Réserpine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Réserpine
Image illustrative de l’article Réserpine
Identification
Nom UICPA 11,17α-diméthoxy- 18β-(3,4,5-triméthoxybenzoyloxy)- 3β,20α-yohimban-16β-carboxylate de méthyle
ou

(1R,15S,17R,18R,19S,20S)-6,18-diméthoxy-17-[(3,4,5-triméthoxyphenyl)carbonyloxy]- 3,13-diazapentacyclo[11.8.0.02,10.04,9.015,20]henicosa-2(10),4(9),5,7-tétraène-19-carboxylate de méthyle

No CAS 50-55-5
No ECHA 100.000.044
No CE 200-047-9
Code ATC C02AA02
DrugBank APRD00472
PubChem 5770
SMILES
InChI
Apparence cristaux prismatiques incolores
Propriétés chimiques
Formule brute C33H40N2O9  [Isomères]
Masse molaire[1] 608,6787 ± 0,0323 g/mol
C 65,12 %, H 6,62 %, N 4,6 %, O 23,66 %,
Propriétés physiques
fusion 264−265 °C
Solubilité faible dans l'acétone, le méthanol et l'éther
Faible dans le benzène et l'eau
bonne dans le chloroforme
Précautions
Classification du CIRC
Groupe 3 : Inclassable quant à sa cancérogénicité pour l'Homme[2]

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La réserpine est un alcaloïde qui a été découvert dans le rhizome et la racine de Rauwolfia serpentina (Apocynacées).

  • À faible dose (de 0,1 mg à 0,25 mg), la réserpine est un hypotenseur.
  • À plus fortes doses (de l'ordre du milligramme), elle est utilisée comme apaisant, et dans le traitement des syndromes psychiatriques de manie, de névrose, d'anxiété et d'obsession.

La réserpine était connue pour se fixer sur les vésicules de stockage de neurotransmetteurs tels que la dopamine, la noradrénaline, et la sérotonine. On pensait qu'elle inhibait la neurotransmission, provoquant ainsi une dépression chez l'Homme, mais un test médicamenteux dans les années 50 à l'hôpital de Maudsley a mis en évidence un effet antidépresseur. On a ensuite montré que les faibles doses agissaient comme antidépresseur, alors que les doses élevées provoquaient l'épuisement des stocks de monoamines et la dépression. Par ailleurs, la réserpine a une action périphérique dans plusieurs parties du corps où la partie cholinergique du système nerveux est prépondérante (tube digestif, muscles lisses des vaisseaux sanguins).

Histoire[modifier | modifier le code]

La réserpine a été isolée en 1952 à partir de la racine séchée de Rauwolfia serpentina, et mise sur le marché en 1954, deux ans après le chlorpromazine. La réserpine n'a plus été utilisée durant quelques années en raison de ses effets secondaires et interactions, avant d'être à nouveau utilisée dans certains pays comme médicament, ou en combinaison avec d'autres molécules contre l'hypertension, généralement avec un diurétique et/ou un vasodilatateur tel que l'hydralazine.

Pharmacien avec une ordonnance de réserpine.

Son usage comme antipsychotique est presque abandonné. À l'origine, des doses de 0,5 mg à 40 mg par jour ont été données à des malades psychotiques. Au-dessus de 3 mg/jour, un anticholinergique devait être associé pour combattre l'activité cholinergique excessive de la réserpine dans certains organes, ainsi que des syndromes parkinsoniens. La réserpine est aussi utilisée comme sédatif pour les chevaux.

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les effets secondaires de la réserpine sont nombreux, incluant congestion nasale, nausées, vomissements, prise de poids, intolérance gastrique, ulcères gastriques (induits par l'activité cholinergique accrue du tissu gastrique et l'altération de la muqueuse), crampes d'estomac et diarrhées.
La réserpine est aussi source d'hypotension et de bradycardie et elle peut aggraver l'asthme.
Le nez encombré est une autre conséquence du blocage des récepteurs alpha.
Elle peut induire une dépression assez grave pour conduire au suicide.
Des effets sur le système nerveux central se manifestent par la somnolence, des vertiges, et des cauchemars.
Le parkinsonisme apparaît sans lien avec la dose.
Faiblesse ou fatigue générale sont fréquentes.

Expérimentalement, une dose élevée a notamment causé un fibro-adénome du sein et des tumeurs malignes des vésicules spermatiques chez les rongeurs, mais l'hypothèse que le cancer du sein pourrait être induit par la réserpine chez les femmes (risque approximativement doublé) n'a pas été confirmée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, « Evaluations Globales de la Cancérogénicité pour l'Homme, Groupe 3 : Inclassables quant à leur cancérogénicité pour l'Homme », sur http://monographs.iarc.fr, CIRC, (consulté le 22 août 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. アルカロイド (Alkaloids) (T-Z). 2004.
  2. "Indole Alkaloids" Major Types Of Chemical Compounds In Plants & Animals Part II: Phenolic Compounds, Glycosides & Alkaloids. Wayne's Word: An On-Line Textbook of Natural History. 2005.
  3. Forney, Barbara. Reserpine for Veterinary Use Wedgewood Pharmacy. 2001-2002.
  4. Rauwolfia Dorlands Medical Dictionary. Merck Source. 2002.
  5. Lopez-Munoz F, Bhatara VS, Alamo C, Cuenca E. (2004): "[Historical approach to reserpine discovery and its introduction in psychiatry]" [Article in Spanish] Actas Esp Psiquiatr. 32(6):387-95. PMID 15529229 Fulltext in English and Spanish
  6. Schuldiner, S. et al. (1993): J. Biol. Chem. 268(1) 29-34. PMID 8416935