Richard Byrd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richard Byrd (athlète) et Byrd.

Richard Byrd

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait photographique (date inconnue)

Naissance 25 octobre 1888
Winchester, Virginie
Décès 11 mars 1957 (à 68 ans)
Boston
Profession

Richard Evelyn Byrd (Winchester, 25 octobre 1888-Boston, 11 mars 1957), est un explorateur polaire et aviateur américain de l'US Navy ayant le grade de contre-amiral.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est formé dans quatre endroits différents, l'Académie militaire de Shenandoah, l'Institut militaire de Virginie, l'université de Virginie (1904-1908) et l'Académie navale d'Annapolis (1912).

Entré dans l'US Navy en 1912, il sert sur le USS Kentucky', le USS Wyoming et le USS Missouri et participe aux campagnes contre le Mexique et à l'occupation de Veracruz (1914). Il est ensuite affecté sur le yacht du secrétaire d’État à la Marine et sur celui du Président.

Quittant la Marine en 1919 mais continuant à servir au Bureau du personnel naval à Washington, il apprend rapidement à piloter à Pensacola et se passionne pour les moyens de navigation maritimes appliqués à l'aéronautique. Il enquête sur les crashes d'appareils et est conseillé de l'US Navy lors de la mise au point d'une traversée aérienne transatlantique en 1919.

Responsable des pilotes de l'expédition arctique de Donald Baxter MacMillan (1925), le 9 mai 1926, il tente le survol du pôle Nord avec le Fokker F.VIIa/3m baptisé Josephine Ford, quelques jours avant le survol du pôle par Amundsen avec le dirigeable Norge. Il reçoit alors la médaille du Congrès.

Le 29 juin 1927, il réalise sur un Fokker F.VIIa/3m baptisé "America" un vol transatlantique de New York à Ver-sur-Mer.

C'est en 1928 qu'il lance sa première expédition dans l'Antarctique avec deux navires et trois avions spécialement équipés. Un équipement radio permit le suivi mondial de l'expédition. Durant l'été 1928, un camp de base est construit sur la grande barrière de Ross. Ce camp de base est dénommé Ver-sur-Mer, en souvenir de l'accueil qu'il avait reçu lors de son amerrissage pour sa traversée de l'Atlantique en juin 1927. Le 29 novembre 1929, Byrd tente le survol du Pôle Sud qu'il réussit après un vol périlleux de 18 heures à basse altitude. Il utilise alors un Ford Trimotor baptisé "Floyd Bennett". A son retour, il est acclamé dans les rues de New York.

Byrd lance encore trois expéditions en Antarctique :

  • en 1933-1935 : à cause du mauvais temps, cette expédition faillit lui être fatale, car, confiné dans un abri creusé dans la glace, il est près de l'asphyxie par monoxyde de carbone. C'est la radio qui le sauve et permet son rapatriement. Cette expédition dispose de trois Citroën-Kégresse prêtées par André Citroën et qui résistent tant bien que mal à des froids de -70 °C[1].
  • en 1939-1941
  • en 1946-1947, opération Highjump qui est la plus importante en Antarctique. Cette expédition mobilise un impressionnant cortège de navires, d'avions, d'hommes et de matériel. Des rumeurs parlent même d'annexion de l'Antarctique. Après le crash d'un appareil et le heurt d'un iceberg par un sous-marin, il est mis fin subitement à cette expédition.

En 1955, il commande l'expédition, Deep Freeze I et II qui établit la base américaine permanente McMurdo en bord de mer de Ross (1955-1957).

Hommages[modifier | modifier le code]

Buste de Richard Byrd à la Station McMurdo

Deux points géographiques ont reçu son nom : le Mont Byrd sur l'île de Ross en Antarctique et le cratère lunaire Byrd. Deux navires de l'US Navy ont également été nommés en son honneur, le cargo USNS Richard E. Byrd (en) et le destroyer USS Richard E. Byrd (en).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Georges Gadioux, « Richard BYRD, en 1934, utilise du matériel français en Antarctique », Transpolair,‎ 2007 (consulté le 2008-03-12)

Liens externes[modifier | modifier le code]