Mark Wahlberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wahlberg.
Mark Wahlberg
Description de cette image, également commentée ci-après

Mark Wahlberg à Sydney en 2012.

Nom de naissance Mark Robert Michael Wahlberg
Surnom Marky Mark
Monk D
Naissance (44 ans)
Boston (Massachusetts, États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur, producteur, rappeur
Films notables Boogie Nights
Fear
Les Rois du désert
The Yards
En pleine tempête
Les Infiltrés
Shooter, tireur d'élite
La nuit nous appartient
The Fighter
Ted
Du sang et des larmes
Ted 2
Site internet Site officiel

Mark Wahlberg est un chanteur, acteur et producteur américain, né le à Boston (Massachusetts).

Il débute jeune dans une carrière musicale aux côtés de son frère Donnie Wahlberg, un des membres du groupe New Kids on the Block. Sous le pseudonyme de Marky Mark, il est rappeur dans le groupe Marky Mark and the Funky Bunch (1991-1993). Par la suite, il se lance dans une carrière d'acteur.

Selon le magazine Forbes, Mark Wahlberg est à la 9e place des acteurs les mieux payés en 2012 avec 27 000 000 $[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Né le à Dorchester dans un quartier ouvrier de Boston, Mark Robert Michael Wahlberg est le plus jeune des neuf enfants (cinq frères et trois sœurs) d'Alma et de Donald Wahlberg. Il grandit dans une famille catholique ayant des ancêtres ­allemands irlandais, suédois et canadiens français.[réf. nécessaire] Il est marqué par le divorce de ses parents à l'âge de onze ans et quitte l'école trois ans plus tard.[réf. nécessaire]

Il mènera par la suite une vie de délinquant (vols, trafic de drogue, bagarres…)[2].

À 17 ans, il est condamné à 2 ans d'emprisonnement à la prison de Deer Island et 45 jours de maison de correction à la suite d'une tentative de vol avec violence et injures sur des personnes d'origine vietnamienne.[réf. nécessaire]

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts dans la musique[modifier | modifier le code]

À sa sortie de prison, il décide de laisser derrière lui son existence de voyou et reçoit l'aide de son frère Donnie Wahlberg, membre du boys band New Kids on the Block. Ce dernier lui permet de développer son talent musical. Mark devient chanteur au sein d'un groupe de hip-hop Marky Mark & the Funky Bunch qui sort deux albums remportant un certain succès aux États-Unis. Dans les années 1990, il chante également en tant que rappeur dans l'album d'eurodance Life in the Streets de Prince Ital Joe, notamment dans les hits United et Rastaman Vibration[3].

Mannequin-vedette en 1992 pour le couturier Calvin Klein, son image de bad boy et sa plastique parfaite, séduisent les adolescentes américaines et le public gay. Il fait un passage éclair dans un téléfilm mais c'est au cinéma qu'il se distingue dès 1994 dans le film Opération Shakespeare.

Début au cinéma[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2014).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Ce n'est pourtant qu'en 1997, avec son rôle de Dirk Diggler, star du porno dans Boogie Nights, second long métrage de l'acclamé cinéaste Paul Thomas Anderson, qu'il remporte un large succès critique.

Il continue à jouer les voyous en 1998 avec la comédie d'action Big Hit, puis en 1999 avec le polar Le Corrupteur, de James Foley. Mais cette année, ce sont Les Rois du désert, satire de David O. Russell, où il a pour partenaire George Clooney, qui confirme sa progression.

En 2000, il retrouve Clooney pour le film d'aventure En pleine tempête, de Wolfgang Petersen ; puis se voit confier son premier grand rôle dramatique, celui du repris de justice Leo Handler, dans le thriller familial The Yards, de James Gray.

En 2001, il se voit confier la possibilité de confirmer son statut de star avec le blockbuster La Planète des singes, de Tim Burton. Mais cette tentative de reboot est un échec critique et le studio annule les projets de suite. Quant au drame musical Rock Star, de Stephen Herek, dont il partage l'affiche avec Jennifer Aniston, il passe inaperçu.

En 2002, il essuie un nouvel échec critique et commercial avec le thriller La Vérité sur Charlie, pourtant réalisé par Jonathan Demme et où il a pour partenaire Thandie Newton.

Reconnaissance critique et échecs consécutifs[modifier | modifier le code]

En 2008, à l'avant-première de Max Payne.

En 2003, il revient alors à des distributions collectives : le salué et populaire film d'action Braquage à l'italienne, remake de F. Gary Gray, pour lequel il retrouve Charlize Theron, mais côtoie aussi Edward Norton et le débutant Jason Statham (à l'époque).

En 2004, il fait partie du casting de la comédie dramatique chorale J'adore Huckabees, avec notamment Dustin Hoffman et Isabelle Huppert. Cette seconde collaboration avec David O. Russell lui permet de renouer avec la critique.

En 2005, il joue l'un des Quatre frères, film d'action urbain signé John Singleton.

