Alexandre Douguine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alexandre Douguine
Image dans Infobox.
Alexandre Douguine.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Александр Гельевич ДугинVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Nationalités
Formation
Novocherkassk State Academy of Melioration (d) (licensed (d))
Institut d'aviation de Moscou (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Evguénia Débryanskaya (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Université d'État de Moscou (-), université nationale d'Eurasie (en) (), International Independent University of Environmental and Political Sciences (d) (-), université fédérale du Sud, université de Téhéran, université FudanVoir et modifier les données sur Wikidata
Chaires
Professeur titulaire (en), professeur d'université (d), chaire universitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Partis politiques
Membre de
Directeur de thèse
Viktor Vereshchagin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Influencé par
Site web
Œuvres principales
Fondamentaux de géopolitique, The Fourth Political Theory (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alexandre Guelievitch Douguine (en russe : Александр Гельевич Дугин), né à Moscou le , est un intellectuel et théoricien politique nationaliste russe. Il est l'auteur de nombreux essais.

Il a mis sur pied le Parti national-bolchévique (PNB), puis le Front national-bolchévique et enfin le Parti Eurasie. Il a été le conseiller du président de la Douma d'État Guennadi Selezniov, ainsi que de Sergueï Narychkine, membre dirigeant du parti Russie unie, pour les questions stratégiques et géopolitiques.

Il estime que la Russie est culturellement plus proche de l'Asie que de l'Europe. Sa théorie du néo-eurasisme et ses ouvrages de géopolitique en ont fait un intellectuel influent dans les cercles nationalistes et il est parfois considéré comme un des inspirateurs de la politique étrangère de Vladimir Poutine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et fonctions[modifier | modifier le code]

Il est polyglotte, parlant dix langues[1].

En 1979, Douguine commence des études d’ingénieur à l’Institut d’aviation de Moscou[2]. Il fréquente des cercles intellectuels moscovites traditionalistes (« cercle Ioujinski »), versés dans l’ésotérisme et le mysticisme et hostiles aussi bien à la culture officielle soviétique qu’à l’« Occident décadent »[3]. Les trois membres les plus importants de ce groupe étaient le poète Evgueni Golovine (ru), le philosophe orthodoxe Iouri Mamléïev[4] et le mystique musulman azéri Gueïdar Djemal (en) (qui fonda le Parti de la renaissance islamique de Russie en 1991)[4]. Douguine fut très influencé par ces trois hommes, qu’il décrivit plus tard comme les « vrais maîtres de l’élite ésotérique de Moscou ». « L’une des activités du cercle consistait à lire et à traduire en russe les livres (empruntés à la Bibliothèque Lénine) d’auteurs étrangers comme René Guénon, Julius Evola et Ernst Jünger[3] ». Membre actif de ce groupe, Douguine fait une traduction d’Impérialisme païen de Julius Evola, qu'il diffuse, dès 1982, sous forme de samizdat[3]. Evola eut aussi une grande influence sur Douguine, en lui transmettant une vision-du-monde centrée sur la « Tradition » et sur les « racines hyperboréennes »[5].

Il obtient un doctorat de sciences politiques en 2005, puis un doctorat de sociologie en 2011[6].

En 2014, alors qu'on lui avait offert le poste de directeur du département de Sociologie des Relations internationales à l'Université d'État de Moscou, il perd ce poste à la suite de ses déclarations incendiaires sur le conflit avec l'Ukraine[7].

En 2015, il est nommé rédacteur en chef de la chaîne de télévision Tsargrad TV, dès sa fondation par Konstantin Malofeïev[8]

Éditeur et traducteur[modifier | modifier le code]

En 1988, Douguine fonde la maison d'édition Eon et écrit son premier livre, Misterii Evrazii [Les Mystères de l’Eurasie], distribué en samizdat. En 1989, des textes de Douguine sont publiés pour la première fois sous son nom dans une revue soviétique[3].

