République de Carélie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carélie.
République de Carélie
(ru) Республика Карелия
(fi) Karjalan tasavalta
(krl) Karjalan tazavaldu
(vep) Karjalan Tazovaldkund
Armoiries de la République de Carélie
Armoiries de la République de Carélie
Drapeau de la République de Carélie
Drapeau de la République de Carélie
République de Carélie
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Nord
District fédéral Nord-Ouest
Statut politique République
Création 16 juillet 1956
Capitale Petrozavodsk
Président Andreï Nelidov
Premier ministre Pavel Tchernov
Démographie
Population 684 212 hab. (2010)
Densité 3,8 hab./km2
Géographie
Superficie 180 520 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) Russe
Fuseau horaire UTC+4
Code OKATO 86
Code ISO 3166 RU-KR
Immatriculation 10
Liens
Site web http://www.gov.karelia.ru

La République de Carélie ou Carélie (en russe : Республика Карелия, Respoublika Kareliïa ; en finnois : Karjalan tasavalta ; en carélien : Karjalan tazavaldu ; en vepse : Karjalan Tazovaldkund) est une république, sujet fédéral de la Fédération de Russie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La république est située dans la partie nord-ouest de la Fédération de Russie, en position intermédiaire entre les bassins des mers Blanche et Baltique. La côte de la mer Blanche s'étend sur 630 km.

La plus grande partie du territoire de la république (148 000 km² ou 85 %) est constituée de réserves forestières d'État.

Lacs[modifier | modifier le code]

L'archipel de Sortavala sur le lac Ladoga.
Le lac Onega.

Il y a 60 000 lacs en Carélie. Les lacs et marécages de la république contiennent environ 2 000 km³ d'eau douce de très bonne qualité. On y trouve les 2 plus grands lacs d'Europe :

  • Le lac Ladoga
    • en russe : Ла́дожское о́зеро, Ladojskoïe ozero ou Ла́дога, Ladoga;
    • en finnois : Laatokka [auparavant Nevajärvi]
    • en carélien : Luadogu
  • Le lac Onega
    • en russe : Онежское озеро, Onejskoïe ozero ;
    • en finnois : Ääninen ou Äänisjärvi

Parmi les autres lacs :

Rivières[modifier | modifier le code]

Le Kem.
carte de la Carélie

La république de Carélie en compte environ 27 000. Parmi les plus importantes :

Parcs nationaux et réserves naturelles[modifier | modifier le code]

Les parcs et réserves naturelles occupent 5% de la superficie de la république[1],[2]:

Ressources naturelles[modifier | modifier le code]

On trouve une cinquantaine de minerais utiles en Carélie, situés dans plus de 400 gisements et couches métallifères. Les ressources naturelles de la république comprennent entre autres le minerai de fer, les diamants, le vanadium et le molybdène.

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les recensements de la population de la république donnent les résultats suivants : 791 317 (1989), 645 205 (2002), 643 548 (2010). La Carélie est principalement peuplée de Russes (82,2 % de la population au recensement de 2010) et de Caréliens (ethnie finnoise) (7,4%). Parmi les autres groupes ethniques on trouve les Biélorusses, les Ukrainiens, les Finnois et les Vepses (0,5 %).

  • Population : 716 000 (2002)
    • Urbain : 537 395 (75,0 %)
    • Rural : 178 886 (25,0 %)
    • Hommes : 331 505 (46,3 %)
    • Femmes : 384 776 (53,7 %)
  • Femmes pour 1000 hommes : 1 161
  • Âge moyen : 37,1 ans
    • Urbain : 35,9 ans
    • Rural : 40,6 ans
    • Hommes : 33,9 ans
    • Femmes : 39,9 ans
  • Nombre de foyers : 279 915 (701 314 personnes)
    • Urbain : 208 041 (525 964 personnes)
    • Rural : 71 874 (175 350 personnes)

Evolution démographique[modifier | modifier le code]

Les indicateurs démographiques sont les suivants[3]:

