George Marshall (général)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Général George Marshall
George Marshall (général)
George Marshall en 1946.

Naissance
Uniontown (Pennsylvanie)
(États-Unis)
Décès (à 78 ans)
Washington (district de Columbia) (États-Unis)
Origine Américain
Allégeance États-Unis
Arme US Army
Grade Général de l'Armée
Années de service 1902 – 1945
Commandement Chief of Staff of the United States Army
Conflits Guerre américano-philippine
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Offensive Meuse-Argonne
Distinctions Prix Nobel de la paix 1953
Autres fonctions Secrétaire d'État des États-Unis
Secrétaire à la Défense des États-Unis
Signature de Général George Marshall

George Marshall
Fonctions
3e secrétaire à la Défense des États-Unis

(11 mois et 22 jours)
Président Harry S. Truman
Gouvernement Administration Truman
Prédécesseur Louis A. Johnson
Successeur Robert A. Lovett
50e secrétaire d'État des États-Unis

(1 an, 11 mois et 30 jours)
Président Harry S. Truman
Gouvernement Administration Truman
Prédécesseur James F. Byrnes
Successeur Dean Acheson
Biographie

Liste des secrétaires d'État des États-Unis
Liste des secrétaires à la Défense des États-Unis

George Catlett Marshall, Jr. né le à Uniontown et mort le à Washington, est un General of the Army américain au cours de la Seconde Guerre mondiale, et fut l'un des principaux conseillers et stratèges du président Roosevelt pour la conduite du conflit.

Après la guerre, George Marshall est chargé de mettre fin à la guerre civile chinoise avec la mission Marshall puis est à l'origine d'un projet auquel il laisse son nom : le plan Marshall, visant à apporter une aide économique à l'Europe.

Jeunes années[modifier | modifier le code]

George Marshall naît à Uniontown (Pennsylvanie, États-Unis) le . C'est le plus jeune des trois enfants de la famille Marshall après Stuart (1875-1956) et Marie (1876-1962).

Contrairement à la majorité des grands officiers américains, George Marshall n’intègre pas l'Académie militaire de West Point : les problèmes financiers de sa famille et ses capacités physiques limitées le dirigent vers la VMI (Virginia Military Institute)[1].

George entre à la VMI le pour en ressortir diplômé en 1901 avec le grade de 1er capitaine des cadets. Choisissant une carrière militaire dans l'US Army (il est le seul de sa promotion à s’engager dans cette voie), il reçoit son affectation en tant que 2d lieutenant au 30e régiment d’infanterie stationné aux Philippines.

Avant de rejoindre son unité, il épouse Elizabeth Coles le à Lexington.

Jeune officier[modifier | modifier le code]

Il reste aux Philippines de à puis rejoint Fort Reno (Oklahoma, États-Unis) pour servir successivement en tant qu’officier-ingénieur, officier d’ordonnance, officier d'intendance (Quartermaster) et officier-commissaire.

En 1906, il reprend ses études à l’école de cavalerie et d’infanterie de Fort Leavenworth (Kansas, États-Unis) d'où il sort 1er en 1907 et est promu 1er lieutenant. Ces excellents résultats lui permettent d'être sélectionné pour l'année 1908 dans l'Army Staff College (école d’officier) où il reste pour exercer en qualité d'enseignant jusqu'en 1911.

À partir de , Marshall est successivement affecté aux 24e (New York), 4e (Manille, Philippines) régiments d'infanterie, puis au 13e (Californie, puis New York) au poste d'aide de camp du général de division J. Franklin Bell de à .

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Marshall est promu au grade de capitaine en et rejoint l'AEF (American Expeditionary Force) en France.

L'année 1918 est pour lui l'occasion de se faire remarquer par son sens élevé de la tactique qui lui vaut des éloges pour les résultats obtenus lors des offensives de Cantigny, Aisne-Marne, St. Mihiel et Meuse-Argonne.

Repéré par le général John Pershing, ce dernier en fait son aide de camp et le promeut au grade de major () et lieutenant-colonel ().

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

De 1924 à , Marshall est envoyé en Chine pour être commandant en chef du 15e d'infanterie (en) à Tianjin. Il termine l'année 1927 par un poste d'instructeur à l'Army War College (en) de Washington.

Cette même année, son épouse Elizabeth Coles meurt le .

Durant les cinq années qui suivent, il est l'assistant du commandant de l'école d'infanterie de Fort Benning, dans l'État de Géorgie.

En 1930, il se remarie avec Katherine Tupper Brown (1882-1978).