En 1989, il voyage en Europe de l’Ouest, où il rend visite à des intellectuels de la mouvance néo-droitiste et traditionaliste tel Alain de Benoist, ce qui l'amène à fonder la revue Elementy, revue-sœur de celle de Benoist (Éléments). Il rencontre aussi Claudio Mutti et Jean Thiriart. L’idée d’une alliance rouge-brun, « fédérant identitaires, tiers-mondistes et ex-soviétiques – allait avoir un écho grandissant en Europe »[9].

Dès ce moment, selon son traducteur, « son hostilité envers l'Occident s'accroît et il se rapproche du courant « national-communiste », en rencontrant le leader communiste Guennadi Ziouganov. Il publie, cette même année, un nouveau livre : Puty Absoljuta (Les Voies de l’Absolu)[10]. »

En 1990, les éditions Eon prennent le nom révélateur d’Arctogaïa (Terre du Nord)[4]. En 1991, il traduit en russe La Crise du monde moderne de René Guénon[11].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Premiers pas en politique[modifier | modifier le code]

Après la chute du communisme, Douguine s'oppose au régime pro-occidental de Boris Eltsine. Dès 1991, il écrit dans Dyen [Le Jour], dirigé par l’écrivain et journaliste Alexandre Prokhanov, proche du Parti communiste et opposé au régime[12]. Douguine, qui entre dans le comité de rédaction de Dyen, lance lui-même plusieurs journaux, dont le premier fut Giperboreyets (L’Hyperboréen). Il publie l’almanach Mily Angel (Cher Ange)[4], essentiellement consacré au mysticisme orthodoxe. La même année, Douguine fait de nouveaux voyages en France pour participer aux colloques du GRECE et de l’association Politica Hermetica[12].

Au printemps 1992, il organise la venue à Moscou d'Alain de Benoist, Robert Steuckers et Jean Laloux, qui participent à diverses réunions et rencontres dont une table ronde largement médiatisée avec Prokhanov et le député nationaliste Sergueï Babourine[13],[14]. En , une délégation du Front européen de libération, menée entre autres par le Belge Jean Thiriart et composée en majorité de Français et d'Italiens, se rend à Moscou[15]. Elle rencontre Douguine et Prokhanov, mais aussi Egor Ligatchev et Guennadi Ziouganov[15],[12].

Parti national-bolchévique[modifier | modifier le code]

En , Douguine et Limonov créent le Parti national-bolchévique, avec Limonov comme figure charismatique et Douguine comme idéologue. Le but est de promouvoir une alliance « rouge-brun », réunissant les rouges (communistes) avec les bruns (fascistes) contre le système capitaliste, comme tentait alors de le faire en France Jean-Edern Hallier avec L'Idiot international[16]. D'après Stephen Shenfield, bien que Limonov fût le leader suprême du PNB, le programme idéologique du parti était largement déféré à Douguine, qui n'implémente toutefois pas certains éléments de sa pensée, comme son mysticisme religieux[17].

Des liens sont établis avec la mouvance de la contre-culture rock/pop et le parti se dote d’un bimensuel du nom de Limonka. En 1995, Douguine se présente comme candidat du PNB dans une banlieue de Saint-Pétersbourg, mais malgré l'appui bruyant de la star de l'underground Sergueï Kouriokhine, qui donne à cette occasion un concert gratuit, il n'obtient que 0,85% des suffrages exprimés. Ce fut sa seule excursion dans le domaine électoral[17],[18].

Frustré par la simplification de ses idées par le programme du PNB, Douguine quitte le parti en mai 1998 et emporte avec lui une poignée de sympathisants[17].

Rapprochement avec le Kremlin[modifier | modifier le code]

Après son départ du PNB, il transforme la maison d'édition Arktogeïa en association historico-religieuse. En 1998, Douguine devient conseiller à la Présidence de la Douma pour les questions stratégiques et géopolitiques, poste qu'il exerce toujours en 2015.

Rôle dans l'annexion de la Crimée puis l'invasion de l'Ukraine[modifier | modifier le code]

Dès la deuxième guerre d'Ossétie du Sud en 2008, Douguine appelle à l'annexion de la Crimée[19].