Population
(x 1000)
Naissances Décès Remplacement Taux brut de natalité
(par 1000)
Taux brut de mortalité
(par 1000)
Remplacement
(par 1000)
Taux de fécondité
1970 714 11346 5333 6013 15,9 7,5 8,4
1975 723 12748 6086 6662 17,6 8,4 9,2
1980 741 12275 7374 4901 16,6 10,0 6,6
1985 770 13201 8205 4996 17,1 10,7 6,5
1990 792 10553 8072 2481 13,3 10,2 3,1 1,87
1991 790 8982 8305 677 11,4 10,5 0,9 1,62
1992 788 7969 9834 -1865 10,1 12,5 -2,4 1,46
1993 782 7003 11817 -4814 9,0 15,1 -6,2 1,30
1994 774 6800 13325 -6525 8,8 17,2 -8,4 1,26
1995 767 6729 12845 -6116 8,8 16,7 -8,0 1,24
1996 760 6461 11192 -4731 8,5 14,7 -6,2 1,19
1997 753 6230 10306 -4076 8,3 13,7 -5,4 1,15
1998 747 6382 10285 -3903 8,5 13,8 -5,2 1,18
1999 740 6054 11612 -5558 8,2 15,7 -7,5 1,12
2000 732 6374 12083 -5709 8,7 16,5 -7,8 1,18
2001 725 6833 12597 -5764 9,4 17,4 -7,9 1,25
2002 717 7247 13435 -6188 10,1 18,7 -8,6 1,33
2003 707 7290 14141 -6851 10,3 20,0 -9,7 1,32
2004 696 7320 13092 -5772 10,5 18,8 -8,3 1,31
2005 686 6952 12649 -5697 10,1 18,4 -8,3 1,24
2006 676 6938 11716 -4778 10,3 17,3 -7,1 1,22
2007 667 7319 11007 -3688 11,0 16,5 -5,5 1,28
2008 659 7682 11134 -3452 11,7 16,9 -5,2 1,35
2009 651 7884 10599 -2715 12,1 16,3 -4,2 1,58
2010 644 7821 10471 -2650 12,1 16,2 -4,1 1,58
2011 641 7711 9479 -1768 12,0 14,7 -2,7 1,60
2012 640 7980 9761 -1781 12,5 15,3 -2,8 1,71
2013 636 7603 9354 -1751 12,0 14,7 -2,7 1,66

Groupes ethniques[modifier | modifier le code]

1926 1939 1959 1970 1979 1989 2002 2010[4]
Caréliens 100 781 (37,4 %) 108 571 (23,2 %) 85 473 (13,0 %) 84 180 (11,8 %) 81 274 (11,1 %) 78 928 (10,0 %) 65 651 (9,2 %) 45 570 (7,4 %)
Finnois 2 544 (0,9 %) 8 322 (1,8 %) 27 829 (4,2 %) 22 174 (3,1 %) 20 099 (2,7 %) 18 420 (2,3 %) 14 156 (2,0 %) 8 577 (1,4 %)
Vepses 8 587 (3,2 %) 9 392 (2,0 %) 7 179 (1,1 %) 6 323 (0,9 %) 5 864 (0,8 %) 5 954 (0,8 %) 4 870 (0,7 %) 3 423 (0,5 %)
Russes 153 967 (57,2 %) 296 529 (63,2 %) 412 773 (62,7 %) 486 198 (68,1 %) 522 230 (71,3 %) 581 571 (73,6 %) 548 941 (76,6 %) 507 654 (82,2 %)
Biélorusses 555 (0,2 %) 4 263 (0,9 %) 71 900 (10,9 %) 66 410 (9,3 %) 59 394 (8,1 %) 55 530 (7,0 %) 37 681 (5,3 %) 23 345 (3,8 %)
Ukrainiens 708 (0,3 %) 21 112 (4,5 %) 23 569 (3,6 %) 27 440 (3,8 %) 23 765 (3,2 %) 28 242 (3,6 %) 19 248 (2,7 %) 12 677 (2,0 %)
Autres 2 194 (0,8 %) 20 709 (4,4 %) 29 869 (4,5 %) 20 726 (2,9 %) 19 565 (2,7 %) 21 505 (2,7 %) 25 734 (3,6 %)
Total 267 142 468 898 658 592 713 451 732 191 790 150 716 281 643 548

