Mafique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basalte

Mafique est un adjectif qui décrit un minéral de silicate ou une roche qui est riche en magnésium et en fer[1] ; le terme est dérivé de « magnésium » et « ferrique », mais ces minéraux contiennent aussi souvent du magnésium et du calcium. La plupart des minéraux mafiques sont de couleur sombre et de densité supérieure à 3 g/cm3. Au nombre des minéraux mafiques il faut compter les olivines, le pyroxène, l'amphibole et la biotite[2]. Pour les roches les plus courantes il s'agit de basaltes et de gabbro.

En termes de chimie les roches mafiques sont à l'opposé du spectre des roches felsiques. Le terme correspond grossièrement à l'ancienne classe basique des roches.

Les laves mafiques, avant de refroidir, ont une faible viscosité[3], en comparaison des laves felsiques, ce qui est expliqué par le faible taux de silice dans le magma mafique. L'eau et les autres composés volatils peuvent plus facilement et graduellement s'échapper de la lave mafique, aussi les éruptions des volcans contenant de la lave malfique sont moins violemment explosives que les éruptions felsiques. La plupart des volcans mafiques sont d'origine océanique, comme Hawaii.

Texture de roche Nom de roche mafique
Pegmatitique Gabbro pegmatite
Gros grains (phanéritique) Gabbro
Gros grains et porphyritique Gabbro porphyritique
Grains fins (aphanitique) Basalte
Grains fins et porphyritique basalte porphyritique
Pyroclastique Basalte tuf ou Brèche
Vestibulaire Basalte vestibulaire
Amygdaloïdal Basalte amygdaloïdal
Beaucoup de petites vésicules Scorie
Vitreuse Tachylyte, sideromelane, palagonite

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Guillon, « Classification des Roches Magmatiques » (consulté le 3 juin 2014)
  2. (en) William Andrefsky, Lithics : Macroscopic Approaches to Analysis, Cambridge University Press,‎ 1998, 258 p. (ISBN 9780521578158, lire en ligne), p. 46
  3. (en) Edward F. Albin, Earth Science Made Simple, Random House LLC,‎ 2010, 224 p. (ISBN 9780307433374, lire en ligne), p. 16

Articles connexes[modifier | modifier le code]