Lors de l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, il est en contact avec les groupes séparatistes du Donbass et de Luhansk. Il leur donne des instructions et conseille personnellement la séparatiste Ekaterina Goubareva[20]. En 2014, il va jusqu'à appeler à l'extermination des Ukrainiens[21]. En conséquence de quoi, en 2015, il est mis sur la liste des sanctions américaines[1],[22]. En juin 2015, le gouvernement canadien ajoute à son tour Alexandre Douguine et le parti Union de la jeunesse eurasienne à la liste des individus et organismes sanctionnés[23].

Lors de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022, il appelle au placement de l'Ukraine toute entière sous le contrôle de la Russie[24]. D'après l'historien Nicolas Lebourg, Alexandre Douguine est mis en avant par le régime de Vladimir Poutine afin de justifier la guerre du Donbass en 2014, mais voit ensuite son influence se réduire[25].

Positionnement idéologique[modifier | modifier le code]

Néo-eurasisme et rêve impérial[modifier | modifier le code]

Alexandre Douguine est l'un des principaux théoriciens du néo-eurasisme[5]. D'après l'historien et sociologue Mischa Gabowitsch, l'interprétation de l'eurasisme faite par Douguine diffère radicalement du mouvement conçu vers 1920 par des intellectuels russes de l’émigration, tels N. Troubetskoï, P. Savitski, N. Alekseïev, etc.[26]. Le néo-eurasisme de Douguine s'approprie la théorie de Mackinder opposant « thalassocratie » et « tellurocratie », en la renouvelant dans les termes d'une guerre de civilisations[27]. Au pouvoir maritime et atlantiste de l'Occident, il oppose « la puissance de la terre eurasienne, dont la Russie constitue le cœur[28]. » À terme, l'Eurasie devrait englober toute la masse continentale, allant du Portugal au Détroit de Béring, ce qui n'est pas sans analogie avec 1984 de George Orwell, dans lequel le continent Eurasia pratique le néo-bolchevisme[21].

Douguine rejette « la prétention à l’universalité du modèle occidental et la « modernisation exogène », prétextes à l’esclavage, au colonialisme et au racisme » et leur oppose la tradition[28]. Il est influencé par le traditionalisme d'auteurs comme René Guénon et Julius Evola[5].

En , Alexandre Douguine fonde le Mouvement social politique pan-russe Eurasia, qui s’appuie fortement sur les religions traditionnelles. Parmi ses dirigeants figurent le moufti suprême de Russie Talgat Tadjouddine (en), ainsi que des officiels bouddhistes et juifs (notamment le rabbin hassidique Avraam Chmoulevitch, dirigeant du mouvement Beat Artzein). Des figures militaires font aussi partie des organes de direction d’Eurasia, par exemple le général Klotokov et l’ancien conseiller d'Eltsine, D. Riourikov. Le mouvement bénéficierait aussi selon certains d’un appui discret du Patriarcat orthodoxe[5]. Il se rapproche dans le même temps de Vladimir Poutine[11]. En , le parti Eurasia devient le Mouvement eurasiste international dont le « Conseil supérieur » comprend un certain nombre de personnalités, tels le ministre de la Culture Vladimir Sokolov, le vice-ministre des Affaires étrangères Viktor Kalioujny et le conseiller présidentiel Alsambek Aslakhanov[11].

Influencé par les idées slavophiles de l'Église orthodoxe russe, Douguine considère Moscou comme la « troisième Rome »[11]. Le néo-eurasisme est décrit par le politologue Andreas Umland comme « une forme particulièrement extrême d'impérialisme russe » et comme anti-démocratique[29]. Membre permanent du Club d'Izborsk, Douguine aspire à la fondation du « Cinquième Empire », — « après la Rus' de Kiev (du IXe au XIIIe siècle), le royaume moscovite, l’empire pétersbourgeois des Romanov et l’URSS » — dont l'Ukraine fait nécessairement partie [30].

