Ballade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir balade.

Initialement, la ballade est une forme fixe du lyrisme courtois de la fin du Moyen Âge ; le terme a connu un renouveau au XIXe siècle, notamment grâce au mouvement du romantisme. Il est encore utilisé aujourd'hui sous sa forme initiale, comme dans l'œuvre de Jean Chollet, et non pas seulement sous forme d'un récit épique.

Au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, Frédéric Chopin réinvente la ballade en composant quatre grands poèmes pour piano sans forme définie mais dans lesquelles il exprime tout son talent.

Le style correspondant tout à fait à l'époque romantique, de nombreux musiciens - tel Franz Liszt - composeront à leur tour des œuvres similaires.

Acception récente[modifier | modifier le code]

Avec l'influence anglo-saxonne du mot ballad — distinct de ballade, prononcé à la française, et désignant la forme poétique fixe décrite ci-dessous —, le sens du mot s'élargit à un récit ou une chanson racontant la vie d'une personne ou des faits précis. Le récit est toujours épique (proche de la geste), souvent dramatique (dans ce sens, synonyme de complainte), parfois comique. S'il porte sur l'amour entre deux personnes, on l'identifie à la romance. Le mot est utilisé aussi bien pour désigner des poésies, des chansons, des partitions musicales ou des bandes dessinées.

Le terme « ballade » (ou sa version anglo-américaine ballad) est également utilisé dans l'univers de la musique populaire rock pour désigner un morceau calme et doux dans lequel la ou les voix sont accompagnées d'instruments acoustiques. Les Beatles (en l’occurrence Paul McCartney) ont composé sûrement une des plus célèbres d'entre elles : Yesterday, cette chanson étant d'ailleurs accompagnée de violons. La chanson Love Me, Tender d'Elvis Presley est ainsi représentative de ce type de compositions où les paroles développent souvent un thème romantique ou sentimental. Sous l'influence des producteurs d'abord puis par habitude, les albums de musique pop rock comportent souvent des ballades aux côtés de morceaux plus rythmés. Cette habitude se retrouve aussi dans des univers musicaux traditionnellement moins portés sur ce genre d'arrangements comme le hard rock ou le metal (avec par exemple Send Me an Angel de Scorpions, Nothing Else Matters de Metallica ou Cause We've Ended as Lovers de Jeff Beck).
Le genre musical ballad comporte le sous-genre "power ballad".

Composition d'une ballade[modifier | modifier le code]

Révision sur l'observation de ballades d'Eustache Deschamps et de François Villon.

  • grande ballade
    • trois dizains de décasyllabes et un quintil de décasyllabes, l'envoi
    • utilise quatre rimes A, B, C, D.
    • dans les trois dizains elles sont disposées ABABBCCDCD, dans l'envoi elles sont CCDCD.
    • Noter la symétrie axiale de la disposition des rimes :
      • notons 1 pour A et D et 2 pour B et C
        • il vient :
          • 12122 22121
  • petite ballade
    • trois huitains d'octosyllabes et un quatrain d'octosyllabes, l'envoi
    • utilise trois rimes A, B, C
    • dans les trois huitains, les rimes sont disposées : ABABBCBC, dans l'envoi c'est BCBC. (on dit parfois que l'envoi reprend le schéma de la deuxième moitié des autres strophes.)
  • Dans les deux cas
    • le dernier vers de toutes les strophes est le même, c'est un refrain ;
    • l'envoi débute par l'apostrophe au dédicataire du poème, souvent Prince.

Œuvres ou créations portant ce titre[modifier | modifier le code]

  • Autres Balades, recueil contenant Avisons nous qu'il nous convient morir de Christine de Pisan (1404)
  • La ballade nord-irlandaise, adaptation française d'une chanson irlandaise traditionnelle, interprétée par Renaud, sortie en 1991

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Roubaud, La Ballade et le chant royal (1997), éd. Les Belles Lettres, coll. Architecture du Verbe, (ISBN 2-251-49007-8)
  • J.-K. Huysmans, « Ballade chlorotique », « Ballade en l'honneur de ma tant douce tourmente », Le Drageoir aux épices, éd. Honoré Champion, Paris, 2003; « Ballade en prose de la chandelle des six », Croquis Parisiens, éd. Bibliothèque des Arts, Paris, 1994.
  • Anetta Janiaczyk-Floirat, Considérations sur la ballade chez Ernest Chausson, Ostinato Rigore no 14, Paris, Jean-Michel Place, 2000, p. 103-113

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]