Histoire[modifier | modifier le code]

Relations avec la Suède, la Finlande et la Russie[modifier | modifier le code]

Historiquement, la Carélie habitée par les Caréliens est une région du nord-ouest de la Russie, à l'est de l'actuelle Finlande. Ses habitants du Xe siècle sont décrits dans une saga comme une menace pour les Lapons. Depuis le XIIIe siècle, plusieurs parties furent conquises par la Suède et intégrées dans la Carélie suédoise. Elles furent perdues au profit de la Russie, selon le Traité d'Åbo au milieu du XVIIIe siècle.

Le 14 octobre 1920, est signé Traité de Tartu, traité de paix entre la Finlande et la Russie. La Finlande reçoit la plus grande partie de la Carélie, dont une partie contestée est attribuée à la Russie ; en échange, la Finlande obtient la Petchenga, hors des limites de l'ancien grand-duché. Il est toutefois stipulé que les Russes auront le droit d'y transiter librement.

La partie orientale devint la République socialiste soviétique autonome de Carélie. Cette région, sous contrôle russe depuis le Moyen Âge, est un couloir stratégique de premier plan entre Saint-Pétersbourg et Mourmansk dont la valeur augmente avec le percement d’un canal.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Municipalités caréliennes cédées par la Finlande à l'URSS en 1940.

Après avoir obtenu des bases dans les pays baltes à l'automne 1939 (par le moyen de traités d'assistance mutuelle), la Russie entame en octobre des négociations avec la Finlande en vue d'acquérir des avantages similaires plus :

  • Cession de la base de Hanko (à la pointe sud-ouest de la Finlande, au sud de Turku).
  • Échange de territoires : la Finlande cède ses îles du golfe de Finlande et les îles Åland, et fait reculer la frontière à soixante-dix kilomètres de Léningrad, annexant l'isthme de Carélie, alors qu'elle se trouvait au niveau de Kronstadt, à 35 kilomètres de Léningrad. La préoccupation soviétique était de protéger la ville : « comme on ne peut pas déplacer Léningrad, il faut déplacer la frontière », déclarait Molotov. La nouvelle frontière serait en outre démilitarisée, alors qu'elle était fortifiée par la ligne Mannerheim. En échange, la Finlande recevrait des territoires en Carélie.

La Finlande refuse catégoriquement de se soumettre aux exigences soviétiques et l'URSS déclenche la guerre d'Hiver le 30 octobre 1939 (conformément au protocole secret du pacte germano-soviétique). Par le traité de Moscou du 12 mars 1940, suivant l'armistice, la Finlande cède à la Russie l'isthme de Carélie (Vyborg ou Viipuri, étant à l'époque la deuxième ville finlandaise) et, à bail pour trente ans, la presqu'île de Hanko.

Le pouvoir soviétique instaure alors sur ces territoires, le 1er avril 1940, la République socialiste soviétique carélo-finnoise qui devient une république socialiste soviétique fédérée de l'URSS.

Au moment de l’opération Barbarossa, la Finlande, sans contracter d'alliance avec l’Allemagne, déclenche la « Guerre de Continuation » afin de récupérer les territoires perdus en 1940. Cependant, elle ne participe ni au blocus de Leningrad, ni aux bombardements de la voie ferrée de Mourmansk, mais en revanche, elle occupe une large bande de terre en avant de ses frontières, en particulier toute la Carélie jusqu'au lac Onega.

Le bâtiment de l'Assemblée législative de la République de Carélie à Petrozavodsk.