Il perçoit son mouvement néo-eurasiste comme l'héritier d'un « Ordre d'Eurasie » secret qui aurait existé pendant une centaine d'années, et qualifie ainsi le SS Reinhard Heydrich d'« eurasiste convaincu ». Bien que s'étant plusieurs fois distancié des crimes d'Adolf Hitler, Douguine a durant les années 1990 exprimé de manière récurrente son admiration pour certains aspects du nazisme, qu'il tient pour la plus complète et totale réalisation de son projet. Depuis 2000, il modère sa rhétorique et se fait passer pour un antifasciste, mais admet pourtant en 2006 avoir pour modèles les frères Otto et Gregor Strasser[29].

Dans la Russie du début du troisième millénaire, il apparaît que les idées eurasistes ont une influence certaine, et qu’elles séduisent de larges franges du personnel politique et militaire, ainsi que des membres de l’entourage immédiat de Vladimir Poutine[28],[31]. Le président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbayev, est de même un partisan déclaré de l’eurasisme comme l'indique le fait que, dans sa capitale Astana, il a fait renommer l’université : « Université Lev-Goumilev ». Le vocabulaire eurasiste est aussi largement utilisé par les élites russes et même par certains dirigeants européens. En 2001, le président Poutine a lui-même déclaré : « la Russie a toujours été un État eurasien »[32].

Douguine collabore aussi à la revue plurilingue Eurasia, fondée en 2004 par l'Italien Claudio Mutti[15].

Rejet du libéralisme[modifier | modifier le code]

Douguine définit le libéralisme comme une volonté de liberté individuelle qui va jusqu'au rejet de toute forme d'identité collective : « la lutte contre toutes les manifestations de l'identité collective est le devoir moral des libéraux, et le progrès est mesuré par les victoires dans cet affrontement[33]. » « Les libéraux ont libéré l'être humain de son identité nationale, religieuse et autre. La dernière forme d'identité collective étant celle du genre, le libéralisme veut l'abolir en la rendant arbitraire et optionnelle[1]. » Au lieu de considérer la société comme un ensemble d'individus égaux en droits, il veut s'en tenir à l'ancienne conception de celle-ci comme un corps organisque[n 1].

Douguine classe le libéralisme parmi les trois théories politiques de la modernité aux côtés du fascisme et du marxisme. Selon lui, le libéralisme est une forme d'esclavage, car « il tente l'homme à l'insurrection contre Dieu, contre les valeurs traditionnelles, contre la morale et contre les valeurs spirituelles de son peuple et de sa culture ». Il n'hésite pas ainsi à utiliser une rhétorique marxiste afin de critiquer le libéralisme.

À l'universalisme atomisant de l'Occident, Douguine oppose un autre universalisme qui s'exprime dans l'idée politique d'empire, qui est pour lui une valeur suprême et sacrée : « Pas une nation, mais un empire. Pas le monde bourgeois westphalien, mais l'ordre sacré de la grande étendue[34]. » Il rejette l'idée que la démocratie et les droits humains sont des valeurs universelles : ce sont simplement des notions occidentales qui ne devraient pas être imposées à d'autres sociétés et aires culturelles[35].

Comme les États-Unis sont le fer de lance des valeurs libérales et de la mondialisation, il est essentiel de travailler à en affaiblir la puissance[n 2]. Dans ses Fondamentaux de géopolitique (1997), un ouvrage qui a eu un énorme retentissement et qui est utilisé comme manuel dans les écoles militaires russes[1], il recommande :

« de faire en sorte d'introduire du désordre géopolitique dans les activités intérieures des États-Unis, en encourageant toute forme de conflit ethnique et racial, en soutenant les mouvements dissidents, extrémistes, racistes et sectaires afin de déstabiliser le pays[35]. »

En 2016, il a accueilli avec enthousiasme l'élection de Donald Trump[1] parce que celui-ci incarne une rupture idéologique à l'intérieur du libéralisme[33].

