Symphonie concertante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La symphonie concertante, ou en italien sinfonia concertante, est une forme musicale née à l’époque classique au croisement de la symphonie et du concerto :

  • C'est une forme concertante car elle est écrite pour un ou plusieurs solistes et un orchestre. Elle se distingue du Concerto grosso par l'écriture indépendante de chaque instrument soliste.
  • C'est une forme symphonique car les parties du ou des solistes ne sont pas en opposition ou en conflit avec l'orchestre, de sorte que l’œuvre « sonne » comme une symphonie avec des passages solo.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période classique[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la période baroque, la différence entre un « concerto » et une « symphonie » ou « sinfonia » n’était pas nette ; une sinfonia pouvait être l’ouverture d’une œuvre scénique, et Vivaldi a composé des concertos sans solistes et semblables à des symphonies. La forme la plus proche d’une symphonie concertante était alors le concerto grosso.

La période classique vit, outre la disparition du concerto grosso, le formation définitive de la symphonie et du concerto. Dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, des compositeurs constituèrent avec la sinfonia concertante un genre intermédiaire, comme par exemple ceux de l’école de Mannheim. Johann Christian Bach (le « Bach de Londres »), publia à Paris des « symphonies concertantes » (sous ce nom en français) à partir des années 1770.

Wolfgang Amadeus Mozart, influencé par l'école de Mannheim à partir de 1777 et probablement par le travail de Johann Christian Bach, s’attacha à illustrer le genre et est l’auteur de trois « symphonies concertantes », la première étant la plus connue :

Joseph Haydn, bien qu’auteur de plus de cent symphonies et de concertos pour de nombreux instruments, ne composa qu’une symphonie concertante, la Symphonie concertante pour violon, violoncelle, hautbois, basson et orchestre en si bémol majeur (1792), aujourd'hui classée comme sa Symphonie no 105 (Hob. I:105). Elle tire cependant plus sa forme du concerto grosso, en ce qu’elle oppose un groupe de solistes à un orchestre, que du traitement du genre par Mozart, plus marqué par la symphonie.

Ludwig van Beethoven semble avoir évité le genre, bien que son « Triple Concerto », le Concerto pour piano, violon, violoncelle et orchestre en ut majeur, puisse en être rapproché.

Période romantique[modifier | modifier le code]

Peu de « symphonies concertantes » furent composées après la période classique. Cependant, certaines œuvres romantiques se trouvent au croisement des formes symphonique et concertante, dans des dimensions évidemment plus larges que les œuvres classiques :

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, certains compositeurs se réapproprièrent le genre, par exemple :

Peter Schickele, sous son pseudonyme de P. D. Q. Bach, composa également une Symphonie concertante de nature satirique.

Genres proches[modifier | modifier le code]

Références et sources[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]