Branle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Branle (homonymie).

Au XVe siècle, le branle est l'un des pas constitutifs de la basse danse, ainsi que le nom d'une famille de danses dont l'origine remonte aux rondes du Moyen Âge.

Aux XVIe et XVIIe siècles, les branles se diversifient et désignent un ensemble de danses collectives en chaîne ouverte ou fermée, progressant latéralement à gauche, de mesure binaire ou ternaire. Ils utilisent principalement deux « pas de base » : le double et le simple.

De nombreux éditeurs tels que Pierre Attaingnant, Tielman Susato, Jacques Moderne ou Jean d'Estrée publièrent durant le XVIe siècle des recueils dans lesquels sont retranscrits de nombreux branles harmonisés à quatre ou cinq instruments. Plusieurs de ces recueils ont été réédités à partir des années 1970.

Branle double et branle simple[modifier | modifier le code]

En 1589, Thoinot Arbeau décrit ainsi le double et le simple dans son Orchésographie :

  • double à gauche :
    • (1) un pas du pied gauche à gauche (pied gauche largy), ou en avant ou en arrière, selon le trajet recommandé par la danse
    • (2) un pas du pied droit près du gauche (pied droit approché)
    • (3) un pas du pied gauche à gauche (pied gauche largy), ou en avant ou en arrière
    • (4) joindre le pied droit au gauche sans changer d'appui (pied droit joint)
double à droite : (1-4) idem pieds et sens inverses (à droite, en arrière ou en avant)
  • simple à gauche :
    • (1) un pas du pied gauche à gauche (pied gauche largy), ou en avant ou en arrière
    • (2) joindre le pied droit au gauche sans changer d'appui (pied droit approché)
simple à droite : (1-2) idem pieds et sens inverses (à droite, en arrière ou en avant)

Un branle double se compose d'un double à gauche suivi d'un double à droite.

Un branle simple se compose d'un double à gauche suivi d'un simple à droite.

Ornementations[modifier | modifier le code]

Le danseur peut à loisir introduire des ornements dans le double et le simple. Ainsi, il peut remplacer le dernier temps (joint) par un pied en l'air (Arbeau le nomme branle de Bourgogne). Il peut aussi sautiller chaque temps du double et du simple, à la manière du Haut-Barrois. Il peut encore découper le double et le simple :

  • double à gauche découpé :
    • (1) un pas du pied gauche à gauche (pied gauche largy)
    • (2) un pas du pied droit près du gauche (pied droit approché)
    • (3) un pas sauté sur le pied gauche en levant la jambe droite (pied en l'air droit)
    • (&) un pas sauté sur le pied droit en levant la jambe gauche(pied en l'air gauche)
    • (4) un pas sauté sur le pied gauche en levant la jambe droite (pied en l'air droit)
  • simple à gauche découpé :
    • (1) un pas sauté sur le pied gauche en levant la jambe droite (pied en l'air droit)
    • (&) un pas sauté sur le pied droit en levant la jambe gauche(pied en l'air gauche)
    • (2) un pas sauté sur le pied gauche en levant la jambe droite (pied en l'air droit)

Autres branles[modifier | modifier le code]

D'autres branles, tous forgés sur le modèle du double et du simple, sont décrits par Arbeau :

Quelques survivances du branle[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

En Bretagne
En Poitou
Dans les Pyrénées
En Hongrie
En Macédoine