Ballade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir balade.

Au sens ancien « ballade » (orthographié avec 2 l) désigne un poème médiéval à forme fixe composé de trois couplets et d'une demi-strophe appelée envoi, chacune étant terminée par un vers refrain, qui rappelle la forme chantée des origines.

L'histoire de la poésie retient en particulier les ballades aux strophes carrées (le nombre de vers est égal au nombre de syllabes de chaque vers) de huit ou dix vers et aux thèmes très variés qu'ont composées des poètes comme Guillaume de Machaut, Eustache Deschamps (fin XIVe siècle), Christine de Pisan et François Villon (début et milieu du XVe siècle) ou encore Clément Marot au XVIe, alors que la Pléiade rejette le genre de la ballade comme vieilli, privilégiant des formes nouvelles comme le sonnet ou l'ode.

La ballade a vu son sens évoluer dans les traditions anglaise et allemande à la fin du XVIIIe siècle pour aboutir à la ballade romantique, parfois instrumentale. En dehors du domaine littéraire, le mot ballade s'est appliqué à un type assez vague de chanson populaire, lente et mélodieuse : c'est le sens commun à la fin du XXe siècle.

Famille de mots : ballade/balade[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la famille du verbe du latin tardif « ballare » (emploi chez saint Augustin, fin du IVe s.), mot issu du grec et qui remplace le latin classique « saltare ». Le Moyen Âge connaît au XIIe siècle le verbe « baller » que l'usage remplacera au XVIIe siècle par « danser », sans doute d'origine germanique et qui semble-t-il s'appliquait à des danses plus élégantes. La connotation populaire est demeurée dans le mot « bal ».

« Ballade » - orthographié en général avec un seul l - remonte au mot d'origine méridionale « ballata » et apparaît à la fin du XIIIe siècle dans le Jeu du Pèlerin qui évoque Maistre Adam le Bossu (Adam de la Halle ) mort vers 1287 qui « savait chansons faire, /Et balades ne sais quantes (combien) » [1]. Le mot s'établit au XIVe siècle à l'époque de Guillaume de Machaut pour désigner un poème chanté composé de stances égales terminées par un refrain et suivies d'un envoi. Lui-même emploie le mot avec un sens imprécis dans Le remède de Fortune un long poème de près de 4300 vers qu'il écrivit sans doute vers 1341 (Vers 2893 « Quant elle ot fine sa balade » = Quand elle eut fini sa balade) : les vers suivant parlent de « douce harmonie », de « doux chant » « Qui moult me fu plaisant et sade //Dedens le cuer et a l'oie » = Qui fut très plaisant et gracieux dans le cœur et à l'oreille). Le terme « balade » se trouve aussi après le vers 3012 mais il s'agit peut-être d'un ajout de copiste : il s'applique à un poème de trois strophes à refrain sans envoi (vers 3013-3036 : « Dame, de qui toute ma joie vient »). Le texte comporte aussi une « baladelle » (vers 2851 : « de ma clere vois //Te diray une baladelle, //De chant et de ditté nouvelle » = de ma voix claire je te dirai une balladelle de mélodie et de métrique nouvelles) : selon [Ernest Hœpffner] « Le diminutif baladelle est probablement motivé par la forme des vers : ceux-ci ne sont ici que de sept et de trois syllabes. » et parle plus loin une « chanson baladée » (3349-3496)[2]. Guillaume de Machaut présente son poème comme une forme nouvelle et propose plus loin la dénomination de « chanson baladée » en soulignant sa proximité avec le virelai : « Lors sans delay// Encommensai ce virelay //Qu'on claimme chanson baladée//Einsi doit elle estre nommée » = Sans délai je commencerai ce virelai qu'on appelle chanson baladée, c'est ainsi qu'elle doit être nommée» (vers 3449). La forme de la ballade proche au départ du virelai (strophes isométrique, refrain, envoi), ne se fixera que peu à peu avec Eustache Deschamps dans la seconde moitié du XIVe siècle mais elle conservera souvent des variantes.

