Boléro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boléro (homonymie).
Boléro danseur (Lautrec, 1895)

Le boléro est une danse de bal et de théâtre à trois temps, apparue en Espagne au XVIIIe siècle. En 1780, le maître à danser de Charles III Sebastián Lorenzo Cerezo le codifie et lui donne ses lettres de noblesse à la scène, participant ainsi à la naissance de la danse académique espagnole, l'« escuela bolera ».

La vogue du boléro devient telle qu'en 1795 Juan Jasinto Rodríguez de Calderón rédige La Bolerologia o quadro de las escuelas del bayle bolero, tales quales eran en 1794 y 1795, en la corte de España, dans laquelle il fustige la multiplication des écoles de boléro et leur tendance à négliger la bienséance.

L'origine étymologique du boléro reste incertaine : pour d'aucuns le mot fait référence au chapeau ou au gilet que portaient les Andalous, pour d'autres il désigne le danseur de bolas (boules), mais l'origine la plus vraisemblable paraît être le surnom de « Volero » (le danseur volant) qu'on donnait à Sebastián Cerezo.

Le boléro cubain[modifier | modifier le code]

Le boléro cubain apparaît à la fin du XIXe siècle, dans la province d'Oriente, comme variante binaire et syncopée du boléro espagnol, marqué par la clave. Avec Tristeza, composée en 1883 par José Sanchez, il est adopté ensuite par les Mexicains, puis par toute l'Amérique latine. Influencé par la musique de variété américaine, le boléro cubain se transforme progressivement des pas proches du son ou du danzón.

La danse de salon appelée rhumba née aux États-Unis se danse en fait (malgré son nom) sur des boléros.

Le boléro et la musique[modifier | modifier le code]

Le boléro a été utilisé en 1937 par Django Reinhardt dans sa fameuse pièce intitulée Boléro. Cette composition a été inspirée par celui de Ravel, à partir duquel Django Reinhardt a mis au point une technique rythmique de guitare particulière.

Le boléro mexicain le plus célèbre est sans doute Bésame Mucho, composé par Consuelo Velásquez en 1941, et interprété entre autres par Joséphine Baker, les Beatles, Plácido Domingo, Diana Krall, João Gilberto, Cesária Évora, Rosa Passos, Sara Montiel, Sylvie Rodriguez... et aussi, dans les coulisses du Festival de Bayreuth, par la basse wagnérienne finlandaise Matti Salminen.

Une fois adapté en français par Francis Blanche en 1945, Tino Rossi, Dalida, Céline Dion, Arielle Dombasle, Michel Petrucciani, Marc Lavoine, Nicole Louvier, Guy Marchand, Lili Boniche... l'ont repris.

Quelques boléros :

...

Parmi les interprètes renommés, il y eut Maria Dolores Pradera, Luis Miguel, Olga Guillot (surnommée "la Reine du boléro"), Nana Mouskouri, Nat King Cole, le trio Los Panchos, Tito Rodríguez, Daniel Santos, Julio Jaramillo, Gloria Estefan (quelques titres tels que Como me duele perderte)...

En République dominicaine est apparu dans les années 1960 la bachata, un genre musical assez proche du boléro influencé par le merengue.

Le répertoire de la tuna (groupes folkloriques d'étudiants espagnols) comporte de nombreux boléros.

De nombreux boléros ont été adaptés en salsa romántica.

Les musiciens de rock progressif, étant influencés par le classique, ont composé des boléros. On peut citer King Crimson avec Lizard, Renaissance avec Mother Russia, The Enid qui reprend Berlioz, National Health avec The Collapso, le rythme y est assez bien caché.

Le boléro des compositeurs classiques[modifier | modifier le code]

Ce genre musical a inspiré de nombreux compositeurs de musique classique :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :