théories de la terre creuse, l'ufologie et plus particulièrement hypothèse intraterrestre, les OVNI du IIIe Reich et la base nazie de la Nouvelle-Souabe et fait l'objet d'une importante spéculation dans le domaine des théories du complot.

À la fin des années 1990 le carnet de vol[2] de l'amiral Byrd serait réapparu[3], en évoquant tous ces thèmes.

Selon Alec Maclellan[4], la Hollow Earth Society of Australia aurait obtenu une copie de son journal personnel qui reprendrait les notes de son carnet de vol[3]. Maclellan fait également mention d'un témoignage affirmant qu'après l'expédition de Byrd au pôle sud en avion du 29 novembre 1929, soit dix-huit ans avant l'opération highjump, un documentaire d'actualités projeté dans les cinémas des États-Unis aurait montré l'amiral Byrd commentant sa découverte d'un pays inconnu arboré avec de grands animaux[5].

Certaines de ces théories suggèrent que la motivation de l'expédition n´était pas scientifique, mais militaire. Cela repose sur le fait que plus de cinquante pour cent des bateaux qui ont participé à cette opération faisaient partie de la US Navy et que cette région fut revendiquée par l'Allemagne nazie le 19 janvier 1939 suite à une expédition qui y fut envoyée. Les Nazis ont d'abord demandé à M. Byrds de conduire cette opération en Nouvelle-Souabe, mais il a refusé. Cette théorie du complot est soutenue par une interview de M. Byrds, directement après cette opération.[réf. nécessaire]

L'essayiste Felipe Botaya présente l'opération Highjump comme une opération militaire des États-Unis contre la base militaire du IIIe Reich de la Nouvelle-Souabe. Il évoque le suicide en 1949 du secrétaire américain à la défense James Vincent Forrestal comme un élément d'une conspiration directement liée à l'opération[6]. Cette base nazie aurait pu abriter des OVNI du IIIe Reich.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David A. Kearns, Where Hell Freezes Over: A Story of Amazing Bravery and Survival, New York, Thomas Dunne Books,‎ 2005 (ISBN 0-312-34205-5, lire en ligne), « Operation Highjump: Task Force 68 », p. 304.
  2. Texte complet du carnet de bord présumé de l'amiral Byrd concernant l'opération highjump.
  3. a et b Aliens (revue), no 9, septembre 2011, L'expédition de l'amiral Byrd, p. 53.
  4. Alec Maclellan, The Hollow Earth Enigma (Mysteries of the Universe), Souvenir Press, 1999, ISBN 0285634984.
  5. Aliens (revue), no 9, septembre 2011, L'expédition de l'amiral Byrd, p. 51.
  6. Felipe Botaya, Antártida 1947, 2006, ISBN 84-9763-329-6.