Le mot « balader » repéré en 1422 a le sens de « chanter des ballades » mais celui-ci évolue : un lexique de 1628 note un emploi familier dérivé : « aller demander l'aumône [en chantant des ballades], mendier » et Vidocq, en 1836 dans son ouvrage documentaire intitulé Les Voleurs, signale l'emploi familier du mot avec le sens « aller en flânant » ; la forme pronominale « se balader » est repérée quant à elle en 1858[3]. Le mot « balade » (orthographié avec un seul l) s'établit à la même période : le TLF donne l'exemple d'un emploi dans L'Assommoir de Zola en 1877 (ch. XI) : « Le jour baissait, elles [Pauline et Nana] faisaient un dernier tour de balade »[4]. « Balade » est ainsi devenu un synonyme populaire de « promenade » avec une orthographe souvent fautive qui ne respecte pas la distinction Balade/ballade, la dernière graphie s'appliquant à la forme poétique et à ses dérivés.

La ballade française[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Le mot « ballade », issu de la forme méridionale « ballata » se rattache à la famille de « baller » qui signifie « danser » au Moyen Âge. Avéré au XIIe siècle, « ballade » désigne alors une chanson dansée ou « chanson ballatée » comportant plusieurs strophes et un refrain. De moins en moins chantée après Guillaume de Machaut (≈ 1300-≈1377), la forme poétique se fixe peu à peu avec Eustache Deschamps (≈1346-≈1407) même si elle connaît des variantes[5].

Elle se distingue peu à peu d'autres genres poétiques qui comportent aussi strophes isométriques, refrain et envoi : le chant royal est en effet plus long et plus solennel et le virelai plus vif, plus varié dans ses mètres et qui se réduira à deux strophes [6]. Très employée aux XIVe (Eustache Deschamps en a écrit plus de onze cents puis Christine de Pisan ≈1364-≈1430), plus de trois cents pièces)[7] et XVe siècles (François Villon, 1431-apr. 1463, Charles d'Orléans, (1394-1465 ), la ballade est considérée comme une forme vieillie au XVIe siècle où la Pléiade lui préfère le sonnet ou l'ode : Du Bellay en 1549 dans La Défense et Illustration de la langue française parle des «rondeaux, ballades, virelais, chants royaux, chansons, et autres telles épiceries, qui corrompent le goût de notre Langue» [8] mais Clément Marot (1496?-1544) l'emploie encore. Moquée au XVIIe siècle comme dans la scène 5, acte III des Les Femmes savantes de Molière, où Trissotin, partisan du sonnet, affirme à Vadius : « La ballade, à mon goût, est une chose fade ;// Ce n'en est plus la mode ; elle sent son vieux temps » (vers 1006), elle est encore utilisée quelques fois par La Fontaine mais son usage finit par disparaître.

Ce sont les Parnassiens et Théodore de Banville, attirés par pour la virtuosité métrique qu'elle demande qui la ressuscitent dans la deuxième moitié du XIXe siècle[9] : les premiers essais de Banville datent de 1856 et aboutissent en 1873 à la publication des Trente-six ballades joyeuses[10]. Charles Cros, Jean Richepin et quelques poètes mineurs publieront eux aussi des ballades à la fin du siècle[11]. On peut noter que Verlaine composera une dizaines de ballades à la fin de sa carrière, après 1885. Par exemple Ballade en l’honneur de Louise Michel (huitains d'octosyllabes et envoi commençant par « Citoyenne »), Ballade en rêve (dizains de décasyllabes, envoi commençant par « Princesse ») reprises dans le recueil Amour, 1888 ; Ballade de la mauvaise réputation (huitains d'octosyllabes, envoi commençant par « Prince »), Ballade Sappho (huitains de décasyllabes, envoi commençant par « Prince ou princesse ») publiées dans Parallèlement, 1889. Ces poèmes montrent des structures de rimes diverses et complexes[12]. Un peu plus tard on trouve un emploi célèbre de la ballade dans la comédie héroïque d'Edmond Rostand Cyrano de Bergerac (1897) où le bretteur au grand cœur utilise dans son duel le refrain fameux : « À la fin de l'envoi, je touche ».