Face au retournement de la situation militaire, la Finlande signe un armistice le 19 septembre 1944 : l'URSS récupère les territoires que la Finlande lui avait cédés par le traité du 12 mars 1940 ; de plus, la Finlande doit immédiatement payer 300 millions de dollars à l'URSS en nature (bois et produits dérivés, constructions navales, fabrications métallurgiques et mécaniques). Cependant, la République soviétique carélo-finnoise perd l'Isthme de Carélie qui est rattaché à l'Oblast de Léningrad.

Le , République socialiste soviétique carélo-finnoise qui était alors la 16e république fédérée de l'URSS, perd son statut et est intégrée à la République socialiste fédérative soviétique de Russie en tant que République socialiste soviétique autonome.

La République de Carélie sous sa forme actuelle fut formée le .

Politique[modifier | modifier le code]

Le chef du gouvernement de la République de Carélie est le président. En 2004, le président est Sergueï Katanandov, élu en mai 2002.

Le parlement de la République de Carélie est l'assemblée législative formée de 50 députés élus pour 4 ans.

Economie[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le réseau ferré fédéral (Voie ferrée de Mourmansk) traverse la république de Carélie et relie Mourmansk à Saint-Pétersbourg, Moscou, et la Finlande[5]. Le réseau passe par Petrozavodsk et Kondopoga.

Voies navigables[modifier | modifier le code]

Des voies navigables relient la Carélie à la mer de Barents, la mer Baltique, la mer Noire et la Caspienne par un réseau de rivières, de lacs et de canaux. Des routes traversant la Carélie relient Mourmansk à Saint-Pétersbourg, Moscou et la Finlande.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Des vols réguliers relient Petrozavodsk avec Joensuu et Helsinki[6].

Transport routier[modifier | modifier le code]

L'autoroute M18, surnommée Kola, joint Saint-Pétersbourg à Mourmansk.

Religion[modifier | modifier le code]

Selon l'étude réalisée en 2012, la répartition religieuse de la population de la République de Carélie est[7],[8],[9]

Religions de Carélie (2012)[10],[11]:

Culture[modifier | modifier le code]

L'ancienne ville de Kem en 1911.

La langue carélienne est proche du finnois. Malgré le fort attachement des Caréliens à leur culture fennique (la Carélie est le berceau du Kalevala), le carélien ne bénéficie pas du statut de langue officielle. En revanche, le finnois est, derrière le russe, la seconde langue nationale. Il n'existe plus beaucoup de Caréliens parlant carélien (environ 10 % de la population).

Galerie[modifier | modifier le code]


Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Reserves, national and nature parks », portail touristique de la République de Carélie, ticrk.ru
  2. (fi) « Karjalan tärkeimpiä nähtävyyksiä », République de Carélie, gov.karelia.ru
  3. (ru) « Statistiques », Service de statistiques fédéral de l'état de Russie (consulté le 24 décembre 2014)
  4. (ru) Федеральная служба государственной статистики (Bureau des statistiques de la fédération russe), www.gks.ru, « Информационные материалы об окончательных итогах Всероссийской переписи населения 2010 года. Приложение 7: НАЦИОНАЛЬНЫЙ СОСТАВ НАСЕЛЕНИЯ ПО СУБЪЕКТАМ РОССИЙСКОЙ ФЕДЕРАЦИИ », Moscou, ИИЦ «Статистика России».,‎ 2011 (consulté le 22 septembre 2012)
  5. (ru) « Obuhovo - Mourmansk (1448 km) », Аркадий Кацнельсон, (consulté le 27 décembre 2014)
  6. The Republic of Karelia
  7. (ru) « Geografija Vybor Duha », Kommersant, kommersant.ru,‎
  8. (ru) « Arena. Atlas Religi i Natsionalnostei Rossijskaja Federatsija », sreda.org,‎
  9. (ru) « Arena. Atlas Religi i Natsionalnostei Rossijskaja Federatsija », sreda.org,‎
  10. (en) « Arena - Atlas of Religions and Nationalities in Russia », Sreda.org (consulté le 25 décembre 2014)
  11. « 2012 Survey Maps », Ogonek", № 34 (5243),‎ (consulté le 25 décembre 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :