Lénore (Bürger)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lénore.
Édition de 1817 de Lénore, publiée par Dieterichsche Buchhandlung.

Lénore est un poème écrit par l'auteur allemand Gottfried August Bürger en 1773 et publié en 1774 dans le magazine littéraire Göttinger Musenalmanach (en)[1]. L’œuvre est généralement décrite comme faisant partie des ballades gothiques du XVIIIe siècle. Le poème a été marquant pour la littérature sur les vampires, bien que le personnage revenant des morts dans l’œuvre ne soit pas considéré comme un vampire[2].

Traductions[modifier | modifier le code]

La ballade est traduite pour la première fois en anglais par William Taylor (en), qui affirmera plus tard « qu'aucun autre poème allemand n'a été autant traduit en anglais »[trad 1],[3].

Nerval a fait connaître ce poème en France à travers deux traductions. La première est en prose et paraît en 1829 dans le Mercure de France au xixe siècle ; elle est reprise en 1830 dans son volume de Poésies allemandes[4]. La seconde est en vers et paraît dans la revue La Psyché[5] en 1830[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « no German poem has been so repeatedly translated into English as Ellenore. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Henry Garland et Mary Garland, The Oxford Companion to German Literature, États-Unis, Oxford University Press,‎ 10 juillet 1997, 951 p. (ISBN 9780198158967, résumé), p. 126
  2. (en) James B. Twitchell, The Living Dead: a Study of the Vampire in Romantic Literature, États-Unis, Presses de l'Université Duke (en),‎ 1er juillet 1981, 232 p. (ISBN 9780822307891, résumé), p. 33
  3. (en) August Montague Summers, The Vampire, His Kith and Kin, Forgotten Books,‎ 1960, 367 p. (ISBN 9781605065663, résumé, lire en ligne), p. 349
  4. « Lénore », dans Poésies Allemandes. Klopstock, Goethe, Schiller, Burger, 1830, p. 223-232, sur Gallica.
  5. « La Lénore de Bürger », dans la Psyché, sur Gallica.
  6. Gérard de Nerval, Poèmes d'Outre-Rhin, Grasset, « Les cahiers rouges », 1966, note p. 228-229.

Ary Scheffer : Lénore - Les Morts vont vite, Huile sur toile, 1830, coll. Musée de la Vie romantique, Hôtel Scheffer-Renan, Paris

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]