James Lovell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

James Lovell
Image illustrative de l’article James Lovell

Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Sélection Groupe d'astronautes 2
Naissance (92 ans)
Cleveland (États-Unis)
Grade Captain, US Navy
Durée cumulée des missions 29 j 19 h 4 min
Mission(s) Gemini 7
Gemini 12
Apollo 8
Apollo 13
Insigne(s) Gemini VII patch.png Gemini 12 insignia.png Apollo-8-patch.png Apollo 13-insignia.png

James Arthur Lovell, Jr., dit « Jim » Lovell, né le à Cleveland, Ohio, est un astronaute américain de la NASA, principalement connu pour avoir été le commandant de la mission Apollo 13.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Cleveland, dans l'Ohio, d'une mère tchèque, il étudie à l'université du Wisconsin, où il rejoint la fraternité Alpha Phi Omega (en) puis à l'Académie navale d'Annapolis. Il est mobilisé pendant la guerre de Corée.

En 1959, il fait acte de candidature pour faire partie du tout premier groupe d'astronautes de la NASA mais il n'est pas sélectionné en raison d'un taux élevé de bilirubine dans le sang[1].

En 1962, ayant à nouveau tenté sa chance, il intègre le deuxième groupe de la NASA, baptisé « The New Nine », aux côtés (entre autres) de Neil Armstrong et de Pete Conrad (qui, comme lui, avait échoué à la sélection de 1959).

Après avoir participé à quatre vols spatiaux entre 1965 et 1970 (lire ci-dessous), il prend sa retraite en 1973 et devient entrepreneur jusqu'en 1991.

En 2018, âgés de 90 ans, Lovell et Borman célèbrent avec Anders (85 ans) le cinquantième anniversaire de leur vol autour de la Lune[2].

Vols réalisés[modifier | modifier le code]

Gemini 7 (avec Borman et Lovell à bord) vu par Gemini 6, le  : premier rendez-vous spatial.

Lovell est le remplaçant d'Ed White lors de la mission Gemini 4, en juin 1965 (première activité extra véhiculaire américaine) puis effectue son premier vol sur Gemini 7 en décembre de la même année, prenant part alors au tout premier rendez-vous spatial de l'histoire. À cette occasion, il bat avec Borman le record de durée dans l'espace, avec 14 jours.

Au retour de ce vol, il est désigné commandant remplaçant de la mission Gemini 10, programmé pour l'été 1966 mais, après la mort accidentelle d'Elliott See et Charles Bassett, équipage de Gemini 9, il devient commandant remplaçant sur ce vol. Puis, en novembre, il effectue son second vol en tant que commandant de Gemini 12, la toute dernière mission du programme Gemini, au cours de laquelle son coéquipier Buzz Aldrin réalise plusieurs sorties dans l'espace.

En 1968, suite de l'indisponibilité de Michael Collins, il participe à la mission Apollo 8 en compagnie de Frank Borman et William Anders, la première en orbite lunaire. A cette occasion, il pulvérise avec eux le record du plus grand éloignement de la Terre et fait partie des tout premiers humains à découvrir la face cachée de la Lune.

En 1969, il est désigné commandant remplaçant de la mission Apollo 11 (doublure de Neil Armstrong), laquelle permet pour la première fois à des hommes de marcher sur la Lune.

Jim Lovell (à gauche) et Fred Haise s'entraînant pour le vol Apollo 13.

Le , Lovell s'élance à nouveau vers l'espace. Il commande Apollo 13, accompagné de Fred Haise et Jack Swigert, devant devenir à cette occasion le cinquième homme à marcher sur la Lune, suivi par Haise. Mais deux jours plus tard, un réservoir d'oxygène explose dans le module de service, alors que le vaisseau se trouve entre la Terre et la Lune : le plan d'alunissage est aussitôt annulé. Utilisant l'habitacle et les réserves du module lunaire (prévu pour deux personnes), les trois membres de l'équipage contournent la Lune (un demi-tour étant trop risqué) et parviennent à revenir sains et saufs après six jours de voyage. Leur périple est suivi dans le monde entier, alors que le public commençait à se lasser des vols sur la Lune.

Lovell devient alors le tout premier homme à totaliser quatre vols dans l'espace. Et avec John Young et Gene Cernan, il fait partie des trois hommes à s'être rendus à deux reprises vers la Lune (mais il est le seul des trois à n'y avoir pas posé le pied).

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1952, Lovell a épousé Marilyn Lillie Gerlach. Le couple a eu quatre enfants et ne s'est jamais séparé.

Littérature[modifier | modifier le code]

En 1994, en collaboration avec Jeffrey Kluger, journaliste du Time, Lovell publie Lost Moon (en), un livre sur la mission Apollo 13. Celui-ci est adapté au cinéma par Ron Howard dès l'année suivante sous le titre Apollo 13 (lire ci-dessous).

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Assez populaire dans son pays, Lovell est interprété par plusieurs acteurs au cinéma et à la télévision[3] :

Il intervient par ailleurs comme figurant dans deux films de fiction :

Il est enfin interviewé dans le documentaire In the Shadow of the Moon de David Sington (en), sorti en 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jeffrey Kluger et Jim Lovell, Lost Moon: The Perilous Voyage of Apollo 13, New York, Pocket Books, , 188–196 p. (ISBN 0-671-53464-5)
  2. Apollo 8 Astronauts Reflect on Historic Moon Voyage 50 Years Later, Time, 10 décembre 2018
  3. IMDb