Usage[modifier | modifier le code]

La ballade médiévale se caractérise par sa forme et non par son ton ou son sujet. Si l'on retient surtout la ballade courtoise et lyrique, elle a été aussi jeu verbal, poème grave et engagé avec des considérations religieuses ou politiques. Les titres d'Eustache Deschamps sont éclairants : ballade CCCXCVII. - Balade moult morale. Allégorie sur les impôts excessifs, ballade CCCXCIV. - Requête aux rois de France et d'Angleterre pour avoir la paix, ballade CCCXCIX La mort égale pour tous). Les 29 ballades de Villon montrent la même diversité : tonalité dramatique de la Ballade des Pendus, tonalité religieuse de Ballade pour prier Notre Dame, tonalité plaisante de la Ballade des proverbes ou Requête à Monseigneur de Bourbon, tonalité familière de Ballade de Merci[13].

Métrique[modifier | modifier le code]

La forme type comporte trois strophes carrées (le nombre de vers de la strophe est égal au nombre de syllabes par vers) suivies d'une demi-strophe appelée « envoi » parce qu'il commence par une adresse au dédicataire (le plus souvent « Prince » qui désigne souvent le président du concours de poésie ou « puy »[14].

La structure de la ballade a évolué du XIIe au XVe siècle, aussi bien dans la présence d'un envoi que dans les mètres (entre 5 et 12 syllabes) et dans les types de strophes (le septain est la strophe usuelle avec la disposition ababbcc, par exemple chez Adam de la Halle ou Guillaume de Machaut), la base se réduisant au nombre de strophes (trois couplets) dont le dernier vers est répété pour faire le refrain. La forme se distingue du chant royal et du virelai et se stabilise avec Eustache Deschamps au début du XIVe siècle mais les variantes seront toujours nombreuses.

Les strophes et leur refrain sont généralement construites sur les mêmes rimes et la strophe carrée s'est imposée à la fin du XVe siècle avec les prescriptions de Jean Molinet dans son Art de la Rhétorique en 1493 : « Ballade commune doit avoir refrain et trois couplets et l'envoi au prince » et « chaque couplet par rigueur d'examen doit avoir autant de lignes que le refrain contient de syllabes »[15]. Les structures les plus fréquentes sont la « petite ballade » en huitains d'octosyllabes (exemple : Marot, Ballade de s'amie bien belle) et la « grande ballade » en dizains de décasyllabes (Villon, Ballade des Pendus) mais les variantes demeurent assez nombreuses tout au long de la période, par exemple Charles d'Orléans dans En regardant vers le païs de France utilise des décasyllabes et des septains disposés ababbcc).

Dans la strophe, les quatre premiers vers constituent en général un ensemble construit sur des rimes croisées (abab). Communément, pour le huitain, la strophe fonctionne sur 3 rimes et la suite de la strophe reprend la rime b dans un ensemble de rimes croisées d'où la structure ababbcbc (exemples : Eustache Deschamps Le chat et les souris - fable au refrain célèbre « Qui pendra la sonnette au chat ? », ou Villon Ballade des dames du temps jadis). On rencontre aussi pour le huitain la structure ababbccb avec des rimes embrassées pour le « quatrain » final comme dans la ballade dite « primitive » créée par Guillaume de Machaut. Je maudis l’heure et le temps et le jour (huitains de décasyllabes sans envoi)[16].

Les dizains sont en général sur 4 rimes avec la structure ababbccdcd : un distique central fait la transition entre les deux quatrains aux rimes croisées (exemples : Eustache Deschamps, Ballade sur le trépas de Bertrand Du Guesclin ou Villon, Ballade des pendus. Là encore des variantes nombreuses existent.

L'envoi[modifier | modifier le code]

L'envoi reprend le système de rimes et le refrain des demi-strophes finales : il n'est pas présent à l'origine, c'est Christine de Pisan et Eustache Deschamps qui au XIVe siècle en consolident l'emploi qui devient majoritaire par la suite mais non exclusif (par exemple Christine de Pisan elle-même :Ballade XVII ou Villon Ballade de bonne doctrine à ceux de mauvaise vie).