La Quatrième théorie politique[modifier | modifier le code]

Dans son livre La Quatrième théorie politique — publié en 2012 et préfacé par Alain Soral —, Douguine insiste sur la fracture idéologique et civilisationnelle entre l'Eurasie et l'Ouest. Selon lui, « Des trois théories qui ont précédé la sienne, deux, communisme et fascisme, ont échoué. Reste le libéralisme, triomphant mais qui ne représente ni la « fin de l’histoire » ni celle des idéologies. Il propose alors sa propre conception, celle d’un conservatisme actif ». Cet ouvrage développe plusieurs thèmes notamment : « critique de la rationalité, refus du principe démocratique (c'est la spiritualité qui fait l'élite), mépris du libéralisme, rejet du progrès et justification de l'État fort dans le fil de la pensée du philosophe Carl Schmitt[28]. »

Son rejet de la notion de progrès va jusqu'à recommander le bannissement de la chimie et de la physique, ainsi que de l'Internet. La modernité est jugée mauvaise dans toutes ses productions : science, valeurs, philosophie, art, société, modes, etc.[1].

Influence de Heidegger[modifier | modifier le code]

Dans Martin Heidegger: The Philosophy of Another Beginning (2014), Douguine présente la pensée de Heidegger comme un substrat philosophique à son entreprise de destruction de la tradition occidentale. Il se réclame particulièrement du concept géo-philosophique de Dasein qui « advient dans le combat des membres d’une génération dont le destin pré-orienté n’est pas celui d’individus aux parcours différenciés, mais est uniquement le destin de ceux-là qui, au sein d’une génération, ont déjà dépassé le paradigme libéral de l’individualisme, et forment une communauté organique[36]. »

Heidegger lui permet ainsi de justifier son projet d'empire eurasien, ainsi que le montre l'analyse de François Rastier : « À l’Europe démocratique, supranationale et plutôt cosmopolite, il faut opposer un projet identitaire, tel qu’il s’exprime dans le concept heideggérien et plus généralement nazi de Gemeinschaft (Communauté)[37] ».

Conspirationnisme[modifier | modifier le code]

D'après les politologues Stéphane François et Olivier Schmitt, Alexandre Douguine est l'un des principaux théoriciens du conspirationnisme en Russie. Dans les années 1990, il développe la conspiratologie, « terme pseudo-scientifique désignant une construction théorique issue de l'enquête et visant à démasquer les comploteurs, donc une théorie du complot qui s'abrite sous un vernis d'esprit critique ». Son discours néo-eurasiste voit la théorie du complot comme une clé permettant la compréhension du monde et de ses changements[11].

Relations avec l'extrême droite française[modifier | modifier le code]

Selon l'historien Nicolas Lebourg, Alexandre Douguine est une influence pour les nationalistes-révolutionnaires et la Nouvelle droite en France[25].

Douguine publie en 2013 L’Appel de l’Eurasie, un livre d’entretiens avec Alain de Benoist[28]. En 2014, une réunion ayant pour thème « l'avenir des valeurs fondamentales de la civilisation chrétienne en Europe » rassemble des représentants de partis nationalistes européens, le à Vienne, organisée à l'initiative du milliardaire Konstantin Malofeïev[38]. Outre Alexandre Douguine, se trouvaient parmi les invités Aymeric Chauprade et Marion Maréchal-Le Pen[39].

En , Alexandre Douguine rencontre à Moscou Jean-Marie Le Pen, alors président d'honneur du Front national[40],[41]. L'homme politique français a également rencontré à cette occasion un oligarque proche de Vladimir Poutine, Konstantin Malofeïev, qui dirige le fonds d'investissement Marshall Capital Group et soutient les idées eurasianistes de Douguine[42]. Pour Nicolas Lebourg, le concept d'Europe boréale de Le Pen est influencé par l'Eurasie de Douguine[25]. Conformément à la vision eurasiste de Douguine, les dirigeants politiques d'extrême-droite en Union européenne sont activement courtisés et soutenus par Poutine[43].