Il est nommé en 1933 commandant du 8e régiment d'infanterie à Fort Screven (État de Georgie) puis du CCC (Civilian Conservation Corps) à Fort Moultrie où il obtient le grade de colonel en septembre.

De 1933 à 1936, Marshall est instructeur à la 33e division de la garde nationale à Chicago.

En , il est nommé brigadier-général (général de brigade) et commandant à la 5e brigade de Vancouver (État de Washington) jusqu'en 1938.

En , Marshall rejoint en qualité d'assistant l'état-major de stratégie militaire (Chief of Staff). Ce poste l'amène naturellement à rencontrer régulièrement le président Franklin Roosevelt et son administration. Il fait très bonne impression et Roosevelt le nomme chef d'état-major de l'armée de terre en [1] avec le grade de Major General.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

George Marshall avec le secrétaire à la Guerre Henry Lewis Stimson en 1942.

De 1941 à la fin de la guerre, il participe à toutes les conférences interalliées en qualité de conseiller privilégié de Roosevelt.

Dirigeant les forces armées américaines engagées en Europe, il s’oppose en 1942 au débarquement en Afrique du Nord, réorganise l'Air Force et planifie le débarquement de Normandie. Il est très déçu de ne pas recevoir le commandement du D-Day mais Roosevelt explique qu'il ne peut se passer de son conseiller.

Plus tard, Winston Churchill déclare au sujet de Marshall qu'il est « l'organisateur de la victoire ».

En , Marshall est nommé General of the Army, tout comme sont élevés au rang d'officier cinq étoiles les trois autres conseillers de Roosevelt William Leahy (Fleet Admiral), Ernest King (Fleet Admiral) et Henry Harley Arnold (General of the Army) et les principaux commandants en chef des opérations Dwight D. Eisenhower (General of the Army), Douglas MacArthur (General of the Army) et Chester Nimitz (Fleet Admiral). En raison de son poste de chef d'état-major de l'armée de terre des États-Unis, et pour des raisons protocolaires, il est le premier à être promu General of the Army.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Rôle diplomatique[modifier | modifier le code]

À peine le second conflit mondial est-il terminé que Marshall, à la demande d'Harry S. Truman, part pour la Chine () en tant qu'ambassadeur et représentant personnel du président des États-Unis.

En 1947, il devient secrétaire d'État et se retire du service actif aux armées. Sa nouvelle fonction lui permet de s'atteler à la réalisation du programme ERP (European Recovery Program), désormais connu sous le nom de « plan Marshall », qui permet d'injecter, dans un premier temps, plus de cinq milliards de dollars dans l'aide à la reconstruction européenne.

Au Proche-Orient, il se signale par des positions hostiles à la création de l'État d'Israël, allant jusqu'à faire demander au Conseil de sécurité de l’ONU de surseoir à l’exécution de la résolution du [2].

Malade, il démissionne de son poste en 1949.

Dernières fonctions[modifier | modifier le code]

En 1948, il succède au général Pershing à la tête de l'American Battle Monuments Commission[3].

En , Marshall accepte le rôle de secrétaire à la Défense qu'il quitte en , conseille l'ONU dans sa gestion de la guerre de Corée et devient président de la Croix-Rouge américaine.

Hommages[modifier | modifier le code]

Il reçoit le prix Nobel de la paix en (il est à ce titre le premier chef militaire à recevoir ce prix, comme il fut le premier chef militaire à accéder à la fonction de secrétaire d'État des États-Unis[4]). En 1959, il est lauréat du prix international Charlemagne. George Marshall meurt le à l'hôpital Walter Reed de Washington.

Décorations[modifier | modifier le code]

Armée américaine[modifier | modifier le code]

Armées étrangères[modifier | modifier le code]

Décorations civiles[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b André Kaspi, Franklin D. Roosevelt, Paris, A. Fayard, , 647 p. (ISBN 978-2-213-02203-1, OCLC 299443640), p. 470.
  2. Georges Bensoussan, Un nom impérissable - Israël, le sionisme et la destruction des Juifs d'Europe, Seuil, 2008, prologue : « Le , sur injonction de George Marshall, l’ambassadeur américain à l’ONU demande au Conseil de sécurité de surseoir à l’exécution de la résolution du . »
  3. http://www.abmc.gov/commission/history.php, consulté le 21 janvier 2009.
  4. Site evene.lefigaro.fr, page sur George Marshall, consulté le 20 décembre 2020.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Biographie sur le site de la fondation Nobel (le bandeau sur la page comprend plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par la personne lauréate — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)