John Henry (folklore)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Henry.
Statue de John Henry, le long de la route où aurait eu lieu son combat mythique.

John Henry est un héros folklorique américain mythique. De nombreuses pièces de théâtre et de romans l’ont pris pour sujet, ainsi que des chansons, par exemple l'album John Henry de They Might Be Giants sorti en 1994, et plus récemment, l'album The Ballad of John Henry du bluesman électrique Joe Bonamassa, sorti en 2009.

Comme tant d’autres grands hommes comme Paul Bunyan, Pecos Bill ou Iron John, John Henry constitue la représentation mythique d’un groupe spécifique dans le melting-pot de la classe ouvrière du XIXe siècle. Dans l’histoire la plus répandue, John Henry vient au monde grand et fort. Il devient en grandissant l’un des plus grands "pousseurs d’acier" dans l’effort entrepris au milieu du siècle pour prolonger le chemin de fer vers l’Ouest à travers les montagnes.

L’histoire raconte comment, la machine supplantant de plus en plus la force humaine, le propriétaire du chemin de fer achète un marteau à vapeur pour effectuer le travail de ses équipes, en majorité des Noirs. Dans un pari destiné à sauvegarder son emploi et celui de ses équipiers, John Henry défie l’inventeur : John Henry contre le marteau à vapeur.

Il gagne, mais, à l’issue du pari, sujet à une crise cardiaque, il décède. Les portraits classiques représentent John Henry fixant les rails avec de longs clous, mais les vieilles chansons se réfèrent plutôt à lui perforant la roche pour y placer des charges explosives, ce qui constituait une des tâches de creusement des tunnels.

Qu’il s’agisse ou non d’un personnage réel, John Henry devint un symbole majeur du travailleur. Son histoire est perçue comme l’illustration archétypique et tragique de la futilité qu’il y a à combattre le progrès technique, si évident dans le déclin des labeurs traditionnels. Quelques défenseurs du travail interprètent sa légende en disant que, même en étant le travailleur le plus héroïque dans les pratiques respectées, la direction est plus intéressée par l’efficacité et la production que par la santé et le bien-être des ouvriers. C’est ainsi que John Henry a été un thème rebattu par la gauche, les syndicats et la contre-culture américaine pendant près d’un siècle.

Critique historique[modifier | modifier le code]

La vérité sur John Henry s’est obscurcie avec le temps et les mythes, mais la légende dit qu’il est né esclave en Alabama dans les années 1840, et qu’il a défié le marteau à vapeur sur le Chesapeake and Ohio Railway à Talcott en Virginie-Occidentale.

Une statue et une plaque demeurent le long d’une route, au sud de Talcott, qui croise un tunnel où la compétition aurait eu lieu. En 2006, L'Oxford University Press a publié Steel Drivin' Man : John Henry, the Untold Story of an American Legend, de Scott Reynolds Nelson. Le professeur Nelson tente de prouver que John Henry, un prisonnier employé au chemin de fer dans les années 1870, est à la base de la légende.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. This is the hammer that killed John Henry,But it won't kill me, won't kill me, won't kill me