L'éditeur et militant nationaliste-révolutionnaire Christian Bouchet est un ami personnel d'Alexandre Douguine. Il a fait traduire et éditer plusieurs de ses textes. Il a aussi organisé dans plusieurs villes françaises des conférences pour faire connaître la personne et les théories de Douguine. Bouchet affirme que le théoricien eurasiste aurait ouvert « des perspectives immenses sur l'islam, l’orthodoxie, le judaïsme, sans oublier les liens entre la Tradition et la géopolitique »[44].

En , la chaîne française web de ré-information TV Libertés diffuse un entretien avec lui[44].

D'après Le Monde, Alexandre Douguine assure la promotion d'Alain Soral sur Internet et lui met à sa disposition ses réseaux. En septembre 2014, Douguine et Soral tiennent une conférence commune au Brésil. En juin 2016, il fait inviter Soral à Moscou, lors d'un forum sur les médias : celui-ci dénonce « l’effondrement de la France », « l’impérialisme américain » et ses relais « judéo-franc-maçonniques »[45].

Conceptions religieuses[modifier | modifier le code]

Alexandre Douguine est un orthodoxe vieux-ritualiste russe[46]. Il reconnait donc l'autorité du patriarche de Moscou.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L’Empire soviétique et les nationalismes à l’époque de la pérestroïka, in ..., Nation et Empire, GRECE, 1991.
  • Fondamentaux de géopolitique (1997)
  • « La Révolution conservatrice russe », Eurasia, vol. 2,‎
  • Le prophète de l'eurasisme, Dublin, avataréditions, coll. « Heartland », , 352 p. (ISBN 978-0954465278, lire en ligne)
  • La grande guerre des continents, Avatar Éditions, coll. « Les cahiers de la radicalité », , 100 p. (ISBN 978-0954465261)
  • La Quatrième théorie politique : La Russie et les idées politiques au XXIe siècle (préf. Alain Soral), Éditions Ars magna, , 336 p.
  • Pour une théorie du monde multipolaire, Éditions Ars magna, , 240 p. (ISBN 978-2912164858)
  • L'appel de L'Eurasie, Avatar Éditions, coll. « Heartland », , 222 p. (ISBN 978-1907847189), conversation avec Alain de Benoist
  • (en) Martin Heidegger: The Philosophy of Another Beginning (trad. Nina Kouprianova), Washington, Radix,
  • Vladimir Poutine, le pour et le contre : Ecrits eurasistes 2006-2016, Éditions Ars magna, , 490 p. (ISBN 979-1096338276)
  • Pour le Front de la Tradition, Éditions Ars magna, (ISBN 979-1096338313)
  • Les mystères de l'Eurasie, Éditions Ars magna,
  • Les racines de l'identité (Écrits eurasistes - 2012-2015), Éditions Ars magna,
  • Le retour des Grands Temps (Écrits eurasistes - 2016-2019), Éditions Ars magna,
  • Les templiers du prolétariat, Éditions Ars magna,
  • Contre le Great Reset : Le Manifeste du Grand Réveil, Éditions Ars magna,

