Grec médiéval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grec.
Histoire de la langue grecque
(voir aussi : alphabet grec)
Proto-grec (vers 2000 av. J.-C.)

Mycénien (vers 1600-1100 av. J.-C.)


Grec ancien (vers 800-300 av. J.-C.)
Dialectes :
éolien (en), arcado-cypriote (en), ionien-attique,
dorien, pamphylien (en) ; grec homérique.
Dialecte possible : ancien macédonien.


Koinè (dès 300 av. J.-C.)


Grec médiéval (vers 330-1453)
Parlers :
helladique (Έλλαδική) en Grèce, autour de l'Égée et à Constantinople,
katoitaliote (Κατωιταλιώτικη) en Calabre et Sicile,
paléopontique (Παλαιποντική) autour de la Mer Noire,
anatolien (Ανατολική) en Asie Mineure intérieure, Anatolie et au proche-orient
notique (Νοτική) en Cyrénaïque et Égypte.


Grec moderne (dès 1453)
Dialectes :
cappadocien, crétois, chypriote,
démotique, griko, katharévousa,
pontique, tsakonien, yévanique

Grec médiéval (en grec : Μεσαιωνική Ελληνική) est un terme linguistique qui décrit la troisième période de l'histoire de la langue grecque.

Définition[modifier | modifier le code]

Ses limites symboliques correspondent au transfert de la capitale de l'empire romain de Rome à Constantinople en 330 et à la chute de Constantinople en 1453. Le grec médiéval étant contemporain de l'empire byzantin, on utilise également le terme de grec byzantin.

Variantes[modifier | modifier le code]

On en connaît trois variantes :

  • l'une, savante et "atticisante", a été couramment employée par les lettrés ;
  • une autre, religieuse, est l'Ακολουθική Ελληνική ("grec liturgique"), surtout chanté ;
  • les autres, dites Μεσαιωνικές δημοτικές ("médiévales populaires"), sont les parlers suivants :
  1. Έλλαδική ("helladique", en Grèce, autour de l'Égée et à Constantinople), à l'origine du grec moderne,
  2. Κατωιταλιώτικη (italique, en Calabre et Sicile, peut-être à l'origine du griko),
  3. Ποντική ("pontique", autour de la Mer Noire, avec des traits archaïques, à l'origine du dialecte pontique moderne),
  4. Νοτική (« du sud », en Cyrénaïque et Égypte), disparu,
  5. Ανατολική ("oriental", en Asie Mineure intérieure, Anatolie et au proche-orient), disparu.

En outre, le yévanique, à l'important lexique hébraïque, était parlé par les Romaniotes (juifs grecs)[1].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Francis T. Gignac, The Koine is the direct ancestor of medieval and Modern Greek, Oxford University Press Inc. 1993.

Voir aussi[modifier | modifier le code]