L'envoi doit son nom au principe de l'apostrophe qui l'ouvre et dédicace le poème. Les prescripteurs demandent comme dédicataire le « Prince » qui peut être le « Prince du puy », c'est-à-dire le président du concours de poésie, souvent le gagnant précédent[17]) ou un prince réel (« Prince du lys », Villon, Requête à Monseigneur de Bourbon). On rencontre cependant d'autres dédicataires comme « Dieu » (Charles d'Orléans, « Las ! Mort, qui t'a fait si hardie »), « Digne vierge, Princesse » (Villon, Ballade pour prier Notre Dame), « Jeunes belles » (Qu'est devenu printemps, avril et may ? Deschamps, ballade 85), ou encore « Dame »(Deschamps, ballade 411 Quand me souvient de votre grande beauté dont l'envoi débute par : « Dame mon cœur au vôtre s'humilie »).

La ballade populaire et romantique[modifier | modifier le code]

La ballade, chanson dansée médiévale, rejoindra la poésie populaire et donnera son nom au genre de la chanson narrative qui marque le folklore de nombreux pays européens (Ballades écossaises, irlandaises comme Molly Malone), anglaises comme Robin Hood and the Monk , suédoises...) : le texte sans règles particulières, accompagné de musique et dansé, évoque en général des destins réels ou légendaires souvent victimes de malheurs amoureux ou sociaux[18].

À côté de ces formes populaires, le poète écossais Robert Burns à la fin du du XVIIIe siècle collecte les textes populaires et compose ses propres ballades : Walter Scott suivra son exemple entre 1800 et 1815. Dans le même temps en Angleterre William Wordsworth et Samuel Taylor Coleridge, attirés par la forme simple et naturelle de ces ballades populaires publient en 1798 leurs Lyrical Ballads qui ouvrent la voie au romantisme britannique en littérature. Ils seront suivis entre autres par John Keats (La Belle Dame sans merci, 1819) et plus tard par Rudyard Kipling (Barrack-Room Ballads (1892-96) et Oscar Wilde (La Ballade de la geôle de Reading, 1897/98)[19].

Dans la même fin du XVIIIe s., Goethe (Le Roi des aulnes, 1782) et Schiller renouvellent la poésie allemande avec leurs ballades qui seront pour une part mises en musique par Schubert en mettant à la mode les motifs médiévaux et légendaires.

Les poètes français ont eux aussi écrit des ballades influencées par les littératures anglaise et allemande : il s'agit de compositions lyriques de forme libre et d'inspiration souvent médiévale et merveilleuse sans lien avec la ballade médiévale. C'est le cas des Odes et Ballades de Victor Hugo publiées en 1831. Des poètes comme Alfred de Musset (Ballade à la lune), Gérard de Nerval (Les Chansons et Légendes du Valois, 1854) et plus tard Jules Laforgue (Les Complaintes, 1885), Guillaume Apollinaire (La Loreley dans Alcools en 1913) ou Paul Fort (Ballades françaises environ 40 volumes, 1896-1958) continueront la tradition romantique[20].

Ballade et musique[modifier | modifier le code]

La ballade est au Moyen Âge une chanson à danser raffinée. Elle associe un texte poétique obéissant peu à peu à certaines règles (trois strophes avec refrain et souvent une demi-strophe finale appelée envoi) et une musique particulière. Les créateurs, troubadours ou trouvères, sont à la fois poètes et musiciens : l'exemple en est fourni par Guillaume de Machaut, Champenois né vers 1300 et mort en 1377. Il a écrit de nombreux poèmes courtois dont nous avons pour une part la partition musicale : c'est le cas pour 42 des 235 ballades qui lui sont attribuées[21].

Il s'agit de musique savante profane qui participe à l'invention de la musique polyphonique au XIVe siècle de l'Ars nova : « La ballade consiste en deux sections dont la première s'attache aux deux premiers vers du poème et doit être reprise. Il en résulte le schéma formel AAB. » [22].

La forme musicale de la ballade tombera en désuétude dès le XVe siècle, le terme s'appliquant dès lors exclusivement au poème à forme spécifique.