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans une entrevue accordée en 1999 à la revue polonaise Fronda, Douguine s'explique ainsi : « In Russian Orthodox christianity a person is a part of the Church, part of the collective organism, just like a leg. So how can a person be responsible for himself? Can a leg be responsible for itself? Here is where the idea of state, total state originates from. » Source: «Czekam na Iwana Groźnego» [I'm waiting for Ivan the Terrible]. 11/12 (en polonais). Fronda, 1999, p. 133.
  2. « In his magnum opus, ‘The Foundations of Geopolitics: The Geopolitical Future of Russia,’ published in 1997, Dugin mapped out the game plan in detail. Russian agents should foment racial, religious and sectional divisions within the United States while promoting the United States’ isolationist factions. In Great Britain, the psy-ops effort should focus on exacerbating historic rifts with Continental Europe and separatist movements in Scotland, Wales and Ireland. » Source : David Von Drehle, « The man known as ‘Putin’s brain’ envisions the splitting of Europe — and the fall of China », The Washington Post, Washington D.C.,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) Paul Ratner, « The Most Dangerous Philosopher in the World », BigThink,‎ (lire en ligne)
  2. Prophète, p. 11.
  3. a b c et d Prophète, p. 12.
  4. a b c et d « Entretien Avec Alexandre Douguine », sur chroniquedutempsquipasse.hautetfort.com, (consulté le )
  5. a b c et d « Alexandre Douguine et la droite radicale française », sur tempspresents.wordpress.com (consulté le )
  6. (ru) A. Douguine sur le site de l'université de Moscou.
  7. Catherine A. Fitzpatrick, « Russia This Week: Dugin Dismissed from Moscow State University? (23-29 June) » Accès libre, sur www.interpretermag.com, (consulté le )
  8. (en) Lesia Shymko, « The weaponization of religion: How the Kremlin is using Christian fundamentalism to advance Moscow's agenda », The Day (Kiev),
  9. Sidi Moussa Nedjib, « Marc Weitzmann, Un temps pour haïr (Paris, Grasset, 2018) », Sciences & Actions Sociales, no 12,‎ , p. 200-213 (lire en ligne)
  10. Prophète, p. 12-13.
  11. a b c d et e Stéphane François et Olivier Schmitt, « Le conspirationnisme dans la Russie contemporaine », Diogène, nos 249-250,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. a b et c Prophète, p. 13.
  13. Pierre-André Taguieff, « Origines et métamorphoses de la nouvelle droite », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. 40, no 1,‎ , p. 3–22 (DOI 10.3406/xxs.1993.3005, lire en ligne, consulté le )
  14. (en) Deland, Mats, Minkenberg, Michael et Mays, Christin, In the tracks of Breivik : far right networks in Northern and Eastern Europe, Münster, LIT Verlag, (ISBN 3643905424 et 9783643905420, OCLC 881140905, lire en ligne), pp. 93-94
  15. a b et c Philippe Baillet, L'Autre Tiers-mondisme : des origines à l’islamisme radical - Fascistes, nationaux-socialistes, nationalistes-révolutionnaires entre « défense de la race » et « solidarité anti-impérialiste », Saint-Genis-Laval, Akribeia, , 475 p. (ISBN 978-2-913612-61-7), p. 185, 188
  16. Abel Mestre, « Histoire d’une notion : « Rouge-brun », cent ans d’alliances des extrêmes », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  17. a b et c (en) Stephen Shenfield, Russian Fascism: Traditions, Tendencies and Movements: Traditions, Tendencies and Movements, Routledge, (ISBN 9781315500034, lire en ligne)
  18. (en) Mark J. Sedgwick, Against the Modern World: Traditionalism and the Secret Intellectual History of the Twentieth Century, Oxford University Press, (ISBN 9780195396010, lire en ligne), p. 232
  19. Dina Newman, « Russian nationalist thinker Dugin sees war with Ukraine », sur BBC News,
  20. Oleg Shynkarenko, « Alexander Dugin: The Crazy Ideologue of the New Russian Empire », The Daily Beast,‎ (lire en ligne)
  21. a et b (en) Timothy Snyder, « To Understand Putin, Read Orwell », Politico magazine,‎ (lire en ligne)
  22. « U.S. Department of the Treasury Ukraine-related Designations », treasury.gov,
  23. « Expanded Sanctions List » [archive du ], pm.gc.ca,
