Personnalité de l'année selon Time Magazine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Man of the Year (film, 2006).

Personnalité de l'année selon Time Magazine
(anciennement : Homme de l'année)
Image associée à la récompense
Couverture de Time avec Charles Lindbergh, le premier « Homme de l'année », publiée le .

Nom original Person of the Year (anciennement : « Man of the Year »)
Description Prix remis à la personne qui a « marqué le plus l'année écoulée, pour le meilleur ou pour le pire »
Organisateur Time Magazine
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de création 1927


La personnalité de l'année (Person of the Year) est un titre qui est décerné chaque année en décembre depuis 1927 par la rédaction de l'hebdomadaire américain Time Magazine à la personne qui a « marqué le plus l'année écoulée, pour le meilleur ou pour le pire ».

Jusqu'à 1998, le titre portait le nom d’homme de l'année (Man of the Year).

Historique[modifier | modifier le code]

Liste[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

Le titre de « personnalité de l'année » est souvent considéré, à tort, comme étant un honneur. De nombreuses personnes, y compris certains membres des médias américains, continuent de relayer l'idée que le titre d'« homme de l'année » est une récompense ou un prix, bien que Time Magazine fasse régulièrement des démentis sur ce point. La confusion vient en partie du fait que des gens admirables ont reçu ce titre, peut-être même la majorité. Ainsi, de nombreux journalistes décrivent un nouvel « homme de l'année » comme ayant rejoint le rang des précédents « vainqueurs », tels que Martin Luther King.[réf. souhaitée]

Il y eut une très grande polémique aux États-Unis après que le choix du Time se fut porté sur l'ayatollah Khomeini en 1979. Depuis, le magazine américain s'est généralement gardé de choisir des figures anti-américaines.[réf. souhaitée]

La personne de l'année 2001, juste après les attentats du 11 septembre, fut le maire de New York, Rudolph Giuliani, bien que pour beaucoup Oussama ben Laden constituât un choix plus logique. Le numéro déclarant Giuliani « homme de l'année » comprenait un article soulignant les décisions antérieures de nommer l'ayatollah Khomeini « homme de l'année 1979 » et l'hésitation qui se termina par un refus de nommer Hitler en tant que « personnalité du siècle », Albert Einstein ayant été finalement retenu pour ce titre[10]. L'article semblait insinuer qu'Oussama Ben Laden aurait été un choix plus normal pour le titre d’« homme de l'année 2001 » et que Hitler était un candidat plus fort qu'Albert Einstein pour le titre de « personnalité du siècle » mais que le journal ne les avait finalement pas choisis à cause de leur « influence négative sur l'Histoire ».[réf. souhaitée]

Un autre choix largement critiqué fut la décision en 2006 d'élire You (« Vous » en français), censé honorer la majeure partie des gens (voire tout le monde) pour le rôle de chaque individu au développement d'Internet et de la communication (via les blogs, et les réseaux sociaux). L'émission de télévision « The Jon Stewart Show » a parlé d'une « blague » et le magazine Slate a désigné cette sélection comme étant « tout simplement stupide ». Le comédien Stephen Colbert en plaisanta en disant que lorsqu'il reçut son exemplaire du Time, il avait pensé que celui-ci l'avait choisi, lui, comme « homme de l'année » et lui en avait envoyé un numéro personnel.[réf. souhaitée]

Les résultats du sondage en ligne de 2006 pour la personne de l'année sont les suivants : le président du Venezuela Hugo Chávez obtenait 35 % des voix, suivi par le président iranien Mahmoud Ahmadinejad avec 21 %, puis le chef du Parti démocrate à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, avec 12 %, les créateurs de YouTube à 11 %, George W. Bush 8 %, Al Gore 8 %, la secrétaire d'État américaine Condoleezza Rice 5 % et le dictateur nord-coréen Kim Jong-il avec 2 %.[réf. souhaitée]

Le , Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale américaine est choisi personnalité de l'année par Time[11] pour avoir, selon eux, sauvé les États-Unis du désastre financier. Cette nomination laisse toutefois un « goût amer » car dans un même temps le chômage n'a pas baissé aux États-Unis et seule la bourse a repris de la vigueur.

En 2017, le journal The Hill (en) déclare que Time Magazine est trop politiquement correct pour choisir une personnalité clivante, surtout dans les années 2000, alors qu'ils ont choisi précédemment Khomeini et Hitler, le média rappelant que ce n'est pas un concours de popularité[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « TIME Magazine Cover: Endangered Earth, Planet of the Year - Jan. 2, 1989 », sur TIME.com (consulté le 24 juin 2018)
  2. (en) « Time magazine names Ebola fighters in "Person of the Year" title », sur ITV,
  3. (en) « Behind Time's Person of the Year Ebola Fighters Cover », sur Time Magazine,
  4. (en) « The Ebola Fighters – The ones who answered the call », sur Time Magazine,
  5. Ce qui pouvait déjà être remarqué lors de la couverture du 21 novembre 2016 indiquant « Donald Trump. Président élu » et revenant sur la victoire surprise du républicain
  6. (en) « Donald Trump Is Time's Person of the Year, to No One's Surprise », sur NY Times,
  7. AFP / Reuters, « Donald Trump désigné personnalité de l'année 2016 par le magazine Time », sur Le Monde,
  8. (en) Stephanie Zacharek, Eliana Dockterman et Haley Sweetland Edwards, « TIME Person of the Year : The Silence Breakers », sur time.com (consulté le 6 décembre 2017).
  9. « Elles ont "brisé le silence" contre les violences sexuelles : qui sont les six femmes en une du numéro spécial de Time Magazine », sur France Info,
  10. « "Time" : Einstein, l'homme du siècle. », sur Libération.fr, .
  11. (en) « Ben Bernanke - Person of the Year 2009 », Michael Grunwald, time.com, 16 décembre 2009.
  12. (en) « Time is too politically correct to crown a worthy "Person of the Year" », sur The Hill.com, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Time 100, le classement des cent personnes les plus influentes dans le monde selon Time Magazine.

Lien externe[modifier | modifier le code]