La ballade dans la musique vocale et instrumentale du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La musique populaire avait continué d'exploiter le genre musical sans contour précis cependant : le mot s'appliquait à des chansons mélancolique intégrées dans les folklores régionaux. Sa simplicité et son caractère naturel la font remarquer par les poètes allemands qui y voient une marque du Volksgeist (le génie ou l'esprit du peuple) qui les attire à la suite de Johann Gottfried von Herder. Les compositeurs comme Schubert mettent ainsi en musique les poèmes de Schiller et de Goethe (Der Erlkönig (Le Roi des aulnes) en 1813), renouvelant la musique vocale avec des formes voisines du lied» (« lieder » au pluriel, mot qui retrouve l'ancienne dénomination des lais lyriques médiévaux[23]). Schuman[Lequel ?] (Romanzen und Baladen, 1840), Brahms Vier Baladen und Romanzen, 1877) et d'autres suivront son exemple au cours du XIXe siècle. On peut leur associer Charles Gounod (Il était un roi de Thulé – Faust 1859)[24].

Le terme de « Ballade » est également utilisé dans la première moitié du XIXe siècle par Frédéric Chopin qui compose des pièces instrumentales pour piano (autour de 1840) et par Franz Liszt (Le chant du croisé) (1849) et Brahms avec ses Ballades pour piano (1854). Ces compositions instrumentales à la forme non définies et à la tonalité plutôt mélancolique se poursuivront dans le siècle avec Antonín Dvořák ou Gabriel Fauré (Ballade pour piano et orchestre, 1879-1881), mais la dénomination s'effacera ensuite.

La ballade populaire[modifier | modifier le code]

La chanson prendra le relais dans le domaine populaire de la Musique folk, de la musique de variétés ou de la pop music, continuant la tradition anglaise qui transmet le nom de « ballad » : elle se caractérise par son rythme lent et ses thématiques amoureuse ou dramatique avec une mélodie simple et répétitive, une structure en strophes et souvent un refrain assez proche de la romance ou de la complainte. Elle se retrouve au XXe siècle dans le jazz ("Ev'ry Time We Say Goodbye" Cole Porter, 1944) que le blues ("The Ballad of John Henry") ou la pop music (The Beatles - "The Ballad of John and Yoko", 1969). La « folk ballad » américaine qu'illustre Bob Dylan en est une autre héritière : elle renouvelle en partie le genre par des paroles engagées (Ballade de Sacco et Vanzetti)[25].

Dans son emploi commun à la fin du XXe siècle, « ballade » s'applique pour l'essentiel à un certain type de chanson aux contours flous dont les éléments de base semblent être le thème sentimental et la douceur de la mélodie que peu illustrer Ballade irlandaise chantée par Bourvil en 1958, paroles d'Eddy Marnay et musique d'Emil Stern) ou La Ballade des gens heureux, du chanteur Gérard Lenorman, 1975).

Remarque : Le mot s'emploie aussi dans les titres de romans ou de films avec un sens plus flou encore, évoquant légende (La Ballade de Narayama), mélancolie et errance (La Ballade de Bruno, film de Werner Herzog 1976), en se télescopant avec « balade » (orthographié avec un seul l et signifiant promenade, flânerie (La Balade sauvage, titre français du film de Terrence Malick, 1973). On peut relever quelques titres de romans au sens aussi flou comme La Ballade du café triste (The Ballad of the Sad Café), recueil de nouvelles de Carson McCullers, 1951, La ballade de l’impossible d’Haruki Murakami (1987), The Ballad of Peckham Rye Muriel Spark, 2006 , The Ballad of Tom Dooley: a Ballad Novel by Sharyn McCrumb (2012).

Œuvres ou créations portant ce titre[modifier | modifier le code]

  • Autres Balades, recueil contenant Avisons nous qu'il nous convient morir de Christine de Pisan (1404)
  • La ballade nord-irlandaise, adaptation française d'une chanson irlandaise traditionnelle, interprétée par Renaud, sortie en 1991