  24. (en) John Lloyd, « Putin’s theory of war faces its toughest test », The New Statesman,‎ (lire en ligne)
  25. a b et c Maxime Macé et Pierre Plottu, « La pensée de Douguine influence-t-elle l’extrême droite française ? » Accès libre, sur StreetPress, (consulté le )
  26. Mischa Gabowitsch, « Chapitre 2. Combattre, tolérer ou soutenir ? La société russienne face au nationalisme russe », dans Le rouge et le noir : Extrême-droite et nationalisme en Russie, CNRS Éditions, coll. « CNRS Science politique », (ISBN 978-2-271-09097-3, lire en ligne), p. 67–97
  27. (en) Charles Clover, « The Unlikely Origins of Russia’s Manifest Destiny », Foreign Policy,‎ (lire en ligne)
  28. a b c d et e Jean-Marie Chauvier, « Eurasie, le « choc des civilisations » version russe », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  29. a et b (en) Andreas Umland, « Moscow's rising influence peddler », The Globe and Mail,‎ (lire en ligne)
  30. Benoît Vitkine, « En Russie, le nouveau souffle des idéologues », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  31. (en) Andreas Umland, « Moscow's rising influence peddler », The Globe and Mail,‎ (lire en ligne)
  32. « Le prophète de l’eurasisme, Alexandre Douguine Par Alexandre Douguine », sur books.google.fr (consulté le )
  33. a et b Manuel Ochsenreiter, « Dictature du libéralisme 2.0 - une conversation avec le Prof. Alexandre Douguine »,
  34. A. Douguine, «Paix de Westphalie», 24-10-2021
  35. a et b (en) Conor Lynch, « Did philosopher Alexander Dugin, aka "Putin's brain," shape the 2016 election? », Salon,‎ (lire en ligne)
  36. Gaëtan Pégny, « I.6. Alexandre Douguine, un heideggerisme à la fois assumé et dissimulé », Revue d’Histoire de la Shoah, no 207,‎ , p. 115-128 (lire en ligne)
  37. François Rastier, « Le rouge et le brun. L’heideggérisme clarifié par les Cahiers noirs », Cités, vol. 61, no 1,‎ , p. 123-137 (lire en ligne)
  38. Olivier Faye, Abel Mestre et Caroline Monnot, « Moscou-Paris-Vienne : les rencontres d'Aymeric Chauprade, conseiller de Marine Le Pen » Accès libre, sur Droite(s) Extrême(s) (Le Monde, (consulté le )
  39. « A Vienne, la discrète présence du FN à une réunion de partis d'extrême droite », sur Le Figaro, (consulté le )
  40. « Un documentaire choc sur les liens entre FN et Kremlin », sur Tribune de Genève, (consulté le )
  41. « « Front national, l'œil de Moscou »: enquête sur l'alliance avec la Russie de Poutine », sur Mediapart, (consulté le )
  42. « Comment les nationalistes russes se lient aux associations «familialistes» occidentales », sur Slate.fr, (consulté le )
  43. Isabelle Mandraud, « Vladimir Poutine, parrain de l’extrême droite européenne », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  44. a et b Philippe Baillet, De la confrérie des bons Aryens à la nef des fous. Pour dire adieu à la droite radicale française, Saint-Genis-Laval, Akribeia, , 200 p. (ISBN 978-2-913612-69-3), p. 111-124, 132, 138, 151
  45. Isabelle Mandraud, « A Moscou, Alain Soral vante le « modèle Poutine » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  46. Nathalie Ouvaroff, « Russie et vieux-croyants: le retour de la Troisième Rome – Religioscope » Accès libre, sur www.religion.info, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marlène Laruelle, L’Idéologie eurasiste russe ou comment penser l’empire, L’Harmattan, 1999.
  • Marlène Laruelle, « Alexandre Dugin : esquisse d’un eurasisme d’extrême-droite en Russie post-soviétique », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 3,‎
  • Marlène Laruelle, La Quête d'une identité impériale. Le néo-eurasisme dans la Russie contemporaine, Éditions PETRA,
  • Didier Chaudet, Florent Parmentier, Benoît Pélopidas, L'empire au miroir. Stratégies de puissance aux États-Unis et en Russie, Genève, Droz, 2007.
  • Charles Clover, Black Wind, White Snow: The Rise of Russia's New Nationalism, Yale University Press, 2016.
  • Le traducteur, « Avant-propos », dans Alexandre Douguine, Le prophète de l'eurasisme, Dublin, avataréditions, (lire en ligne), p. 11-19

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]