En 2006, il fait partie de l'impressionnante distribution réunie par Martin Scorsese pour son acclamé polar bostonien, Les Infiltrés. Son interprétation comique et décalée du sergent Dignam, dans un récit pourtant noir, lui vaut une poignée de prix, et de nominations, dont une à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. Il tente aussi parallèlement de s'imposer comme unique tête d'affiche avec le drame sportif Invincible, qui est salué par la critique mais passe inaperçu.

En 2007, il persévère en portant le film d'action Shooter, tireur d'élite, d'Antoine Fuqua, qui fonctionne modérément au box-office. Il retrouve cependant James Gray et Joaquin Phoenix pour un film indépendant, le polar La nuit nous appartient. Il s'agit de son premier film en tant que producteur, après un essai à la télévision avec la série Entourage, qui s'inspire de son expérience de jeune acteur à Hollywood et dans laquelle il apparaît de façon récurrente. La série est un succès populaire et engendre 8 saisons diffusées entre 2004 et 2011.

En 2008, il enchaîne les deux plus gros échecs critiques de sa carrière : d'abord en héros du blockbuster fantastique Phénomènes, de M. Night Shyamalan, puis en prêtant ses traits à Max Payne dans l'adaptation cinématographique signée John Moore.

En 2009, il a à peine plus de chance, pourtant en tête d'affiche du drame fantastique Lovely Bones de Peter Jackson, le film est aussi mal reçu.

Passage aux comédies et confirmation critique[modifier | modifier le code]

En mai 2014, à la première australienne de Transformers 4.

En 2010, il s'aventure dans le registre de la comédie en tournant coup sur coup dans deux œuvres portées par deux membres du Frat Pack : d'abord en côtoyant Steve Carell pour la comédie d'action Crazy Night, où il joue les seconds rôles de luxe, puis en partageant l'affiche du parodique Very Bad Cops avec Will Ferrell, où ils forment un tandem de flics losers. Cet essai est couronné de succès (aux USA mais pas en France où, après un très bon démarrage, il voit sa fréquantation chuter brusquement) et largement salué par la critique, notamment pour sa prestation de policier terre-à-terre et nerveux.

En 2011, il doit de nouveau un sommet de sa carrière à David O. Russell, pour lequel il produit et tourne le drame sportif Fighter, aux côtés de Christian Bale et Amy Adams. Sa performance lui vaut un Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique. En 2012, il revient en unique tête d'affiche du thriller d'action Contrebande, de Baltasar Kormakur, pour lequel il rejoue un ex-voyou. Mais le film, qu'il produit, passe inaperçu, contrairement à la comédie fantastique Ted, de Seth MacFarlane, énorme succès surprise commercial de l'année. Il y incarne un quadragénaire attardé et ahuri, meilleur ami d'un ours en peluche doué de la parole, et politiquement incorrect.

En 2013, il compte sur des tandems pour revenir vers le registre dramatique : il joue de nouveau le voyou pour le film d'action 2 Guns, avec Denzel Washington, puis l'ex-flic pour le polar Broken City, avec Russell Crowe. Il joue enfin les repris de justice losers pour la satire No Pain No Gain, avec Dwayne Johnson, et mise en scène par Michael Bay. Le premier fonctionne plutôt bien, le second est un énorme échec critique et commercial, tandis que le dernier, original et décalé, divise.

La même année, il officie aussi en tant que producteur exécutif de Prisoners, acclamé premier long-métrage américain du cinéaste canadien Denis Villeneuve. Il porte ensuite un projet risqué : le film de guerre Du sang et des larmes de Peter Berg, où il prête ses traits au soldat Marcus Luttrell, qui est acclamé par la critique.

En 2014, il retrouve Michael Bay pour le blockbuster fantastique Transformers : L'Âge de l'extinction, énorme succès commercial mondial, mais éreinté par la critique. La même année, sa nouvelle tentative de tête d'affiche dramatique passe de nouveau inaperçue : The Gambler de Rupert Wyatt divise la critique et déçoit commercialement.

En 2015, la suite de Ted : Ted 2 de Seth MacFarlane, déçoit la critique et ne parvient pas à réitérer le box-office du premier opus. Un troisième opus est néanmoins annoncé[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son étoile sur Hollywood Boulevard, inaugurée en juillet 2010.

Mark Wahlberg se marie le avec Rhea Durham[5], la mère de ses 4 enfants (Ella Rae née 2003, Michael né en 2006, Brendan Joseph né en 2008 et Margaret Grace née en 2010[6],[7]).

Il est catholique pratiquant[8].

Il possède son étoile sur le prestigieux boulevard hollywoodien Walk of Fame.[réf. nécessaire]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Films
Télévision

Wahlberg étant producteur de la série Entourage, il y fait plusieurs caméos :

Comme producteur[modifier | modifier le code]

À la télévision'
Au cinéma

Discographie[modifier | modifier le code]

Marky Mark & the Funky Bunch[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Mark Wahlberg à la 83e cérémonie des Oscars en 2011, pour Fighter.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Critics' Choice Movie Awards 2014[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Oscars du cinéma[modifier | modifier le code]

Golden Globes[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Bruno Choël est le doubleur récurrent de Mark Wahlberg[9].

Au Québec, Patrice Dubois, Alain Zouvi et Martin Watier sont les doubleurs les plus récurrents de l'acteur[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]