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jeu du pèlerin vers 93, éd. Ernest Langlois 1924 [1]. Ernest Langlois précise cependant à propos du trouvère artésien du XIIIe siècle : « L'auteur du Jeu du Pèlerin lui attribue de nombreuses ballades : on n'en connaît pas » (Introduction, page VIII)
  2. Édition du texte de Guillaume de Machaut par Ernest Hœpffner, 1911, Introduction page XLIV [2]
  3. TFLi [3]
  4. Zola [4]
  5. Georges Lote Histoire du vers français Chapitre IV. Le xive et le xve Siècle, section IV. La ballade et ses variétés Presses universitaires de Provence, Éditions Boivin Paris, 1951 - § 47 et suivants [5]
  6. Ernest Hœpffner Édition du texte de Guillaume de Machaut, Introduction page LII [6]
  7. Histoire du vers français Georges Lote [7]
  8. éd. Jean-Charles Monferran, Genève, Droz, 2001, p. 132.
  9. Ballade n'est pas morte: étude sur la pratique de la ballade..., Volume 602 Par Bertrand Degott – Annales de l'Université de Franche-Comté 1996 – pages 18-19 [8]
  10. Banville - 36 Ballades joyeuses
  11. J.-L. Aroui — Métrique des ballades de Verlaine, Revue Verlaine, 10, 2007, p. 150-171 [9]
  12. J.-L. Aroui — Métrique des ballades de Verlaine
  13. Thomas Sébillet Art poétique français II, 4 De la ballade, 1548 « La Balade est Poème plus grave que nesun (aucun) des précédents, par ce que de son origine, s'adressait aux Princes, et ne traitait que matières graves et dignes de l'oreille d'un roi. Avec le temps empireur de toutes choses, les Poètes Français l'ont adaptée à matières plus légères et facétieuses, en sorte qu'aujourd'hui la matière de la Balade est toute telle qu'il plaît à celui, qui en est auteur. Si est-elle néanmoins moins propre à facéties et légèretés. » [10]
  14. Dictionnaire universel de la langue française, Volume 2 Traité complet de versification française Par Pierre Claude Victoire Boiste, 1828 page 191 [11]
  15. La Poétique française au Moyen Âge et à la Renaissance par Gaetan Hecq et Gaston Paris, 1903, page 33 [12]
  16. Le testament de Villon, commentaire de Jean Rychner et Albert Henry, Librairie Droz, Genève 1974, page 275 [13]
  17. Histoire du vers français, Georges Lote, § 17 [14]
  18. Patrimoine littéraire européen: Vol. 6 - Prémices de l'humanisme (1400 - 1515) par Jean-Claude Polet – De Boek Université 1995, page 14 [15]
  19. Ballade n'est pas morte: étude sur la pratique de la ballade, Par Bertrand Degott – Annales de l'Université de Franche-Comté 1996, Volume 602 – pages 18-19 [16]
  20. La traduction de la poésie allemande en français dans la première moitié du XIXe siècle, par Christine Lombez, Tübingen : Niemeyer Verlag, coll. "Communication", 2009, page 187 et suivantes
  21. La Musique au Moyen Âge, Volume 1 Par Richard H. Hoppin éd. fr. Martaga/Liège 1991 [17]
  22. La notation de la musique polyphonique 900-1600 Par Willi Apel éd. Martaga 1998, page 304 [18]
  23. « Les Allemands, plus fidèles que nous à l'étymologie, ont donné le nom de Lieder à des chansons historiques ou légendaires, complaintes quelquefois, en stances et sans refrain, où l'on retrouve le ton et le genre des anciens Lais français du XIIIe siècle. » Charles Asselineau Histoire de la Ballade, (1869)
  24. Guide des genres de la musique occidentale, Montalembert et Abromont, éd Fayard-Lemoine 2010 [19]
  25. Folksong. une histoire de la musique populaire aux États-Unis, Jacques Vassal – 1971/1977 Éditions Albin Michel

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Théodore de Banville, Petit traité de poésie française, Ballade, sur Gallica
  • Jacques Roubaud, La Ballade et le chant royal (1997), éd. Les Belles Lettres, coll. Architecture du Verbe, (ISBN 2-251-49007-8)
  • J.-K. Huysmans, « Ballade chlorotique », « Ballade en l'honneur de ma tant douce tourmente », Le Drageoir aux épices, éd. Honoré Champion, Paris, 2003; « Ballade en prose de la chandelle des six », Croquis Parisiens, éd. Bibliothèque des Arts, Paris, 1994.
  • Anetta Janiaczyk-Floirat, Considérations sur la ballade chez Ernest Chausson, Ostinato Rigore no 14, Paris, Jean-Michel Place, 2000, p. 103-113

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]